Rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis: une fausse bonne-nouvelle?

Surtout ne pas se réjouir d’un tel réchauffement entre les deux nations, car cela ne signifie pas pour autant que cela soit une bonne nouvelle. Les politiques et financiers des États-Unis ne sont pas connus pour faire dans la générosité et la franchise, s’ils avancent d’un pas vers une autre nation, c’est qu’il y ont un intérêt tout particulier. Il reste  à savoir quel est cet intérêt. Nous pouvons apprendre assez facilement plusieurs choses sur Cuba en fouillant un minimum internet. Les principaux partenaires commerciaux sont la Hollande, le Canada, la Russie, l’Espagne, la Chine, le Venezuela et l’Italie. Quand aux ressources naturelles, on peut y trouver de tout: du cobalt, du nickel, du fer, du cuivre, du manganèse, du pétrole, du gaz naturel et des terres cultivables. Il y a de quoi intéresser les grandes entreprises américaines que cela soit pour les forages par fracturation, le pétrole, etc…

Cuba_US_flags_big

Le président cubain Raul Castro a annoncé mercredi s’être « mis d’accord » avec son homologue américain Barack Obama sur « le rétablissement des relations diplomatiques » entre les deux pays, tout en soulignant que la question « principale » de l’embargo américain restait à régler.

Lors d’un entretien téléphonique, les deux chefs d’Etat se sont « mis d’accord sur le rétablissement des relations diplomatiques », interrompues depuis plus d’un demi-siècle.

« Cela ne veut pas dire que le (problème) principal, l’embargo économique, ait été résolu », a toutefois ajouté le président cubain dans une allocution diffusée par les médias d’Etat. Dans le même temps, le président Barack Obama s’est engagé à examiner avec le Congrès américain la levée de cet embargo strict imposé depuis 1962 par les Etats-Unis à l’île communiste.


Le rapprochement historique entre les deux pays survient au moment de l’annonce par les deux pays d’un échange de prisonniers: un espion américain détenu à Cuba depuis 20 ans et trois Cubains écroués aux Etats-Unis. « Gerardo (Hernandez), Ramon (Labañino) et Antonio (Guerrero) sont arrivés aujourd’hui dans notre patrie », a annoncé M. Castro au sujet de ces trois agents qui faisaient partie d’un groupe de cinq Cubains condamnés en 2001 à de lourdes peines de prison pour espionnage.

« Cette décision du président américain mérite le respect et la reconnaissance de notre peuple », a ajouté le président cubain, avant de confirmer la libération « humanitaire et unilatérale » d’Alan Gross, un Américain détenu depuis 5 ans à La Havane. Washington a toujours conditionné une détente avec Cuba à la libération de cet ancien contractuel de l’agence fédérale américaine pour le développement international (USAID), qui avait été condamné en 2011 à 15 ans de prison pour avoir introduit du matériel de transmission satellitaire interdit dans l’île.

M. Castro a aussi souhaité « saluer l’appui du Vatican » au rapprochement entre les deux pays, séparés seulement par les 150 km du détroit de Floride et qui n’ont plus de relations diplomatiques officielles depuis 1961. Le pape François avait lancé un appel personnel à M. Obama, dans une lettre cet été, et séparément à M. Castro, et le Vatican a accueilli des délégations des deux pays pour finaliser le rapprochement historique.

Source+vidéo sur 7sur7.be

 

 

9 commentaires

  • engel

    Entre amis de longue date qu’ils sont! ;))
    Si c’était tout simplement une nouvelle approche de faux-cul afin de persuader Cuba de ne pas renouveler les alliances stratégiques militaires avec la Russie.

    Port ouvert pour bateaux de guerre, station d’écoute dans un premier temps et pourquoi pas dans un deuxième, base avancée de bouclier anti-missile, juste en face des Yankees.

    ..Un peu comme l’Ukraine, en somme!

    • Lilith Lilith

      il y a forcement de ça derrière tout ça, après le traumatisme de la baie des cochons est encore dans toutes les mèmoires! mais l’histoire nous également apris que Fidel qui à pris le pouvoir avec l’aide des amèricains leur a fait une belle quennele une fois en place :-) j’ose espèré que son frère est de la mème trempe.

  • Louis

    Tout a fait d’accord avec Engel. Les russes veulent renforcer leur présence à Cuba et en Amérique du sud donc une facon pour les américains de chercher à nuire la Russie. On verra la réaction russe… Le rapprochement c’est de la poudre aux yeux.

  • A mon avis, les Ricains ont sans doute voulu accélérer le processus depuis que les Russkofs ont placé des sous-marins au large du Venezuela …

    Et j’ai bien dit accélérer : N’oublions pas que ce processus a démarré lors des funérailles de Mandela, durant lesquelles Obama et Castro se sont rencontrés et entretenus il y a un an déjà, soit bien avant le boycott USA/Europe/Russie !!

    Conspirationnisme, quand tu nous tiens … http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Lilith Lilith

    Il y a également la négotiation de Poutine avec Cuba pour y installer une base on comprend mieux l’urgence………..

    cela date du 27/10/2014

    http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/poutine-met-cartes-sur-table-158596

  • confucius

    Bonjour,

    Bon…à quand le prochain « printemps cubain ».
    La porte est ouverte aux « touristes », et peut-être bien aux  » ONG droithommistes ».
    Allez pour les paris, début janvier 2015 ?

  • paprika

    C’est plutôt une très mauvaise nouvelle !

  • nesta

    En tous cas les Cubains feraient mieux de se remémorer le dicton qui dit que: « c’est dans l’adversité que l’on reconnais ses vrais amis ». A bon entendeur salut. Je partage le même point de vues que les précédents posts effectivement lorsqu’on voit cette volte face difficile de ne pas y voir des manœuvres anti Poutine. Quand tu vois l’Amérique t’ouvrir ses bras, part vite en courant dans l’autre direction sans jamais regarder derrière toi.Je ne pense pas que Raoul soit dupe de la manœuvre mais sais t’on jamais.

  • confucius

    Re,

    Par ailleurs, en juillet de cette année, la Russie a annulé la dette cubaine (31 milliards de $) et le solde (3,5 milliards $) doit être remboursé sur 10 ans et réinvesti dans l’économie locale.
    Cette action zuniene en est la réaction logique, avec le « bonus » d’introduire le ver dans la pomme (ONG de déstabilisation).
    Rien n’est jamais gratuit dans ce jeu là !