L’idée dont nous devrions nous inspirer: soutenir les néo-nazis lors d’un de leur défilé pour lutter contre l’extrême-droite

L’idée est tellement originale et intelligente que nous devrions vraiment nous en inspirer pour faire passer certains messages! Car au final, leur soutien aux néo-nazis ayant défilé a permis de mieux lutter contre eux, ce qui bien sûr n’a pas vraiment réjouit les dindons de la farce… ;)
teaserbis

Des néo-nazis défilent annuellement à Wunsiedel, en Allemagne, pour rendre hommage à Rudolf Hess, l’ancien bras droit d’Adolf Hitler. Excédés par ce rassemblement, les habitants de ce village bavarois de 10 000 habitants ont décidé cette année de retourner cette marche contre les extrémistes : sans qu’ils le sachent, à chaque pas qu’ils faisaient, les néo-nazis collectaient des fonds pour une ONG luttant contre l’extrême droite.

Depuis 1987, année de la mort de Rudolf Hess, des néo-nazis se rendaient régulièrement à Wunsiedel, où le dignitaire nazi était enterré. Leurs rassemblements ont ensuite été interdits durant une décennie, avant de pouvoir reprendre dans les années 2000. En 2011, les restes de Rudolf Hess ont été exhumés et sa tombe détruite, afin de dissuader les groupes d’extrême droite d’organiser leur rendez-vous annuel à Wunsiedel. Ce fut un échec, tout comme les contre-manifestations organisées tous les ans par les villageois.

Cette année, les habitants de Wunsiedel ont donc décidé de changer de stratégie. Pour chaque mètre parcouru par les militants d’extrême droite lors de leur marche du 15 novembre, dix euros étaient collectés par les villageois et reversés à EXIT-Deutschland, une ONG aidant les néo-nazis à quitter les groupuscules extrémistes.

Les villageois ont également déployé des bannières et mis en place des points de ravitaillement tout au long du parcours des néo-nazis, environ 200 cette année, pour les encourager à aller jusqu’au bout de leur marche, et récolter ainsi le plus d’argent possible. Au total, 10 000 euros ont été collectés lors de cette journée.

« On a distribué un certificat aux néo-nazis pour les remercier d’avoir contribué à récolter 10 000 euros »
Arno Speiser, 50 ans, est l’un des habitants de Wunsiedel à l’origine de cette initiative.

Les années précédentes, on avait organisé des contre-manifestations afin de protester contre la venue des néo-nazis à Wunsiedel, qui étaient parfois près d’un millier. Mais cela n’avait pas suffi à leur faire comprendre qu’ils n’étaient pas les bienvenus ici.

Après avoir discuté avec EXIT-Deutschland, une association dont l’action nous semble très importante, on a donc lancé l’initiative « Rechts gegen Rechts » (« Droits contre droites », NDLR ), afin de protester contre les néo-nazis de manière différente.

Tout au long de leur parcours, on a déployé des bannières reprenant des slogans du IIIe Reich, en les détournant. Par exemple, il était écrit “Mein Mampf” (“Mon grignotage”) sur l’une d’elles, en référence au livre d’Adolf Hitler “Mein Kampf” (“Mon combat”), à côté de stands de ravitaillement. Les néo-nazis n’étaient vraiment pas contents. Ils essayaient de faire comme si de rien n’était, mais on voyait qu’ils étaient très crispés.

À la fin de leur marche, on leur a distribué un certificat pour les remercier d’avoir contribué à récolter 10 000 euros, destinés à aider les militants d’extrême-droite à s’en sortir. On ne leur a pas remis en main propre, car cela aurait pu être perçu comme une provocation supplémentaire, mais on s’est assurés qu’ils les reçoivent bien.

On avait averti la municipalité de notre projet au dernier moment seulement, car on savait qu’elle aurait pu l’interdire, par peur des débordements et des tensions. Mais il y avait beaucoup de policiers présents, donc il était peu probable que les néo-nazis s’en prennent à nous. Et on était prêts à prendre des risques pour cette cause. J’espère que notre initiative les dissuadera de revenir…

Arno Speiser
« Ceux qui ont compris ce qu’il se passait étaient vraiment énervés »
Felix Bachnik habite à Erlangen, une ville située à une centaine de kilomètres de Wunsiedel. Il s’est rendu sur place le jour de la marche avec Stadtjugendring, une organisation luttant contre les néo-nazis.

L’ambiance était vraiment spéciale. Il y avait environ 300 policiers, plus de 200 néo-nazis et peut-être 300 personnes venues pour dénoncer ce rassemblement. Les néo-nazis ont commencé leur marche vers 14h. On a essayé de gâcher leur défilé, en entonnant des chants bruyants, tels que « Eure Kinder werden so wie wir » (« Vos enfants nous rejoindront »).

Source+vidéo et clichés savoureux sur Observers.france24.com

 

7 commentaires