L’hécatombe d’alose dans la Baie de Rio, … « on ne sait toujours rien » !! Mieux, un océanographe pondu par l’AFP et … introuvable (enfin pour le moment du moins)!

Le mystère reste toujours entier sur le mal qui terrasse depuis plus d’un mois, des milliers de poissons argentés (alose) dans la baie de Rio : les nouveaux tests réalisés par l’Université fédérale de Rio (UFRJ) n’ont détecté aucune présence d’algues toxiques ou une pollution chimique de l’eau.

Les examens anatomiques des poissons « n’ont révélé aucun saignement dans le corps et les viscères (…) et les aloses analysées étaient apparemment intactes. Comme l’eau, l’analyse des poissons n’a pas permis de conclure sur la cause de cette mortalité » peu commune, conclut le communiqué. Les pêcheurs de la baie dénoncent une pollution pétrolière mais les scientifiques n’y croient pas, même s’ils ne s’expliquent toujours pas la cause de cette hécatombe d’aloses, un poisson de la famille des Clupeidae qui inclut la sardine et le hareng. Les habitants se plaignent de l’odeur fétide et n’osent plus se baigner.

L’océanographe David Zee a dit que l’hypothèse la « plus probable était un phénomène provoqué par une pollution thermique de l’eau ». « L’alose est un poisson très sensible au manque d’oxygène. Les fortes températures de l’eau enregistrées depuis plusieurs jours diminuent la solubilité de l’oxygène », ce qui pourrait provoquer la mort par asphyxie de cette espèce, selon lui. Le résultat d’autres analyses, réalisées par l’Université de Rio (Uerj) à la demande de l’Inea, n’a pas encore été diffusé.

————————————————–

A l’attention de Mr D. Zee, si vous existez bien et que vous soyez bien ce qui est communiqué à votre sujet,  car étrangement, aucun portrait de vous n’existe, alors qu’une telle déclaration à l’AFP vaudrait bien votre portrait ne fusse que quelque part. Votre hypothèse ne tient pas du tout la route et pour cause ! Chaque année il est enregistré des piques de températures pareils à ceux que nous connaissons cette année. Certains même, plus forts et plus long ont déjà été observés par le passé et, il n’y a pourtant pas eu d’hécatombe de ce poisson. Quant à une éventuelle variation des températures, pour qu’elles leur soient fatales, elles devraient être subites, et s’approchant des températures de cuisson ! Or ces poissons ne sont pas aussi  stupides ils vont vers les profondeurs ou vers le large en quête d’eau plus fraîche !

De plus pour vous qu’est donc une pollution thermique ? Peut-être est-ce quelqu’un ayant oublié une marmite mise à chauffer au fond de la baie de Rio, privant ainsi d’oxygène cette « SEULE » espèce qu’en est-il des autres avoisinantes, auraient-elles érigé une frontière comme la nôtre du temps de Tchernobyl ?

9 commentaires