Auxerre: ils risquent la prison pour maltraitance, ils ont refusé que leur enfant soit vacciné…

Le problème est TOUJOURS le même, quelle que soit la manière de le présenter: le choix de sa médecine. Nous ne pouvons librement ni totalement choisir notre rapport à la médecine, que cela soit pour les vaccins, le cancer, ou d’autres pathologies, les protocoles sont maîtres, les labos sont rois, il est difficile voire impossible d’y échapper.

Bien sur, pour certains, les arguments sont valables, les vaccins (ou certains seulement?) sont indispensables, mais pour d’autres, les raisons du refus sont toutes autant justifiées: quelle utilité d’imposer d’autres vaccins (et donc secondaires) en même temps que les vaccins indispensables? Sans parler des adjuvants dont la fiabilité est relativement discutable.

Reconnaissons plusieurs chose, nous n’en sommes pas au niveau des États-Unis qui ont déjà pratiqué la vaccination de force dans des écoles, et nous avons de la chance dans nos pays d’avoir un système de santé permettant une prévention de certaines pathologies, regardez simplement ce qu’il se passe sur d’autres continents pour en être convaincus…

SNI_vaccin-nouveau-nes-600x367

Samia et Marc sont poursuivis pour « maltraitance ». Ces parents risquent jusqu’à deux ans de prison car ils ont tout simplement refusé de faire vacciner leurs enfants contre le tétanos, la polyomélite et la diphtérie, des vaccins obligatoires en France.

Ce couple de l’Yonne, adepte de médecine douce, a fait le choix de ne pas vacciner ses enfants car il estime que le risque d’effets secondaires est trop important. Mais les vaccins contre le tétanos, la polyomélite et la diphtérie sont obligatoires en France. Samia et Marc sont donc hors-la-loi et encourent une lourde peine, jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende. Ils doivent comparaître ce jeudi devant le tribunal de grande instance d’Auxerre.

« Il y a des études sérieuses qui sont menées aujourd’hui et qui prouvent que les vaccins peuvent rendre malades nos enfants plus que les protéger » explique Samia, maman de deux enfants âgés de 15 mois et 3 ans. « Il y a des adjuvants (dans ces vaccins) comme le mercure et l’aluminium qui sont dangereux » poursuit-elle. Le couple se dit méfiant à l’égard de la « puissance » des laboratoires pharmaceutiques en France. Dans son combat, il est soutenu par la Ligue nationale pour la liberté des vaccinations. Les anti-vaccins sont de plus en plus nombreux en France et la question de l’obligation de vacciner agite de plus en plus le corps médical.

Source: La dépêche

Mais pour aller plus loin sur les vaccins, je vous invite à lire cet excellent article relayé partiellement au vu de sa longueur assez conséquente, mais relativement complet et sourcé:

Vaccins : mais alors on nous aurait menti ! L’avis d’un Avocat

Maître Jean-Pierre JOSEPH :

  • Est avocat au Barreau de Grenoble.
  • À été chargé de cours de Droit comparé à l’Université de Glasgow, dans les années soixante-dix, puis président de Maison pour tous de quartiers dits « sensibles » pendant 10 ans, et animateur bénévole de quartier. Il est un des fondateurs de la 1re expérience d’autogestion d’un Centre socioculturel en 1973, avec baisse de plus de 70 % de la délinquance sur un quartier

Est l’auteur des ouvrages suivants :

  • Le show business français, un État dans l’État (Éditions les cahiers de la pensée sauvage).
  • Améliorer notre santé par une méthode qui ne coûte rien
  • Les radis de la colère (Éditions Louise Courteau).
  Sommaire

 VACCIN, mais alors on nous aurait menti ?

 Ils sont inefficaces, nous rendent malades, détruisent notre immunité naturelle, mais ils sont obligatoires

Par Maître Jean-Pierre JOSEPH
Édition Poche Vivez Soleil, NOUVELLE ÉDITION parue à TESTEZ ÉDITIONS

Est instructeur fédéral de karaté, diplômé de la Fédération française de karaté (F.F.K.A.M.A.), membre du jury des grades de la ligue Dauphiné-Savoie de la F.F.K.A.M.A.

Est parti en urgence en République d’Haïti en janvier 2001, et a été le 1er avocat français à être autorisé, depuis l’indépendance de 1804, à plaider devant une Cour d’Assises haïtienne, pour défendre le navigateur grenoblois, accusé de meurtre sur sa femme qui, en fait, s’était suicidée. Après une semaine d’un procès médiatisé (TF1, Le Figaro, Paris-Match, etc.), à la suite duquel le navigateur fut acquitté, Jean-Pierre JOSEPH, qui n’avait aucun vaccin et qui n’a pris aucun traitement préventif contre le paludisme, est revenu criblé de piqûres de moustiques, et n’a pas été malade.

Cet ouvrage se contente de rassembler des dizaines de citations scientifiques et professionnels de la santé. Aucun d’entre eux ne faisant partie de la moindre secte, ce livre ne contient donc, ni procédé hypnotique, ni virus décérébrant. Il peut être lu sans crainte...

 DE GRAVES INTERROGATIONS :

  • Les vaccins contiennent des l’hydroxyde d’aluminium à des doses 30 fois supérieurs au seuil toxique, du sérum de veau, des cellules cancérisée, et des dérivés du mercure. Ils sont responsables de milliers de maladies neurologiques graves, sclérose en plaques, encéphalites, morts subites du nourrisson… Le personnel des hôpitaux, les rares fois où il fait la relation de cause à effet entre le vaccin et la maladie, aurait la consigne de ne rien dire aux familles.
  • Depuis 1994 les substances d’origine bovines sont interdites dans les produits pharmaceutiques. Or, le B.C.G. est fabriqué à partir de la bile de bœuf. Ainsi la Loi nous oblige à administrer à nos enfants des produits qu’elle interdit par ailleurs !…
  • Bien plus, la Loi oblige avant tout acte vaccinal, de prendre « toutes les précautions », c’est-à-dire de procéder à) des examens destinés à dépister d’éventuels risques graves pour chaque individu. Mais seuls les vétérinaires le font pour les animaux !…
  • Ces risques valent-ils la peine d’être courus ? Depuis un siècle, à chaque campagne de vaccination, tant en Europe qu’en Afrique ou en Asie, le nombre de cas de la maladie que l’on combattait s’est toujours multiplié par 4, voire par 6 dans les mois qui ont suivi (variole aux Philippines en 1918, polio en France en 1956, récemment méningite en Afrique, etc.).
  • Pourquoi nous l’a-t-on caché en nous faisant croire le contraire ? Quand les épidémies s’arrêtent (comme elles l’ont toujours fait dans l’histoire de l’Humanité), l’on crie alors victoire, en attribuant cela au vaccin.
  • Si au Moyen Âge, au plus fort des épidémies de peste et de choléra, un alchimiste avait distribué de la bave de crapaud à toute la population, lorsque celles ci se sont arrêtées (car toutes les épidémies se sont arrêtées naturellement) tous les survivants auraient cru avoir été sauvés grâce au produit !
  • Le chien qui avait mordu le petit alsacien « sauvé » de la rage par Pasteur, avait aussi mordu tout la famille, qui n’a été ni vaccinée, ni malade. Mais alors, on nous aurait menti ? Mais pourquoi donc ? Quel hasard ! La France est un des plus gros pays producteurs de vaccins du monde !
  • 11 pays en Europe ont abandonné l’obligation vaccinale. En France, on ne connaît même par cette information. Comme par hasard chez nous, le vaccin est une religion (ensemble de « vérités » que, par définition, l’on s’interdit de vérifier). François Mitterrand n’a-t-il pas dit : « La santé des Français est une marchandise qui se vend… ».

  AVANT-PROPOS

Il y a encore quelques années, je ne connaissais rien du tout à la question des vaccinations : certes, le simple fait de n’avoir été vacciné que contre la variole, générait chez moi une inquiétude permanente, tempérée par le fait qu’au cours des 30 ans pendant lesquels j’ai étudié, puis enseigné les arts martiaux, les experts asiatiques que j’avais pu rencontrer, m’avaient toujours indiqué qu’il fallait se méfier des vaccins, mais je ne savais pas pourquoi. Ils ajoutaient que dans les arts martiaux traditionnels, l’être humain est capable de maintenir un taux vibratoire élevé, et ne craint donc pas les maladies.

J’avoue qu’à l’époque, j’étais un peu sceptique et j’eus de grandes hésitations, lorsque j’entendis parler d’un « danger de contamination par l’hépatite B ».

Un jour, je fus amené à défendre un groupe d’anciens universitaires grenoblois, qui s’étaient retirés à la campagne afin d’appliquer une méthode vieille de plusieurs millénaires, leur permettant de produire de l’agriculture biologique géante à haut rendement, sans engrais chimiques, sans pesticides ni insecticides. Cette méthode qui ne coûtait rien permettait d’avoir la même rentabilité à l’hectare que si l’on utilisait massivement des engrais chimiques. Mais c’était du bio, et vraiment délicieux !
Cette expérience quasi-unique en Europe aboutit immédiatement au fait que ce groupe fut classé secte, fut l’objet de procédures judiciaires hallucinantes, de reportages de télévision honteusement truqués, de faux témoignages, à tel point que j’ai écrit Les radis de la colère (Éd. Louise Courteau).

Cet ouvrage mentionne, notamment, une affaire que j’appelle « le vrai-faux tétanos », dans laquelle un hôpital, harcelé par la « psychose imbécile anti-sectes » qui sévissait à ce moment-là, a diagnostiqué un tétanos, alors qu’il est clair que l’enfant avait simplement fait une grosse réaction allergique à une piqûre de tique. Certains journalistes, qui avaient écrit sans savoir qu’un enfant « était mort du tétanos dans la secte », furent étonnés de le voir gambader par la suite, dans les prés… Mais ces journalistes ne manifestèrent aucun étonnement, en marchant sur des fraises qui poussaient sous des flocons de neige, ou en voyant des plantes qui ne poussent habituellement que dans les régions tropicales.
Mais ce qui m’étonna le plus fut tout d’abord l’absence totale des mouvements écologistes au soutien de ces gens là, qui, dans la région Rhône-Alpes, faisaient de la véritable écologie, à la différence de ceux qui en parlent, mais qui n’en font jamais. Je n’ose pas croire qu’eux aussi, aient pu adhérer à la psychose imbécile…

Le 2e objet de mon étonnement fut ensuite qu’à l’occasion de cette affaire de « vrai-faux » tétanos, je découvris que non seulement le problème des vaccins était très controversé, mais qu’en plus l’existence même de la controverse était totalement absent de tous les débats concernant la Santé Publique.

40 ouvrages étaient déjà accessibles à tous, dans les librairies ou dans les FNAC, et un silence total recouvrait notre pays, comme si ce sujet était interdit. Alors je décidais de mettre les pieds dans le plat, en rassemblant des citations extraites de ces 40 ouvrages. Sachez que je n’ai rien inventé. Je me suis contenté de rassembler tout ce qui a été écrit sur ce sujet par des dizaines de professionnels de la santé. Vous verrez que finalement, ce sont eux qui mettent les pieds dans le plat, pas moi. Quoique…

J’ai toujours mis les pieds dans le plat, lors de ma scolarité : je ne le faisais pas exprès, mais je répondais naïvement aux reproches, et ce que je disais déclenchait souvent la consternation, voire la colère.

Un jour le médecin scolaire, voyant que je n’étais pas vacciné contre la polio (dans ma vie, je n’ai eu qu’un seul vaccin : l’antivariolique), me dit : « Libre à toi d’attraper la maladie, mais ce qui est grave est que tu risques de contaminer tes camarades… ». Très naïvement je lui demandais : « Comment pourrais-je les contaminer, puisqu’ils sont vaccinés ? ».
Ce n’est pas la paire de claques que j’ai reçue à ce moment-là qui m’a marqué le plus, mais son air consterné, presque effrayé. Je crois que c’est ce jour-là que j’ai décidé qu’à l’avenir je serai toujours insolent, d’autant plus que, les années suivantes personne ne me reparla des vaccins…
Toutefois, ce n’est que 40 ans plus tard que j’ai compris pourquoi mes camarades qui ont eu la polio, étaient pourtant vaccinés, et pourquoi je ne l’ai pas eu, alors que je ne l’étais pas.

Quand j’étais en Première, au Lycée de Guebwiller, un prof d’Histoire-géo, un comme on n’en trouve plus de nos jours, un qui nous faisait réellement aimer ce qu’il enseignait, nous précisa un jour :

« De nombreuses vérités sont fausses. Mais ceux qui le disent sont pourchassés, même en Démocratie.

Au début du siècle, l’Académie de Médecine déclarait qu’au-delà de 100 km/h. un organisme humain ne résisterait pas. C’était une Vérité, et tout étudiant en médecine prétendant le contraire avait zéro.
L’Académie des Sciences indiquait également que le plus lourd que l’air ne pourrait jamais voler. Il était donc inutile de donner des crédits à la recherche sur les « aéroplanes » (futurs avions). L’avenir était les ballons et les dirigeables. Enfin l’électricité ne serait qu’un lamentable gadget et ne servirait jamais à rien.

Souvenez- vous de cela, et sachez que ces imbéciles ont aujourd’hui des successeurs aux mêmes postes, et qui ont le même talent… ».

Aujourd’hui, des lois spéciales interdisent de parler de tel ou tel sujet, ou de remettre en cause certaines vérités historiques. Pourquoi avoir eu besoin de textes, alors qu’une démocratie devrait savoir gérer l’expression de toutes les opinions ?

J’ai bien peur que dans peu de temps, l’on n’ait même plus le droit d’écrire un livre comme celui que vous avez actuellement sous les yeux.
Déjà l’on n’a pas le droit, par exemple, d’inciter ses concitoyens à ne pas payer ses impôts, ou ses cotisations sociales. On n’a pas le droit de déclarer publiquement que l’on est pour la consommation de drogue. Comme si ceux qui écoutaient les rares qui ont encore quelque chose à dire, n’étaient plus majeurs.

Après tout c’est peut -être vrai. L’on est en train de faire de nous des veaux.
Mais le jour où je n’aurai même plus le droit d’écrire un tel livre, j’irai demander l’asile politique soit en R.F.A. (ce qui devrait m’être accordé facilement, vu que mon grand-père fut sujet allemand jusqu’en 1918, année où la France récupéra l’Alsace-Lorraine), soit en République d’Haïti, où, lors de mon séjour, les étudiants en Droit, dont une délégation était venue me rencontrer me déclarèrent : « La différence entre nos républiques, que vous appelez bananières, et les vôtres, est que chez nous le principe est « ferme ta gueule, tu n’as pas le droit de parler. .. » ». Cela a le mérite d’être clair.
Chez vous le principe est « Cause toujours… ».

 « Une population malade rapporte plus d’argent au système dit de santé publique qu’une population en bonne santé »

  INTRODUCTION

Près de 2000 personnes souffrent actuellement de graves maladies neurologiques, ou sont décédés, et les victimes (ou leur héritiers) accusent le vaccin contre l’hépatite B (Eric GIACOMETTI, La santé Publique en otage, Ed. Albin Michel).

Des plaintes pour empoisonnement et administration de substances nuisibles à la santé ont été déposées, notamment à l’encontre de ceux qui ont obligé les victimes à recevoir un vaccin tant inefficace que dangereux. Elles sont actuellement centralisée chez un Juge d’Instruction à Paris.

Malheureusement, une étude approfondie de cette question, montre que tous les vaccins sont concernés, et pas seulement celui contre l’hépatite B.

Alors que la quasi-totalité des pays d’Europe a supprimé les vaccins obligatoires, la France (1er pays producteur mondial de vaccins), en a maintenu 4, malgré les protestations de millions de scientifiques de tous bords, criant à l’empoisonnement collectif, devant leur dangerosité, et surtout leur inefficacité.

Voilà plus de 20 ans, que des médecins, biologistes, etc., du monde entier, tentent d’alerter les pouvoirs publics pour leur donner des informations extrêmement graves concernant les vaccins :

  • – Des épidémies de coqueluche aux U.S.A. ont atteint des centaines d’enfants vaccinés contre la coqueluche,
  • – Des épidémies de polio dans le monde entier ont touché des milliers de personnes, pourtant correctement vaccinées,
  • – En 1993, 100 infirmières des Hôpitaux de Paris, atteintes de tuberculoses, avaient toutes reçu le B.C.G. …

  Des scientifiques du monde entier semblent dire aujourd’hui :

  • – Que les produits appelées « vaccins » seraient totalement inefficaces,
  • – Qu’ils seraient dangereux, responsables de scléroses en plaques, encéphalites, méningites, maladies neurologiques :
  • Fabriquée avec du sérum de veau, des cellules cancérisées, et de l’hydroxyde d’aluminium, à des doses 30 fois supérieurs au seuil maximum de toxicité, ainsi que de dérivées du mercure, ils ont pour effet général de baisser nos défenses immunitaires, et pourraient être liées à l’apparition du Sida.
  • – Que souvent, même, ils nous transmettraient les maladies qu’il sont censés prévenir !
  • – Que l’on nous aurait menti depuis 50 ans au moins, pour des raisons sordides et honteuse, en nous faisant croire, notamment que les vaccins auraient enrayés les épidémies.

  Or, il semblerait que l’arrêt des épidémies n’ait rien à voir avec les campagnes de vaccination.

Ainsi, 1200 personnes ont été victimes de la Polio en France, en 1956, année où la campagne de vaccination a débuté. Et en 1957, la France a connu plus de 4000 cas.

Personne, d’ailleurs, n’est capable d’expliquer pourquoi les épidémies de peste et de choléra du Moyen Âge, de suette picarde (qui a sévi de 1718 à 1906), et plus récemment, de scarlatine, se sont arrêtées sans vaccin, et sans décimer toute l’humanité…

  Ces informations sont extraites de nombreux articles de presse et des ouvrages suivantes :

  1. – La mafia médicale, (Dr G. LANCTOT), Ed. Voici la clé,
  2. – La dictature médico-scientifique, (Sylvie SIMON), Ed. Filipacchi,
  3. – Vaccination erreur médicale du siècle, (Dr L. De BROUWER), Ed. Louise Courteau,
  4. – Danse avec le diable (G. SCHWAB), Ed. Courrier du livre,
  5. – Dossiers sur le gouvernement mondial, (A. MEUROIS-GIVAUDAN), Ed. Amrita,
  6. – La guerre des virus, (L. HOROWITZ), Ed. Félix,
  7. – Au cœur du vivant, (J. BOUSQUET), Ed. Saint Michel,
  8. – Le malade déchaîné, (R. BICKEL), auto édité,
  9. – Les chemins de la souveraineté individuelle, (R. BICKEL), auto édité,
  10. – Vaccinations : l’Overdose, (Sylvie SIMON), Ed. Déjà,
  11. – Tétanos, le mirage de la vaccination, (F. JOET), Ed. Alis,
  12. – Pour en Finir avec Pasteur, (Dr Eric ANCELET), Ed. Marco Pietteur,
  13. – La santé confisquée, (Mirko et Monique BELJANSKI), Ed. Compagnie,
  14. – La lumière médicale, (Dr Norbert BENSAÏD), Ed. le Seuil,
  15. – Mon enfant et les vaccins, (Dr F. BERTHOUD), Ed. Soleil,
  16. – On peut tuer ton enfant, (Dr P. CHAVANON), Ed. Médicis,
  17. – Vaccination, Social Violence ans Criminality, North Atlantic Books, Berkley 1990,
  18. – A shot in the dark, (Dr HARRIS et B Loe FISHER), Avery Publishing group, 1991,
  19. – Les Vérités indésirables,
  20. – Le cas Pasteur (Archives Internationales Claude BERNARD), Ed. La Vieille Taupe, 1989,
  21. – L’intoxication vaccinales, (F. DELARUE), Ed. Le Seuil, 1977,
  22. – La rançon des vaccinations, (Simone DELARUE), Ed. LNPLV, Ed 1988,
  23. – Live viral vaccine, biological pollution, (Pr R DELONG), Cartlon Press Corp, New Yorl, 1996,
  24. – L’intox, quelques vérités sur vos médicaments, (Dr Bruno DONATINI), Ed. MIF,
  25. – Adverse effects of Pertussis and Rubella vaccines, Washington DC National Academy Press, 1991,
  26. – Des lobbies contre la santé, (Roger LENGLET), Ed. Syros,
  27. – La médecine retrouvée, (Dr ELMIGER), Ed. Léa,
  28. – Vaccinations : prévention ou agression ?, (M. Th. QUENTIN), Ed. Vivez Soleil,
  29. – Des enfants sains même sans médecin, (Dr R. MENDELSOHN), Ed. Soleil 1987,
  30. – Immunisation, Theory versus reality, New Atlantean Press, 1996,
  31. – La poliomyélite, quel vaccin ? quel risque ?, (Dr Jean PILETTE), Ed. de l’Aronde, 1997,
  32. – LA catastrophe des vaccins obligatoires, (Pr TOSSOT), Ed. de l’Ouest, 1950,
  33. – Les dessous des vaccinations, (Dr SCOHY), Ed. Cheminements,
  34. – Tuberculose et vaccin B.C.G., (Pr GRIGORAKI),
  35. – Le tabou des vaccinations. Danger des vaccins, thérapies naturelles de prévention des maladies infectieuses, (Miller Schär MANZOLI),
  36. – Déjà vacciné ? Comment s’en sortit ?, (Dr A. BANOIS – Sylvie SIMON),
  37. – Vaccinations : le droit de choisir, (Dr F. CHOFFAT), Ed. Jouvence,
  38. – 12 balles pour un veto, (Dr QUIQUANDON), Ed. Agriculture et Vie, 1978,
  39. – Les radis de la colère, (J.-P. JOSEPH, Avocat à Grenoble), Ed. Louise Courteau,
  40. – Vaccinations, les vérités indésirables, (Pr GEORGET), Ed. DANGLES, préface du Pr CORNILLOT, Doyen de la Faculté de Médecine de Bobigny,
  41. – Nous te protègerons, (Dr Jean PILETTE), Ed. Daxhelt,
  42. – La faillite du B.C.G., (Dr Marcel FERRU, Pr honoraire de clinique médicale infantile), Ed. Princeps,
  43. – La Santé Publique en otage, (Eric GIACOMETTI), Ed. Albin Michel,
  44. – Vaccin Hépatite B : Les coulisses d’un scandale, (Sylvie SIMON et Dr Marc VERCOUTERE), Ed. Marco Pietteur.

Aucun de ces ouvrages, largement diffusés tant en France qu’à l’étranger, n’a fait l’objet du moindre procès, ni même du moindre démenti.
La lecture de simples citations extraites de ces ouvrages, conduit tout lecteur, à la conclusion incontournable, suivant laquelle les enfants sont victimes d’un empoisonnement collectif, et qu’il est plus que temps de réagir.

En outre, tous les ans, des centaines de médecins, adressent des pétitions au Ministère de la Santé, afin que cesse ce qu’ils considèrent être un véritable empoisonnement collectif n’ayant pour but que le profit, et surtout pas la SANTE… PUBLIQUE.

Ces médecins dénoncent le fait que la quasi-totalité de leurs confrères est dans l’ignorance totale de ces informations, car l’information médicale en France passe entièrement par les laboratoires pharmaceutiques.

Ces médecins indiquent également qu’une vaccination n’est pas un acte banal, et qu’un certain nombre de précautions sont, de toutes manières, obligatoires (arrêté du 28 février 1952).

Il faut en effet, préalablement à tout acte vaccinale, que le sujet fasse l’objet d’un bilan clinique et biologique à savoir :

  1. a) Iconogramme complet, dosage de l’urée
  2. b) Lipidogramme
  3. c) Bilan endocrinien
  4. d) Titrage de tous les anticorps spécifiques aux vaccinations éventuelles déjà subies
  5. e) Test de dépistage du Sida et des différentes hépatites
  6. f) Electrophorèse et immunophorèse des protéines sériques, de manière à avoir une image globale des capacités ou incapacités éventuelle de l’organisme à fabriquer les anticorps
  7. g) Bilan radiologique :
  8. – Radiographie panoramique dentaire, ceci dès qu’il y a au moins une dent dévitalisée.
  9. – Radiographie pulmonaire, pour éliminer toute image de tuberculose pulmonaire.

Or, jamais un seul de ces teste n’est proposé aux enfants, ce qui procède d’une négligence criminelle.

Bien que ces éléments soient publics, et notoires depuis au moins 10 ans, aucun scientifique n’est encore venu les contredire, les vaccinalistes se content de répéter, comme une litanie religieuse, que les vaccins auraient enrayé les épidémies.

Déjà le 5 décembre 1957, 101 Députés Socialistes déposaient une proposition de Loi tendant à abroger l’obligation vaccinale.
Parmi eux MM. DEFFERRE, CAPDEVILLE, PROVO, SAVARY.

La France est le seul pays d’Europe à avoir 4 vaccins obligatoires. Aussi, comme par hasard, le pays qui compte le plus de cas de tuberculose et de tétanos, mais c’est le 1er pays producteur de vaccins du monde…

En outre, certaines vaccins, obligatoires en France sont interdits dans d’autres pays de la C.E.E. (Grande-Bretagne, par exemple) vu le nombre de victimes paralysées à vie qu’ils ont faits.

L’on sait pourquoi aujourd’hui lorsque les Américains ont entrepris, en 1918, de vacciner les habitants des Philippines contre la variole, le taux des personnes atteintes est alors passé de 10% de la population, à 65% en quelques mois.

L’on sait également (par les écrits des collaborateurs de PASTEUR) que le chien qui avait mordu le petit Jospeh Meister, vacciné par PASTEUR, avait également mordu toute la famille Meister qui n’a été ni vaccinée, ni malade.
L’on sait que lorsque les Américains se sont rendus compte, dans les années 1960, que 75% des gens atteints de la polio, étaient correctement vaccinés (Vaccin Salk), les symptômes officiels de la polio ont été modifiées, ce qui fait que tous les nouveaux cas allaient être appelées : encéphalites, méningites, etc. Ce qui a donné l’illusion que le vaccin avait enrayé l’épidémie.

Nous ne pouvons donc plus nous contenter aujourd’hui de nous retrancher derrières des obligations de réserve, faute de quoi nous serions obligés de constater que le procès PAPON n’a servi à rien.

(Rappelons-nous Maurice PAPON, à qui la Cour d’Assises de Bordeaux a reproché d’avoir, en sa qualité de Préfet de Police pendant l’occupation allemande, fait déporter des centaines de juifs, et qui, pour sa défense, a dit qu’il n’avait fait qu’appliquer la Loi…).

 Tout citoyen a, aujourd’hui, à partir du moment où il sait, le devoir de prendre une position.

  Les conséquences que l’on peut tirer de l’ensemble de ces informations sont les suivantes :

  • – Un vaccin est une substance « préparée à partir de microbes, virus ou parasites qui, inoculés à un individu, lui confèrent une immunité contre le germe correspondant ».
  • – Les substances inoculées aux enfants contre leur gré et celui des parents, sont, de toute évidence, des substances qui ne confèrent pas l’immunité, puisque les scientifiques nous démontrent aujourd’hui que de nombreux enfants vaccinés, ont néanmoins contracté la maladie.
  • – Les substances, en outre, sont toxiques, puisqu’elles entraînent des effets secondaires graves, parfois mortels.
  • – Ces substances ne sont donc pas des « vaccins », au sens scientifiques du terme.
  • – Le fait de refuser d’administrer des produits inefficaces et toxiques à des enfants ne peut donc s’assimiler à une privation de soins, ou une mise en danger de la vie d’autrui.
  • – Bien au contraire, le fait d’imposer l’administration de produits toxiques inutiles à des enfants constitue le délit de mise en danger de la vie d’autrui, et peu, à long terme, constituer le crime d’empoisonnement ou administration de substances nuisibles.

  DES FAITS (ET NON PAS DES THÉORIES) CONCERNANT LES VACCINS

Cet ouvrage se contente de rassembler simplement des dizaines de citations (en donnant les références) de scientifiques et professionnels de la santé.

Tous les ouvrages, dont sont extraites les nombreuses citations formant l’essentiel de ce document, se trouvent très facilement en librairie, à la FNAC, etc.

Aucun d’entre eux n’a engendré le moindre procès, ni même le moindre démenti.

« Celui qui ne gueule pas la Vérité, quand il connaît la vérité, se fait complice des menteurs et des faussaires » (Charles Péguy)

 « L’une des nouvelles religions en France est le vaccin :

En effet, bien que les Français soient réputés cartésiens, et bien que tous les pays voisins aient progressivement abandonnée l’obligation vaccinale, quiconque en France, se contente simplement de s’interroger sur l’efficacité des vaccins, déclenche des hurlements hystériques. Il s’agit donc bien d’une religion, dans laquelle des milliers de personnes qui se prétendent intellectuelles, ou même scientifiques, défendent des « vérités » qu’elles n’ont jamais vérifiées elle-mêmes.

  Quant à ceux qui font appliquer l’obligation légale vaccinale, il semble qu’aucun d’entre eux n’ait entendu parler du procès de Maurice Papon. »

  20 QUESTIONS SIMPLES, 20 RÉPONSES (moins simples) SUR LES VACCINS

PREMIÈRE PARTIE

 DES QUESTIONS SIMPLES, A PORTÉE DE TOUS, SUR LES VACCINS EN GÉNÉRAL

Question n°1 :

De manière générale, est-il exact que les vaccins protègent des maladies et ont stoppé les épidémies ?

Réponses :

Quelques déclarations de scientifiques ou quelques articles de presse sur l’utilité des vaccins.

Sylvie SIMON,
La Dictature Médico-scientifique :

« Le taux de mortalité par la variole s’élevait à 10 % aux Philippines lorsque les U.S.A. prirent possession des îles en 1905. Entre 1905 et 1906, à la suite d’une campagne de vaccination massive, une épidémie fit mourir 25 % de la population. Entre 1918 et 1920, alors que l’armée américaine venait d’obliger 95 % de la population à se faire vacciner une terrible épidémie emporta, cette fois, 54 % de la population. Manille où le pourcentage de gens vaccinés était le plus fort (la presque totalité de la population), fut la plus touchée (65,3 %) alors que l’île de Mindanao ne fut touchée qu’à 11,4 %. Curieusement dans cette île, les indigènes avaient refusé de se faire vacciner… »

Dr Robert RENDU,
Faculté de Médecine de Lyon, La Presse Médicale, 1949 :

« Entre 1943 et 1947, 5 millions au moins d’enfants ont été vaccinés (contre le tétanos), soit plus de la moitié de la population, âgée de 1 à 14 ans. Cette vaccination massive aurait dû entraîner une diminution considérable du nombre de décès, or les statistiques officielles montrent que le nombre de décès infantiles par tétanos n’a guère varié de 1943 à 1947. (Un décès en moyenne par département et par an) »

Pr Michel REY, Impact Médecin Hebdo, 13 octobre 1995 :

« La protection conférée par la vaccination (antidiphtérique) dure moins longtemps que l’immunité naturelle et n’est plus que de 50 %, 10 ans après la vaccination, alors que 90 % des adultes sont naturellement immunisés avant d’être vaccinés… »

Le Point, 23 janvier 1993,

« Tuberculeuses et pourtant vaccinées » :

« Les quelque cent infirmières des Hôpitaux de l’Assistance Publique de Paris qui ont été contaminées ces cinq dernières années étaient vaccinées… »

Jean-Yves NAU, Le Monde, 2 février 1987 :

Importante épidémie de poliomyélite en Afrique de l’Ouest en 1986 :
« Près de 200 des enfants que l’on croyait correctement vaccinés ont contracté la maladie. Certains sont morts. Les études épidémiologiques franco-américaines menées sur le terrain n’ont pas encore permis de comprendre les raisons exactes d’un tel phénomène… »

Dépêche AFP, 1er février 1997 :

« La quasi totalité des cas de poliomyélite recensés aux U.S.A., de 1980 à 1994, a été causée par l’administration du vaccin oral atténué… »

Sylvie SIMON, La Dictature Médico-scientifique :


« Grâce à l’amélioration des conditions d’hygiène, la poliomyélite avait disparu en Albanie, comme dans bien d’autres pays. Malheureusement le gouvernement et les autorités sanitaires de ce pays ont décidé de pratiquer une vaccination de masse dans le cadre d’une campagne de prévention. En avril 1996, on a alors administré le vaccin Sabin à virus vivant atténué à la population de tout âge… Selon les statistiques officielles…on a enregistré 90 cas de polio, dont 12 mortels… »

The Lancet, 1er janvier 1994 :

« 54 % des personnes atteintes par une toute récente poussée de poliomyélite en Namibie (Nov. 1983) étaient toutes vaccinées dans les règles contre la poliomyélite… »

L’événement du Jeudi, 5 au 11 mars 1992 :

« Les Américains, malgré une politique musclée de prévention contre la rougeole, voient l’une des plus agressives maladies infantiles augmenter régulièrement chez les nourrissons. Nés de mères vaccinées, les bébés hériteraient d’anticorps moins résistants que ceux provoqués par une rougeole naturelle… »

Dr Louis DE BROUWER, (Vaccination erreur médicale du siècle) :

« … Les Français, manipulés et désinformés en sont venus à considérer l’acte vaccinal comme le baptême : hors vaccin pas de salut.
Or, il n’a jamais été prouvé scientifiquement que les vaccins étaient efficaces et sans danger…Le principe de la vaccination constitue la plus monstrueuse erreur médicale et scientifique du siècle et mène l’humanité à une disparition prématurée. On ne compte plus aujourd’hui les cas de mort subite du nourrisson, sclérose en plaques, maladie d’Alzheimer, cancers, dermatoses, et d’affections nouvelles incurables dues aux vaccins…
L’individu vacciné est devenu un véritable réservoir à virus… »

Question n° 2 :

 Les vaccins sont-ils dangereux ?

Réponse :

Quelques déclarations de scientifiques ou quelques articles de presse sur les effets des vaccins.

Le Concours Médical, 19 septembre 1987 :

« La carte d’incidence maximale du SIDA en Afrique correspondrait à celle où l’ultime effort d’éradication de la variole aurait été accompli. C’est cette introduction massive du virus vaccinal au sein d’une population séropositive mais dormante qui pourrait avoir donné le coup d’envoi au phénomène SIDA… »

Pr, Robert GALLO, Le Times :

« J’ai toujours dit que l’usage de vaccins de virus vivants, comme l’on pratique en Afrique, peut activer un virus endormi comme celui du SIDA… »

Déclaration d’un conseiller auprès de l’O.M.S., Times, Il mai 1987 :

« Maintenant je suis convaincu que la théorie mettant en cause la vaccination antivarioique est bien l’explication de l’explosion du SIDA… »

BIOCONTACT, janvier 1996 :

« Il semble donc hautement probable que ce vaccin polio buvable, le fameux Sabin, préparé par culture sur ces singes verts d’Afrique, était contaminé par le virus STLV3, et que ce virus était peut-être le 1er chaînon évolutif expliquant l’apparition du virus VIH. Comment s’étonner par conséquent de l’extension incroyablement foudroyante de l’épidémie d’infection par le VIH, quand on connaît la qualité de la couverture médicale vaccinale mondiale vis-à-vis de la poliomyélite »

The Lancet, 1995-1071-4 :

« Une étude Britannique met en cause le vaccin antirougeoleux dans la fréquence des maladies de Crohn et recto-colites ulcéro-hémorragiques (qui sont des maladies auto-immunes) de façon irréfutable (2,5 à 3 fois plus de cas chez les vaccinés sur un groupe de 3.545 personnes contre 22.000 sujets témoins – avec présence du virus de la rougeole dans les prélèvements intestinaux biopsiques). »

Panorama du médecin, 29 novembre 1994 :

« Augmentation des cas de rougeole chez les personnes vaccinées…3 % en 1985 contre 27 % en 1994. Les maladies infantiles, bénignes chez l’enfant, sont de plus en plus fréquentes chez les adultes et les formes graves semblent s’accroître… »

Dr ODENT,

 Guide des vaccinations, Direction Générale de la santé :


« Fréquence de toutes maladies, particulièrement otites et crises d’asthme chez les enfants vaccinés…Les enfants non vaccinés sont en meilleure santé… »

La Recherche, avril 1995 :

« Une trentaine de cas de scléroses en plaques post-vaccinales sont soignés au service de neurologie de l’hôpital de la Salpétrière à Paris »

Pr Olivier GOUT, Chef de Clinique, La Salpétrière, VSD, 14 novembre 1996 :

« Effectivement nous soignons ces maladies et des recherches sont en cours sur l’imputabilité du vaccin Il est trop tôt pour livrer des conclusions, mais il semble bien y avoir quelque chose »

Sylvie SIMON, La Dictature Médico-scientijique, p. 184 :


« La propagande abusive pour la vaccination contre l’hépatite B a commencé dès le mois de juillet 1994. Après avoir conclu un marché avec Smith Kline pour le vaccin Engerix, Philippe DOUSTE-BLAZY, alors Ministre de la santé, a envoyé une circulaire aux recteurs d’Académie pour demander d’inscrire la vaccination des élèves de 6e et de 4e parmi les priorités pour l’année 1994-1995… »

Françoise JOET, Le Courrier d’Alis :


« Est-ce que les enseignants français feraient désormais partie de la filière santé ? Quel est réellement le rôle de chacun ? D’aider à remplir les caisses de l’entreprise Smith Kline Beecham et de vider celles de la Sécurité Sociale ?… »

Dr Alain SCOHY :

« L’accumulation des vaccins de toute nature tous azimuts sans le moindre intérêt thérapeutique, curatif ou préventif, épuise et affole le système immunitaire, ce qui est la base indispensable à l’installation de la maladie Sida. Le nouveau vaccin contre l’hépatite B risque fort d’être la goutte d’eau qui fera déborder le vase… » « … Le vaccin contre l’hépatite B présente de réels dangers pour ceux qui le recevront… »

« En plus de ce risque de contamination, soit par des prions (les cellules sont nourries avec du sérum de veau), soit par des virus inconnus à ce jour, ce vaccin inocule de façon absolument certaine des substances éventuellement cancérigènes, et des résidus d’outils de manipulations génétiques qui pourraient bien être à l’origine de cas de tératogenèse. Par ailleurs ces vaccins sont à l’étude : on ne pourra en mesurer l’éventuelle efficacité comme la nocivité que dans 15 ou 20 ans, d’après leurs promoteurs, ce qui fait que toutes les personnes inoculées sont en fait, à leur insu, des cobayes ! » « Tout ceci pour éviter une maladie complètement hypothétique qui a tendance à régresser spontanément dans nos pays, et qui guérit, sans traitement, dans 9 cas sur 10… »

Michel GEORGET, agrégé de biologie, Professeur honoraire des classes préparatoires aux grandes Écoles biologiques :

« Quand on sait que l’immunité accordée au vaccin est de courte durée et que l’hépatite B se transmet essentiellement par les relations sexuelles et la toxicomanie intraveineuse, on imagine le bénéfice que les bambins vont retirer d’une telle opération…Les vaccinations de masse se font dans un contexte d’incertitude : des procédés de fabrication qui ne peuvent garantir des produits totalement purs, des individus tous différents, dont les capacités de défense ne sont jamais testées avant, ni vérifiées après la vaccination.

Dans ces conditions, n’est-il pas urgent de réfléchir aux conséquences à long terme des vaccinations ? »

Mirko BELJANSKI, ancien Directeur de recherche au C.N.R.S. :

« Le vaccin contre l’hépatite B issu du génie génétique, contient 10/15 fois plus d’activité dangereuse (TdT) que le vaccin traditionnel. Pourquoi tout ceci n’ a-t-il pas été contrôlé avant la diffusion par les puissants laboratoires qui sont derrière ces vaccins ? »

Françoise JOET, Courrier d’Alis, n° 13 :

«

Le plus extraordinaire est que l’on continue à prôner ce vaccin, que les campagnes de vaccination redoublent de zèle, pour inciter les individus à se faire vacciner, alors que pratiquement dès le début de son utilisation, on savait qu’il pouvait déclencher des scléroses en plaques, tout spécialement chez les personnes porteuses du gène HLA DRE.

La mention de la sclérose en plaques figure parmi les effets indésirables de ce vaccin dans toutes les notices qui l’accompagnent.
Comment laisser pratiquer ce jeu de roulette russe par des gens assez cyniques pour prétendre, en toute connaissance des dangers liés à ce vaccin, qu’ils agissent pour le bien de l’humanité ? »

Pr PARIENTE, Le Concours Médical, 20 janvier 1974 :

« Le système immunitaire s’avère particulièrement endommagé à la suite de vaccinations de routine… »
« …Le capital immunologique se trouve substantiellement amoindri chez les nombreux enfants soumis aux programmes vaccinaux courants… »

Le Quotidien du Médecin, 9 mai 1996 :

« …Une simulation antigénétique, en l’occurrence un rappel de vaccin antitétanique, augmente transitoirement l’expression du VIH1 chez les personnes infectées, et rend plus susceptibles au virus les personnes non infectées… »

Celui qui vient, p. 143, citation du Dr SCOHY :

« …La guerre du Golfe pendant l’hiver 1991, aurait dû nous servir de leçon. 50.000 G.I. américains environ sont envoyés là-bas, et subissent au moins 4 vaccins… »

« …20.000 anciens soldats sont malades aujourd’hui. 2.000 sont décédés. Surtout il y a eu en 3 ans 2.000 naissances d’enfants gravement anormaux… »

Dr Louis DE BROUWER (précité) :

« Du fait des vaccinations, les individus sont devenus de véritables réservoirs à virus, et leurs défenses immunitaires sont tellement amoindries que de nouvelles affections incurables et gravissimes apparaissent chaque jour… »

L’impatient, juin 1996 :

 « Hépatite B : LE SCANDALE »

Le Monde, 5 décembre 1996 :

« …Controverse sur l’innocuité du vaccin contre l’hépatite B… »

Science et avenir, janvier 1997 :


« 6 millions de français vaccinés abusivement.
Coût pour la collectivité : 1 à 2 milliards de francs par an »

Le progrès (Lyon), 11 février 1997 :


« Hépatite B : les victimes veulent la vérité sur le vaccin. » Dr Robert Janiak : « Je n’aurai jamais dû être vacciné. 4 % des gens possèdent le même typage HLA que moi, et au total 17 % ont un phénotype à risque. Pour eux la vaccination est une loterie sordide »

Question n° 3 :

 Mais alors, si les vaccins sont inefficaces et dangereux, pourquoi nous le cache-t-on et, pourquoi continue-t-on ?

Réponse :

Quelques déclarations de scientifiques ou quelques articles de presse sur les véritables raisons des campagnes de vaccination.

Le Courrier d’Alis, n° 12 :

« Les médecins doivent obéir aux diktats des experts du ministère, conseillés par les marchands de vaccins, l’obtention de la couverture vaccinale étant le prétexte qui masque à merveille le mercantilisme de l’industrie pharmaceutique… »

« …Il est heureux qu’un nombre grandissant de praticiens découvre les manœuvres de manipulation dont il est l’objet. Leur prise de conscience sera salutaire et permettra de redonner tout son sens à leur profession… »

Dr SCOHY :

« Les campagnes publicitaires en faveur des vaccins représentent un endoctrinement type lavage de cerveau…On utilise tout d’abord la désinformation, avec trucage des chiffres statistiques et amalgame savant de l’effet protecteur du vaccin avec d’autres affections et une annonce de possibilité de contagion totalement fantaisiste. Ensuite on sème la terreur, pour faire croire à l’ensemble de la population que telle maladie est effroyable, mettant au même rang de gravité une banale rougeole et une poliomyélite paralysante. Ensuite on procède à la banalisation de l’acte vaccinal… »

Dr es sciences Jacqueline BOUSQUET :

« Si les dogmes n’étaient pas aussi forts, on pourrait suggérer timidement que les divers virus sont peut-être des effets et non des causes, ou du moins qu’ils agissent en réponse à une ou plusieurs causes situées en amont : dénutrition, et absence d’eau potable principalement, mais aussi endémies anciennes, et…campagnes de vaccinations massives dans le tiers-monde.

Mais on n’a pas le droit, sous peine d’être qualifié d’hérétique. Beaucoup ont essayé depuis Pasteur, d’orienter la médecine sur d’autres voies. En vain »

Source et article complet sur Amessi.org

 

14 commentaires

  • Le veilleur

    Les 5 tactiques psychologiques que votre médecin utilise pour vacciner votre enfant et ce que vous pouvez faire contre ça. Il s’agit de reconnaître que le pouvoir est en VOUS ! C’est VOUS qui avez le pouvoir de dire « oui » ou de dire « non » ! regardez comment !

    http://croah.fr/revue-de-presse/les-5-tactiques-psychologiques-que-votre-medecin-utilise-pour-vacciner-votre-enfant/

  • Thierry92 Thierry92

    On ne peut que féliciter et encourager des parents aimants et responsables.

    http://reseauinternational.net/edifiant-vaccins-linde-poursuit-fondation-bill-melinda-gates/#comment-54877

    Les grands Humanistes s’occupent de notre bien etre et de notre santé.

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    La vaccination c’est tout bonnement du génocide planétaire et rien d’autre ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

  • vaick

    bravo pour leur combat !
    22 études médicales montrent que les vaccins peuvent provoquer l’autisme

    http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/du-reste/sante/22-etudes-medicales-montrent-que-les-vaccins-peuvent-provoquer-lautisme

    Les maladies cardiaques, le cancer et le diabète sont pratiquement inexistantes dans les villages Amish
    ils refusent toutes vaccination
    3 cas d autisme sur les 3 ,2 avait ete vacciner

    http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/2013/06/les-amish-ne-recois-pas-lautisme-et-ils.html

  • sichri

    Il y a un gros problème en France qui s’apparente à une grosse arnaque. Car les 3 vaccins obligatoires ont été supprimés pour les jeunes enfants (en dessous de 6 ans) et les médecins injectent donc des vaccins non obligatoires.

    Donc l’Etat est en faute puisqu’il ne peut offrir ce qui est obligatoire !

    Je suis parent d’un enfant atteint d’autisme et d’une maladie auto-immune que seule la vaccination peut expliquer.

    Vous avez un enfant merveilleux, en pleine santé, joyeux, vif et progressivement il s’enfonce dans les problèmes, est hospitalisé à 5 ans, quatre mois sans marcher, etc.

    Comment on peut handicaper à vie, voire tuer, des enfants sains pour en sauver quelques autres ? C’est contraire au serment d’Hyppocrate, non ?

  • ecs

    Questions
    Les parents sont ils d’accord pour le vaccin ‘obligatoire et légal’? ou contre celui qui ne donne pas le choix dans le commerce ?

    Réflexions

    Est il alors autorisé de ce rendre dans un autre pays pour recevoir le seul vaccin obligatoire en France et revenir avec la preuve de la vaccination


    pour autant forcément qu’il existe quelque part?

  • pat14

    Autres questions d’importances et/ou génantes:

    Le patient ( au sens déjà malade ) a DROIT à une information LOYALE, CLAIRE et APPROPRIEE ceci afin d’obtenir son consentement LIBRE et ECLAIRE avant tout toute intervention thérapeutique.

    Ce n’est pas moi qui le dit, bien (re)lire:

    http://www.conseil-national.medecin.fr/article/article-36-consentement-du-malade-260

    http://www.conseil-national.medecin.fr/article/article-35-information-du-malade-259

    En est-il de même pour le patient à priori en bonne santé, avant vaccination ?

    Quelles sont vos propres expériences personnelles de cette information loyale, claire et appropriée avant vaccination ?

    Mains traitements médicaux sont soumis à la posologie, la science du dosage, un nourrisson de 4 kg ne devant pas absorber la même dose d’un médicament qu’un adulte de 85 kg, logique non. Y a t-il lors de l’achat d’un vaccin le choix de sa version adulte/ados/enfant/nourrisson ?

    L’automédication « C’EST PAS BIEN », un diagnostique précis de la part d’un professionnel avant médication est indispensable, n’est-ce pas. Avant vaccination y a t-il, dans tous les cas, ce fameux diagnostique précis ? Du genre le patient est-il DEJA ou ENCORE immunisé ?

  • Le Gaulois libre

    Extrait de mon livre : Le Troisième oeil et l’infini, en téléchargement gratos ici :

    https://sites.google.com/site/grandoeuvre/telechargements-gratuits

    Mais revenons un instant sur les méfaits des vaccinations. Vaccinations qui constituent la plus grande escroquerie commerciale et scientifique de tous les temps. Elles sont responsables d’un nombre incalculable de décès d’enfants en bas âge et d’adultes, comme l’a démontré, entre autre, le fameux syndrome de la guerre du golfe, ou les méfaits reconnus de la vaccination de l’hépatite B. Ceci sans compter les victimes de ces vaccinations qui se retrouvent dans le développement des allergies, de l’asthme, de l’autisme et d’autres pathologies qui sont habilement dissimulées à la connaissance de l’opinion publique.

    Prenons pour exemple la vaccination par le B.C.G. : En réalité, les expériences de laboratoire sont truquées, les statistiques entièrement inventées, et le vaccin ou du moins son bien-fondé, ne repose sur aucune donnée scientifique sérieuse. Toutefois, grâce à une publicité réalisée sans vergogne et faussement soutenue par des arguments inventés de toutes pièces, grâce aux « mandarins » du corps médical de l’époque qui furent « achetés », le B.C.G. prit rapidement un essor considérable et combla d’aise et d’argent l’Institut Pasteur et un corps médical d’une incompétence et d’une naïveté redoutables. Mandarins, enseignants, propriétaires de laboratoires et l’industrie pharmaceutique, firent voter en 1949, à la sauvette, par l’Assemblée Nationale et par le Conseil de la République, la vaccination obligatoire par le B.C.G. lequel B.C.G., gratuit, est en réalité financé par le contribuable français au travers de son système de protection de santé. La vaccination par le B.C.G. ébranle l’organisme d’un enfant en bas âge et provoque une modification de ses défenses naturelles, en particulier si ces dernières sont déficientes. Mais qui est au courant de ces milliers de décès qui se produisent chaque année en France ? Le secret absolu est la règle. Si quelques nouveaux-nés meurent après avoir subi la vaccination, c’est évidemment dû à des causes inconnues et le diagnostic recommandé est : Encéphalite virale. Votre enfant n’était pas en bonne santé, mais ce n’est pas à cause de la vaccination.

    Preuve que la vaccination par le B.C.G. ne sert à rien : Sur la demande de l’Organisation Mondiale de la Santé, une vaste expérience de vaccination a été réalisée aux Indes entre 1968 et 1971 dans un district comprenant 209 villages et une ville soit 360.000 personnes. Toutes ces personnes ont été divisées en deux lots, dont un a été vacciné à la tuberculine, et l’autre non. Elles ont été suivies dans des conditions rigoureuses durant sept ans et demi. Le résultat a été le suivant : Il y a eu exactement autant de cas de tuberculose chez les vaccinés que chez les non-vaccinés. Autrement dit : « Le B.C.G. ne conférait aucune protection au cours de sept ans et demi de surveillance ultérieure » et la maladie bacillaire frappait beaucoup plus souvent les sujets qui avaient initialement réagi à la tuberculine, après vaccination, que ceux qui n’avaient présenté aucune réaction ». (Rapport du groupe scientifique ICMR/Organisation Mondiale de la Santé NN651 –Genève 1980)

    Un autre exemple nous a été donné par l’actualité. Lors du génocide qui eut lieu au Rouanda, dans les camps de réfugiés une épidémie de choléra s’est déclenchée, l’Organisation Mondiale de la Santé organisa en urgence un programme de vaccination qui n’a pas fait reculer l’épidémie, seule l’arrivée de l’eau potable a fait sérieusement reculer cette épidémie. Et si l’on prend le soin de revisiter l’histoire, il est aisé d’observer que l’amélioration spectaculaire qu’ont connue les pays développés, en matière de santé est d’abord due à l’amélioration des règles d’hygiène, de l’arrivée de l’eau potable courante, et des meilleures conditions d’hygiène de vie.

    – Salamander : Si certaines vaccinations sont légalement obligatoires, n’y a-t-il pas de ta part entorse aux règlements, par la simple contestation de son principe et de son utilité ?

    – Cela se pourrait, mon Salamander, si l’obligation vaccinale était légalement fondée, or, elle ne l’est absolument pas, contrairement à l’idée qu’une puissante propagande tente d’accréditer.

    – L’Art. 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948, ratifié par la France, ce qui en fait donc un droit positif, dispose :  Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. La vaccination obligatoire qui remet en cause ces principes, viole ces dispositions.

    – Le préambule de la constitution de 1946 qui figure dans le préambule de la constitution de 1958, droit positif majeur dispose en son principe fondamental : 11.  Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé…, les risques que fait courir la vaccination obligatoire, entraînant un nombre élevé de décès, ou d’atteintes graves à la santé des personnes, est une violation de ce droit constitutionnel, depuis 1946 !

    – Le nouveau Code Civil reconnaît le  principe de respect de l’intégrité du corps humain.

    – L’Art. 36 du Code de Déontologie Médicale qui précise :  Tout acte médical requiert le consentement libre et éclairé des personnes.

    – Les Arrêts de la Cour du 25 février et 14 octobre 1997, expliquant : Information des patients : « Les praticiens doivent être en mesure de prouver qu’ils ont fourni au patient une information loyale, claire, appropriée exhaustive, sur les risques même les plus légers. Cette information a pour but de permettre au patient de refuser la vaccination proposée en estimant que les risques sont supérieurs aux bénéfices escomptés.

    – La Loi du 4 mars 2002 n° 2002-303, Art. 11, chapitre 1er, modifiant l’Art. L 1111-4 du chapitre 1er du Code de la Santé Publique : Aucun acte médical ni aucun traitement ne peuvent être pratiqués sans le consentement libre et éclairé de la personne, et ce consentement peut être retiré à tout moment.

    – Pour toutes ces solides raisons juridiques, la vaccination « obligatoire » pratiquée depuis 1949, n’a jamais eu de base légale, et n’en a plus en matière d’obligation vaccinale ; obligation qui est de plein droit, anticonstitutionnelle ! Seule une technostructure totalement corrompue, ainsi que les agents qui la servent, a pu délibérément depuis 1949, sous l’hypocrite argument de Santé Publique, imposer par une implacable dictature administrative savamment orchestrée, cette obligation qui n’a servi que de puissants intérêts financiers. Cette corruption étant de même nature que celle qui nous a donné l’affaire dite du « sang contaminé » est donc parfaitement criminelle. Pour toutes ces excellentes raisons, mon Salamander, s’opposer, afin que l’on ne vous dépossède pas de votre droit à votre libre arbitre en matière de santé, est une légitime résistance à l’oppression Art. 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, et ne peut en aucun cas être en infraction avec la loi !

  • sceptique

    reçu ce matin de IPSN:
    Message transféré :

    Vaccin Gardasil ( témoignage d’une maman )
    À : contact@ipsn.eu

    Bonjour,

    C’est en tant que maman que je vous envoie ce mail de colère contre ce vaccin qui aurait pu tuer ma fille.

    Sur les recommandations de mon gynécologue et médecin, j’ai fait vacciner ma fille de 15 ans avec le vaccin Gardasil en pensant que c’était bien. Malheureusement, au bout de la deuxième injection dans l’épaule, ma fille a commencé à se plaindre qu’elle avait mal dans tout le bras droit et les douleurs descendaient dans la main au point de ne plus pouvoir écrire.

    Elle avait atrocement mal et personne ne comprenait. Elle fut paralysée des deux bras et mains et le pire c’est que lorsque nous sommes allés sur l’hôpital Necker ils n’ont pas expliqué ce phénomène et nous ont laissés démunis sans aide. Ma fille n’avait pas le moral et a passé son brevet des collèges sur ordinateur. En tant que parent ça a été très difficile et ne sachant plus que faire nous sommes allés consulter un ostéopathe qui l’a remise sur pied avec des compléments alimentaires qui viennent d’un laboratoire de Montpellier. Elle est suivie tous les 6 mois et elle réécrit. Par contre, elle a toujours le vaccin en elle.

    J’en veux à la terre entière, aux médecins qui n’ont pas su soigner ma fille et à l’hôpital Necker.

    Ne pas vacciner ses enfants même si votre médecin insiste.

    Mme D.
    28190 Fontaine-La-Guyon