L’USS Donald Cook s’est fait déconnecter en Mer Noire

Titre original de l’article : Qu’est-ce qui a tant effrayé l’USS Donald Cook en Mer Noire ?

Le Département d’État a reconnu que l’équipage du destroyer USS Donald Cook est gravement démoralisé depuis qu’il a été survolé en Mer Noire par un chasseur-bombardier russe Sukhoï-24 (Su-24) qui ne portait ni bombes ni missiles mais uniquement un dispositif de guerre électronique.

Sur cette vidéo, le destroyer USS Donald Cook arrive en Mer Noire

pour prendre position à proximité des eaux territoriales de la Russie

Le 10 avril 2014, le destroyer USS Donald Cook arrivait en Mer Noire et le 12 avril un chasseur-bombardier russe Su-24 survolait ce vaisseau au cours de l’incident qui, d’après plusieurs medias, aurait totalement démoralisé l’équipage du navire US, à tel point que le Pentagone a émis une protestation [1].

L’USS Donald Cook (DDG-75) est un destroyer lanceur de missiles de quatrième génération dont l’arme fondamentale sont les missiles de croisière Tomahawk, ayant une portée maximale de 2 500 kilomètres et étant capables de porter des ogives nucléaires. Dans le cadre d’une mission de routine, l’USS Donald Cook est porteur de 56 Tomahawk mais en configuration d’attaque il est muni de 96 de ces missiles de croisière.

Ce destroyer US est équipé du système de combat de dernière génération Aegis. Il s’agit d’un système intégré capable de relier entre eux les moyens de défense antimissile de tous les navires où il est embarqué créant ainsi un grand réseau qui garantirait la détection, la poursuite et la destruction de centaines de cibles en même temps. L’USS Donald Cook est muni aussi de 4 énormes radars, dont la puissance est comparable à celle de plusieurs stations. Pour assurer sa protection, il est porteur en plus d’une cinquantaine de missiles antiaériens de divers types.

Or, le Su-24 russe qui survola l’USS Donald Cook ne portait ni bombes ni missiles mais uniquement un nacelle, installée sous son fuselage, qui, selon la publication russe Rossíyskaya Gazeta [2], contenait un dispositif russe de guerre électronique dénommé Jibiny.

Quand l’avion russe a entamé la phase d’approche, ce dispositif de guerre électronique aurait inutilisé tous les radars, circuits de contrôle, systèmes de transmission d’information, etc. embarqués à bord du destroyer US. Autrement dit, le tout-puissant système Aegis, aujourd’hui incorporé – ou en phase d’installation – aux systèmes embarqués de défense des navires les plus modernes de la OTAN, a été tout simplement déconnecté comme un poste de télé qu’on éteint avec une télécommande.

Le Su-24 russe a ensuite simulé une attaque au missile contre l’USS Donald Cook, déjà rendu littéralement sourd et aveugle. Comme s’il réalisait un exercice d’entraînement, l’appareil russe – non armé – a répété la même manœuvre d’attaque au missile à 12 reprises avant de s’éloigner du destroyer US de quatrième génération.

Après cela, l’USS Donald Cook a tout de suite mis le cap sur un port en Roumanie.

Depuis cet incident, qui reste soigneusement occulté par la presse atlantiste malgré le foisonnement de commentaires parmi les spécialistes du secteur de la défense, le navire US n’a plus approché les eaux territoriales russes.

Selon quelques media spécialisés, 27 marins de l’USS Donald Cook auraient demandé à être relevés du service actif.

Le directeur du centre de recherches sur la guerre électronique et d’évaluation des moyens dits de « réduction de la visibilité » de l’Académie de l’aviation militaire russe, Vladimir Balybine, a émis le commentaire suivant :

 

« Plus un système radio-électronique est complexe, plus simple il devient d’interrompre son fonctionnement par l’utilisation de moyens de guerre électronique. »

Vidéo de présentation du système états-unien Aegis. Actuellement embarqué sur les navires de guerre les plus sophistiqués de l’US Navy et en cours d’incorporation à la panoplie des forces navales de l’OTAN, ce système de défense antimissile aurait été totalement neutralisé en Mer Noire par un système russe de guerre électronique.

Source : Voltaire.net

31 commentaires

  • Grand marabout Grand marabout

    les petits mousses ils jouent à la bataille navale sur canapé,frites coca clim xbox
    code 666..
    http://www.youtube.com/watch?v=gHUqNCDwQj4

  • Comme quoi leur super technologie ne vaut pas un clou. Voilà qui devrait les faire réfléchir.

    • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

      L’intelligence des robots et de la technologie, un bien grand mot, une histoire à dormir debout.

      A tous problèmes il y a forcement une solution.

      Comme l’armée Russe l’a très bien fait comprendre lorsque le sous marin est passé inaperçu aux larges des cotes US en 2013

    • Thierry92 Thierry92

      extrait du site mis plus bas par Pelerin a propos des SU-30

      The unique combat characteristics of the Su-30, at once made it possible for the Indian pilots to confidently defeat their rivals in the sky. In 2004, during the Cope India Indian-American drills, Indian pilots on the Su-30 jets won 90% of the battles against the Americans on the F-15. In an interview with USA Today, General Hal Homburg, the chief of Air Combat Command, admitted the shocking results of mock fighting saying “Russian technology in Indian hands has given the U.S. Air Force a “wake-up call.”
      Read more: http://indian.ruvr.ru/2014_07_31/Su-30-MKI-the-best-in-class/

  • kalon kalon

    Je n’y croyais pas trop au début, pensant qu’il s’agissait d’un hoax mais là, cela commence à se confirmer que lors des attentats du 9/11, les tours auraient été détruites grâce à l’explosion dans les sous sols de mini bombes atomiques !
    http://www.alterinfo.net/les-attentats-du-11-septembre-2001-de-New-York-furent-une-attaque-nucleaire_a106189.html

    • Thierry92 Thierry92

      Je crois que c’est une intox. qui permettra de décrédibiliser toutes les autres tentative de preuves que c’est un coup monté.

      • kalon kalon

        Ben, il faut tout de même se rappeler qu’il a existé du métal en fusion dans les sous sols jusqu’à deux semaines après la démolition et pour garder de l’acier en fusion pendant deux semaines sans apport de combustible, on peut penser à de la fusion nucléaire !
        Sur certaines vidéos, on voyait les pelleteuses sortir de la lave en fusion des décombres.
        Des plaques de granit ont été retrouvées fondues et là on dois parler d’au moins 3000° !

      • engel

        Salut Kalon.
        Mon ami, la « nano-termite » militaire, ça suffit amplement.
        …Pas besoin de soi-disant bombe A!

        Surtout, que les poutrelles étaient revêtues d’amiante. On ne fait pas mieux comme isolant Hte 0° pour conserver la chaleur massique, car plus légère elle surnage.

        De plus,
        La fusion nucléaire d’une bombe A est instantanée.
        C’est même la différence entre une bombe et une centrale nuc.
        Qui elle, effectivement en phase critique, présente une masse en fusion auto alimentée,..le fameux corium!

        donc perso: Haox.

      • kalon kalon

        Admettons que la nano termite puisse avoir ce résultat mais comment expliquer que de l’acier soit est resté en fusion jusqu’à dix semaines après la démolition et que des plaques de revêtement en granit aient été retrouvées fondues ?
        http://www.dailymotion.com/video/xhb4e5_temperatures-extremes-et-acier-en-fusion-a-ground-zero-wtc_news

      • engel

        Je te l’ai dit:
        -Par isolation thermique et ceci, grâce à l’amiante qui surnage au dessus du métal fondu; assurant ainsi son très lent refroidissement.

      • Maverick Maverick

        Il me semble que :
        – La bombe A fonctionne sur le principe de la fission
        – La bombe H fonctionne sur le principe d’une fusion amorcée par une fission (bombe « à étages »).
        Je pense aussi à de l’intox, mais il faut avouer qu’un certain nombre des arguments proposés sont troublants pour le profane que je suis :

        http://tinyurl.com/p83z9md

        La quarantaine de 72 heures, les voitures prenant feu spontanément (EMP ?), le flash soit-disant surtout dans les UV (donc invisible ?) …

        MAIS : Le gros truc (pas le seul) avec lequel je ne suis pas d’accord, reste la signature sismique. Normalement, une explosion nucléaire souterraine a une signature assez caractéristique, et ce point n’est absolument pas abordé dans les « révélations » ci-dessus.

      • engel

        Maverick bien vu.
        Tout à fait, m’étant trompé par inadvertance .
        C’est bien une fission nucléaire, pour la bombe A.

        Mais ceci dit, cette coquille ne change rien aux arguments.

      • yoyo

        On est bien d’accord, ridiculiser l’information alternative. Wikiki wikiki wikiki like Alors julian toujours pas en prison ? Ils sont mauvais cia, fbi, mossad, dgse, interpol, usa, eu, …
        http://tempsreel.nouvelobs.com/vu-sur-le-web/20130826.OBS4397/julian-assange-en-chanteur-a-coupe-mulet-pour-seduire-les-electeurs.html

        On se marre trop ! Ils nous prennent vraiment pour des trous du cul et ça marche à 200 % !

      • Maverick Maverick

        Ca dépend … Finalement, Assange les arrange bien; quand on sait comment il collecte ses renseignements, on peut s’arranger pour lui refiler de l’Intox, et pour faire sa petite cuisine là où il ne regarde pas (si c’est pas sur informatique, Wikileaks ne sait pas faire) http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

    • Non c’est un HOAX Engel a raison c’est une simple démolition contrôlée combinant nano thermite et explosifs cisaillant elle était seulement inversée par rapport au mode classique qui commence par le bas, comme cela a été fait pour le WTC 7.
      En regardant des vidéos sur le net concernant l’utilisation de la thermite, tu pourras constater que ça produit beaucoup de métal en fusion et on apprend à l’occasion que plus le mélange(oxyde de fer/ aluminium) est fin, plus la thermite est efficace. Quand tu vois ce que ça donne avec de la thermite classique: je n’ose imaginer l’efficacité d’un mélange au niveau moléculaire. Les militaires en Guyane qui chasse les orpailleurs clandestins utilisent des grenades à la thermite pour fondre les blocs cylindre des motopompes cachées dans la forêt. Ainsi le simple contenu d’une grenade peut percer un bloc cylindre de part en part juste par gravité et c’est de la thermite classique. Donc pas étonnant de retrouver du métal fondu dans les décombres.

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    « Plus un système radio-électronique est complexe, plus simple il devient d’interrompre son fonctionnement par l’utilisation de moyens de guerre électronique. »

    Ben, oui, ça c’est bien vrai,plus il y a de signaux et d’informations envoyés et reçus, plus il est facile d’en comprendre le fonctionnement et donc de le neutraliser.

    • kalon kalon

      Dans le cas présent, il devrait plutôt s’agir d’un flux neutronique qui met le navire dans une bulle hermétique à toutes les longueurs d’onde.
      Un peu comme si le navire était mis sous cocon.
      Plus aucune onde ne sort ni ne rentre dans le cocon

  • Balou

    Qui se croit supérieur finit par s’endormir sur ses propres lauriers et se fait dépasser, c’est logique. Ça me rappelle une autre histoire qui s’est déroulée dans les années 70 si je me rappelle bien, et qui est racontée dans un livre que je recommande, « La puce et les géants ».

    Un jour, je ne sais plus quelle année, les américains ont pris possession d’un avion de chasse Mig russe, qui a été forcé de se poser en territoire contrôlé par les USA car il avait violé l’espace aérien. Les techniciens militaires US ont démonté l’avion pour voir ce qu’il y avait comme technologie dedans, pour avoir une vue supplémentaire des capacités de l’ennemi russe. Ils furent tous étonnés de voir que l’avion contenait toujours dans son circuit électronique des lampes, comme celles qu’on trouvait dans les vieux postes radio et télé avant l’arrivée du transistor, une des principales révolutions technologiques du 20e siècle. Ha, ha, ces russes, toujours en retard d’un métro, se disaient-ils…

    Ils ont mis un certain temps à comprendre pourquoi c’étaient eux qui étaient largués. Quand ils se sont rendus compte que si une bombe atomique explosait à très haute altitude au beau milieu des Etats-Unis, tous les systèmes électroniques du pays équipés de transistors seraient instantanément hors circuit, ils ont ri jaune…

    La puce et les géants – Eric Laurent (1983)
    « de la révolution informatique à la guerre du renseignement. »

    Cet ouvrage a été publié en 1983 par les éditions Fayard. il apporte un éclairage bien particulier sur l’histoire et l’évolution de ce que l’on appelle aujourd’hui le 5e pouvoir.

    Postface :

    « Ce livre entraîne le lecteur de San Francisco à Tokyo, de Moscou à New-York, dans un stupéfiant tableau des forces et des hommes aujourd’hui le monde.

    1972, New-York : deux agents soviétiques achètent secrètement 20 millions de tonnes de blé.
    Leurs atouts : des renseignements ultraconfidentiels obtenus grâce à l’espionnage électronique.

    1982, San Francisco : 23 Japonais appartenant à l’état major de Mitsubishi et Hitachi sont arrêtés par le FBI. Ils tentaient de voler les inventions des plus grandes firmes électroniques.

    Reagan lance l’opération « Exodus ». Objectif : démanteler les filières soviétiques qui acheminent les plans et produits « top secret » dérobés aux Etats-Unis.

    L’enjeu : pour le Japon, s’assurer la suprématie technologique et devenir la première puissance économique de la planète. Pour l’URSS : acquérir un avantage militaire décisif.

    La cible : la pointe extrême du capitalisme, où s’élabore le 3e millénaire : la Silicon Valley, devenue
    le centre mondial de l’espionnage. Au nord de la Californie, un univers dont la prospérité et la créativité
    reposent sur la plus imparable des alliances, celle du pouvoir économique et du savoir scientifique.

    Là, à 12000km d’une Europe en désarroi, la crise n’existe pas, grâce à un pari constant sur l’audace
    et l’intelligence : des milliards de dollars prêts à s’investir, une nouvelle entreprise crée chaque semaine, plus de 500 millionnaires en dollars, dont la majorité a moins de 30 ans. Leurs inventions bouleversent
    notre monde.

    Face aux sociétés industrielles en déclin, l’apparition d’une économie nouvelle reposant sur l’information et la rapidité. Une révolution informatique qui, à travers les pages de cet ouvrage, apparaît comme l’épopée majeure de ce dernier quart de siècle. « 

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Mouahahahah ! MDR, …dans le fion les ricains http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif ; …Poutine un cran au dessus, et 3 trains d’avance, bande de cloportes ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Grognard

    Intéressant, si les Russes ont cette capacité, voilà qui ne va pas faire rigoler les autorités japonaises qui se sont équipées de 6 destroyers « AEGIS ».
    En effet les capacités de neutralisation de ce système sont peut-être également en possession de l’armée chinoise.

    On peut être certain que cette possibilité est déjà intégrée par le gvt nippon.

  • Urgon

    Par contre, la photo quel bête montage ! qui prend la photo ? un dauphin ?

  • Pierre L

    Il est assez rigolo que le matériel militaire américain soit vulnérable aux EMP.

    On parlait déjà de cela à l’époque de la guerre froide, et des processeurs pneumatiques, ou hydriques, ont été mis au point par les deux clans de la diversion pour piloter leurs missiles balistiques à têtes nucléaires.

    Le fin du fin serait que les Russes fassent en sorte que leur système de brouillage soit efficace à partir de sous-marins en plongée profonde. Ainsi, ils pourraient paralyser, électroniquement parlant, les flottes de navires de guerre sans que cela ne se voit. Est-ce possible ?

  • Grognard

    Je n’ai aucune idée des capacités des sous marins dans ce domaine.

    Par contre je suis tombé sur une vidéo intéressante:
    https://www.youtube.com/watch?v=jpRL_xaqtnA.

    Bien qu’elle concerne la Chine, elle identifie une faiblesse US qui est la dépendance à l’électronique pour faire court.
    La Chine a trouvé une parade aussi simple qu’efficace.

    Dans ce reportage ceux qui l’écouteront entendront plusieurs fois mentionné le terme de « guerre sans limite ».

    Je ne sais pas si cela tien au traducteur et s’il fait allusion a un autre concept chinois : « La guerre au-delà des règles » ou si ce n’est qu’une évolution de la doctrine.

    Plus haut Maverick fait allusion au F35.
    Concernant cet aéronef je suis tombé sur un article – je ne sais plus où – qui considère que le F35 a un but plus politique que militaire en ce sens qu’il vise a priver des pays de leur capacité de recherche et de créer un état de dépendance vis à vis des USA.

    Concernant le F22 Raptor lors d’un exercice contre des Rafales un des F22 a été verrouillé par un pilote de Rafale.
    A leur décharge les militaires US ont affirmés que le F22 n’était pas en configuration « lisse » – terme qui indique que l’aéronef est dans une configuration dans laquelle il n’est équipé d’aucun élément extérieur et qui limite d’autant sa furtivité -.
    Hors il s’avère que les photos prises du verrouillage du F22 prouve qu’il était bien en configuration dite lisse.