Exclusif : Pour écouter le son du big bang, cliquez ci-dessous…

Intéressant…….

La prodigieuse image de notre univers après le big bang (ci-dessus), réalisée grâce aux observations du satellite européen Planck, est dans tous vos journaux. Mais à quoi ressemblait le son des premiers temps ?

Pour le savoir, cliquez ICI

Le scientifique américain Mark Whittle a reconstitué le mugissement de l’univers naissant à partir des données d’une sonde de la NASA. ”Non le big bang n’a pas fait « bang”, écrivions-nous en 2004. Il a commencé dans un silence absolu, suivi d’un gémissement sourd, qui s’est transformé en rugissement, puis en un crissement assourdissant. 

Un « majestueux » accord de tierce majeure a lentement fait place à un accord de tierce mineure, « plus triste », et ces sons ont donné naissance à la première étoile. Mark Whittle, de l’université de Virginie, à Charlotteville, a reconstitué la cacophonie cosmique à partir des données récoltées au cours des deux dernières années par le WMAP, une sonde de la NASA qui recense le rayonnement fossile, c’est-à-dire les dernières lueurs émises par l’Univers brûlant des premiers temps.

Les fréquences observées sont bien trop basses pour être perçues par l’oreille humaine, note le New Scientist. Il faut les transposer à la cinquantième octave supérieure pour pouvoir les entendre. Partant des meilleurs modèles cosmologiques disponibles, le chercheur a retracé leur évolution au fil du temps.

Les sons émis pendant le premier million d’années de l’Univers ont été comprimés à cinq secondes (une seconde pour deux cent mille ans) et le volume est maintenu constant”.

L’image, c’est bien, avec le son, c’est mieux !

 

Pour entendre le son du Big Bang, cliquez ICI

 

Un article de courrierinternational.com, relayé par mich pour SOS-planete

13 commentaires

  • Bidule

    Comprends pas …
    Y a pas de sons audibles dans l’espace puisqu’il n’y a pas d’air pour le transmettre…

    • Il me semble que c’est un peu comme pour les télécommunications :

      Les télécommunications sont considérées comme des technologies et techniques appliquées et non comme une science.

      On entend par télécommunications toute transmission, émission et réception à distance, de signes, de signaux, d’écrits, d’images, de sons ou de renseignements de toutes natures, par fil électrique, radioélectricité, liaison optique, ou autres systèmes électromagnétiques.

      Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9communications

    • Maverick Maverick

      A la base, c’est une fréquence radio …

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Radioastronomie

      Ca devient un son comme la FM ou la C.B., quand on le capte avec un poste adapté … On pourrait même « écouter » le soleil sur un autoradio, si il n’était pas bridé (voir le lien, les fréquences en MHz sont au-dessus ou en-dessous de la « bande FM »).

      L’idée de transformer le signal en son audible, c’est entre autres que c’est plus « palpable », et qu’on peut profiter de notre cerveau pour « traiter » le signal à l’oreille ;-)

    • engel

      En somme,
      On nous vend du vent!
      Mais les romantiques diront : du rêve!

      …Et rêver n’a pas de prix.!
      …Et tout ça au frais du con-tribuable.
      voilà, La boucle est bouclée!!!

      Bidule, Tu as raison :

      -Pas d’air, pas de son !
      …Un point c’est tout!
      Pysiologiquement, c’est ainsi que fonctionne l’oreille humaine.
      Le reste…

  • Pierre L

    Le Big Bang a été réfuté par l’astronome américain Haton Arp, qui a démontré que le redshift de la lumière des astres n’a rien à voir avec leur distance :
    http://www.alterinfo.net/Le-Big-Bang-c-est-quoi-ca_a88198.html

    L’idée de Big Bang est une ânerie inventée pour fabriquer une création profane :
    http://www.alterinfo.net/Imminence-du-point-de-basculement-de-la-science_a84115.html

    L’Univers est fait à 99,999% de plasma.

    Un groupe de scientifiques spécialistes de diverses disciplines a développé une théorie cohérente, qui explique toutes les observations inexplicables par l’astronomie classique (et elles sont nombreuses).

    C’est la théorie de l’Univers électrique du Project Thunderbolts. Elle s’appuie sur les phénomènes électriques découverts par Kristian Birkeland, Hannes Alfvén et des ingénieurs de la branche Plasma Cosmology de l’IEEE, pour continuer l’œuvre explicative du Dr Immanuel Veliikovsky, présentée à l’origine dans son livre Mondes en collision.

    Cette théorie a pour but d’expliquer les observations astronomiques, pour la plupart « étonnantes » de nos jours, par des phénomènes physiques connus et reproductibles en laboratoire, à l’opposé de l’astronomie officielle qui rend les choses encore plus mystérieuses en s’obstinant à vouloir tout justifier uniquement par la force de gravité dans le cadre d’un hypothétique Big Bang.
    Avec l’ère spatiale, quantité de données « étonnantes » venant des satellites réfutent les postulats astronomiques admis. Seulement, au lieu de renoncer à leurs vieilles hypothèses, comme l’impose la démarche scientifique, les astronomes soit intègrent en force les nouveaux faits dans leurs théories préconçues, en imaginant pour cela de nouveaux concepts du style étoile à neutrons, trou noir, matière et énergie noires mystérieuses, reconnexion magnétique…, soit ignorent tout bonnement les faits réfutant carrément la théorie du Big Bang, comme ce fut le cas avec la découverte par Halton Arp du redshift intrinsèque des objets célestes qui, en infirmant toute relation entre le redshift d’un astre et sa distance, anéantit inexorablement l’hypothèse de l’expansion de l’Univers.
    Pourtant, les phénomènes cosmiques les plus « étonnants » peuvent être expliqués par des manifestations électriques et magnétiques dans le plasma, connues et reproductibles en laboratoire.
    Ainsi, sachant que plus de 99% de l’Univers visible est fait de plasma, que le plasma a des propriétés électriques et magnétiques, que les forces électromotrices ont une portée incomparablement plus grande que la gravité, que la manifestation de la décharge électrique est identique à toutes les échelles connues, et que partout dans le cosmos des champs magnétiques, des rayonnements radio, X et gamma, sont détectés : il faut, même avec des œillères, un déni des évidences surhumain pour ne pas voir que, même si elle est encore incomplète, la théorie électrique est bien mieux adaptée que la théorie gravitationnelle officielle pour décrire l’Univers.

    Il est notable que la Cosmologie du plasma soit désormais étudiée et expérimentée dans le Laboratoire National de Los Alamos, un établissement officiel dédié en principe aux armements. Il est aussi notable que les sondes spatiales soient équipées d’appareils de détection des champs magnétiques, des manifestations électriques et des rayonnements radio, X et gamma.

    Tout ceci fait penser qu’il existe deux sortes d’astronomie : une publique, pour amuser les gens, et l’autre non révélée au public, pour étudier et comprendre le cosmos.

  • mandem

    Suis déçu, ça fait un peu pétard foiré en fait :/

    Ou effet spéciaux d’une série des années 70/80 genre L’age de Crystal

  • Emy Emy

    merci voltigeur mééee ce n’est pas la peine on se doute bien que le son du big bang ça c’est un « big » et aprés c’est « bang ».

    nomehoo kesstukoi les moutons sont pas cons.