Les partenaires de Spanghero épinglés dans le foie gras…..

Ça confirmerait un « pps » reçu à propos du foie gras de Labeyrie ? Faire du fric à tout prix sans conscience….

Spanghero, l’entreprise incriminée dans le scandale Findus, est détenue par une coopérative française qui soulève elle aussi des questions liées à la malbouffe. Cette coopérative, le groupe basque Lur Berri, appartient à 5 000 agriculteurs du sud-ouest et réalise un chiffre d’affaires de 1,12 milliard d’euros. Certains de ses partenariats dans le secteur du foie gras sont épinglés par des associations de défense des animaux.

La coopérative est l’actionnaire majoritaire et le fournisseur en palmipèdes de Labeyrie. Elle a une joint-venture avec le leader espagnol du foie gras et du saumon Martiko. Labeyrie et Martiko sont mises en cause par les associations…

Têtes d’oiseaux morts dans les abreuvoirs   

Le site Caracierzos, deuxième producteur de foie gras en Espagne, qui fournit la marque Martiko, a été visité par l’organisation internationale à but non lucratif Igualdad Animal (« Animal Equality ») qui a publié un rapport, une vidéo et des photos de canards morts.

Le site espagnol Publico note :

« Canards morts dans des installations sans filtration de l’air et sans fenêtres, des têtes d’oiseaux morts dans les abreuvoirs, des canards à bec contraint de continuer à se nourrir, des animaux souffrant d’infections oculaires et incapables de bouger. »

Martiko et Lur Berri ont monté ensemble l’entreprise Agropecuria Del Pato (ADP). Dans ce partenariat, Lur Berri fournit des canards prêts-à-gaver élevés en France. Et Labeyrie ? Dans une tribune de Rue89, publiée en décembre 2012 (il y a quelques semaines !), Sébastien Arsac de « L214 », association de protection animale, s’indigne.

Il écrit à propos d’un producteur de foie gras, qui fournit cette marque très présente dans les supermarchés :

« Entrée dans la salle… stupeur. Les canards sont enfermés à quatre dans des cages. S’ils peuvent tout de même bouger davantage qu’en cage individuelle, étendre les ailes reste un défi et le sol grillagé est nu… pas très réglementaire : où est la litière ? Peut-on sérieusement parler de bien-être animal dans ces conditions ? »

Selon un article du Figaro datant de mai dernier, la marque Labeyrie essaye pourtant de monter en gamme et emprunte les codes du luxe. Elle souhaite devenir le « porte-drapeau de l’épicerie fine en grandes surfaces ».

Si ces accusations ne concernent pas Spanghero directement mais ses partenaires, elles soulignent un même état d’esprit que dans l’affaire de la viande de cheval autour de la production de plats au plus bas coût, quelles que soient les conditions et sans autre considération.

 

Auteur : Nolwenn Le Blevennec

Source : www.rue89.com

Article relayé par : jacques pour’ sos-planète

12 commentaires

  • 195402

    gaver des oies , pratique traditionnelle(de mes 2)à abattre !…alors en industriel-intensif laisse tomber !!! tout ça pour qui pour quoi ? le MYTHE du foie gras à abattre !

    • Chegoku Chegoku

      Du bon foie gras, ça reste quand même un met exceptionnel.
      Et même en production artisanale, ça fait souffrir l’animal.
      Ceci dit, la vie de tout animal industriel est une souffrance permanente.
      A partir du moment où nous ne consommons plus de viande sauvage, toute viande dans notre assiette est issue d’une vie de souffrance.

      • Bidule

        Pas nécessairement!
        Tu peux élever qq poulets et qq lapins dans un environnement adéquat de façon à ce qu’ils soient heureux et puis les tuer sans les faire souffrir…

      • Chegoku Chegoku

        Je parlais du foie gras Bidule.

      • Bidule

        ????

        « A partir du moment où nous ne consommons plus de viande sauvage, TOUTE VIANDE dans notre assiette est issue d’une vie de souffrance. »

        Tu parles du foie gras sauvage, c’est nouveau ça????

        « TOUTE VIANDE » C pas le foie gras ça!

      • Chegoku Chegoku

        Tu cherches là!
        Encore que des lapins hors de cage, j’ai testé une fois, jamais plus!
        Le terrain est devenu un gruyère, ils ont creusé sous les fondations des abris, sous les clôtures pourtant bétonnées à 30 cm. Et je te raconte pas la galère quand il s’agissait d’en chopper un.
        L’arbalète ce fut un désastre.
        Retour à la cage fissa.

      • Chegoku Chegoku

        Et des poules qui courent à l’air libre dans un espace suffisant c’est pareil que du sauvage.

      • rouletabille rouletabille

        surtout viser la tête,pas le foie….

      • 195402

        t’as raison mon colon …

  • Bidule

    Ouich !!
    Ça doit faire mal d’être épinglé dans foie!

  • Zangao

    Comme d’hab, les chosialos montrent leurs petits muscles, puis se couchent. Spanghero va pouvoir continuer a remplir ses barquettes de m….. !

  • Marie25 Marie25

    Tout ceci est ignoble et indigne des humains ! Je pense qu’à l’avenir, en fonction de chaque scandale alimentaire, il nous faut boycotter certaines marques… Pour ma part, je ne consomme pas de plats tout préparés, je fais ma petite cuisine avec des ingrédients achetés en local. Mais comme nous sommes dans une région où l’on ne gave pas les volailles, bien obligée d’acheter le foie gras en grande surface. Mais maintenant, fini pour Labeyrie !
    La vraie révolution c’est lorsque les consommateurs n’acheterons plus de produits (téléphone portables, plats préparés….) ça leur fera faire des économies et les fabriquant seront obligés de devenir honnêtes, s’ils veulent vendre !