Dette de la Grèce : la restructuration va renforcer l’euro, selon Goldman Sachs

La Goldman Sachs au secours de l’Europe? Humour? Ironie? Poudre aux yeux? Sachant que depuis de nombreux  mois déjà cette banque spécule contre l’euro et l’Europe afin de faire baisser la valeur de la monnaie unique, seule chance pour le dollar de survivre, on peut sincèrement douter de la franchise de ces banquiers. Mieux, nous pouvons prendre en compte le fait que cette banque aurait infiltré les hautes sphères économiques européennes, pour rappel, les sièges européens étant occupés par des anciens de la Goldman Sachs: le poste de 1er ministre en Grèce, le poste de 1er ministre en Italie, le poste de directeur de la branche Europe du FMI et également le poste de directeur de la BCE, tous des anciens de la Goldman Sachs. Autre fait de prit en compte, cette banque est responsable de la crise des sub-primes et s’est fortement enrichie lors du krach boursier de 1929. Alors, on leur fait confiance sur ce coup là? ;)

Le directeur de l’Institut de Finance internationale Charles Dallara (d) et Jean Lemierre détaché de BNP Paribas sortent du bureau du Premier ministre grec le 20 janvier 2012

La finalisation de l’accord sur l’effacement d’une partie de la dette de la Grèce « va anéantir le danger systémique » qui menace la zone euro, a estimé Francesco Garzarelli, cadre de la banque d’affaires Goldman Sachs, dans un entretien paru dimanche dans un journal grec.

« La conclusion du PSI (Private sector involvement – l’effacement d’une partie de la dette privée, ndlr) et la deuxième aide européenne à la Grèce vont anéantir l’importance d’un danger systémique dans la zone euro, qui provient du maillon faible, c’est-à-dire de la Grèce », a indiqué M. Garzarelli à To Vima.

Cet expert, chef des recherches macroéconomiques de la banque américaine, explique que « d’ici 2014, une partie importante de la dette grecque sera passée du secteur financier privé aux institutions de la zone euro tandis que parallèlement +un accord (européen) sur les finances publiques+ sera appliqué à tous les pays membres, ce qui va entraîner à l’imposition des règles communes sur la dette ».

« Cet accord sur les finances publiques va contribuer à la transformation de vieux titres des Etats –grecs, italiens ou espagnols– en une dette de l’ensemble de la zone euro. Ainsi le pouvoir de l’ensemble (de la zone euro) ne sera pas menacé par la maillon faible (…), la zone euro sera stabilisée », a souligné M. Garzarelli.

Les tractations sur l’effacement d’une partie de la dette grecque se sont poursuivis ces derniers jours à Athènes entre le gouvernement grec d’un côté, et le chef du lobby bancaire mondial, l’IIF, Charles Dallara et le Français Jean Lemierre, détaché de BNP Paribas de l’autre.

Les deux hommes ont quitté samedi Athènes pour se rendre à Paris mais les négociations se poursuivaient avec une équipe d’experts restée à Athènes.

Malgré l’optimisme affiché par les deux parties sur l’avancée des négociations, des détails techniques restaient encore à régler, selon la presse dominicale grecque.

« La finalisation d’un accord « est proche » et « les moments sont cruciaux », souligne Kathimérini.

Des divergences persistent sur le taux d’intérêt de nouvelles obligations qui seront émises après l’effacement de 100 milliards d’euros de la dette privée, soit 50% de la valeur des obligations détenues par les créanciers privés, un sujet épineux qui avait provoqué l’interruption des négociations le 13 janvier.

« Le FMI insiste sur un coupon aux alentours de 3%, ce que Berlin veut également » mais « l’IIF a proposé un taux moyen de 4,35% », relève Kathimérini.

Source: Boursorama

7 commentaires

  • mémé

    « Cet accord sur les finances publiques va contribuer à la transformation de vieux titres des Etats –grecs, italiens ou espagnols– en une dette de l’ensemble de la zone euro
    Donc, on mutualise la dette et comme ça, toute l’Europe est sous le joug. Ce qui fait qu’on aura de plus en plus de mal à s’en dépêtrer.
    Il me semble que l’Allemangne était contre cela.

  • Bouffon

    Pfffiuuu de l’enfumage pour le Pee John’s Club.
    Ils ont 304 Mrd de PIB, 350 Mrd de dette – 100 Mrd de défaut = 250 Mrd de dette qui représente 82% de la dette par rapport au PIB.
    Donc déjà c’est pas 50% mais 33% et en plus, il doivent relancer un économie à l’arrêt, l’état à tout privatiser et il peuvent emprunter max 54 milliards pour relancer l’économie et payé leur échéance.
    La prochaine, le 20 mars c’est 14 milliards pour payé le premier trimestre 2012 à se rythme au printemps 2013, il sont de nouveau à 100% et j’ai même pas compter de budget pour relancer la machine et faut encore espérer que des gens soit d’accord de leur prête de l’argent quand il seront à 90%. D’autant qu’en générale après une faillite t’est un paria sur les marchés pendant 8 à 12 ans.
     

  • roulletabille roulletabille

    rembourser la connerie est IMPOSSIBLE ….
    Inventer la DETTE ha ha ha ha ,ils volent avec ostentation..
    Comme si devoir des chiffres sur PC existe,demander à P Jorion et l’autre affaiblis De lamarche pourquoi ils passent à la TV,ces gens sont des lavettes au service des Rothschild et autres malades..