Paris supprime la gratuité des transports pour les personnes âgées et les handicapés

Paris manquerait-elle d’argent ou bien ses « investissements wi-fi » coutent-ils trop cher? Reste que pour les transports, la gratuité n’est plus ni pour les personnes âgées ni pour les handicapés. Ces deux catégories sont particulièrement touchées par le manque d’argent, que cela soit à cause du chômage ou de la retraite plus souvent faible, sans parler du problème du déchétarisme qui touche de plus en plus de gens, contraints malgré eux d’avoir recours à cette « technique de survie »… Bref, même si la somme à payer est réduite, cela fait toujours cela de moins dans la poche de ces personnes.

La ville de Paris a annoncé aujourd’hui la fin de la gratuité des transports pour les personnes âgées et handicapées, qui devront payer une légère cotisation annuelle. melty.fr vous en dit plus.

Après la polémique visant la RATP avec l’installation du 3G dans le métro, un autre sujet dans les transports va surement faire débat. L’adjointe aux séniors de la mairie de Paris, Liliane Capelle, a ainsi indiqué qu’à partir du 1er novembre 2012, les cartes Emeraude et Améthyste, qui permettaient aux personnes âgées et handicapées de voyager gratuitement à Paris pour la première, et en Île de France pour la seconde, seront désormais payantes. Leurs détenteurs devront acquitter une participation financière de 20 euros par an s’ils sont bénéficiaires d’un minimum social et/ou de la prestation Paris Solidarité. Pour les personnes acquittant un montant d’impôt inférieur ou égal à 2.028 euros, la cotisation annuelle sera de 40 euros. Lire la suite

L’antenne-relais de votre quartier, c’est vous !!!

Une alerte de Robin des toits, pour les possesseurs de « box » dont nous sommes majoritairement les utilisateurs..

Ce message s’adresse à vous si vous disposez d’une « box » d’accès internet mise à disposition par un opérateur télécom (Free, SFR, Bouygues…)

Le saviez-vous ? Votre « box » est la source de non pas un, mais deux réseaux Wi-fi : le vôtre, et un réseau dit « communautaire », qui a une portée beaucoup plus large puisqu’il « arrose » tout le quartier. Ce réseau en accès libre, sert aux personnes qui souhaitent se connecter « en mobilité » à Internet, c’est-à-dire en passant dans la rue ou en faisant une pause dans le parc. Ils se connectent…en utilisant votre boîte !
Les opérateurs procèdent de cette façon, de longue date, pour le Wi-fi. Mais le trafic va encore s’intensifier puisque pour faire face à la charge du réseau, ils s’apprêtent à utiliser également les box individuelles pour les communications en 3G !   Lire la suite

Les centres commerciaux « quatre étoiles » arrivent en France

Je ne sais plus quel économiste SÉRIEUX a dit qu’il fallait arrêter de consommer, que non seulement cela n’allait pas aider la croissance à l’heure actuelle, mais que également cela ne pouvait pas vous aider quand à l’avenir! Pourtant si on écoute les médias, les politiques, les « philosophes qui savent soit disant tout » et les autres cerveaux de ce pays, il faut au contraire continuer, claquez votre argent, dépensez-le, faites travailler les banques, prenez vous la dernière télé à écran plat, etc… Et c’est là qu’arrivent les nouveaux centre commerciaux 4 étoiles, ceux dans lesquels on va par plaisir! Alors quand je vois cette masse de mouton opter pour les grandes surfaces comme promenade dominicale (mieux encore qu’une balade en forêt non? :quiet: ), qu’est-ce que cela va être avec ces 4 étoiles…..

Centre commercial de la Confluence à Lyon, le 6 avril 2012.

Voituriers, groom pour porter les paquets, cireur de chaussures, Wi-fi gratuit: après le centre Carré Sénart, en Seine-et-Marne, les centres commerciaux labellisés « quatre étoiles » arrivent en France, misant sur la séduction, à l’instar de celui de la Confluence inauguré cette semaine à Lyon.

« Les gens en ont assez qu’on répète les mêmes concepts, ils veulent de la diversité, de l’émotion, de la sensualité », proclame Guillaume Poitrinal, président du directoire d’Unibail-Rodamco, leader européen de l’immobilier commercial et propriétaire de 33 centres en France. Son objectif: « rendre le service +quatre étoiles+ accessible à tous ». Lire la suite

Les meilleures techniques informatiques des services secrets français

C’est le genre de sujets avec lequel il n’y a pas grand chose à rajouter, tout est dit! Pour leur échapper si vous êtes surveillés: ordinateur éteint, clé USB pour accueillir les fichiers sensibles, aucune connexion active, bref, la paranoïa totale(-ment justifiée?).

http://i29.servimg.com/u/f29/13/79/96/90/dcri10.jpg

En marge de leurs investigations sur le patron de la DCRI, les auteurs de L’Espion du président décrivent les capacités de surveillance des hommes de l’ombre. Voici les meilleurs passages:

Qui est L’Espion du président, dont parle l’ouvrage édité par Robert Laffont en janvier dernier ? D’après ses auteurs, ce serait Bernard Squarcini, le patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Les trois journalistes – Olivia Recasens, Christophe Labbé et Didier Hassoux – ont mené l’enquête, et ils décrivent de manière fort intéressante les techniques informatiques sur lesquelles s’appuient ces espions… et comment y faire face. Extraits(*).

(*) Cet article s’appuyant sur la lecture d’un exemplaire numérique, les références sont données en [numéro d’emplacement Kindle].

Siphonner les ordinateurs

La DCRI dispose d’une équipe de serruriers… du net. Des informaticiens capables de voyager dans le temps en retrouvant tout ce qui a été tapé sur un clavier jusqu’à un million de caractère en arrière ou d’aller aspirer, à travers la Toile, le contenu du disque dur d’un ordinateur sans laisser de traces. Pratique lorsqu’on veut, par exemple, mettre la main sur les épreuves d’un livre embarrassant pour le « Château »(*). Pour casser un disque dur trop récalcitrant, le DCRI peut toujours faire appel aux experts de son centre d’assistance, l’armée de réserve logée à Boullay-les-Troux (91). Un savoir-faire hérité de la DST qui, dans les années 90, avait retourné des hackers. [1504/3618] Lire la suite

En bref… En bref… En bref…

J’ai finiiiii! Terminé pour ce soir la grosse revue de presse que j’ai concocté! Et il y a du contenu, donc au final, j’ai un peu menti sur le titre, ce n’est pas aussi bref que cela…  Je n’ai pas tout mit, il y en a trop, mais vous avez déjà un vaste aperçu de l’actu qui est tombé dans mes flux… Allez! On traine pas, on attaque, y’a de l’info! ;)

Argent et politique:

  • Olivier Delamarche au meilleur de sa forme qui nous explique TOUT concernant la taxe sur les transactions financières, en gros, c’est du grand n’importe quoi! Surtout que cette taxe existe en France depuis 10 ans et à été votée en 1991 sous le gouvernement Jospin. D’ailleurs, l’UMP était contre à l’époque…

http://www.youtube.com/watch?v=ISnX2QKMmtA&feature=player_embedded

Des lumières de rue utilisées pour faire de la surveillance civile: George Orwell n’y avait même pas pensé!

Mais ils sont devenus fous!!! Maintenant même les lampadaires seront des alliés de « big brother »!!! Fascisme total, contrôle et surveillance de la population, nous sommes dans le grand n’importe quoi depuis pas mal de temps déjà, mais il y en a qui arrivent encore à faire pire!!! Peut être le pire (et ça va plaire à beaucoup cela), la société qui vend ces lampadaires s’appelle Illuminating Concepts!!!

Des lumières de rue sont installées dans les villes américaines pour non seulement permettre au Département de la Sécurité Intérieure (DHS) d’émettre des messages d’urgence et d’effectuer de la surveillance vidéo, mais aussi pour enregistrer les conversations des gens.
La compagnie Illuminating Concepts défend son produit, appelé les « Intellistreets », en disant qu’il ne représente pas une intrusion dans la vie privée, que cette technologie n’est pas « big brother ».
Ces lampadaires intelligents se retrouvent, jusqu’à maintenant, dans la ville de Détroit, Chicago et Pittsburgh. Ils sont présentés comme des mesures de protection, de surveillance, parce qu’ils sont reliés à un système d’alerte du DHS.  Ils enregistrent tant les images que les sons. Le propriétaire de l’entreprise, Ron Harwood, a été accusé de travailler de concert avec le Homeland Security et de mettre en place un réseau de haute technologie relié via un puissant système wi-fi.
Harwood a déclaré que les lumières de rue vont nous faire sentir plus en sécurité et plus heureux car ils représentent la manière dont les entreprises et le gouvernement peuvent travailler ensemble pour créer des avantages économiques, environnementaux et sociaux!!!
Selon lui, cette technologie n’est pas une menace à la vie privée puisque leur existence est rendue publique.
Ces lampadaires de surveillance portent un potentiel d’espionnage sans limite, comme font les caméras de surveillance en Angleterre où des ordres peuvent être donnés via des haut-parleurs pour dire aux gens de ramasser leurs déchets ou de quitter la zone. Lire la suite

Z….

Cet article de Menthalo fait froid dans le dos, force est de constater, que le chemin est de plus en plus court pour arriver à ce cauchemar annoncé…..

Quant aux peuples, ils possèdent encore des biens au soleil, des immeubles, des terres, des forêts. Ceux qui ont emprunté ne pourront bientôt plus payer leurs traites et seront saisis par les banques. Les Voraces augmenteront massivement les impôts sur la propriété pour forcer les autres à vendre à vil prix… à vil prix puisqu’il n’y a plus d’acheteurs, car les Voraces auront bientôt supprimé tout crédit.

Lire la suite

Commotion! le projet d’un internet hors de tout contrôle..

Un immeuble confortable et anonyme, au cœur de Washington, à quelques rues de la Maison Blanche. Dans une enfilade de bureaux au fond du 5e étage, une vingtaine de jeunes gens, surtout des garçons, travaillent discrètement, dans une ambiance à la fois studieuse et décontractée.

Cette petite équipe, composée d’informaticiens, de juristes et de sociologues, est en train de réaliser l’utopie suprême des hackers et des militants libertaires du monde entier : un logiciel permettant la création de réseaux sans fil à haut débit 100 % autonomes, qui fonctionneront sur les fréquences Wi-Fi, sans s’appuyer sur aucune infrastructure existante – ni relais téléphonique, ni câble, ni satellite.    Lire la suite

Mobiles : les vrais dangers et les fausses peurs

Hello, les enragés :-)

Je lis vos articles tous les jours depuis environ 1an, et je me lance aujourd’hui et vous propose de parler de ce sujet. Une lectrice parmi tant d’autres ;-)

++ laet

Mobiles : les vrais dangers et les fausses peurs
©REA
Prenez vos précautions, car les doutes sur la nocivité des ondes des téléphones portables se confirment. Mais tous les modèles n’émettent pas aussi fort !

Début juin, l’Organisation mondiale de la santé a classé les ondes émises par les portables parmi 267 agents «peut-être cancérigènes», au même titre que les vapeurs d’essence ou le plomb. Ce «peut-être» signifie que la science n’a pas établi une relation de cause à effet entre l’exposition aux ondes et la survenue de certains cancers, mais que cette association est jugée «crédible», sur la base d’études montrant une hausse de 40% des risques de tumeur au cerveau chez les gros utilisateurs (une demi-heure par jour pendant dix ans en moyenne). Pour appliquer le principe de précaution, voici les recommandations à prendre au sérieux… et celles qui ne servent à rien. Lire la suite

Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle

L’avenir d’internet sera-t-il dans un tel projet, un projet fou, ambitieux mais qui peut aussi faire rêver! Seulement, qui dit « aucune barrière » dit aussi abus en tout genre comme la circulation de fichiers complètement illégaux. En attendant, cela reste un projet non réalisé qui peut être ne verra jamais vraiment le jour…

Une vingtaine de jeunes gens finalisent un logiciel permettant la création de réseaux sans fil à haut débit 100 % autonomes, qui fonctionneront sur les fréquences Wi-Fi, sans s'appuyer sur aucune infrastructure existante.

Une vingtaine de jeunes gens finalisent un logiciel permettant la création de réseaux sans fil à haut débit 100 % autonomes, qui fonctionneront sur les fréquences Wi-Fi, sans s’appuyer sur aucune infrastructure existante.Conspiritech / Wikimedia commons

Un immeuble confortable et anonyme, au cœur de Washington, à quelques rues de la Maison Blanche. Dans une enfilade de bureaux au fond du 5e étage, une vingtaine de jeunes gens, surtout des garçons, travaillent discrètement, dans une ambiance à la fois studieuse et décontractée. Cette petite équipe, composée d’informaticiens, de juristes et de sociologues, est en train de réaliser l’utopie suprême des hackers et des militants libertaires du monde entier : un logiciel permettant la création de réseaux sans fil à haut débit 100 % autonomes, qui fonctionneront sur les fréquences Wi-Fi, sans s’appuyer sur aucune infrastructure existante – ni relais téléphonique, ni câble, ni satellite. Ils seront mouvants, horizontaux, entièrement décentralisés et échapperont à toute surveillance, car le trafic sera anonyme et crypté.

Lire la suite

1 6 7 8 9