Communisme, Mondialisme et dépopulation.

Par Rodlediazec

Si vous pensez que le communisme est l’idéologie prolétarienne que les marxistes ont martelée pendant des décennies, jusqu’à nous trouer la boîte crânienne, il faut vite laver le système cognitif à la brosse à dents, avec un mélange de bicarbonate de soude et du vinaigre domestique pour une propreté irréprochable. Malgré cela, des traces risquent de perdurer, d’où la nécessité de recourir souvent à ce procédé pour un résultat optimal.

Enfonçons-nous bien dans le crâne que le communisme n’a jamais été l’affaire des prolos ! Les pauvres gens n’ont rien à voir avec le machiavélisme des élites.

Les petits soldats du marxisme, formés à l’école de « réponse à tout », diront sans ciller que la première étape du communisme est (naturellement !) la dictature, oubliant le paradoxe comme on écrase un mégot sur la conscience !

Profitant du désordre accumulé dans le cerveau des « masses prolétariennes », écartées des connaissances les plus basiques, traitées comme des animaux de portage, le capitalisme testait sous faux drapeau un variant expérimental, avec une opposition sous contrôle, telle que nous la voyons aujourd’hui s’épanouir dans tous les parlements du monde, au nom d’idées dites « révolutionnaires ». Tout commerce se doit d’avoir une vitrine bien achalandée, n’est-ce pas ?

C’est dans la rivalité de deux concepts et d’une même matrice qu’est né le capitalisme d’État et le fameux « rideau de fer ». Le combat farouche et parfois mortel entre gens du même bord se disputant âprement le pouvoir, comme dans une partie d’échecs, était la mise en scène qui permettait le contrôle absolu des masses. Avec ou sans l’État, vous en conviendrez, le capitalisme avait déjà gagné son combat contre les peuples par KO technique.

Dans son cheminement vers la « lumière », la nécessité d’un totalitarisme d’accompagnement était la carotte imaginée pour faire avancer l’âne. Il s’agissait de faire croire au peuple que la dictature du prolétariat servait à faire disparaître les riches et mettre enfin un terme à la misère. C’était d’autant plus habile de la part du capitalisme que le peuple restant numériquement la force sans laquelle les élites ne pourraient jamais réaliser ce qu’elles ont réussi magistralement par la manipulation des esprits : le crime parfait.

La télévision (ou tout autre média mondialiste), servant de guide, sera l’auxiliaire idéal. Pour vous faire atteindre ce niveau de savoir lustré au vernis de l’ignorance en fabricant des faux ennemis et des vraies guerres ; vous inculquant de la terreur, de la haine et du fanatisme. Jusqu’à nous faire atteindre cet état de bovin grâce auquel nous brouterons de l’herbe synthétique que l’on prendra pour du foin de la meilleure facture, et étancher la soif avec des solutions à base de Roundup que nous prendrons pour de l’eau cristalline tirée des sources les plus pures. La vaccination Covid faisant entièrement partie du même procédé.

C’est ça l’Agenda mondialiste et son communisme bestial. Autrement dit, la face occulte du totalitarisme à l’échelle du monde dont a toujours rêvé l’élite.

Si, comme c’est le cas actuellement, l’État vient vous dire que vous devez bêler comme un mouton, sous peine d’être envoyé dans un camp de rééducation pour refus d’obtempérer, vous le ferez comme le ferait un bon mouton…

Ça c’est pour commencer. Le reste n’est que la suite logique de ce qui précède. Si ce même État annonce qu’il va saisir les biens que vous avez construits à la sueur de votre front, pour construire ce « Monde meilleur » pour lequel vous ne militez pas du tout, vous découvrirez, trop tard, que cette version du « communisme » dont vous ne voulez pas en entendre parler est mondialisée par  l’ultralibéralisme, poussé au train par le pouvoir occulte dont on parle beaucoup et qu’on ne voit pas ou à peine !

Tel est le programme des mondialistes : l’extermination de la moitié de la population de la planète pour que l’autre moitié jouisse d’une « vie durable » !

Evidemment, dans cette heureuse moitié restante, les mondialistes seront aux premières loges !

Sous l’Casque d’Erby

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

9 Commentaires

  1. L’homme est comme le loup. Il se réunit en bande pour être plus fort. Et c’est ce qu’il a fait, en créant des sectes de toutes sortes et actuellement c’est autour des satanistes de l’emporter.

  2. « le communisme n’a jamais été l’affaire des prolos ! ».
    En effet, le Marxisme paraît défendre les travailleurs parce qu’il semble vouloir tout remettre au pouvoir de l’État afin d’assurer une meilleure répartition des biens et des fortunes, alors qu’en réalité son but est, en conquérant les masses ouvrières par la ruse, de tout accumuler entre les mains des « puissances d’argent », dissimulées et camouflées derrière des partis politiques qu’elles contrôlent, qu’ils soient socialistes ou communistes.
    Les principaux éléments du capitalisme libéral, la grande entreprise ne sont nullement antipathiques au communisme. En effet, le noyau du Manifeste du Parti communiste de Karl Marx et Friedrich Engels consistait en des politiques capitalistes monopolistiques comme la centralisation du capital et l’organisation des travailleurs. Joseph A Schumpeter, qui a enseigné à David Rockefeller à Harvard, écrit (Capitalism, Socialism and Democracy) : « Les vrais stimulateurs du socialisme n’étaient pas les intellectuels ou les agitateurs qui l’ont prêché, mais les Vanderbilt, les Carnegie et les Rockefeller ».
    D’un point de vue économique, le Capitalisme monopolistique et le Socialisme sont tous deux les ennemis de la libre concurrence, car la concurrence et les forces du marché, lorsqu’elles ne sont pas « concentrées » dans les mêmes mains, permettent à d’autres de prospérer et, surtout, d’être indépendants. Un gouvernement communiste peut organiser le contrôle social de manière à garantir et à protéger la concentration de la richesse ; le gouvernement communiste peut donner à des cartels le contrôle des matières premières et des marchés, et leur accorder de gros contrats et s’endetter à l’infini auprès d’eux. Chaque secteur de l’économie étant, in fine, contrôlé par une poigné de cartels, réalisant ainsi cette « gestion des contraires » très chère aux organisations secrètes globalistes.
    « Le système capitaliste de l’Occident et le socialisme de la Russie cheminent l’un vers l’autre, vers la solution de synthèse… » écrit Edgar Faure en 1964, dans « Humanisme et Culture ».
    La « solution de synthèse » dont il est question ici, n’est-elle pas l’aboutissement de ce processus désagréable qu’aujourd’hui nous voyons bien réellement se mettre en place sous l’appellation de « Globalisation » ou « Nouvel Ordre Mondial » ?
    NB : En 1905, le tsar Nicolas II refusa d’accepter la création sur le sol Russe d’une Banque centrale, comme cela arrivera en 1913 avec la « Federal Reserve » aux USA, banque qui, au moyen du contrôle du crédit, aurait permis aux « puissance d’argent » de contrôler l’économie Russe. Le premier organisme bancaire central en Russie a été créé le 12 juin 1860 sous le nom de Banque d’État de l’Empire russe, qui a été formée sur la base de la Banque commerciale d’État par l’oukaze (décret ou édit) de l’empereur Alexandre II. Il était précisé dans les statuts que cette banque était destinée au crédit à court terme du commerce et de l’industrie. Au début de 1917, la banque comptait onze succursales, 133 bureaux permanents et cinq bureaux temporaires et 42 agences. Le 7 novembre 1917, date de la « révolution d’Octobre », la Banque d’État Russe a été dissoute et remplacée par la Banque populaire de Russie ; on passera alors d’un Gouverneur de la banque nommé par Nicolas II, à un Président du Conseil d’Administration nommé par le Premier ministre de l’Union soviétique, en l’occurrence Lénine. La Banque populaire de Russie existera jusqu’à la création, en 1923, de la Gosbank (banque centrale de l’Union Soviétique) devenue depuis décembre 1991, la Banque centrale de la fédération de Russie.
    Rappelons que les banques centrales sont aujourd’hui l’élément pivot, fondamental, du système monétaire mondial. En prenant le contrôle des monnaies, ces « puissances d’argent » ont pris le contrôle des économies puisqu’elles étaient en mesure de décider, en toute autonomie et de façon discrétionnaire, de l’affectation des ressources monétaires.
    Pour ceux qui l’auraient oublié, cette vérité a été directement précisée par l’un des fondateurs de l’oligarchie financière : « Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation et je n’aurai pas à m’occuper de ceux qui font les lois ».
    Blog : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    • Excellentissime !!! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    • …D’autant plus, que dés le début le socialisme, tout comme celui de l’anarchisme, fut financé par La Banque.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
      ..Et leur discrète empreinte est partout, n’en déplaise à tous les cocus.

    • Sauf si le VRAI communisme est est un réellement, comme ici. C’est un concept dur, parce qu’il implique l’effort de TOUS et chacun , toujours. En revanche, la sensation de faire partie d’un TOUT, et d’y apporter sa propre sensibilité, doit être fabuleuse. L’anarchie, c’est la puissance de TOUS au service de TOUS. Et bien entendu pas la pagaille qu’attendent les prédateurs.

      • Mais comme le disait si bien Platon l’histoire est un éternel recommencement…

        Tyrannie – révolution – chaos – anarchie- démocratie – timocratie – L’oligarchie – Tyrannie ect… et tant que l’homme n’aura pas comprit qu’on ne doit en aucun cas délégué le pouvoir à un groupe d’homme ou a un individu ce cycle recommencera.

        Les pires ennemis de l’humanité sont la paresse, la peur et la luxure, les politiques l’on très bien compris c’est pourquoi le peuple continue à remettre leur avenir entre leurs mains par peur, paresse et manque de courage.
        Le communisme n’est qu’une autre forme d’illusion d’une société égalitaire basée sur le mérite et les compétences de chacun.

      • La seule fois où j’ai vu du vrai « communisme » c’était pendant mes trois ans d’école militaire. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
        Nous ne possédions rien ….et nous aussi devions obéissance à un « politburo ».
        Même pas nos fringues, sous vêtement intime inclus, ne nous appartenaient. Nous étions absolument tous pareil sans aucun signe distinctif permettant de flatter l’égo. Rien n’était permis si ce n’est une montre des lunettes de vue et un médaillon fusse -t’il caché, sinon absolument rien d’autre. Tout le reste était collectif.
        Pour la petit histoire, ma tenue de tous les jours pendant deux ans s’appelait officiellement « tenue Mao ».https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • Vl’a un article qui à de la gueulle ainsi qui le commentaire de Etirev !

      Donc des ingénieurs dans toutes les disciplines qui, connaissant le problème ne veullent pas participer soit à l’un ou l’autre car que se soit le capitalisme ou le néoprout ,ils sont tout les deux destructeurs et empéchent toute liberté car les banques sont controlées par les mêmes : vatican ou synagogue ….Les deux là je les ai dans ma ligne de mire comme les vélociraptor en chasse et pour mémoire vous pouvez consulter ce que j’ai mi en ligne concernant le rav titou et l’ivasion islamique de l’inde et recemment concernant le commerce des esclaves importer par françois xavier au japon et arrété net par le toyotomi hideyoshi……….le grand comme Yuu ! Donc dans les fait les trois filliales du monothéisme sont des calaupards de la pire espèce donc : Aucune collaboration en quoi se soit !
      Pour les autres j’ai expliqué la cause du problème et que vous prenniez les disposition ou pas : ça c’est vôtre affaire car j’ai plein d’autre outil dans ma caisse et des solutions en pagailles mais pas pour le sabre et goupillion ou autre groupe sectaire zigouilleur de mouton pour des rituels ridiculles !

  3. Une théorie dont peux de gens peuvent y adhérer.
    Ça résout tous les problèmes politiques mais ça fait mal de se savoir manipulés comme des animaux sous-développés.
    https://electra2zeiss.forumactif.com/t18886-revelations-galactiques-pour-un-monde-nouveau-livre-de-anne-givaudan?utm_campaign=popular&utm_medium=topic&utm_source=newsletter
    Je n’ai pas lu son livre mais ça doit bien faire comprendre qu’une classe très supérieure décide de notre sort depuis la nuit des temps.
    Nous sommes tous organiques et c’est pour des expérimentations de notre modification cellulaire avec une grosse mise en corbeille pour la moitié des humains que la vax a lieu avec un agenda très concret.
    Ce qui me dérange le plus c’est de rester dans l’ignorance des commanditaires dont personne ne sait dire qui décide de toutes ces aberrations actuelles.

Les commentaires sont clos.