Des livres géants fleurissent dans le monde entier! par Pierre Martial..

Rien ne vaut un bon livre en papier pour lire, revenir sur un chapitre, relire, garder. Il y en a pour toutes les bourses avec les éditions de poche, pour que ce soit accessible tous. Chez soi, de beaux ouvrages dans une bibliothèque est un plaisir. Aimez vous les livres ? Malgré Internet et les livres numériques, nos ouvrages ont le vent en poupe et n’ont pas disparu heureusement. Partagez ! Volti

******

Auteur Pierre Martial

“Mettez des livres partout!”, écrivait Victor Hugo en son temps. S’il revenait aujourd’hui parmi nous, il en pleurerait de joie, tant les livres sont de plus en plus présents autour de nous et de toutes les façons possibles et imaginables.

Après les boites à livres, qui poussent un peu partout dans le monde, les opérations de bookcrossing au cours desquelles des milliers de livres gratuits sont “lâchés” dans les villes, et la multiplication des librairies “nomades” qui, en camion, à pied, à vélo ou même à dos de chameau dans certains pays, vont à la rencontre des petits et des grands, voici maintenant qu’apparaissent et se multiplient, un peu partout dans le monde, des fresques murales géantes représentant des livres!

A Kansas City, aux Etats-Unis, 22 livres géants de sept mètres sur trois accueillent les visiteurs de cette bibliothèque!

C’est une des plus anciennes fresques murales représentant des livres.

Réalisée au début des années 2000, elle a été inaugurée en 2004. Elle recouvre la quasi totalité de la bibliothèque municipale de Kansas City, qui se trouve dans un magnifique bâtiment centenaire, ancien siège de la First National Bank.

Baptisée « Community Bookshelf“, cette oeuvre de street art représente 22 livres géants, chacun mesurant plus de 7 mètres de haut sur 3 mètres de large.

Les livres choisis sont ceux étant le plus lus par les habitants de la ville. On y trouve, entre autres, Roméo et Juliette, Farenheit 451 et le Seigneur des anneaux.

Destinée à attirer l’attention des passants, cette fresque, en forme de rayonnages de bibliothèques emplis de livres sert aussi à camoufler les deux garages à étages qui encadrent la bibliothèque.

Devenue célèbre non seulement dans tout l’état du Missouri mais aussi dans le monde entier, cette bibliothèque est maintenant un véritable centre culturel avec exposition permanente, café et salle de cinéma (installée dans l’ancienne salle forte de 10 tonnes de l’ex banque!).

Jolie revanche pour celles et ceux qui préfèrent, à l’implacable froideur des temples de la finance et de la spéculation, la douce beauté de l’art et des livres…
A Incheon, en Corée du Sud, la plus grande fresque de livres au monde a nécessité 865.000 litres de peinture!

Il y aura fallu 865.000 litres de peintures et 22 street artistes pour réaliser cette colossale fresque sud-coréenne s’étendant sur 23.688 mètres carrés!

C’est la municipalité d’Incheon, voisine de l’ile Wolmi, ainsi que les autorités portuaires, qui ont commandité cette impressionnante oeuvre artistique peinte sur 16 vieux silos à grains de 48 mètres de haut.

Le thème choisi, – les livres – l’a été en raison du fort attachement de la Corée du sud pour la lecture (on se souvient, entre autres, de son surprenant train-bibliothèque).

Cette fresque est non seulement à couper le souffle quand on la voit de près, mais c’est également, très officiellement, la plus grande fresque extérieure au monde, tous thèmes confondus.

Le « record » a été validé en décembre 2018 par les pointilleux – et improbables -inspecteurs du célèbre Guiness Book, tout spécialement dépêchés sur les lieux pour l’homologation officielle.

Que la plus grande fresque au monde à ce jour représente des livres fera désormais la joie – et la fierté! – de toutes les aficionadas et tous les aficionados du livre!
A Utrecht, aux Pays-Bas, la toute dernière-née des fresques géantes occupe 3 étages d’un immeuble

Elle date de quelques jours à peine et elle est l’œuvre de deux jeunes street-artistes particulièrement actifs dans leur pays: Jan Is De Man et Deef Feed.

La peinture gigantesque qu’ils ont réalisée sur les murs d’une résidence de trois étages à Utrecht, à l’angle d’Amsterdamstraat et de Mimosastraat représente les 49 livres préférés des habitants de ce quartier.

Ecrits en 7 langues différentes (polonais, allemand, anglais, turc, arabe et néerlandais), ces ouvrages se veulent l’illustration et la preuve que le livre ne connait pas les frontières et sait toujours être multiculturel!

En France, Lyon et Aix en Provence, médailles d’or des fresques livresques

La France n’est pas en reste dans cette floraison internationale de fresques murales représentant des livres. Bien au contraire! On pourrait même affirmer, sans risque de se tromper, qu’elle fut parmi les tout premiers pays à recouvrir des murs de bouquins géants!

C’est par exemple le cas d’Aix en Provence. La bibliothèque municipale Méjane, installée au sein de la Cité du Livre (ancienne usine d’allumettes de 14.500 mètres carré), se reconnaît de fort loin, même sans lunettes!
Trois livres monumentaux encadrent son entrée depuis 1989: Le Petit Prince de Saint-Exupéry, L’Etranger de Camus et une biographie de Molière.
Seul petit bémol à cette magnifique œuvre: on ne peut repartir avec aucun de ces ouvrages, même avec sa carte de bibliothèque dûment validée!

Mais, de toutes les villes françaises où fleurissent des fresques livresques, c’est incontestablement, la cité lyonnaise qui emporte la palme des oeuvres murales les plus nombreuses, les plus anciennes et les plus remarquables.

Celle, par exemple, qui recouvre les deux immeubles de cinq étages abritant la Bibliothèque de la Cité, située au centre de Lyon tout près des bouquinistes, est parmi les plus époustouflantes.

Sur plus de 400 mètres carré s’étale une bibliothèque démesurée dans laquelle trônent plusieurs centaines de livres. Tous sont des ouvrages signés par des écrivains de Lyon ou de la région, parmi lesquels Frédéric Dard, Elsa Triolet, Louis Calaferte, Rabelais, Voltaire et même… Bernard Pivot!

De nuit, l’éclairage chargé de mettre la fresque en valeur, la rend encore plus impressionnante et nombreux sont les passants qui s’y arrêtent de longues minutes, comme hypnotisés par les livres géants.

Ces « murs peints » (comme on qualifiait les fresques avant l’apparition du street-art) sont l’œuvre d’un collectif d’artistes lyonnais, baptisé Cité Création, qui officie depuis plus de 30 ans et a, à son actif, plus de 400 fresques réalisées dans le monde entier, parmi lesquelles de nombreuses représentent des livres.

Chapeau, les artistes!

Et que vivent partout les livres sous toutes leurs formes!

Bien à toutes et à tous.

A partager le plus largement possible, mes amies et amis!

Partager, c’est déjà agir.

Pierre Martial
Ecrivain et journaliste

Voir d’autres articles

Un commentaire

  • Graine de piaf Graine de piaf

    J’adore lire depuis ma plus tendre enfance. A 4 ans je savais déjà lire, puis petite fille toujours malade alitée, je passais mes journées le nez dans les livres que me rapportait ma mère de la bibliothèque. Pas des livres pour enfants (sauf un toujours le même) qui m’ennuyaient profondément, mais les « bons » auteurs, à 8 ans je lisais Balzac, à 10 ans Victor Hugo, en commençant par son théâtre – j’ai toujours ces trois livres édités en 1844, les pages sont jaunies, mais ils sont toujours aussi chers à mon cœur – mon auteur préféré, puis tous les autres se sont succédés.
    Pendant la guerre de 40, j’étais encore bien petite, j’allais à la bibliothèque qui se trouvait à la Mairie du Panthéon à Paris, j’y passais mes journées libres, d’une part j’y étais au chaud ce qui n’était pas négligeable car le chauffage en ce temps là était rarissime dans les appartements, mais surtout j’étais entourée de tous ces merveilleux bouquins dans lesquels je puisais abondamment en toute liberté.
    je n’ai jamais cessé d’être un rat de bibliothèques, de librairies, et à mon très grand plaisir j’ai passé le virus à ma fille, mes fils étant assez indifférents bien qu’ils aient pas mal lu dans leur jeunesse, j’y veillais.
    Grâce à tous ces bons auteurs j’ai acquis très jeune une bonne orthographe sans avoir à me farcir les règles de grammaire que je détestais , mes profs de français le savaient et comme elles n’avaient rien à me reprocher faisaient un peu l’impasse sur mes réponses plus qu’hésitantes aux sempiternelles questions qui suivaient les dictées !

    je ne peux me passer de livres, de tous les livres, même si je suis loin d’être une adepte des romans il m’arrive d’en lire parfois, s’ils me sont recommandés, mais c’est assez rare.

    Je remercie ma Mère, du fond du cœur, qui a toujours veillé à ce que je ne « perde pas mon temps » comme elle disait, à lire des nullités.
    Je dois avouer ,qu’en cachette, je dévorais les livres « interdits » de mes parents, la clef était bien cachée mais je l’avais trouvée, coquine que j’étais, et là Flaubert et Cie m’ont appris bien des choses… https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif