L’art de se compliquer la vie… Par Nouveau-Monde..

Tout est-il fait pour nous compliquer la vie ? Tout est-il volontairement embrouillé pour décourager les esprits et les perdre dans un labyrinthe, sans fil d’Ariane? Bonne réflexion à tous ! Partagez ! Volti

******

Auteur Joseph pour Nouveau-Monde


Le progrès est l’habileté de l’homme de compliquer la simplicité.
Thor Heyerdahl

Depuis l’invention de l’agriculture, l’Humanité s’est lancée dans un processus de complexification croissante de son existence. Partant de sociétés nomades, semi-sédentaires ou rurales dispersées, elle s’est mise à construire des cités de plus en plus peuplées, jusqu’à arriver aux mégapoles modernes (voir aussi Les villes sont le cancer de la Terre). Parallèlement, poussée par l’instinct de survie, puis par l’avidité, elle a créé des empires de plus en plus étendus et tente actuellement à en réaliser un à l’échelle planétaire, le Nouvel Ordre Mondial (voir aussi L’asservissement des peuples par le contrôle des ressources).

Un empire n’est pas nécessairement dirigé par un « empereur », mais peut l’être grâce à une autorité centrale par l’intermédiaire d’un système ou d’une hiérarchie de contrôle plus ou moins visible ou au contraire fortement opaque. Et le sommet n’est pas nécessairement monocéphale, mais peut être un groupe d’individus ou une caste particulière. Un empire sans tête devient rapidement dysfonctionnel et ne tarde pas à s’effondrer, à l’image d’un homme décapité. Partant d’un tel constat, un empire qui se voudrait éternel devrait trouver un moyen pour rendre impossible sa décapitation. Il doit donc soit faire croire qu’il n’est pas un empire, soit rendre sa tête invisible.

Le Nouvel Ordre Mondial est en passe de réaliser un double tour de force. Non seulement il avance masqué, sous couvert de généralisation d’une prétendue « démocratie » (impliquant théoriquement la souveraineté des peuples), mais en plus la caste dirigeante véritable (celle qui détient la ressource matérielle ultime – l’argent) demeure relativement inconnue de la masse des êtres humains. Ceux-ci ignorent qui sont les principaux actionnaires propriétaires des banques et des multinationales (dont celle de la communication et des médias). Ce sont ces actionnaires qui finalement dirigent les processus politiques et choisissent les marionnettes qui seront présentées au public comme candidats politiques.

Les candidats qui s’auto-promeuvent et seraient réellement indépendants du Système n’ont pratiquement aucune chance de percer. Quand bien même, l’un d’eux parviendrait miraculeusement à se faire élire président d’un pays, il serait alors confronté aux autres nations, aux médias dominants, à une partie non négligeable des médias alternatifs, aux multinationales et à la banque centrale de sa propre nation… Est-ce qu’un individu au moins partiellement dépendant d’un tel système de contrôle a la moindre possibilité de le changer ou de le détruire de l’intérieur ?

L’Humanité est parvenue à construire une civilisation tellement complexe qu’on peut dire qu’elle a de fait découvert une nouvelle forme d’art, celle de se compliquer la vie ! En effet, tout s’y trouve si imbriqué et interdépendant qu’il est devenu presque impossible, ou au moins très difficile, pour un individu donné de vivre hors du Système et qu’en son sein, la principale liberté d’action qu’il lui reste est celle de consommer pour faire marcher la machine (voir La bureaucratie contre la liberté). Sortir du Système demande beaucoup de courage et de sacrifices. Il faut être prêt à abandonner notamment le confort moderne, la sécurité matérielle et financière, la grande majorité de ses relations, et même sa réputation. Et sortir du Nouvel Ordre Mondial demandera probablement à l’Humanité des sacrifices similaires. (voir aussi L’enjeu majeur de notre époque).

La caste qui promeut le Nouvel Ordre Mondial pense probablement que les jeux sont faits et qu’elle a gagné, car ce Système de Contrôle (notamment de « Mind-Control » – contrôle de l’esprit) est maintenant tellement avancé qu’elle voit mal comment sa finalisation pourrait être empêchée. Et effectivement, le commun des mortels n’a pratiquement aucun moyen de l’entraver. Il est par ailleurs tout à fait possible que connaître le Nouvel Ordre Mondial achevé fasse partie du destin de l’Humanité. Peut-on vraiment connaître la signification de la Liberté sans avoir aussi éprouvé jusqu’au niveau cellulaire la signification de l’Esclavage ?

Il existe cependant un détail que la caste contrôlante semble incapable d’envisager, de reconnaître ou de concevoir : un organisme, aussi sophistiqué soit-il, peut connaître d’autres formes de mort que celle par décapitation. Et plus il est complexe, à l’image de notre civilisation, plus il dispose de moyens différents de mourir ! Il peut être empoisonné et, de ce point de vue, une idée adéquate peut représenter un poison. Il peut mourir de faim, et pour l’aider dans ce sens, il suffit de cesser de l’alimenter (voir Ne plus nourrir la Bête). La Conscience pourrait simplement s’en retirer totalement, et un corps sans âme devient comateux. Il ne peut alors survivre sans assistance médicale. Sa corruption pourrait devenir tellement importante et visible que la gangrène emporterait la totalité du corps. Le cancer pourrait toucher un organe, à l’image de la dette américaine, puis se généraliser. Etc.

Le Nouvel Ordre Mondial, même achevé à 100 %, finira par mourir, ne serait-ce que de vieillesse (voir La loi de dégradation ou d’augmentation du désordre et du chaos). L’Humanité retournera alors probablement à un mode de vie bien plus simple, et plus proche de la nature, suivant la loi des cycles et des alternances. La question qui reste alors est de savoir quelle sera la durée de survie de ce Système de contrôle avant son inéluctable fin et sous quelle forme interviendra celle-ci. Sera-t-elle similaire à l’effondrement des empires passés ? Ou bien un nouvel élément interviendra-t-il, propulsant la Conscience sur un nouveau palier de l’échelle de l’évolution ?

Joseph pour Nouveau-Monde

Voir aussi :

Trois leçons à tirer de l’échec de l’enquête Mueller sur le Russiagate
Que pouvons-nous apprendre sur l’effondrement en regardant le Moyen Âge ?

ETs ou pas ETs?

Note: **C’est fou ce qu’il y a comme possibilités, intentions, et pour l’instant, on ne peut que spéculer sur qui, quoi, comment, pourquoi ! La vérité est ailleurs… Volti**

13 commentaires

  • M.G. M.G.

    Il existe un moyen simple pour démasquer la « caste dirigeante véritable », celle qui, tapie dans les arcanes du monde, détient la clé de nos chaînes « l’argent » ; un moyen radical pour la faire sortir du bois, affamée et exsangue, pour finalement l’achever sans attendre qu’elle ne s’autodétruise, risquant de nous emporter dans son agonie : NE PLUS LA NOURRIR ! (ce que précise l’auteur dans l’article)

    C’est tellement évident à comprendre et à mettre en pratique pour espérer un changement de paradigme que personne ne veut y croire, pourtant chacun sait que ce sont les entrepreneurs, les salariés, les ouvriers, les « petites gens qui ne sont rien » qui produisent la totalité des richesses que la classe dirigeante s’empresse de transformer en argent, n’en concédant que quelques miettes pour maintenir l’outil (le peuple esclave) en état de marche.

    Vouloir décomplexifier l’existence de l’humanité c’est comme vouloir remettre une bicoque multi-centenaire en état, il faut dépoussiérer les lieux et virer le vieux mobilier pour commencer à y voir plus clair avant d’attaquer les travaux de rénovation.

    Quand je lis : « Sortir du système demande beaucoup de courage et de sacrifices », je réponds qu’il ne s’agit en fait que de VOLONTÉ, une faculté de mener à bien nos propres décisions, librement. Ça parait simple, non ? Alors qu’est-ce qui bloque ? La réponse est à la fois évidente et déconcertante : L’humain, grand édificateur de barrières mentales, a réussi au fil de son « évolution » à s’autopersuader que la simplicité était moins atteignable que la complexité ! …

    M.G.

    • bonjour

      ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

      que du bon sens…….

      en plein accord

    • Avatar mianne

      Cela fait cinquante ans que j’essaye d’affamer la Bête, à mon modeste niveau, que je porte des vêtements sympas reconditionnés à partir de la braderie Emmaüs ( 2€ le kilo de vêtements le dernier jour) par les ados du quartier qui se sont créé un atelier- « boutique », que je n’entre plus dans un super ou un hypermarché( légumes du jardin collectif ou des petits producteurs locaux, lessive liquide à 0,40 € le litre fabriquée à partir de savon de Marseille râpé ( à la râpe à carottes) et de bicarbonate de soude, produits ménagers à partir de vinaigre blanc et de bicarbonate de soude) que je n’ai pas de lave-vaisselle ( seulement un lave-linge et un frigo basiques, donc réparables) , pas de smartphone ni de télé (seulement un ordi connecté Internet ) et, habitant à la sortie d’une ville moyenne, j’ai une Fiat Panda de 1994 sans direction assistée, avec le levage des vitres à manivelles et JAMAIS EN PANNE (je change moi-même les durites quand la vieillesse les rend poreuses) et le mécano du quartier m’a changé préventivement la courroie.
      Une suggestion qui vous dispense d’entrer dans un supermarché et qui préserve les arbres : ne plus utiliser de papier hygiénique à double (ou, horreur, à triple) épaisseur mais se faire installer, à partir du tuyau d’alimentation en eau de la chasse d’eau, une petite dérivation pour une douchette locale, comme dans les pays du sud . C’est plus hygiénique que le papier toilettes et les arbres vous diront merci.

      Une autre suggestion pour affamer la bête ( ou du moins ses petits en France) serait d’empêcher les livraisons de Fauchon … MDR …LOLhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • Avatar Leveilleur

    Le Christ disait: Vivez dans ce monde mais ne vivez pas de ce monde ! Il supposait que l’être humain avez le choix d’adhérer ou de ne pas adhérer au système mais que la sagesse lui faisait dire qu’il valait mieux choisir une autre voie plus juste et plus emprunte de respect…

    Chacun de nous sommes face à des choix, celui de choisir en son âme et conscience une vie de respect ou une vie qui se fout des conséquences qu’une telle société basée sur l’avoir et le pouvoir peut engendrer.

    Il ne faut pas s’attacher aux choses de ce monde car nous sommes ici que de passage et nous n’emporterons pas tous nos biens matériels après notre mort mais nous emporterons nos actes de biens et notre compréhension, occupons nous plutôt de savoir comment rendre ce monde plus juste, en plantant chaque jour une graine après l’autre, même si petite soit-elle, elle peut faire de grande chose et permettre de montrer l’exemple.

    Nous ne pourrons pas sauver le monde car le monde doit se sauver lui-même mais nous pouvons faire prendre conscience de ce qui est important avant tout et qui permettra aux générations futures d’avoir un avenir sur cette terre.

    Des petits gestes de la vie quotidienne peuvent tout changer, ce qui importe s’est d’enrichir son âme par la connaissance et de choisir de faire le bien plutôt que de se laisser aller au désespoir et à la fatalité. Nous ne sommes pas impuissant au point de ne pas pouvoir changer des choses à notre échelle.

    Pour moi c’est à travers le respect de toutes vies que l’homme prendra conscience du bien dont il est porteur et qui le propulsera vers son futur.

  • Avatar mianne

    Un autre exemple de complication volontaire pour que la nature ne nous nourrisse plus : la recherche pour la mise au point de plantes OGM infertiles . Pour que certains, comme Monsanto se réservent l’exclusivité des semences, des lois à leur service interdisent maintenant aux agriculteurs de prélever de leurs récoltes leurs plus belles semences, triées et choisies avec soin sur la table, le soir, en famille, qu’ils semaient ensuite pour la récolte suivante . Non, il leur faut en passer maintenant par les semenciers, les seuls détenteurs de plantes fertiles, qui leur vendent des graines OGM de plantes rendues infertiles pour des récoltes ultérieures . Voilà de quoi dépend maintenant la nourriture de la planète : du bon vouloir des semenciers et des prix qu’ils imposent grâce aux lois votées par des gouvernements à leur solde . Le terrible danger provoqué par des législateurs aussi corrompus qu’irresponsables est qu’en période de sécheresse, un simple incendie chez les semenciers ferait disparaître définitivement de la planète des espèces entières de céréales . Résultat : une famine globalisée .
    C’est la complication et la mort au service de l’argent imposées aux peuples contre la nature, la simplicité, le bon sens et la vie .

    Un autre exemple, celui-là nettement moins tragique, de la complication scientifique recherchée à tout prix au détriment du bon sens est l’histoire qui se raconte sur un certain voyage en apesanteur vers la station spatiale internationale . Les scientifiques américains étaient fiers de tester, pour leur prise de notes en apesanteur, un stylo spécial « apesanteur », fruit de longues et coûteuses recherches . Ils éclatèrent de rire en voyant leurs collègues russes prendre des notes en utilisant simplement des crayons à papier d’écoliers, pour le même résultat. Fou rire général dans la navette spatiale .

  • Avatar fin2cycle

    salut
    « Sortir du système demande beaucoup de courage et de sacrifices »
    LA PEUR ….
    la peur du manque ……..
    la peur de l autre ….
    la peur de demain
    la peur de la mort
    la peur de l inconnu
    la peur, le plus grand virus informatique biologique insèrè dans le logiciel humain …..la peur a mis en esclavage jusqu aux esclavagistes .

  • Avatar Montet

    Boaf c’est à tous les niveaux que nous nous compliquons la vie.
    Un exemple simple avec l’un des deniers hobbies des idéologues-bobologues-démagogues-merdiacrologues, c’est-à-dire le « genrismeLOL » du vocabulaire qui va nous compliquer la vie au-delà de l’écriture.
    Ainsi, je devrais écrire par exemple :  » Ils-elles ont tous.tes été absorbée.es par les évènements… » (plus ou moins, n’étant pas un grand spécialiste de cette novlangue).
    Et en langage parlé cela se prononcerait :
    « Ils et elles ont tous et toutes (ou alors toutes et tous) été absorbés par les évènements.
    Donc ce qui se lit ne se prononce pas du tout de la même façon.

    Alors imaginons un étranger voulant apprendre la langue française qui parait-il n’est pas des plus simples.
    Cet étranger face à ce néo-système d’écriture va se tourner vers une langue plus concise, et pratico-pratique, qui ne lui demandera pas autant de temps et d’efforts d’apprentissage et plus en rapport avec un monde connecté, libéral et commercial.
    Ainsi, il ne s’appropriera point la culture française. Futur décideur, il se tournera vers des partenaires sociaux, économiques, militaires, dont il aura acquis la langue et donc la culture et les valeurs.
    Ainsi, cette novlangue très prisée par ailleurs au CNRS (cocorico) sera à l’origine d’une défection de la langue française dans le monde et donc de la culture française. Cela impactera forcément l’économie de la France, sa place dans le monde et ses choix stratégiques. Un sacré frein dans tous les domaines !
    S’il est logique et normal qu’il y ait une égalité hommes-femmes dans tous les domaines, cette mode sera à terme contreproductive en se dressant contre nos intérêts, ralentira les échanges divers et au final jouera contre notre camp.
    Comment appelle-t-on déjà les gens qui jouent contre leur camp ?

    Donc certain.e.sLOL tentent pour avoir l’impression d’exister et aussi pour justifier leur revenus de nous imposer sous prétexte d’égalité un style d’écriture vraiment trop compliqué pour perdurer.
    Du temps merdiatique est donc donné à ces gens, certainement pour ne pas que des sujets plus importants soient mis au-devant de l’actualité, et cela aurait pu nous faire disparaitre culturellement et économiquement à terme.
    Mais dans ce cas précis la complication est vouée à l’échec.
    La nature va toujours au plus court et au plus direct. Tout ce qui prend du temps à se faire est destiné à disparaitre au profit des éléments plus rapides et plus aptes au changement immédiat. Et pour notre société c’est chaque jour toujours plus vrai.
    Ce style d’écriture de Précieuses ridicules, de Merveilleuses et d’Incroyables nous compliquera trop la vie… Marchera pas. Allez jouer ailleurs. Regardez comment les jeunes se simplifient la vie en réduisant la langue française au lieu de l’allonger.

    • Avatar mianne

      Ah, la complication de la langue française, jamais simplifiée pour les communications internationales ! J’ai été très étonnée, la première fois que j’ai assisté, avec un ami physicien, à un congrès international de physiciens, que la langue de communication soit le « broken English », dans ce cas un vocabulaire anglais technique de physiciens, certes, mais à la grammaire ultra simplifiée avec seulement trois temps ( présent simple, preterit, futur en « will ») . J’ai pensé à notre imparfait du subjonctif ainsi qu’ à notre passé simple français, jamais utilisé sauf pour le contraster avec l’imparfait dans le cas de deux actions simultanées dont l’une a commencé avant l’autre et s’est terminée après ( ex : je prenais mon bain quand le facteur sonna) . Quant à l’utilité de faire apprendre, en tout premier, le passé simple à nos écoliers, pour découvrir la splendeur du « c’est ainsi que vous me plutes et m’épatates », « vous m’émutes, vous m’eutes tant que vous putes », j’en laisse le soin à la chanteuse Marie Dubas dans son « l’amour au passé défini (passé simple)  »
      https://www.youtube.com/watch?v=VmPQ6mgmooQ