Santé publique France énonce de nouvelles recommandations sur l’alimentation…

Ces recommandations sont saluées par l’Association Végétarienne de France. Il est tout aussi salutaire de manger de tout un peu, en choisissant la provenance, en donnant la priorité au bio et au circuit court. Partagez ! Volti

******

Source : Christophe Magdelaine / notre-planete.info

Santé publique France vient de présenter les nouvelles recommandations sur l’alimentation des adultes. Elles s’inscrivent dans la transition alimentaire indispensable vers plus de végétal et moins de viande avec le souci de manger bio et local. Des recommandations saluées par l’Association Végétarienne de France.

En France, l’étude nationale de Santé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition (étude Esteban), menée en 2016, a permis d’observer la situation de l’alimentation et de l’activité physique de la population. La mise en regard avec les données de l’étude Nationale nutrition santé (ENNS), réalisée en 2006, permet de constater que les comportements alimentaires ont globalement peu évolué ces dix dernières années. Si la situation nutritionnelle des Français est moins défavorable que celle qui est observée dans bien d’autres pays européens, cette situation reste fragile, avec des inégalités sociales de santé qui perdurent.

En effet, près de la moitié des adultes français sont en surpoids ou obèses (un tiers en surpoids, 17% obèses) et près de 18% des enfants de 6 à 17 ans sont en surpoids ou obèses. Une situation qui ne s’améliore pas depuis 10 ans.

En outre, certaines inégalités sociales se sont accrues ces dernières années, avec la dégradation de la qualité des aliments consommés chez les moins diplômés (notamment une hausse de la consommation de produits sucrés chez les femmes), tandis que certaines personnes plus diplômées mangent moins sainement qu’avant (ce qui estompe les inégalités sociales mais traduit au final une dégradation de la qualité des repas).

Les recommandations nutritionnelles 2019 de santé Publique France
Les fruits et légumes
  • Manger au moins 5 fruits et légumes par jour, par exemple 3 portions de légumes et 2 fruits. Si vous en mangez moins, sachez qu’augmenter même légèrement sa consommation de légumes et de fruits est bon pour la santé.
  • Privilégiez les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique.
  • Privilégiez les fruits et légumes de saison et produits localement.
  • Les jus de fruits sont très sucrés et pauvres en fibres. Si vous en buvez, il est recommandé de ne pas en consommer plus d’un verre par jour et de prendre alors plutôt un fruit pressé.
  • Les fruits séchés : dattes, raisins secs, abricots secs… Peuvent être consommés mais occasionnellement car ils sont très sucrés.
  • En plus des fruits et légumes, il est recommandé de consommer une petite poignée par jour de fruits à coque, car ils sont riches en oméga 3 : noix, noisettes, amandes et pistaches non salées.
  • Les légumes secs : lentilles, haricots, pois chiches… Doivent être consommé au moins 2 fois par semaine car ils sont naturellement riches en fibres et protéines. Ils peuvent aussi remplacer la viande et la volaille ; dans ce cas, il est conseillé de les associer à un produit céréalier comme dans une salade de haricots rouges et maïs, un couscous avec des pois chiches ou un curry de lentilles accompagné de riz.
  • Consommez au moins un féculent (pâtes, pain, riz, semoule, pommes de terre) complet par jour car ils sont naturellement riches en fibres. Ils peuvent être consommés tous les jours. Il est recommandé de les consommer complets quand ils sont à base de céréales : pain complet, riz complet, pâtes complètes, etc. En effet, les féculents complets sont beaucoup plus riches en fibres que les produits raffinés.
Le poisson

Il est recommandé de manger deux fois par semaine du poisson, dont un poisson gras (sardines, maquereau, hareng, saumon). En effet les poissons gras sont riches en oméga 3. Toutefois, certains poissons peuvent contenir des polluants, c’est pourquoi il est recommandé de varier les espèces.

Les produits laitiers

Manger deux produits laitiers par jour, c’est par exemple un yaourt nature et un morceau de fromage ou du fromage râpé sur les pâtes.

Les boissons
  • Limiter sa consommation d’alcool à deux verres par jour maximum et de ne pas consommer d’alcool tous les jours. En 2015, la consommation d’alcool a tué 41 000 Français (Santé Publique France)
  • Les jus de fruits, les boissons sucrées et les sodas, même light, les boissons dites « énergisantes » doivent être limitées le plus possible ; dans tous les cas, pas plus d’un verre par jour.
  • L’eau est la seule boisson recommandée, elle peut aussi être apportée par le thé, le café (sans excès) et des infusions non sucrés.
La charcuterie et la viande
  • Limiter la charcuterie à 150 g par semaine, cela correspond à environ 3 tranches de jambon blanc. Les saucisses, les lardons, le bacon, le jambon de volaille, les viandes en conserve, les jambons secs et crus font partie de la charcuterie
  • Privilégier la volaille, et limiter les autres viandes (porc, bœuf, veau, mouton, agneau, abats) à 500 g par semaine, cela correspond à environ 3 ou 4 steaks.
  • Réduire sa consommation de sel. Beaucoup du sel que nous consommons provient des produits transformés : charcuterie, plats préparés du commerce, soupes déshydratées, fromage, pain.
L’association Végétarienne de France accueille favorablement ces nouvelles recommandations

La plus importante association de végétariens et végétaliens de France, l’Association Végétarienne de France se réjouit « de plusieurs avancées majeures par rapport aux précédentes éditions du Programme National Nutrition Santé (PNNS).

Les viandes et charcuteries font partie des aliments qu’il s’agit de réduire. De la même façon, la recommandation pour les produits laitiers passe de trois par jour à une consommation « suffisante mais limitée », soit deux portions journalières. Ces deux recommandations sont très encourageantes, car elles libèrent de l’espace dans l’assiette pour plus d’aliments d’origine végétale.

Ces recommandations ayant vocation à servir de « références pour l’établissement de standards nutritionnels dans différents cadres » comme par exemple les repas servis en restauration collective, nous espérons donc voir augmenter la part des aliments d’origine végétale, tant à la table familiale que dans les collectivités. Il s’agit en tout cas d’une évolution très prometteuse en termes de durabilité écologique et de santé publique, que nous soutenons pleinement. »

Référence

Recommandations relatives à l’alimentation, à l’activité physique et à la sédentarité pour les adultes. Saint-Maurice : Santé publique France, 2017. 62 p.

Auteur et source: Christophe Magdelaine / notre-planete.info

Droits de reproduction du texte

CC BY-NC-SA (Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions)

Sur le sujet:

21 commentaires

  • Voltigeur Voltigeur

    Merci Ayus, ce nouvel éditeur me casse les pieds, il fait un peu ce qu’il veut :(

  • Avatar Ayus

    Oui, c’est exact !
    Si je me réfère aux écrits dont: entre-autres les documents de la médecine Orientale, les prescriptions du docteur Kousmine « Soyez bien dans votre assiette jusqu’à 80 ans et plus »,
    qui sont la base d’une démarche responsable de son bien-être et celui de son environnement proche.

    En plus j’ai banni la viande rouge et la charcuterie « trop traficoté, trop de matière grasse » et cancérigène par dessus le marché.

    En gardant à l’esprit que c’est notre carburant, donc on ne peut pas ingurgiter n’importe quoi !

    Volti, Il y a un doublon dans le document,
    Désolé de t’embêter encore une fois, sinon ce n’est pas grave !

  • Avatar CryptoKrom

    Je vois un rajout de lignes manipulatrices là !
    (contradictoire avec les remédes de grand-mére a base d’alcool )

     » En 2015, la consommation d’alcool a tué 41 000 Français (Santé Publique France)  »

    il manque le mot  » excés  » … cité plus bas pour le thé !!

    Puisque c’est comme sa, on va corriger sa:
    https://www.familiprix.com/fr/articles/un-effet-anti-inflammatoire-expliquerait-les-bienfaits-de-l-alcool-sur-le-coeur

    https://www.caducee.net/actualite-medicale/5850/alcool-mortalite-et-effet-anti-inflammatoire.html

    Voila ! Bonne lecture…
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Avatar sephiros

    sa ressemble étroitement au régime de certains singe mis a part les céréales, le poisson , la charcuterie, les boissons et laitages

  • Avatar logic

    Le problème, c’est que 99% des moutons se foutent des recommandations et achètent la bouffe industrielle la moins chère possible disponible en GS…
    Pour être crédible, l’état devrait interdire la bouffe indus !

  • Avatar Bormes

    En gros:
    Manger mieux, sans chimie, et local.

    Reduire les sucres !
    Reduire les protéines animales,

    La ou je ne suis pas d’accord, et c’est mon OPINION Charles, c’est sur les produits laitiers

    EXTRAIT:
    Manger deux produits laitiers par jour, c’est par exemple un yaourt nature et un morceau de fromage ou du fromage râpé sur les pâtes.
    .

    Car les produits laitiers, et surtout de vache, c’est pire que du sucre !

    Bormes

  • Même réflexion que celle de Bormes: pas de produits laitiers. Bon, ok, j’aime le fromage. Mais nous sommes là dans l’idéal. Donc, dans l’idéal, pas de produits de vache surtout, et pas de produits laitiers du tout de préférence.

    Les fruits secs sont excellents pour la santé. Le sucre de ce genre nourrit le cerveau. Rien à voir avec le sucre blanc qui, lui, nourrit le cancer. Bien sûr, avec modération, comme tout autre aliment.

    Eviter trop de produits complets, préférer le demi-complet, moins irritant pour les intestins: riz, pâtes, pains demi-complets. Bio, bien évidemment. Varier les céréales: quinoa, sarrasin, orge, avoine…

    Certains poissons pollués et d’autres non ? Non. Tous le sont, certains moins que d’autres. Pas de poisson d’élevage surtout.

    Ne pas oublier les herbes, les épices…

    Ensuite, il y a toujours les recommandations d’usage: manger dans le calme, mâcher lentement, se concentrer sur ce que l’on fait, et/ou parler de tout et de rien, pas de conversations houleuses, pas de télé… N’oublions pas que le stress est un facteur de surpoids, au même titre sans doute que le manque d’argent et l’ignorance (alimentaire).

    • Les produits à base de laits fermenté sont bien moins problématiques que le lait en lui même, le pire étant le lait pasteurisé. Les produits à base de lait cru sont aussi pas trop dégueu si on en abuse pas est qu’on est pas intolérant. Même si perso je n’en consomme plus du tout.

      Du reste les recommandations me semblent logique et pas trop difficile à mettre en place, cela fait des années que je les recommandes !

      Akasha.

      • Avatar Bormes

        Le probleme des laitages, c’est qu’ils contiennent :
        du sucre,
        des hormones de croissance,
        et pour la vache des protéines de vache.

        Les protéines de vaches sont trop grosses pour notre systeme digestifs qui ne contient pas les enzymes nécessaires pour les découper entièrement, donc elles restent en partie dans nos intestins et fermentes.
        Et elles irritent notre système immunitaire et favorise les allergies…

        Les hormones de croissance de vache donne le signal a nos cellules de grossir comme un VEAU, soit d’environ 100 kg par an…
        Donc le laitage de vache fait grossir
        Nos cellules cancéreuses aiment beaucoup les hormones de croissances pour faire grossir les tumeurs…

        Le sucre (comme tous les sucres) font un pic glycemique, puis de l’insuline, puis des hormones de croissances les IGF1.
        Donc les sucres font grossir

        Les laitages ne font pas de pic glycemique, du coup nous avons longtemps cru que l’on pouvait en consommer dans les régimes.
        MAIS maintenant que l’on connait le pic INSULINIQUE, le laitage est PIRE que le sucre.

        Le seul bon laitage est celui de sa mère, sinon de son espèce, et ce jusqu’au sevrage.

        Aucun animal ne continue a boire du lait une fois sevré ! sauf l’humain.
        Pour ce qui est des OS, du calcium et des minéraux, il suffit de regarder les plus grand animaux terrestre, ce sont tous des végétariens…

        Le fromage est un mode de conservation du lait, tout comme le salage et le fumage.

        Donc avec modération,

        Et pour les cancéreux, bannir drastiquement sucres et laitage est primordial.

  • Avatar predateur

    « Aucun animal ne continue a boire du lait une fois sevré ! sauf l’humain. »

    bin oui…. mais on est tout de même une des espèces qui vit le plus longtemps ,ce qui tendrait à dire que boire du lait toute sa vie est trés bon pour la longévité https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • Avatar sombre

      ou alors on vivrait encore plus vieux si on en buvais pas… ça sert à rien de sortir des phrases à la con si derrière ta pas d’étude scientifique autre que ton  » pif-o-mètre » tu crois pas ?

    • Avatar Bormes

      Les population humaines qui vivent le plus longtemps sont celles qui ont une meilleure alimentation et en générale elles ne consomment que très peu de laitage voir pas du tout, ainsi que très peu de sucres.

  • Avatar predateur

    la semaine dernière,dans un reportage sur adolphe ….le végétarien le plus connu ….
    les spécialistes qui ont examiné sa machoire (seul relique encore existante) disaient qu il avait la dentition d un vieillard, lui qui est mort à 56 ans
    son régime alimentaire ,selon eux ,en était la cause