Donbass : Leur plan dévoilé, les FAU renoncent à faire sauter un réservoir..

C’est une bonne nouvelle qui démontre que les médias quand ils jouent leur rôle de contre pouvoir, au lieu de servir de chiens de garde, peuvent interférer positivement sur les évènements.

Christelle Néant pour Donbass-Insider

Réservoir Mironovski

Le 15 janvier 2019, la MSS de l’OSCE dévoilait dans son rapport quotidien avoir détecté deux engins explosifs installés par l’armée ukrainienne sur les portes d’une vanne du réservoir de Mironovski, situé près de la République Populaire de Lougansk (RPL), en vue semble-t-il de la faire sauter pour inonder une partie du territoire de la RPL.

Alors que beaucoup se demandaient ce que la médiatisation de tels plans pouvait changer à la situation, il semble que la publication du plan de l’armée ukrainienne a forcé cette dernière à en changer.

Ainsi, l’OSCE vient de rapporter que les deux boîtes contenant les explosifs qui avaient été remarquées le 14 janvier, et dont la présence avait été dévoilée par les médias dès la publication du rapport de l’organisation, ont été enlevées à peine 8 jours après le rapport de l’OSCE.

« La MSS a observé que les deux boîtes carrées en bois vert foncé (et les fils de connexion) qui se trouvaient sur les portes métalliques d’une vanne du côté nord du réservoir Mironovski et près d’un poste de contrôle des forces armées ukrainiennes près de Roti (contrôlé par le gouvernement, à 66 km au nord-est de Donetsk) (voir rapport quotidien de la MSS du 15 janvier 2019) n’étaient plus là. Un soldat non armé a déclaré à la MSS que les caisses avaient été enlevées par les forces armées ukrainiennes le 23 janvier. »

Cet exemple concret montre l’influence du « quatrième pouvoir » que sont les médias et l’importance de divulguer ce type de plan, que l’on ne peut que qualifier de terroriste, pour les faire échouer.

Cela montre aussi, que la mission de surveillance de l’OSCE dans le Donbass peut et doit jouer un rôle important dans la prévention des crimes de guerre de l’armée ukrainienne, en faisant correctement son travail et en publiant dans ses rapports les violations des accords de Minsk et de la convention de Genève commises par les FAU.

Sans ces rapports, bien des médias ne peuvent être mis au courant de ces faits graves. Il est aussi important que l’OSCE communique plus lorsque des faits aussi graves sont découverts.

Car ce type de plan doit rester secret pour marcher. La médiatisation de leurs projets est le pire ennemi des criminels et des terroristes, qu’ils soient gouvernementaux ou non.

Face au silence qui leur permet de commettre leurs crimes en toute impunité, il est important que les médias jouent leur rôle et prennent le risque d’annoncer des crimes qui finalement n’auront pas lieu, justement pour éviter qu’ils ne se réalisent.

Ce qui s’est passé au réservoir de Mironovski permet de voir de manière concrète, que ce n’est pas parce que le crime annoncé n’a pas eu lieu, qu’il n’était pas dans les cartons. La présence d’explosifs sur cette porte de vanne était une preuve des plus suffisantes que les soldats ukrainiens planifiaient de la faire sauter, avec toutes les conséquences humaines et environnementales que cela aurait eu.

Christelle Néant