La légitimité de la classe politique malmenée. LHK

Cette affaire Benalla est ubuesque et traîne en longueur. Quels secrets inavouables détient cet individu, pour qu’il se fiche royalement des parlementaires de la commission d’enquête ? Ne connaîtra-on jamais, les fonctions réelles de cet intime de Macron ? Partagez ! Volti

******

Liliane Held Khawam

Voici une vidéo  tournée lors de l’audition de Alexandre Benalla par une Commission d’enquête parlementaire.

Le plus intéressant dans cette séquence est que très poliment A Benalla ne répond à aucune des questions qui lui sont posées.

Malgré les menaces de sanctions, il tient bon car pour lui il n’a de compte à rendre qu’à la justice, précisant qu’il ne s’agit pas d’enquête administrative. Et c’est là l’intérêt de cette vidéo. Pour lui, les juges sont plus importants que les représentants des institutions de l’Etat ramenés à un statut « administratif« .

Chaque séquence de ce genre de péripéties dégrade un peu plus  le statut des dirigeants politiques et des organes de la République.

L’attitude de Benalla est en cohérence totale avec le modèle du nouveau monde.

Hasard des agendas, un livre  « L’Homme qui ne voulait pas être président« , de Véronique Jacquier vient de paraître. Il traite de François Fillion en termes peu flatteurs. Voici quelques extraits de Challenge:

« Les week-end à 27.000 euros de Fillon

Devenu Premier ministre de Nicolas Sarkozy en 2007, François Fillon est rapidement limité dans ses prérogatives par l’omniprésence de son supérieur. Le chef du gouvernement trouve tout de même quelques avantages à sa nouvelle fonction. « Matignon rime pour François Fillon avec ivresse, non du pouvoir qu’il a laissé à Nicolas Sarkozy, mais des à-côtés du pouvoir. Chaque week-end durant cinq ans (à de rares exceptions près), il se rend dans son manoir du Beaucé. Nicolas Sarkozy est sidéré de voir son Premier ministre « prendre ses week-end ». Mais le mode de transport choisi est tout aussi sidérant: d’abord en hélicoptère Puma puis en Falcon 7X mis à sa disposition par l’armée de Terre. Son fief est à 230 kilomètres de Paris. Coût pour le contribuable: 27.000 euros le déplacement de fin de semaine. 1,3 million d’euros sur l’année. »

La drôle d’inauguration du TGV Est

Le quotidien à Matignon est rythmé par de nombreuses apparitions publiques, dont les traditionnelles inaugurations d’infrastructures publiques. Pour François Fillon, celles-ci sont parfois une souffrance comme lorsqu’il doit célébrer l’ouverture du TGV Est. « Cela le barbe d’aller à Strasbourg dans un TGV tout neuf en 2h20. Son équipe fait croire aux journalistes qu’il est dans le train. En fait il voyage en Falcon avec Alain Juppé alors ministre de l’Ecologie. L’appareil se pose à Nancy. Le TGV marque un arrêt de 26 minutes dans la ville pour permettre au chef du gouvernement de monter. Et tant pis pour la ponctualité! »

Les trois kilomètres les plus chers de France

Autre anecdote ferroviaire révélatrice des pratiques de « l’ancien monde »: en 2007, François Fillon fait détourner la ligne à grande vitesse des Pays de la Loire pour qu’elle passe par son fief de Sablé-sur-Sarthe, contre toute logique financière. « En octobre 2007, il signe le décret qui déclare la LGV Bretagne-Pays de la Loire projet d’utilité publique. La LGV s’arrêtera à Sablé-sur-Sarthe moyennant une virgule de trois kilomètres six cents à 36 millions d’euros. La ville de 12.000 habitants devient une gare de transit interrégionale. La liaison a été inaugurée le 2 juillet 2017. » 

Petit à petit, la classe politique dirigeante agonise. Le nouveau monde imprégné de corporatocratie n’aura que faire de gens qui vont leur sembler toujours plus improductifs et coûteux.

5 commentaires