Or, ce jour de 1933 où l’Amérique a fait défaut. Sebastian Edwards…

Quand on sait que l’économie mondiale est devenue incontrôlable, on peut se poser de bonnes questions sur le défaut qui plane sur les états super endettés. Partagez ! Volti

******

Source Zéro Hedges via Liliane Held Khawam

Sebastián Edwards est professeur d’économie internationale à UCLA et auteur, plus récemment, de American Default: l’histoire inédite de FDR, la Cour suprême et la bataille sur l’or .

L’un des mythes les plus répandus sur les États-Unis est que le gouvernement fédéral n’a jamais failli à ses dettes. Il y a juste un problème: ce n’est pas vrai, et même si peu de gens se souviennent des «cas de la clause d’or» des années 1930, cet épisode contient de précieuses leçons pour les leaders aujourd’hui.

LOS ANGELES – L’un des mythes les plus répandus sur les États-Unis est que le gouvernement fédéral n’a jamais failli à ses dettes. Chaque fois que le plafond de la dette est débattu au Congrès, les politiciens et les journalistes époussettent un trope commun: les États Unis ne raidissent pas leurs créanciers .

Il y a juste un problème: ce n’est pas vrai. Il y a eu, il y a des décennies, lorsque les États-Unis se sont comportés davantage comme une « république bananière » qu’une économie avancée, restructurant les dettes unilatéralement et rétroactivement. Et même si peu de gens se souviennent de cette période critique de l’histoire économique, ils en tirent des leçons précieuses pour les dirigeants d’aujourd’hui.

En avril 1933, dans le but d’aider les États-Unis à échapper à la Grande Dépression, le président Franklin Roosevelt a annoncé son intention de sortir les États-Unis de l’étalon-or et de dévaluer le dollar. Mais ce ne serait pas aussi facile que calculé FDR. La plupart des contrats de dette à l’époque comprenaient une «clause d’or» stipulant que le débiteur devait payer «pièce d’or» ou «équivalent or». Ces clauses ont été introduites pendant la guerre civile pour protéger les investisseurs contre une éventuelle poussée inflationniste. .

Pour le FDR, cependant, la clause d’or était un obstacle à la dévaluation. Si la devise était dévaluée sans aborder la question contractuelle, la valeur en dollars des dettes augmenterait automatiquement pour compenser le taux de change plus faible, entraînant des faillites massives et des augmentations énormes de la dette publique.

Pour résoudre ce problème, le Congrès a adopté une résolution commune le 5 juin 1933, annulant toutes les clauses d’or dans les contrats passés et à venir. La porte a été ouverte pour la dévaluation – et pour un combat politique. Républicains ont été consternés que la réputation du pays a été mis en danger, tandis que l’administration Roosevelt a fait valoir que la résolution ne constituait pas « une répudiation des contrats. »

Le 30 janvier 1934, le dollar a été officiellement dévalué . Le prix de l’or est passé de 20,67 $ l’once – un prix en vigueur depuis 1834 – à 35 $ l’once. Il n’est pas surprenant que ceux qui détiennent des titres protégés par la clause d’or aient affirmé que l’abrogation était inconstitutionnelle. Des poursuites ont été engagées et quatre d’entre elles ont finalement été portées devant la Cour suprême; en janvier 1935, les juges ont entendu deux affaires portant sur des dettes privées et deux sur des obligations gouvernementales.

La question sous-jacente dans chaque cas était essentiellement la même: le Congrès avait-il le pouvoir de modifier les contrats rétroactivement?

Le 18 février 1935, la Cour suprême a annoncé ses décisions. Dans chaque cas, les juges ont statué 5-4 en faveur du gouvernement – et contre les investisseurs cherchant une compensation. Selon l’ opinion de la majorité , l’administration Roosevelt pourrait invoquer la «nécessité» pour justifier l’annulation de contrats si cela pouvait aider à libérer l’économie de la Grande Dépression.

Le juge James Clark McReynolds, un avocat du sud qui était procureur général des États-Unis pendant le premier mandat du président Woodrow Wilson, a écrit l’opinion dissidente – une pour les quatre cas. Dans un bref discours, il a parlé du caractère sacré des contrats, des obligations gouvernementales et de la répudiation sous le couvert de la loi. Il a terminé sa présentation avec des mots forts: « La honte et l’humiliation sont sur nous maintenant. Le chaos moral et financier peut être attendu avec confiance. «

La plupart des Américains ont oublié cet épisode, alors que l’amnésie collective a contaminé un événement qui contredit l’image d’un pays où la primauté du droit prévaut et où les contrats sont sacrés.

Mais les bons avocats s’en souviennent encore; aujourd’hui, la décision de 1935 est invoquée lorsque les avocats défendent des pays en défaut (comme le Venezuela ). Et, alors que de plus en plus de gouvernements font face à de nouveaux dangers liés à la dette – tels que les engagements non financés associés aux obligations en matière de retraite et de soins de santé – nous pourrions voir l’argument apparaître encore plus fréquemment.

Selon des estimations récentes , les passifs non provisionnés du gouvernement américain représentent un stupéfiant 260% du PIB – et cela n’inclut pas la dette fédérale conventionnelle et les passifs non étatiques de l’État et des collectivités locales. Ce n’est pas non plus un problème uniquement pour l’Amérique; Dans de nombreux pays, les engagements en matière de retraite et de santé augmentent, alors que la capacité de les couvrir diminue.

Une question clé est donc de savoir si les gouvernements qui cherchent à ajuster rétroactivement les contrats peuvent à nouveau invoquer l’argument juridique de la «nécessité». L’abrogation de la clause d’or en 1933 fournit d’abondantes raisons juridiques et économiques pour envisager cette possibilité. La Cour suprême des États-Unis a déjà accepté l’argument de la «nécessité». Il n’est pas tiré par les cheveux de penser que cela puisse se reproduire.

Sebastián Edwards est professeur d’économie internationale à UCLA et auteur, plus récemment, de American Default: l’histoire inédite de FDR, la Cour suprême et la bataille sur l’or .

Source https://www.zerohedge.com/news/2018-05-25/when-us-government-defaulted

6 commentaires

  • mianne

    Apparemment, tous les acheteurs d’or physique ont oublié qu’un état surendetté qui a besoin d’or peut décider à tout instant de confisquer brutalement l’or physique détenu par les particuliers . C’est ce que fit Roosevelt le 5 avril 1933 par le Citizens’ Physical Gold Confiscation Act , rendant illégale la possession d’or physique et obligeant les particuliers à remettre leur or au Trésor, en échange d’un certificat sur papier, échangeable bien plus tard quand le cours fut au plus bas . On dirait bien que l’on évite de rappeler aux gens ce fâcheux épisode de l’Histoire. Curieux, n’est-ce pas ? Ce silence permet au cours de l’or d’atteindre des sommets . Aujourd’hui où la moindre transaction est informatisée, il doit être bien difficile de dissimuler à l’Etat que l’on a acheté un jour de l’or physique, même s’il est bien caché en France où à l’étranger .https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

    • marco marco

      ouai bof !

      faut etre plus malin qu’eux
      invente un truc

      juste un exemple parmi tant d’autre
      va voir les flics, tu dis que tu t’es fait cambrioler, on t’a pris tous tes bijoux, ton fric, ton or, patati patata….

      le jour ou les rapaces viennent te réclamer ton or, tu leur file la déposition, basta

    • engel

      Evidemment, rien n’est parfait.

      Quand on aborde un sujet on se doit de le faire dans son intégralité, faute de quoi se pose la question de la manipulation ou de l’ignorance.

      1) Ce ne fut point une confiscation, mais un rachat au cours(bloqué) du jour.
      …Et sûrement pas « échangeable plus tard à cours plus bas »; car bien au contraire le cours s’éleva et toute transaction or-tangible-réel, pour tous particuliers, fut au USA proscrite jusqu’en 1975.
      2) Les américains avaient l’obligation de ramener leur or, mais très peu l’ont fait.
      3) Il n’y a eu aucune poursuite contre les gens du peuple qui ne se sont point éxécutés.
      4) Seuls, pour l’exemple, quelques très gros spéculateurs furent poursuivis.
      5) L’or avait (et a encore et toujours) une valeur internationalement reconnue par TOUS les pays, de pars le monde.
      6) Il était facilement possible à ces gens là, bien qu’interdit, de convertir leur or dans un autre pays ne pratiquant aucune restriction, ni échange d’information.
      7) De par le jeu d’un agent de change, ils ont même pu le faire après la d’évaluation à 35 dollars et ainsi éviter la spoliation de leur épargne personnelle.

      Ceci dit, de tout temps l’or a fait l’objet de tentative de confiscation ou d’expropriation de l’état sur ses sujets.
      La France a elle aussi une longue tradition dans ce domaine:
      – En 1314 vol des immense richesses en or des templiers avec le procés de jacques Molay par le roi de France.
      – ….
      – En 1720… ruine de la « compagnie du Mississippi » de John Law.
      – En 1793… ruine des assignats.
      – En 1936… Expropriation par le gentil socialiste Léon Blum.
      – En 1940… l’occupation allemande.

      Malgré tout, de part,
      – son inaltérabilité(capacité à résister à presque tout)
      – son universalité en temps que monnaie ultime
      – son histoire pluri-millénaires
      – son coté précieux reconnu par toutes les civilisations de part le monde
      – (et quoi que l’on n’en dise) sa reconnaissance officielle de part un(des) cours de bourses à vocations régionales, voir mondialehttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif.
      …Fini par faire de l’or, un actif/monnaie bien plus sûr que le papier, qui lui brûle toutes les monnaies.

  • mianne

     » Une question clé est donc de savoir si les gouvernements qui cherchent à ajuster rétroactivement les contrats peuvent à nouveau invoquer l’argument juridique de la «nécessité»  »

    Vous n’oubliez pas ce qui s’est passé récemment à Chypre où l’argument de la « nécessité » a permis aux banques de ponctionner directement les comptes bancaires des particuliers . Pendant l’été 2015, au moment où les Français étaient en vacances, est passée une loi française, applicable depuis le 1er janvier 2016, permettant aux banques de se servir dans les comptes des clients « par nécessité », quand elles sont menacées de faillite . Tout est permis pour éviter la faillite d’une banque et l’effet domino qui s’ensuit . Pour l’instant ils ont mis une limite (autorisation de ponctionner ce qui dépasse 100 000 euros), mais il n’y a aucun doute qu’ils ponctionneront les comptes bancaires sans limite « par nécessité » si besoin est, comme à Chypre .

  • clegiru

    Effectivement, les métaux précieux peuvent être confisqués, la monnaie papier ne plus avoir cours légal du jour au lendemain. Obligation de passer uniquement par des transactions électroniques et cartes de paiement.
    L’état laissant uniquement sur vos compte ce qu’il estime le minimum pour vivre.
    On peut aussi ( et plus vite qu’on l’imagine) voir les taxes foncières s’envoler et vous contraindre à vendre aux banques à vil prix votre maison et son potager sur un marché immobilier dévasté.
    On peut mondialiser votre imposition (comme pour les ressortissants US) et vous taxer n’importe où sur la planète.
    Donc en gros, aucun plan B que les uns ou les autres essayent de vous vendre ne vous assure d’être à l’abri.

  • suzanna

    Confiscation ou non, le passé montre que ceux qui n’en avait pas ont creuvé de faim, les autres avaient une possibilité de survivre au chaos, on va encore me dire, oui mais la terre c’est mieux, heu ouai, mais ceux qui n’ont pas les moyens d’être proprio avec un jardin potager, on leur souhaite juste bonne chance ?

    La peur de la confiscation vient tout droit des élites qui ne veulent pas qu’on en possède, il n’y pas de taxe sur la revente de bijoux en dessous de 5000 euros, c’est bel et bien pour faciliter aux citoyens la revente de leurs bijoux alors que l’état aurait pu et peu encore se faire beaucoup d’argent sur ces ventes, lui qui taxe pourtant tout et n’importe quoi, c’est on ne peu plus révélateur.

    Vidéo qui explique tout de A à Z.

    http://www.youtube.com/watch?v=_yAJI-3ENBY

Laisser un commentaire