Le nouveau rideau de fer…

On construit des murs, encore des murs.. Est-il besoin de rappeler que ces murs vont déstabiliser les animaux terrestres qui ne pourront plus se déplacer ? En ces temps plus que troubles, cette considération est loin de l’esprit des politiques qui veulent mettre ces murs en place. Pourquoi au fait ? C’est ce que nous explique Manlio Dinucci. Partagez ! Volti

************

Auteur Manlio Dinucci pour l’Édition du mardi 18 septembre 2018 d’ il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Mondialisation.caLa Lettonie est en train de construire une enceinte métallique de 90 km, haute de 2,5 mètres, le long de la frontière avec la Russie, qui sera terminée dans l’année. Elle sera étendue en 2019 sur plus de 190 km de frontière, pour un coût prévu de 17 millions d’euros. Une enceinte analogue de 135 km est construite par la Lituanie à la frontière avec le territoire russe de Kaliningrad. L’Estonie a annoncé la construction prochaine d’une enceinte, toujours à la frontière avec la Russie, longue de 110 km et elle aussi haute de 2,5 mètres.Coût prévu : plus de 70 millions d’euros, pour lesquels le gouvernement estonien demandera un financement Ue.

Objectif de ces enceintes, selon les déclarations gouvernementales : “protéger les frontières extérieures de l’Europe et de l’Otan”. Si l’on exclut le motif qu’elles dussent être “protégées” de flux migratoires massifs provenant de la Russie, il ne reste que l’autre : les frontières extérieures de l’Ue et de l’Otan doivent être “protégées” de la “menace russe”.

Comme l’enceinte construite par les pays baltes le long de le frontière avec la Russie a une efficience militaire pratiquement nulle, son objectif est fondamentalement idéologique : celui d’un symbole physique indiquant qu’il y a, au-delà de l’enceinte, un dangereux ennemi qui nous menace.

Ceci fait partie de la martelante psyop politico-médiatique pour justifier l’escalade USA /Otan en Europe contre la Russie.

Dans ce contexte, le président de la République Sergio Mattarella s’est rendu en Lettonie deux fois, la première en juillet pour une tournée de visites dans les pays baltes et en Géorgie. Au dîner officiel à Riga, le président de la République italienne a félicité la Lettonie d’avoir choisi l’”intégration à l’intérieur de l’Otan et de l’Union Européenne” et d’avoir décidé d’”embrasser un modèle de société ouverte, fondée sur le respect de l’État de droit, sur la démocratie, sur la centralité des droits de l’homme”.

Il l’a déclaré au président letton Raymond Vējonis, lequel avait déjà approuvé en avril le projet de loi qui interdit l’enseignement du russe en Lettonie, pays dont la population est pour presque 30% d’ethnie russe et où le russe est employé comme langue principale par 40% des habitants. Mesure liberticide qui, en interdisant le bilinguisme reconnu par l’Union européenne elle-même, discrimine ultérieurement la minorité russe, accusée d’être “la cinquième colonne de Moscou”.

Deux mois plus tard, en septembre, le président Mattarella est retourné en Lettonie pour participer à un sommet informel des Chefs d’État de l’Union européenne, où a été traité entre autres le thème des attaques informatiques de la part d’ “États ayant une attitude hostile” (référence claire à la Russie).

Après le sommet, le Président de la République s’est rendu à la base militaire de Ᾱdaži, où il a rencontré le contingent italien encadrédans le Groupe de bataille déployé par l’Otan en Lettonie dans le cadre de la “présence avancée renforcée”  (eFP) aux frontières avec la Russie. “Votre présence est un élément qui rassure nos amis lettons et des autres pays baltes”, a déclaré le Président de la République. Paroles qui alimentent substantiellement la psyop, en suggérant l’existence d’une menace pour les pays baltes et le reste de l’Europe provenant de la Russie.

Le 24 septembre arrivera aussi en Lettonie le Pape François, en visite dans les trois pays baltes. Qui sait si, répétant qu’il faut “construire des ponts pas des murs”, il dira quelque chose aussi sur le nouveau rideau de fer qui, divisant la région européenne, prépare les esprits à la guerre. Ou bien si à Riga, en déposant des fleurs au “Monument pour la liberté”, il revendiquera la liberté des jeunes Lettons russes d’apprendre et d’employer leur propre langue.

Manlio Dinucci

article original en italien

La nuova cortina di ferro L’arte della guerra

Note:

Présence militaire française dans l’eFP (Enhanced Forward Presence ) :
“Depuis avril 2017, la France déploie des soldats dans le cadre de l’eFP <https://otan.delegfrance.org/Estonie-Deploiement-francais-dans-le-cadre-de-la-presence-avancee-renforcee-eFP> , mission défensive et proportionnée qui vise à réduire les risques et contribue ainsi à la sécurité du flanc Est de l’Alliance. Après neuf mois en Estonie ce déploiement, baptisé Lynx, a basculé en Lituanie en janvier 2018 pour un mandat initial de huit mois”.
https://otan.delegfrance.org/Redeploiement-du-detachement-Lynx-en-Lituanie-dans-le-cadre-de-la-presence <https://otan.delegfrance.org/Redeploiement-du-detachement-Lynx-en-Lituanie-dans-le-cadre-de-la-presence>

“Les forces françaises de la mission Lynx déployées en Lituanie depuis janvier 2018 dans le cadre de la présence avancée renforcée (enhanced Forward Presence – eFP) de l’OTAN ont entamé leur désengagement. Dès 2019, le détachement Lynx sera de nouveau déployé en Estonie où il était déjà présent en 2017”.
https://otan.delegfrance.org/Fin-de-mandat-des-forces-francaises-de-l-eFP-deployees-en-Lituanie-aout-2018

Voir aussi :

Des «chants pro-Saddam» à Alger provoquent une tornade politico-médiatique à Bagdad

Alors que les députés irakiens élus aux législatives du 12 mai dernier   s’apprêtaient – enfin – à élire le président sunnite du Parlement, des « chants pro-Saddam Hussein » entonnés dans la banlieue d’Alger par les supporters d’un club de football local opposé à une équipe irakienne, ont provoqué une mini-crise diplomatique entre les deux pays. Ceci explique sans doute cela…

Pérou : la forêt habitée par les populations autochtones Shawi va être cédée à une entreprise minière canadienne

Les populations autochtones Shawi réitèrent leur appel à manifester pour la défense de leur territoire, situé dans la forêt tropicale humide. Cette fois, la menace vient de la première entreprise minière d’or du monde : la Barrick Gold Corporation.

Chili : gigantesques incendies forestiers, crimes d’entreprises et impunité

Les sociétés de plantations d’arbres jouissent d’un pouvoir et d’une impunité considérables au Chili. Les incendies de 2017 ont révélé leur collusion avec des fonctionnaires pour empêcher la tenue d’enquêtes et criminaliser le peuple autochtone mapuche. Elles seraient même les principales bénéficiaires de ces feux.

4 commentaires

  • Natacha Natacha

    Affreusement triste et inutile. :[

  • Oui c’est triste, et les migrants – animaux cette fois – ne pourront plus passer. Mais ça… tout le monde s’en fout dans ce genre de conflits larvés.

  • jesuis

    En créant ces frontières ils se protègent juridiquement contre les guerre territoriales. Ce ne sont plus des limites de territoires mais des barrière physiques (propriété).Il y avais des flous juridique sur les contours des territoires (vase clos).La terre travaillent et recule et alors si un cratère se forme à la limite de votre territoire et d’un autres qui peut revendiquer son côté et comment effectuer cette limitation simplement en la délimitant physiquement.Ce n’est que le début de nombreux pays voir la totalité va ériger ces clôtures de délimitation contre d’éventuels envahisseurs ou revendicateur de territorialité mais également pour contrôler sont troupeau et son flux migratoires.