Menaces sans précédent des États-Unis contre la Cour pénale internationale…

Les crimes de guerres ce sont toujours les autres ? Quel déni et arrogance de la part des USA. Les guerres sont sales, meurtrières et aucun pays ne peut se prévaloir de ne faire que des « guerres propres » avec des victimes « légitimes et choisies ». Partagez ! Volti

************

Auteur Charles Sannat pour Insolentiae

« Les critiques de Washington contre des organisations internationales continuent. Les États-Unis ont mené une attaque sans précédent contre la Cour pénale internationale (CPI) et menacé ses juges et procureurs de sanctions s’ils s’en prennent à des Américains, à Israël ou à d’autres alliés de Washington.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, a accusé la juridiction internationale chargée de juger notamment les crimes de guerre et contre l’humanité, dont Washington n’est pas membre, d’être «inefficace, illégitime, irresponsable et carrément dangereuse».

«La CPI est déjà morte»

Devant la Federalist Society, une organisation conservatrice de Washington, il a dénoncé la possibilité d’une enquête contre des militaires américains ayant servi en Afghanistan. «Si la Cour s’en prend à nous, à Israël ou à d’autres alliés des Américains, nous n’allons pas rester silencieux», a prévenu John Bolton, annonçant une série de mesures de rétorsion possibles, dont les sanctions contre le personnel de la CPI.

«Nous allons interdire à ces juges et procureurs l’entrée aux États-Unis. Nous allons prendre des sanctions contre leurs avoirs dans le système financier américain, et nous allons engager des poursuites contre eux dans notre système judiciaire», a mis en garde le conseiller du président Donald Trump. «Nous n’allons pas coopérer avec la CPI, nous n’allons pas lui fournir d’assistance, nous n’allons pas adhérer à la CPI. Nous allons laisser la CPI mourir de sa belle mort» car «pour nous, la CPI est déjà morte», a-t-il insisté. »

Souvenez-vous des concepts comme « l’ingérence humanitaire », ou encore le « droit international ». Voilà que ces idées, héritées de la période post-guerre froide et mises à mal par l’hégémonie américaine et les tensions post 11 septembre, sont définitivement de l’histoire ancienne.

En rentrant frontalement en guerre contre les instances internationales, que ce soit l’ONU, l’OMC ou la CPI, les États-Unis démantèlent progressivement toutes les institutions mises en place pour sous-tendre une autre idée, celle de « nouvel ordre mondial ».

Charles SANNAT

Source 20 Minutes.fr ici

Voir:

15 commentaires

  • Graine de piaf Graine de piaf

    On croit rêver en lisant de tels propos ! Le pire est à venir je le crains, car tous s’aplatissent comme des carpettes devant ce fou furieux qui se croit le maître du monde ! Un Jupiter ici et un super-Jupiter là-bas ! il y aurait de quoi rire et se gausser si ce n’était aussi sérieux !

  • marabout marabout

    ils ont mis en place ces entités fantômes,pour tout contrôler à leur humeur
    ils n’ont jamais rendu de comptes et ils n’en rendront jamais
    ils ont laissé du sang américain partout,ils ont protégé des nazis pour leur profit
    etc etc etc ..
    devenu trop gourmand,l’empire romain a chuté lui aussi
    les US sont dans le rouge,mode panique

  • M.G. M.G.

    Toutes ces instances (ONU, OMC, CPI …) n’ont aucune légitimité. Tout comme les instances dirigeantes des États-Unis, ou de tout autre état dans le monde d’ailleurs, ne peuvent avoir de légitimité face à une entité physique (un être humain) qui aura décidé de ne leur en accorder aucune; en opposition à une entité juridique abstraite (entreprises, associations, …), contractuellement titulaire de droits et d’obligations vis à vis d’un état.

    Les différentes lois, non naturelles, édictées par les gouvernements qui se partagent le monde, ne peuvent s’appliquer qu’à leurs propres représentants, ainsi qu’aux seules populations qui ont explicitement choisi d’y faire allégeance. En aucun cas ces lois ne sauraient être imposées à un être libre, même si cet être, originellement né libre, fut abusivement rattaché (enchaîné ?) dès sa naissance à un état par un acte d’état civil. L’obligation induite par cet acte de se conformer, par la contrainte, à des lois autres que les lois naturelles de bon sens, s’apparente à une mise en esclavage !

    Pour espérer quitter le statut d’esclave, avant d’être définitivement réduit au silence, il est nécessaire de réaffirmer son statut d’individu physique unique et libre au sein de la société humaine, non contractuellement lié aux institutions. Rappel en ce sens : vous n’avez voté aucune des lois qui vous sont imposées, ni apposé votre signature sur aucun des textes qui régissent aujourd’hui la totalité de votre vie. Ceux qui abusent des peuples à coup de supercherie « démocratique » en sont pleinement conscient. Il font simplement en sorte que jamais ne vous vienne à l’esprit qu’en réalité ils n’ont aucun pouvoir sur vous, et que vous êtes totalement libres. Mieux, ils réussissent chaque jour ce tour de passe-passe magistral consistant à persuader l’opinion publique que le « système » mortifère dans lequel nous évoluons aujourd’hui n’est autre que la volonté du peuple ! …

    Faites vos choix, dans ce monde rien ne va plus … M.G.