La Douma soumet un projet de loi pour simplifier l’accès à la citoyenneté de la fédération de Russie…

Y aura t-il beaucoup de prétendants à la nationalité russe ? Les conditions d’obtention du précieux sésame sont soumises à conditions. Partagez ! Volti

*********

Auteur Christelle Néant pour DoniPress

Le 7 août 2018, la Douma a soumis un projet de loi qui propose de donner au président de la fédération de Russie le pouvoir d’établir des listes d’étrangers pouvant obtenir la citoyenneté russe de manière simplifiée.

« Cela permettra d’accorder la citoyenneté de la fédération de Russie d’une manière simplifiée aux compatriotes vivant dans des pays à la situation socio-politique et économique complexe, où il y a des conflits armés ou un changement de régime politique, » a déclaré le gouvernement russe.

Dans le même temps, le projet de loi prévoit la simplification de l’obtention de la citoyenneté pour les compatriotes vivant à l’étranger qui participent au programme gouvernemental de réinstallation volontaire en fédération de Russie.

Cette mesure s’applique seulement à ceux qui ont reçu un permis de résidence (temporaire ou non) et sera valable quelle que soit la région choisie comme lieu de résidence.

Cette exigence d’avoir obtenu un permis de séjour pour bénéficier de cette procédure simplifiée est justifiée dans le projet de loi par la nécessité « d’assurer la sécurité de la fédération de Russie et d’empêcher la propagation de maladies dangereuses sur son territoire ».

En effet, pour obtenir un permis de séjour, la personne doit fournir ses empreintes digitales (lutte contre le terrorisme oblige), passer un examen médical, dont le résultat doit confirmer qu’elle ne se drogue pas et qu’elle n’est pas porteuse de maladies infectieuses dangereuses, et produire un certificat attestant qu’elle n’est pas porteuse du VIH.

Comme on peut le voir, dans la continuité des ordres donnés par Vladimir Poutine pendant sa ligne directe du 7 juin 2018, la simplification de l’octroi de la citoyenneté russe progresse rapidement sur le plan législatif, et devrait permettre à de nombreux réfugiés du Donbass d’obtenir un passeport russe, sans pour autant le distribuer n’importe comment à n’importe qui.

La façon dont ce projet de loi est formulé, et les catégories de personnes concernées montrent que la fédération de Russie essaye de trouver le juste équilibre entre bons sentiments et pragmatisme, afin de ne pas mettre en danger la sécurité ou l’équilibre du pays, tout en intégrant ou réintégrant de manière convenable ceux qui veulent réellement s’intégrer en Russie.

Christelle Néant pour DoniPress

Suivez DONi Press en français sur Telegram pour être sûr de ne jamais rater d’information.

 

Un commentaire

  • ROSSEL

    Le bon sens même ! il est vrai que l’Est du continent n’est pas encore totalement gangréné par les idéologies mortifères qui ont contaminé l’occident.