Revirement diplomatique : Emmanuel Macron et le pari russe…

On se demande si les « ennuis » de Macron, ne seraient pas la conséquence de ce récent revirement. Aller bombarder un pays souverain de sa propre initiative, sous prétexte de « rumeurs » en cours d’authentification, dont il n’a pas attendu la confirmation, c’est irresponsable mais approuvé par l’OTAN mais, s’il tourne maintenant le dos à ses « amis », ceux qui l’ont mis en place, au profit de l’ennemi intime de tous ces mêmes « amis », ceci pourrait expliquer cela. Qu’il vire de bord et envoie de l’aide à la Syrie est plus calculé qu’ humanitaire mais, qu’en pensent les « rescapés » et le président syrien? Quant aux morts…RIP.  C’est inouï ce que les vies comptent peu dans ces guerres de pouvoir. Al Assad va t-il accepter que la France participe à la reconstruction de la Syrie ? (il me semble qu’il avait dit « pas question »). Mais dans l’intérêt de la Syrie, ça peut changer. Partagez ! Volti

***********

Source Sputnik France relayé par Olivier Demeulenaere

Comme je le disais récemment, cette inflexion de la diplomatie française est certainement l’un des facteurs de l’emballement politico-médiatique autour du cas Benalla. Macron a déçu et même fâché ses parrains… OD

****

« La distribution conjointe d’aide humanitaire par la France et la Russie, malgré les couacs qui l’accompagnent, est un signe supplémentaire de l’inflexion diplomatique qu’est en train d’opérer Paris sur le dossier syrien. C’est l’avis du journaliste et spécialiste du Moyen-Orient Christian Chesnot. Il s’est confié à Sputnik.

Le 20 juillet, un avion-cargo russe Antonov An-124 a décollé de Châteauroux pour la Syrie. A son bord? Environ 50 tonnes d’aide humanitaire: médicaments, tentes et couvertures fournis par la France pour un montant d’environ 500.000 euros selon les informations de Libération. D’après le quotidien, qui cite une source diplomatique, cette opération conjointe a été décidée après les rencontres des Présidents Vladimir Poutine et Emmanuel Macron le 24 mai à Saint-Pétersbourg et le 15 juillet à Moscou. Certes, au matin du 25 juillet, les fournitures destinées aux habitants de la Ghouta orientale, la banlieue est de Damas reprise par les forces gouvernementales en avril 2018, étaient toujours à la base russe de Hmeimime (nord-ouest de la Syrie). La faute à un enchaînement de couacs, notamment sur la participation ou non de l’Onu à la livraison de cette aide humanitaire aux côtés du Croissant-Rouge syrien, organisation réputée proche de Damas. Après plusieurs jours de flou artistique qui ont même vu des membres des Nations unies se contredire, il semble que la distribution de l’aide soit imminente.

Ces atermoiements sont loin de constituer le cœur de l’affaire pour Christian Chesnot, journaliste spécialiste du Moyen-Orient retenu otage de terroristes en Irak durant 124 jours en 2004. D’après lui et comme le révèle Libération, citant un spécialiste du dossier, «cette opération humanitaire a été décidée à l’Elysée, pas au Quai d’Orsay». Le palais présidentiel semble vouloir prendre le contrôle du dossier syrien. Mais pourquoi ?

«Emmanuel Macron a toujours plus ou moins gardé la main concernant la Syrie. Pourtant, cette décision de mener une opération humanitaire conjointe avec la Russie est un signe supplémentaire de l’inflexion dans la politique diplomatique de la France concernant la Syrie», explique Christian Chesnot à Sputnik.

D’après lui, la nomination le 27 juin de François Sénémaud, ancien directeur du renseignement à la DGSE, en tant que représentant personnel du Président de la République pour la Syrie constituait déjà un indicateur. L’homme qui prendra ses nouvelles fonctions le 27 août est l’actuel ambassadeur de France… en Iran. Ironie du sort, depuis 2014, le dossier syrien était piloté au Quai d’Orsay par Franck Gellet. Ce dernier a été récemment nommé ambassadeur de France… au Qatar. De plus, Christian Chesnot note qu’Emmanuel Macron a rencontré son homologue russe à deux reprises, le 24 mai et le 15 juillet, en marge de la finale de la Coupe du Monde de football qui a vu la France s’imposer.

Mais pourquoi ce revirement ? Depuis le début du conflit syrien en 2011, la diplomatie française s’est presque toujours calquée sur celle de Washington et s’est montrée hostile au gouvernement de Damas. En avril dernier, Paris s’est joint aux Etats-Unis et au Royaume-Uni pour bombarder plusieurs sites en Syrie après une prétendue attaque chimique perpétrée par Damas. Pour Christian Chesnot, le rapprochement avec Moscou tenté par Emmanuel Macron s’explique par une analyse pragmatique de la situation sur le terrain :

«La Russie a gagné en Syrie. C’est un fait. Damas a repris quasiment tout le pays, les rebelles ont pratiquement été effacés du sud. La France s’est retrouvée hors-jeu. Elle veut revenir sur le terrain. Emmanuel Macron a juste analysé la situation de manière pragmatique et s’est dit que l’on entrait dans une nouvelle phase. Une phase où il faut renouer contact avec la Russie.»

Et pour le journaliste de France Inter, l’humanitaire est le prétexte parfait pour entamer un rapprochement :

«Depuis le début du conflit, la diplomatie française a eu deux constantes : la ligne rouge concernant l’utilisation d’armes chimiques et l’acheminement d’aide humanitaire. Cette opération conjointe avec la Russie donne l’occasion à Emmanuel Macron de renouer le dialogue tout en ne perdant pas la face.»

D’après Christian Chesnot, c’est une stratégie gagnant-gagnant. Il assure que les Russes sont «très contents» de ce possible rapprochement. «Moscou aura besoin d’alliés pour reconstruire la Syrie, qu’il y ait une transition au niveau du pouvoir ou pas. La Russie ne pourra pas le faire toute seule», analyse le journaliste.

Quid du «lobby néo-conservateur» au Quai d’Orsay, composé de «pro-Otan, pro-Etats-Unis, anti-Iran, anti-gouvernement syrien» comme le décrit Christian Chesnot ? Et bien selon le spécialiste du Moyen-Orient, même s’ils voient d’un mauvais œil un rapprochement avec Moscou, ils n’auront pas d’autre choix que de suivre l’Elysée. Avant de conclure : «De toute façon, le pays qui les préoccupe le plus, c’est l’Iran.» »

Source Sputnik France, le 25 juillet 2018 via:

Olivier Demeulenaere 

15 commentaires

  • kalon kalon

    Il y a actuellement au sommet de la France un menteur doublé d’un tricheur, d’un traître et d’un assassin que nous ne pouvons raisonnablement pas laisser gouverner.
    Les vrais crimes d’Emmanuel Macron
    https://reseauinternational.net/les-vrais-crimes-demmanuel-macron/

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Hou là là ! quelle diatribe contre lui ! mais tout cela est bon à savoir car ignoré de la plupart des Français.
    Quant à une destitution il ne faut même pas y songer, cela n’arrivera jamais ! Pas plus d’ailleurs que la mise devant un tribunal des deux précédents locataires du Palais ainsi que ce dernier. Les chiens aboient mais la caravane passe !
    Les citoyens de ce pays sont beaucoup trop mous, laxistes et m’en-foutistes pour que quoi que ce soit bouge.

      • .article35. .article35.

        Salut MG.
        Moi je verrais bien la petite Marion pour continuer le cirque.

        • M.G. M.G.

          Attali donne deux noms de femme (dont je ne me souviens plus tellement ça m’intéresse), mais en tout cas pas de MML dans son duo …

          M.G.

          • .article35. .article35.

            Je ne suis pas au courant de cette info sur les deux noms. Mais de mon côté ce n’est qu’un avis perso, comme une vague odeur qui flotte dans l’air . On verra bien si le système tient le coup jusqu’aux prochaines présidentielles, à moins que le microléon soit dégagé entre temps ….on peut toujours rêver .
            Quoi qu’il en soit je n’ai pas vraiment confiance pour la suite. je me souviens d’un dessin humoristique dont la légende était :  » chirac nous a fait regretter mitterrand , sarko nous a fait regretter chirac, hollande nous a fait regretter sarko, qui nous fera regretter hollande ? » …..du coup qui nous fera regretter la brêle jupitérienne ?

    • Gwendoline

      Ben oui Graine de piaf. « Les citoyens de ce pays sont beaucoup trop mous, laxistes et m’en-foutistes pour que quoi que ce soit bouge. » Il n’y a qu’à voir cette vidéo en pleine affaire Benalla. C’est juste édifiant !
      https://www.youtube.com/watch?v=g48lpDHwlso

  • A bien réfléchir, jupi t’es rien, serait il plus fin renard que tout le monde veut bien le croire.?
    Les dysfonctionnements des missiles français devant bombarder la Syrie ne seraient ils pas volontaires?
    Sont ils réels ou organisés sur ordre de la présidence en vue d’une possible tractation sur la reconstruction de la Syrie?

    PS: Opération couverte par le secret défense, cela ne pourra être divulgué que dans 50 ans.

    • kalon kalon

      Ou mis en dysfonctionnement par les systèmes russes tel que cela a été vu en mer noire avec un navire U.S. ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif
      A ce sujet, Vladimir Poutine aurait très bien pu dire à macron d’essayer un lancement de missiles pour comprendre la valeur du matériel russe d’interception !
      Il vaut mieux prévenir que guérir ! :-)

    • engel

      C’est une possibilité que j’avais envisageai.
      Car être aussi nul, c’est suspect…même pour l’armée française.

      Mais ce que dit Kalon a aussi beaucoup de sens.
      Donc la meilleure chose à faire et d’attendre que tous cela se décante et peut-être la vérité sera sue,…peut-être.

  • Gwendoline

    A l’arrêt depuis 2015, les réunions de la Commission interparlementaire franco-russe devaient reprendre le 25 juillet dernier. C’est ce qu’avait annoncé Leonid Slutsky, député de la Douma en charge des affaires internationales, avant de l’annoncer pour l’automne à cause de la «situation politique intérieure en France»
    https://fr.sputniknews.com/international/201807271037390700-benalla-gate-relations-franco-russes/

  • autre

    ———–« D’après Christian Chesnot, c’est une stratégie gagnant-gagnant. Il assure que les Russes sont «très contents» de ce possible rapprochement. «Moscou aura besoin d’alliés pour reconstruire la Syrie, qu’il y ait une transition au niveau du pouvoir ou pas. La Russie ne pourra pas le faire toute seule», analyse le journaliste. »—————

    Et la Chine,il la compte pour rien?

    ———–« La France s’est retrouvée hors-jeu. Elle veut revenir sur le terrain »————-

    Et mendier comme un Netanhyaou,il appelle cela sauver la face?
    Et qu’en pense la Syrie,qui dès qu’elle a été débarrassé du mandat SDN français,en a viré et l’influence,et la culture?
    Bref,c’est l’éternelle volaille de Coluche,celle qui piaille les pattes dans le fumier.