Ventes d’armes : un nouveau rapport dénonce la coopération des entreprises françaises avec le régime égyptien …

Quand on écoute les paroles « dégoulinantes » de moraline et de mansuétude des (ir)responsables politiques, concernant les migrants, les pauvres, les laissés pour compte, et que l’on sait que seul le profit trouve « grâce » à leurs yeux, avec un mépris non dissimulé, pour ceux qui contestent leur politique. Un billet du mois d’avril 2018, nous annonçait « Discrètement, l’Europe s’apprête à déverser des milliards d’argent public en faveur des industries de l’armement  » Argent qui aurait dû servir à financer les hôpitaux et le social en général, alors que ce sont les plus fragiles qui font les frais des « escroconomies » envisagées par ces « marionnettes de la finance ». Pour les vies perdues, pas de problème, ce ne sont que des dommages collatéraux. Il a fait son service militaire le  » chef  » des armées ? Non! il aurait pu abîmer ses jolies mains manucurées. Un bon chef d’équipe doit avant tout, connaître le métier et l’avoir pratiqué sur le tas.. on est loin du compte. Volti

*******************

Auteur par Rachel Knaebel pour BastaMag

Depuis son arrivée au pouvoir en Égypte en 2013, le général al-Sissi a installé un régime de répression sanglante et de surveillance généralisée. Un nouveau rapport de la Fédération internationale des droits humains (FIDH) dénonce la manière dont l’État français et plusieurs entreprises nationales y participent en fournissant au régime d’al-Sissi du matériel militaire et de surveillance.

Depuis son coup d’état militaire en juillet 2013, le régime d’al-Sissi a mis en prison au moins 60 000 personnes pour des raisons politiques, dispersé des manifestations par des moyens militaires faisant des centaines de morts, sans compter les exécutions extra-judiciaires et les disparitions forcées (entre juillet 2013 et juin 2016, il y a eu en Égypte 2811 cas de disparitions forcées des mains des services de sécurité, indique la FIDH), et le recours systématique à la torture. Dans le même temps, entre 2010 et 2016, les livraisons d’armes françaises vers l’Égypte sont passées d’un volume de 39,6 millions d’euros à 1,3 milliard d’euros, rappelle la FIDH.« Certaines entreprises ont vendu des armes conventionnelles à une armée responsable de la mort de centaines de civils au nom de la guerre contre le terrorisme, notamment dans le Sinaï : navires de guerre Mistral (entreprise DCNS) ; frégates Fremm (DCNS) ; corvettes (Gowind) ; avions de combat Rafale ; véhicules blindés (Arquus) ; missiles air-air Mica et de croisière SCALP (MBDA) ; missiles air-sol 2ASM (SAGEM) », détaille le rapport.

D’autres entreprises françaises ont vendu des véhicules blindés (200 Renault Trucks vendus entre 2012 et 2014) et des machines-outils pour la fabrication de cartouches (Manurhin) aux services de police égyptien, « qui n’hésitent plus à disperser des manifestations au fusil mitrailleur », dit la FIDH. Des sociétés hexagonales ont aussi vendu aux services de sécurité égyptiens des technologies de surveillance (comme l’entreprise Amesys/Nexa), d’interception de masse (l’entreprise Ercom), de collecte des données individuelles (Idemia) et de contrôle des foules (les drones de Safran, le satellite d’Airbus/Thales, les blindés légers d’Arquus, ex-Renault Truckks Defense). « Ce faisant, elles ont toutes participé à la construction d’une architecture de surveillance généralisée et de contrôle des foules, visant à empêcher toute dissidence ou mouvement social, et ayant conduit à l’arrestation de dizaines de milliers d’opposants et militants », dénonce l’organisation de défense des droits humains.

La FIDH et ses organisations membres en Égypte et en France (Cairo Institute for Human Rights Studies, Ligue des Droits de l’Homme, Observatoire des Armements), demandent en conséquence aux entreprises et aux autorités françaises l’arrêt immédiat de ces exportations vers l’Égypte d’armements et de matériel de surveillance, la mise en place d’une enquête parlementaire sur les livraisons d’armes à l’Égypte depuis 2013, ainsi qu’une refonte totale du système français de contrôle des exportations d’armes et de matériel de surveillance, pour le rendre plus transparent. Seront-elles enfin entendues par les pouvoir publics, alors que les ventes d’armes françaises vers l’Arabie Saoudite, qui mène une guerre mortifère au Yémen, sont aussi montrées du doigt ?

Auteur Rachel Knaebel pour BastaMag

Sur le sujet:

Lire aussi :
- Comment la France coopère avec un régime qui pratique la torture, traque les homosexuels et bâillonne les journalistes
- Comment l’Europe finance et légitime des régimes autoritaires pour barrer la route aux migrants
- Yémen : la France viole vraisemblablement le traité sur le commerce des armes et s’expose à des poursuites

8 commentaires

  • kalon kalon

    Cà va devenir difficile de vendre des armes si on ne peut plus les vendre qu’a des gens pacifiques ! lol https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • Les psychopathes qui réussissent, ceux que l’on croise à la bourse.
    Les psychopathes au pouvoir. https://www.youtube.com/watch?v=HufQ0F2tgV0

    Psychopathe en costume et cravate : https://www.cadre-dirigeant-magazine.com/manager/psychopathe-en-costume-et-cravate/

  • Naao

    Perso, je pense qu’il faudrait mettre a mort, sans procès et sans delai toute personne qui fabrique, vend ou utilise une arme pour tout autre motif que la prédation (les vegans vont vouloir aussi mettre fin a la prédation, mais c’est un autre sujet que celui de la guerre).
    Ça mettrait fin à la guerre de manière rapide et efficace.
    Ça n’empêcherait certe pas les crimes passionnels ou crapuleux, mais bon ça eviterait déjà qu’un psychopathe attardé puisse buter autrui sans risquer sa peau. Parce que bon, si pour commettre un meurtre on te propose une kalash sans munition ou un manche à balai, je dirai que le second est plus efficace.
    C’est probablement discutable, mais je pense que le principal responsable d’un meurtre à l’arme à feu est celui qui a fabriqué la balle.

    Ah puis, pour les costar/cravate, en fait c’est l’uniforme de l’escroc plus que celui du psychopathe.
    Le psychopathe est en treillis/rangers. Oui oui, les militaire sont juste des assassins en puissance un peu fiottes, qui pour alléger leur conscience commettent les crimes sous l’injonction d’autrui, plutôt que d’assumer pleinement leurs pulsions. Alors oui, certains ont l’esprit chevaleresque, et s’engagent pour défendre la veuve et l’orphelin, mais à moins de ne rien capter ou d’être malhonnêtes, ils savent tous que dans les fait ils butent beaucoup plus de civils que de soldats.

  • Enki13

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
    On n’apprend pas à une personne à tenir une arme mais plutôt à planter un arbre…

    ps: Ventes d’armes = Ventes d’âmes ?

  • C’est bon renault va pouvoir renouveller une partie du parc de véhicules blindés. Les Houtis les transforment en boites de conserve, avec corned-beef pré-cuit.

    un BBC VBCI légèrement allumé par les Houtis.

Laisser un commentaire