Ne pas oublier les victimes du communisme…

Extraits du livre disponibles ici

A l’heure du pillage des ressources de la planète  et de la paupérisation des peuples, la tentation communiste grandit dans l’esprit de certains…

Cette vidéo est un petit rappel des méfaits du communisme, trop facilement oubliés au vu des millions de morts…

Se souvenir également de messieurs

Lénine:

Vladimir Ilitch Oulianov (en russe : Влади́мир Ильи́ч Улья́нов Prononciation), dit Lénine (Ленин), né à Simbirsk (aujourd’hui Oulianovsk) le 10 avril 1870 (22avril1870 dans le calendrier grégorien) et mort à Vichnie Gorki (aujourd’hui Gorki Leninskie) le 21janvier1924, est un révolutionnaire communiste, théoricien politique et homme d’État russe. Rejoignant à la fin du XIXe siècle le Parti ouvrier social-démocrate de Russie, la section russe de la Deuxième Internationale, il provoque en 1903 une scission du Parti russe et devient l’un des principaux dirigeants du courant bolchevik. Auteur d’une importante œuvre écrite d’inspiration marxiste1, il se distingue par ses conceptions politiques qui font du parti l’élément moteur de la lutte des classes et de la dictature du prolétariat.
En 1917, après l’effondrement du tsarisme, les bolcheviks s’emparent du pouvoir en Russie lors de la Révolution d’Octobre. La prise du pouvoir par Lénine donne naissance à la Russie soviétique, premier régime communiste de l’histoire, autour de laquelle se constitue ensuite l’URSS. Lénine et les bolcheviks parviennent à assurer la survie de leur régime, malgré leur isolement international et un contexte de guerre civile. Ayant pour ambition d’étendre la révolution au reste du monde, Lénine fonde en 1919 l’Internationale communiste : il provoque à l’échelle mondiale une scission de la famille politique socialiste et la naissance en tant que courant distinct du mouvement communiste, ce qui contribue à faire de lui l’un des personnages les plus importants de l’histoire contemporaine2,3.
Une fois au pouvoir, il use — de façon revendiquée4,5 — de la Terreur afin de parvenir à ses fins politiques6. Lénine est à l’origine de la Tchéka, police politique soviétique chargée de traquer et d’éliminer tous les ennemis du nouveau régime qu’il met en place. De même, Lénine instaure en 1919 un système de camps de travail forcé, qui précède le Goulag de l’époque stalinienne2,7 ; il fait également du nouveau régime une dictature à parti unique2. La continuité politique entre Lénine et Staline fait l’objet de débats ; divers auteurs ont cependant souligné que la philosophie politique et la pratique du pouvoir de Lénine contenaient des éléments clés de la dictature au sens moderne du terme8, voire du totalitarisme9,10.
Face à l’ensemble des oppositions, Lénine se montre partisan de mesures terroristes et de la répression la plus violente : dans de nombreuses directives, il ordonne des exécutions publiques ou des mesures de répression et d’épuration à grande échelle, ainsi que l’instrumentalisation des tensions ethniques pour déstabiliser les gouvernements séparatistes. Ces documents, par la suite censurés durant des décennies et absentes de l’édition de ses œuvres complètes publiée en URSS, ne deviennent publics qu’en 199990. En janvier 1919 est également décidée la politique de «décosaquisation », qui se traduit par l’élimination physique d’une partie importante de la population cosaque, soutien de l’ancien régime ; l’historienne Hélène Carrère d’Encausse qualifie la campagne menée contre les cosaques de « véritable génocide »186. (Extraits de Wikipédia)

Trotski

Commissaire du peuple pour les Affaires étrangères, puis militaires et navales. En 1917, il est le principal acteur, avec Lénine, de la révolution d’Octobre qui permet aux bolcheviks d’arriver au pouvoir. Membre du gouvernement communiste, il n’est pas favorable à une paix immédiate avec les puissances de la quadruplice, mais en mars 1918 il accepte le point de vue de Lénine et la paix de Brest-Litovsk qui est une capitulation de fait. Durant la guerre civile russe qui s’ensuit, il fonde l’Armée rouge et se montre partisan de mesures de Terreur : son action contribue à la victoire des bolcheviks et à la survie du régime soviétique. Il est dès lors, et durant plusieurs années, l’un des plus importants dirigeants de l’Internationale communiste et de l’URSS naissante.

Staline

Joseph Staline1, né le 18décembre18782 à Gori (Empire russe, actuelle Géorgie) et mort le 5mars1953 à Moscou, est un révolutionnaire bolchevik et homme d’État soviétique d’origine géorgienne. Il dirige l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) à partir de la fin des années 1920 jusqu’à sa mort en établissant un régime de dictature personnelle absolue3. Les historiens le jugent responsable, à des degrés divers, de la mort de trois à plus de vingt millions de personnes4. (Wikipédia)

Mao Zedong

Mao Zedong impose à la population le collectivisme communiste et la dictature du parti unique, en suivant d’abord de très près le modèle de l’URSS. Au nom de la définition d’une « voie chinoise vers le socialisme », il se démarque ensuite progressivement de l’URSS et sera l’inspirateur direct du Grand Bond en avant, responsable de famines de masse et de la mort d’environ 45 millions de personnesa. Après avoir été mis à l’écart par ses collaborateurs et laissé la présidence de la république à Liu Shaoqi, il soulève les étudiants chinois contre la direction du Parti pour reprendre le pouvoir, livrant les villes à la violence des gardes rouges au cours de la révolution culturelle, entre 1966 et 1969. Il s’appuie dans un premier temps sur Lin Biao, puis ce dernier est à son tour évincé. Ayant éliminé ses rivaux et rétabli l’ordre à son profit, il fait l’objet d’un culte de la personnalité et rapproche alors le plus la république populaire de Chine d’un État de type totalitaire de 1969 à 1976. (Wikipédia)

Pol Pot

Saloth Sârnote 1 (19mai19251,2,315avril1998), plus connu sous le nom de Pol Potnote 2, est un homme d’État cambodgien, chef des Khmers rouges et du Parti communiste du Kampuchéa.

Après avoir dirigé la guérilla khmère rouge pendant la guerre civile, il est à partir de 1975 le principal chef du régime communiste cambodgien appelé Kampuchéa démocratique, d’abord en tant que dirigeant de facto, puis officiellement en tant que Premier ministre de 1976 à 1979. Le programme d’étude sur le génocide cambodgien de l’université Yale évalue le nombre de victimes des politiques de son gouvernement à environ 1,7 million de morts5, soit plus de 20 % de la population de l’époque. (Wikipédia)

Auteur Liliane Held Khawam via

Wikipédia

Voir aussi:

Blockchain, gouvernance et énergie ?Vidéo. Thinkerview

Classement des créanciers de l’Etat américain… LHK

Espagne: La reprise économique. Oui, mais… Nicolas Klein

Faut-il réduire la population mondiale pour sauver la planète ? Audrey Garric

88 commentaires

  • kalon kalon

    Ne pas oublier les victimes du communisme…!
    En fait, toutes les formes de pouvoir, communistes, capitalistes ou autres, ont créer des centaines de millions de victimes
    TOUTES les formes de pouvoir ont, toujours, provoqué des génocides ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

        • ROSSEL

          L’anarchie politique pour qu’elle soit viable suppose un bouleversement de la nature humaine par des moyens coercitifs. On ne fera jamais un mouton d’un lion à moins de le casser. Les tentatives de transformation de l’individu à grande échelle pour mettre en place une société meilleure aboutiraient à des massacres gigantesques qui n’auraient rien à envier à ceux de Mao, Staline,Pol Pot ou Hitler. Les exemples du passé nous montrent que même animés des meilleurs intentions les Durruti, Makhno ou autres personnages historiques de l’anarchie ont du avoir recours à la force pour imposer au peuple ce qui n’avait rien de naturel pour lui et dont il ne voulait pas.

      • kalon kalon

        Gros,
        c’est vrai la philosophie de l’anarchie est ce qu’il y a de mieux pour vivre ensemble !
        « Ne faut pas à l’autre ce que tu ne souhaites pas qu’il te fasse » , c’est si simple et cela remplace les milliards de lois inventées par les différents systèmes de pouvoir pour garder la main sur la société !
        Gros problème, pour arriver à un système de vie communautaire avec cette philosophie, nous en avons, au bas mot, pour trois générations à nous vider la tête de tout ce que ces salopards nous ont fourré dedans !
        L’éducation nationale obligatoire & « gratuite », sert à quoi, à ton avis ?
        Ben, tout simplement à nous empêcher de penser par nous même et comme cette « éducation » est transmise inconsciemment aux enfants par leurs parents, il est impossible de modifier ce système en moins de trois générations !
        Et il est vrai que, quelque part, c’est utopique d’y penser, utopique, oui, mais pas irréalisable !

        • ROSSEL

          L’anarchie n’est rien d’autre qu’une aimable utopie lorsqu’elle se contente d’être théorique mais ne peut être autre chose qu’une tyrannie sanglante lorsqu’elle prétend passer de la théorie à la pratique. L’homme est un être grégaire qui vit en société ,dosage d’altruisme et d’égoïsme indispensable à la vie. Toute société implique pour qu’elle puisse fonctionner des lois par définition arbitraires qui sont sensées être appliquées par tous. Sans loi, c’est le règne du plus fort qui s’impose c’est pourquoi il est inévitable de sacrifier une partie de sa liberté pour assurer un minimum de sécurité. Cette abdication convient tout à fait au plus grand nombre. Rien de ce qui est humain n’est parfait mais prétendre affranchir les humains de principes comme ceux de hiérarchie et de sélection est le comble de l’anti-nature.

          • ROSSEL

            Je doute que trois générations soient suffisantes pour changer la nature humaine. L’éducation « nationale » et la culture peuvent objectivement être considérées comme des formes de bourrage de crâne. Elle sont pourtant un mal nécessaire qui oblige chaque individu à se conformer à des règles et à acquérir un savoir indispensables à la vie communautaire. Sans socle commun culturel et éducatif, une société finit par s’écrouler et par être remplacée par une autre aux valeurs différentes et pas nécessairement moins contraignantes. La Nature a horreur du vide. C’est ce qui est en cours actuellement dans les pays occidentaux.

  • GROS

    (troll)
    Pourquoi n’y a-t-il pas d’intro à ce billet ?

  • lumpenproletariat

    Le Christianisme aussi… L’inquisition et les guerres de religion, c’est pas trop « aimez vous les uns les autres »…
    Pourtant le Christ … quel homme, quel grand… RESPECT POUR CET HOMME !

    Le communisme n’a tué personne, tout comme le Christ, mais ce sont des hommes qui l’ont fait, avec une nature bien humaine…

    Le communisme a d’autre idéaux que le chacun pour soit, l’accumulation des richesses, le pouvoir hérité de l’argent et le Darwinisme social que proclame haut et fort le libéralisme…

    Toute façon ne rêvez pas, on ne laissera jamais en paix un pays où des Gattaz seraient susceptibles de commencer comme plongeur dans un resto…

  • autre

    Mais quel a été le rôle des régime précédents le communisme dans l’apparition de celui-ci?

    Ne serait-ce pas qu’ils n’ont pas su répondre aux aspirations de leurs
    peuples,plongeant ceux-ci dans une situation extrême où tout devenait possible?

    « Il faut avoir passé par bien des épreuves pour s’abandonner au pouvoir d’un seul » écrivait Voltaire.
    Pour qu’un peuple finisse par accepter un régime totalitaire c’est la même chose.

    Ce sont les mêmes inadaptables qui déplorent les méfaits de cette idéologie qui en ont provoqué l’apparition.

    D’autre part,il y a certains peuple dont la culture est chimérique;la nature humaine serait une page blanche sur laquelle ont peut écrire n’importe quoi.
    Avec cette conclusion d’Anatole France; »quand on veut améliorer les hommes,on est conduit à les exterminer tous ».

    • ROSSEL

      @ autre
      « Mais quel a été le rôle des régime précédents le communisme dans l’apparition de celui-ci? »
      Le communisme est une pourriture qui ne se développe que sur le tas de fumier capitaliste.

      • lumpenproletariat

        Le communisme, c’est rien n’appartient à personne et tout appartient à tout le monde.
        Plutôt qu’un fétichisme délirant de quelques babiolles privées pour qui on serait prêt à tuer et un manque de respect total du bien commun…
        Les tribus primitives comme les indiens d’Amérique étaient communistes, ils vivaient en symbiose avec leur environnement avant que des putes et des bagnards ne leur apportent la civilisation…

        • ROSSEL

          Je me sent guère de partager avec les fainéants et les parasites qui sont à ceux qui jouent le jeu ce que la puce est aux chiens. Ces histoires de société prétendument idylliques procèdent en grande partie du fantasme. Elles avaient le mérite d’être adaptées à ceux qui y vivaient et leur destruction fut certes un véritable drame. Lisez donc Lévy-Strauss ou bien même Jack London et vous aurez une vision bien moins stéréotypées de ces communautés.

          • kalon kalon

            Ben, avant de lire ces gens dont je ne connais rien sauf la pub que certain en font, je préfère penser par moi même !
            La démarche me semble plus intelligente ! ;-)

          • ROSSEL

            Consulter les écrits n’empêche pas de penser par soi-même. Moins les gens lisent, plus ils sont crédules. La curiosité bien comprise aide à se forger sa propre opinion. N’avez-vous vous même jamais lu Bakounine ou Max Stirner ?

          • engel

            Un livre c’est comme une rencontre, elle peut-être providentielle ou catastrophique.

            Je n’ai jamais trop lu, par méfiance. Vu que j’ai remarqué très tôt que je devenais ce que je lisais.
            J’ai donc préféré l’expérience directe. Bien qu’elle fut parfois fort douloureuse.

            Je ne nie pas que le livre est une option très intéressante pour apprendre la vie. Mais seulement maintenant, approchant de la fin, je sais quel livre j’aurai du, ou pu lire…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • engel

    Le communisme n’est que l’autre face de la même pièce, immédiatement récupéré, par toujours les mêmes faiseurs d’embrouilles mondialistes.

    Nb; Déja de son vivant, Karl Marx l’affirma.

  • ROSSEL

    « Le communisme n’a tué personne, tout comme le Christ, mais ce sont des hommes qui l’ont fait, avec une nature bien humaine… »
    Il fallait oser !!!https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif Cette phrase sent bon le millénarisme.
    Le problème est que depuis 1917 toute tentative d’instaurer un état communiste s’est soldée, quel que soit le lieu, par des échecs retentissants. A l’époque du Rideau de Fer, les flux de déçus par la société dans laquelle ils vivaient allaient d’Est en Ouest et pas inversement. On a guère vu d’individus revenir sur leur décision après être arrivés à destination même si le miroir aux alouettes constitué par le mode de vie occidental en a surpris plus d’un et si aujourd’hui beaucoup d’ex-allemands de l’est regrettent une époque et un régime qui n’avaient pas que des mauvais côtés. Cette dernière remarque peut d’ailleurs s’appliquer à d’autres régimes autoritaires du passé qui se voulaient,eux ,anti-communistes.

    • lumpenproletariat

      Toi je sens que t’es incapable d’appréhender le monde autrement que par la merde que l’on te ressasse depuis ta naissance…
      Un bon petit occidental du 21 éme siécle

      • ROSSEL

        Mon appréhension du monde s’est construite autant sur le terrain que par la fréquentation des livres. J’abomine autant les parasites du bas, punk à chiens et autres saprophytes, que ceux du haut, traders et autres poux suceurs de sang. Les deux espèces procèdent souvent de la même logique : tout prendre sans rien donner et revendiquer ses droits sans se soucier de ses devoirs.

      • ROSSEL

        L’absence de sens de la nuance et le fait de procéder par procès d’intention sont le propre des épurateurs incapables de contre-argumenter. La race des Vychinski et Béria n’a apparemment pas disparue.

        • lumpenproletariat

          Rossel, arrête de faire semblant de ne pas comprendre ce que je veux dire…et de jouer le contradicteur de service…

          Le communisme comprend une série d’étapes qui mène à l’anarchie – bien comprise – .
          Ce qui diffère entre le communisme et l’anarchisme c’est le passage par un état centralisateur avant l’abolition de l’État…

          Jusqu’à présent, en guise de communisme, il n’y a eut que du capitalisme d’état… Et bosser dans un hangar pour l’état où pour un oligarque, cela ne rend pas trop heureux le quotidien des petites gens…

          • ROSSEL

            Je comprends très bien ce que vous voulez dire et n’ai pas l’intention de me taire pour vous faire plaisir. Des millions de personnes massacrées en vain pour un objectif totalement illusoire, voilà à quoi mènent les utopies sanglantes. N’en déplaise, le caporal bohémien n’a été qu’un petit joueur à côté de vos stars de l’égalité forcée.

          • lumpenproletariat

            Pas de stars Rossel, j’ai jamais dit que j’étais communiste où bien chrétien.
            Le communisme ne peut être applicable qu’avec des gens surdoués à fort QI.

            Et comme la populace est un fatras de trous du cul imbéciles, égoïstes, jouisseurs et hédonistes, qui se contentent d’être amusés par toutes les conneries qu’on leur sert dans la gamelle… Tu vois si Goldman Sach me proposait un Taf chez eux, je ferais de ce pays de tocard, un parking et de cette classe moyenne de débiles, un tas de SDF, de leurs gamines, des putes et de leurs fils, des toxicos…

            Lâche toi Macron, c’est des cons, ils le valent bien…

      • ROSSEL

        La merde qui m’a été ressassée depuis ma naissance par ma maman femme de ménage et mon papa jardinier :
        être droit et courageux en actes et en paroles, ne compter avant tout que sur soi et sur son travail, aimer son pays et sa famille, se contenter de peu et ne pas courir après la fortune, être généreux avec les malchanceux et ceux qui le méritent, ne pas étaler sa générosité. Evidemment de telles valeurs prêtent à s’esclaffer dans la société actuel.

    • Balou

      Haïr la Russie est un travail à temps plein

      […]
      Je voudrais suggérer qu’il est tout à fait possible que les néocons, fins connaisseurs de l’histoire, ne souhaitent que le retour des bons vieux jours de l’époque bolchevique en Russie. Le fait est qu’une grande partie de l’athéisme de l’État bolchevik était motivée par la forte surreprésentation des juifs dans le parti à ses débuts. Le journaliste britannique Robert Wilton, dans ses recherches méticuleuses sur 1920 intitulées Les derniers jours des Romanov, a décrit comment David R. Francis, ambassadeur des États-Unis en Russie, a prévenu dans un message adressé à Washington en janvier 1918 : « Les dirigeants bolcheviques ici, dont la plupart sont juifs, et 90% sont de retour d’exil, se soucient peu de la Russie ou de tout autre pays mais sont internationalistes et tentent de lancer une révolution sociale mondiale. »
      […]
      https://reseauinternational.net/hair-la-russie-est-un-travail-a-temps-plein/

  • fp4earth

    J’avoue ne pas comprendre la logique de la moyenne des commentaires… vous êtes tous en train de dire qu’il n’y a jamais eu d’état ou de systeme appliquant réellement le communisme mais vous condamnez quand même le dit communisme ? S’il n’a jamais été appliqué comment peut on le condamner ? Cela me dépasse…

    Vive la propagande et l’absence de liberté de penser chez les moutons…

    « Le terme de communisme désigne à l’origine une forme de société sans classes et d’organisation sociale, où la propriété privée serait abolie et les moyens de production mis en commun » –> Comment condamner cette forme d’égalité si vous ne parlez que des dérives des états soit disant communistes ?

    Essayez donc de démonter logiquement cette forme d’égalité et admettez que vous n’êtes tout simplement pas pour l’égalité…comme 90% des gens finalement. Vivent les moutons et la pensée unique… quelle tristesse philosophique.

    • ROSSEL

      Je condamne l’utopie communiste tout comme les affabulations anarchistes l’une comme l’autre totalement anti-naturelles et par conséquent inapplicables.

    • ROSSEL

      Je ne suis pas pour l’égalité mais pour la justice.

      • lumpenproletariat

        A ouais? Et bien la justice rendue vis à vis d’un fils de jardinier et d’une femme de ménage et vis à vis d’un oligarque, tu me diras s’il s’agit de la même…

        Pas de justice sans égalité…

        • Silouane

          @lumpenproletariat

          L’égalité tout seul est un concept creux voir…débile. ça n’existe pas.
          Ce mot est d’ailleurs souvent utilisé pour remplacer la jalousie.
          Il est préférable de parler d’égale dignité ou d’équité.

          • lumpenproletariat

            Pourquoi pas Silouane…
            Puisque c’était le bac de philo et qu’ils ont planché sur les contes pour enfants…
            Mais dans ma vie, je n’ai vu ni justice, ni égalité, ni équité…

            Tout ça c’est du vent…

            Sur terre, c’est la loi du plus fort, du mieux né, du plus grand héritier, du plus riche, du meilleur réseau relationnel…

          • Voltigeur Voltigeur

            Ce n’est pas faux mais, peut être aussi parce que nous vivons dans une société égoïste où chacun ne pense à rien d’autre qu’à lui. Faisant du paraître, la priorité des priorité. Même les pauvres voient plus pauvres qu’eux, la compétition aidant, rien ne va plus les jeux sont fait. C’est un triste constat, mais il est réel.. :(

          • Silouane

            Je suis d’accord avec vous lumpenproletariat, la justice ou autre est quasi inexistante dans ce bas monde. Après, je ne pense pas que vivre dans le ressentiment permanent nous aide à nous en sortir. Vous me direz que c’est facile à dire si on est dans une période ou ça va mieux mais faut pas oublier que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Sûr, ma Foi au Christ m’aide infiniment à surmonter les épreuves et à garder l’ESPOIR d’une justice et d’une vie meilleure là-haut. En tous les cas, ça permet bien souvent de relativiser. Le plus important n’est pas le matériel mais bien l’amour du prochain. Quelle joie de voir le sourire de mes enfants !

      • kalon kalon

        De quel justice parles tu, Rossel ?
        Celle qui a été créée par le pouvoir pour te réduire à l’esclavagisme, ou TA conception de la justice, celle qui te fera rejeter tout autre forme de justice venant des autres ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • @Rossel
        Cite tes références en matière de Justice. Je suis curieux de les connaître.

    • lumpenproletariat

      @fp4earth, merci d’être quelqu’un qui réfléchit…

  • ROSSEL

    Quand la justice et l’égalité marchent de conserve tant mieux.

    • ROSSEL

      Quand au nom de l’égalité on met au même niveau l’incapable et le surdoué, le lâche et le brave, le ramier et le bosseur, cela s’appelle le nivellement par le bas pas la justice. Libre à chacun d’apprécier.

      • kalon kalon

        Ben oui Rossel, Ta conception de la justice est de mettre le fort au dessus du faible, le surdoué au dessus de celui qui ne l’est pas, drôle de Justice, non ? ;-)

      • kalon kalon

        Faut pas tout mélanger, Rossel ! et tu comprendras mieux qu’on est, TOUS, dans un sacré merdier ! ;-)

        • ROSSEL

          Je ne mélange rien et suis conscient que nous sommes tous dans un sacré merdier. Ce n’est pas en prônant des idéologies délirantes que nous en sortirons.

        • ROSSEL

          « Ben oui Rossel, Ta conception de la justice est de mettre le fort au dessus du faible, le surdoué au dessus de celui qui ne l’est pas, drôle de Justice, non ? ;-)  »
          Tout groupe humain ou animal qui veut survivre fonctionne sur ce principe. Pour le bien de tous, et surtout des plus faibles et des moins doués, il est vital que ceux qui sont compétents dans leur domaine soient aux commandes. Le problème est qu’aujourd’hui la rotation des élites ( V. Pareto) ne se fait plus. Ce qui était nommé l’ascenseur social est bloqué par une hyper-classe qui se reproduit de manière endogamique et qui protège son monopole en faisant à destination du troupeau la promotion de l’égalitarisme médiocratique.

          • fp4earth

            Au moins Rossel assume clairement ses opinions en reconnaissant être contre l’égalité. La seconde étape sera de reconnaitre que tu estimes mériter mieux que les autres. (comme 90% des gens encore une fois). Tu dois être aux anges avec frère Emmanuel qui pille les pauvres pour donner aux riches.

      • logic

        Déja, il faudrait savoir ce qu’est un incapable, ou un surdoué !!

        Dans nos civilisations, l’incapable est souvent le « non diplomé » pourtant, quand on y regarde de plus près, il sait souvent tout faire !!
        Ce qui est loin d’être le cas du cadre, bien souvent incapable de survivre sans utiliser sa carte bleu ! En effet, en règle général, le cadre ne sait rien faire de ses dix doigts, et est hyper dépendant du travail des « non diplomé »! le plus drôle dans tout ça, c’est qu’il soit mieux payé surtout !
        On peut alors se demander qui est vraiment incapable ou surdoué dans l’absolue ???

  • marabout marabout

    en France,on a perdu Marchais
    il ouvrait bien sa gueule,quand même
    il avait bien compris la quenelle à tonton..
    https://www.youtube.com/watch?v=x_NihRC7W0s

    sinon le consumériste,a de loin dépassé les doctrines politiciennes
    en terme de victimes,des gentils acheteurs poursuivis par des méchants
    vendeurs
    à la fin,ils deviennent cinglés les gens:
    les politiciens,vont ils tous finir à l’asile?
    https://www.youtube.com/watch?v=C_mRN_iq1-k

  • Pimpin

    Concernant Pol Pot, ne pas oublier que lui et son état major ont été formés par le parti communiste français ! Lors de ma visite au Cambodge l’année dernière, le guide me l’a bien rappelé.

  • Silouane

    Un Mémorial du Goulag en Hongrie :

    http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2018/06/20/un-memorial-du-goulag-6061054.html

    Nous on préfère encore ériger des statues et des rues à la gloire de ces bourreaux.

  • engel

    Vous pourrez faire ou suivre toutes les doctrines que vous voulez, mais à la fin, la nature reprend malgré tous ses droits.
    L’égoïsme, la sélectivité de celui qui est adapté(sélection naturelle) s’imposent à tous,. Y compris aux paradigmes, fussent-ils simplistes ou sophistiqués.

    • engel

      « Un livre c’est comme une rencontre, elle peut-être providentiel ou catastrophique. »

      Je ne saurais trop vous conseiller ce fantastique livre, que j’ai eu la chance de trouver dans le grenier de mon… arrière-grand-père.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
      …Après sa lecture tout est évident et simple.

      https://www.amazon.fr/L%C3%A9go%C3%AFsme-seule-base-toute-soci%C3%A9t%C3%A9/dp/2012895980

    • Silouane

      @engel

      N’importe quoi : « L’égoïsme, la sélectivité de celui qui est adapté (sélection naturelle) s’imposent à tous,(…) » ça s’appelle la loi de la jungle ou l’ensauvagement. Bref ce qui distingue la civilisation de la barbarie. C’est bien pquoi Darwin et ses successeurs : Marx, Hitler et le libéralisme ( Hayek ?) ont faux sur toute la ligne. La vie n’est pas une lutte des espèces ( hypothèse d’ailleurs complètement farfelue) des classes, des races ou des entreprises… mais l’amour.

      Barbarie ou civilisation… il faut choisir.

      • ROSSEL

        Vous devez être bien malheureux si vous croyez sincèrement à ce que vous écrivez. Il suffit de regarder autour de soi, dans la société humaine ou dans le milieu naturel, pour se rendre compte que la vie est un combat perpétuel pour avoir le droit d’exister. Ceux qui refusent la lutte refusent la vie. Rien n’est jamais gagné. Sélection, hiérarchie et solidarité clanique sont les conditions obligatoires à la survie de toute communauté.

        • Silouane

          @Rossel

          Evidemment que la lutte existe mais c’est une lutte pour le Bien. Elle ne devrait pas être utilisée à d’autres Fins comme pour écraser la race, la classe, l’entreprise ou tout autre « adversaire ». Ce n’est bien entendu pas la conception de tous les orgueilleux aux dents longues mais leur combat à eux est voué à l’échec : nazisme, marxisme, libéralisme, sectes…

          Les animaux eux sont dans une survie … aux hommes d’êtres plus intelligents et c’est bien pour ça qu’on est pas des bêtes. Ceci étant, la lutte des animaux reste restrictive à leur faim mais rarement une lutte à mort entre ceux d’une même espèce. A part pour conquérir la belle, je ne vois pas vraiment d’autres cas ds une même espèce d’animaux. Cette lutte est d’ailleurs purement égoïste. Mais nous on est pas des bêtes et on aspire à plus Grand !

          Ainsi posé, la difficulté reste de savoir ce que l’on appelle le Bien. Pour quel Bien suis-je prêt à me battre ? Contre quel Mal ?

          • ROSSEL

            @ Silouane

            Je crois que cette prétention humaine à se prendre pour autre chose q’un animal n’est pas pour rien dans l’origine de ses malheurs. Nous avons bien de leçons à prendre en observant les animaux. En particulier le sens de la mesure ; y compris dans la lutte. Lorsqu’un lion n’a pas faim, les gazelles l’indiffèrent. Le postulat qui affirme que la nature a été créée pour l’homme, cette aberration, monothéiste la encore, qui exhorte à croitre et à multiplier également.

          • Silouane

            Vous vous égarez…
            N’aspirez-vous donc à aucun Bien ?

          • engel

            Salut Roussel,
            La « sagesse » animal, ça se discute.

            Mes félins de chats aiment s’amuser avant de tuer, toutes les souries qu’ils attrapent.
            Puis, vu qu’ils sont domestiquement repus, ils les laissent devant ma portes d’entrée.

            Ps: Un lion, s’il en a l’occasion, tuera sans faim des lionceaux …même sa propre progéniture.

          • ROSSEL

            @ Silouane
            Je n’ai pas la vocation d’un abbé Pierre ou d’une mère Teresa. Je me contente de ne pas emmerder les autres et de rendre service lorsque c’est possible. Le sort de mes chats me préoccupe plus que celui des miséreux des confins. Je ne culpabilise pas en apprenant les malheurs de gens dont l’existence m’importe peu et dont on veut me rendre responsable surtout quand cette comédie est orchestrée par ceux qui sont stipendiés par les vrais coupables.

      • engel

        Silouane
        « La vie n’est pas une lutte des espèces ( hypothèse d’ailleurs complètement farfelue) des classes, des races ou des entreprises… mais l’amour. »

        Et votre truc, ça arrête les balles!
        Expliquez moi pourquoi certains peuples(espèces) disparaissent et d’autres s’épanouissent?
        …Un différentiel d’amour adaptatif sûrement.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

        Ps: Au fait, c’est si difficile que ça, de répondre sans coucher les mots « Hitler » ou « nazisme?

      • ROSSEL

        @ Silouane
        C’est toujours le vainqueur qui impose ses valeurs et décide de ce qui est bien.

  • Silouane

    Certes, mais le Bien et le Mal existent… à vous de choisir le bon camp. Si vous êtes sur ce site c’est que vous cherchez un minimum de Liberté je pense et ne vous satisfaites finalement pas du malheur actuel.

Laisser un commentaire