« Vive la parité… Enfin pas trop, une gonzesse mérite pas une bonne retraite ! » L’édito de Charles SANNAT…

Vous n’aimez pas mon titre ?

Moi, je l’aime bien…

Bon, c’est un peu provoc, certes, mais bon, c’est à la mesure de notre société et de ses paradoxes.

Bon, ma tendre épouse, équipée de son rouleau à pâtisserie (ce qui ne m’inquiète pas trop) mais aussi du couteau à gigot (ce qui me rassure nettement moins), me regarde l’œil torve et mauvais…

Eh oui ma chérie, tu as eu les enfants (plus ton mari), tu bosses la journée pour moins cher que tes collègues mâles et en plus tu bosses mieux (normal tu es ma femme), tu élèves nos enfants, tu les câlines, tu as enchaîné nuits blanches sur nuits courtes, tu as eu quelques congés maternité qui t’ont éloignée de ton poste quelques années, et tu as le bonheur et la joie statistiquement de vivre plus longtemps que ton mari.

Du coup, on avait prévu ce que l’on appelle, pour le conjoint qui reste en dernier, une pension dite « de réversion » qui correspond en gros à la moitié de la retraite de celui parti en premier. 89 % de ceux qui perçoivent une pension de réversion sont « celles », c’est-à-dire des femmes !

Alors les cucul-gnangnans qui #balancetonporc, qui #vivelaparité nous bêlent dans les oreilles sur ce grand combat pour la cause des femmes… Nous avons même une mamamouchette à l’égalitéééééééééé bêêêêêê !

Et là, patatras, tout ce bel édifice idéologique s’effondre en un instant, en une idée, celle de la suppression des pensions de réversion qui évidemment pénaliserait avant tout… les femmes !

En fait, la parité, ils n’en ont rien à foutre !

Ben oui, puisque la parité d’accord, mais pas si ça coûte du pognon… Oui à la parité gratos, mais quand la parité a un coût, là on est tout de suite nettement moins paritaire.

Mais vous savez, c’est pareil pour tout.

Par exemple, notre Attali de service (Jacques), il veut que nous prenions les migrants. Moi je suis pour les prendre tous, ceux de la Terre entière tant qu’on y est. Mais je propose de commencer par les installer dans la belle studette où loge notre Attali, et comme Macron notre Glandsident est choqué de l’attitude de l’Italie, il n’a qu’à en prendre quelques-uns dans son palais, en plus il a plein de vaisselle neuve pour mettre la table à un régiment entier de gentils migrants.

Ce que je veux vous dire c’est que faire la générosité avec le pognon des autres, c’est très facile !

Avec le sien, c’est plus douloureux !

Là où c’est plus dur d’être généreux, ou paritaire, ou encore « tolérant », c’est quand on doit soi-même assumer ses choix politiques, financiers ou idéologiques. Là, rapidement, cela devient souvent moins drôle. Demandez aux résidents qui ont des bidonvilles en bas de chez eux, ou aux futures veuves qui seront sans pension de réversion…

Remarquez, finalement, je pense qu’on devrait aller encore plus loin dans la recherche de la parité et de l’égalité… Ben oui, pensez donc, en fait le problème ce n’est pas la réversion, le problème c’est que les femmes vivent plus longtemps que les hommes… Comme quoi, il y aurait bien quelques différences entre les deux sexes…

Du coup, on pourrait aussi enterrer vivantes toutes les épouses dès le décès du mari, et inversement (faut être paritaire, n’oubliez pas). Là, les économies seraient conséquentes et en plus, ce serait fait dans un cadre paritaire puisqu’il n’y aucune raison en termes d’égalité qu’un puisse vivre plus que l’autre…

Je sais, l’égalité, quand on pousse le raisonnement au bout, cela devient très con. Mais l’idéologie c’est toujours très con.

D’ailleurs, un type qui n’était pas le dernier des abrutis et qui en connaît un rayon en goulag disait « les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres alors ils ne seront pas égaux, s’ils sont égaux c’est qu’ils ne sont pas libres »… son nom ? Soljenitsyne !

Relisons cette phrase mes amis… « Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres alors ils ne seront pas égaux, s’ils sont égaux c’est qu’ils ne sont pas libres »… Et Soljenitsyne n’est pas un fasciste, ni un nazi, et vous voyez le drame idéologique de l’égalité quand ce concept devient de l’égalitarisme permanent, et nous sommes en plein dedans. L’égalitarisme implique forcément la négation des différences (encensées par ailleurs pour être éradiquées). L’égalitarisme est donc par définition dictatorial, et c’est exactement ce que nous vivons dans ce pays qui étouffe littéralement.

Retraites : la fin des pensions de réversion ?

Voici donc ce qu’en dit France Television qui lance un premier ballon d’essai en « sévices » commandés pour le compte de l’État.

« La réforme des retraites est le prochain gros chantier du gouvernement. Les partenaires sociaux sont très inquiets sur les conséquences qu’elle pourrait avoir pour les femmes. Le haut-commissaire à la réforme des retraites envisage la suspension des pensions de réversion.

La réforme des retraites sera-t-elle défavorable aux femmes ? La suppression ou la modification des pensions de réversion est en débat. Il s’agit de la partie de la retraite du conjoint décédé qui est reversée à sa veuve ou son veuf. Aujourd’hui, 3,8 millions de personnes en bénéficient. Ce sont des femmes à 89 %. Cette pension représente 33 milliards d’euros. »

Voilà, en ce qui me concerne, je suis un vieux con, sans doute réac, qui pense que la diversité c’est essentiel contrairement à l’égalitarisme qui est fasciste comme tous les autres. Qu’homme et femme ont par nature des vies différentes parce que nous sommes différents et qu’il est essentiel que nous cultivions ces différences. Qu’il est normal de compenser les retraites un peu plus faibles de ces dames qui sont « nos » dames, et qui ont l’indécence de vouloir vivre plus longtemps que nous, histoire sans doute d’être enfin tranquille quelques années !

Le principe de la suppression de la réversion, une telle idée, est tout simplement abjecte et en dit long, très long, sur ce qui habite ceux qui nous dirigent. Des âmes bien noires.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT pour Insolentiae

Voir:

 

5 commentaires

Laisser un commentaire