L’affaire Skripal, nouvelle usine à gaz de la propagande occidentale…

Au delà de tout le cirque propagandiste, quel est le but réel de tout ce charivari ? Chacun y va de son analyse et, ce que nous pouvons souhaiter, c’est que les « va-t-en-guerre » arrête la surenchère. A chaque fois, ça n’a engendré que des souffrances pour les peuples, les coupables quant à eux, du haut de leurs miradors, n’ont fait que se féliciter des conséquences des incendies, qu’ils avaient allumé. Ce sont les mêmes, qui nous exhortent à protéger la planète à coup de « G 20… et quelques » hors de prix, et de taxes carbone etc.. Les explosions seraient elles « écolo » et bonnes pour la planète et son climat ?

Il faut avouer que la passion de la propagande occidentale pour les gaz toxiques a quelque chose de fascinant. Des attaques chimiques imaginaires du gouvernement syrien au double empoisonnement de Salisbury, la thématique accusatoire brille par sa répétition, et la mauvaise foi otanienne s’illustre par sa constance.

Dans “l’affaire Skripal”, on veut donc nous faire croire que Moscou a tenté d’assassiner un ex-espion russe et sa fille sur le sol britannique. Des preuves ? Pas le moindre commencement. Rien ne prouve que le gaz “Novitchok” ait été utilisé pour commettre cette tentative d’homicide. La meilleure façon de le savoir serait de transmettre un échantillon à l’Office international des armes chimiques (OIAC), mais Londres s’est bien gardé de le faire.

De même, les Russes ont immédiatement dit qu’ils étaient prêts à participer à une enquête internationale, mais les Britanniques n’en veulent pas. Pourquoi ? Inutile de se le demander. Faute de preuves matérielles, le dossier de l’accusation a l’épaisseur d’un papier à cigarettes. Une semaine à peine après les faits, au terme d’une pseudo-enquête, le gouvernement britannique a déclaré que la Russie était coupable. Une telle précipitation ferait rougir de honte n’importe quel service d’investigation judiciaire normalement constitué. Et elle est d’autant plus suspecte que la charge anti-russe a été orchestrée en Occident avec un acharnement qui fleure la préméditation. Il fallait traîner la Russie dans la boue. On l’a fait, avec une grossièreté sans précédent.

Ancien colonel des services de renseignement militaires russes, Serguei Skripal a été trouvé inconscient sur un banc, ainsi que sa fille, aux abords d’un centre commercial de Salisbury. Curieux procédé pour des services secrets ! L’amateurisme du “modus operandi” devrait au moins faire douter de leur implication. Et puis, qui est Skripal, au juste ? Recruté comme agent double par les services britanniques en 1995, il est condamné à 13 ans de prison pour trahison en 2004 par la Russie. Au terme d’un échange d’agents de renseignement russo-américain, il obtient l’asile au Royaume-Uni en 2010. Pour quelle raison Moscou aurait supprimé ce paisible retraité ? Exilé depuis huit ans, rien ne dit qu’il ait conservé des secrets compromettants, ni qu’il ait représenté le moindre danger pour la Russie.

Ajoutée à l’inexistence de preuves matérielles, cette absence désespérante de mobile ridiculise l’accusation occidentale. Mais rien n’y fait. Pour les Occidentaux, hurler à l’assassin vaut démonstration de culpabilité. Le problème, c’est que cette arrogance dissimule difficilement l’essentiel : Theresa May et ses collègues mentent comme des arracheurs de dents. Qui peut croire que le pouvoir russe a fait exécuter un de ses ex-agents sur le sol d’un pays-clé de l’OTAN, alors que règne un climat de tension sans précédent avec cette organisation ? Qui peut croire que cette décision, déjà invraisemblable quant à ses motifs et grossière quant à son “modus operandi”, a été prise quinze jours avant l’élection présidentielle russe ? Qui peut penser, enfin, que Moscou s’est tiré une balle dans le pied sur la scène internationale à la veille d’un succès majeur – et prévisible – de politique intérieure ?

Véritable château de cartes, cette accusation ne tient pas une seconde. Pour en comprendre les motifs, il faut appliquer la preuve par les effets. On quitte alors le domaine des procès fumeux pour rejoindre le terrain des réalités. Malgré l’encerclement militaire dont elle fait l’objet, la Russie a conservé son sang-froid, et certains pays européens sont prêts à reprendre le dialogue avec Moscou. La provocation de Salisbury vise précisément à doucher ces velléités, à couper la Russie de l’Europe en accusant Moscou de tous les maux. La Russie mène le bal au Moyen-Orient au grand dam d’Israël et des USA. Elle n’a rien cédé sur la Crimée, définitivement retournée dans le giron de la Mère-Patrie. Les néocons qui ont investi le pouvoir à Washington entendent lui faire payer ce double affront. En diabolisant Moscou par Londres interposé, ils soudent leurs vassaux face à l’ennemi moscovite, clairement désigné dans la “Nouvelle stratégie de sécurité des Etats-Unis” de Donald Trump.

C’est pourquoi le réquisitoire britannique a été repris en chœur par des dirigeants occidentaux empressés de s’acquitter d’une solidarité pavlovienne avec le camp du Bien. Hormis l’Autriche et une poignée de petits Etats-membres, l’Union européenne s’est mise au garde-à-vous, le petit doigt sur la couture du pantalon. Cette Europe vassalisée par les USA, mais qui se prétend ”menacée” par la Russie, a surtout montré, une fois de plus, qu’elle est un nain politique. Obéissant à l’injonction anti-russe, elle s’est rangée comme un seul homme derrière le leadership anglo-saxon. A croire que rien de positif ne sortira jamais de ce grand corps mou, où une France jadis écoutée a commis la faute, sous la direction des “Young Leaders” qui la dirigent au profit d’intérêts qui ne sont pas les siens, de se fondre dans la masse.

Pour les Occidentaux, l’heure est donc à l’affrontement symbolique – pour l’instant – avec une Russie dont Vladimir Poutine a restauré la fierté. L’affaire Skripal est la nouvelle usine à gaz occidentale. Comme les couveuses de Koweit-City, la fiole chimique de Colin Powell ou les pseudo-gazages de l’armée syrienne, le coup monté de Salisbury est aussi un coup de clairon. Ses auteurs entendent perpétuer la confrontation politique et la surenchère militaire avec Moscou. Ils veulent justifier le durcissement de sanctions économiques destinées à entraver le redémarrage de la Russie et la montée d’un monde multipolaire. En faisant tourner les rotatives de la propagande, ils comptent diviser le monde en deux blocs, comme si le monde était encore celui de la guerre froide et n’avait pas entamé – de manière inexorable – son déport vers l’Est. Ce n’est pas un hasard si ce coup fourré intervient au moment où Trump défie Moscou dans l’Est syrien, déclenche une guerre commerciale avec la Chine et nomme ce fou furieux de John R. Bolton comme conseiller à la sécurité nationale.

Bruno Guigue

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Bruno Guigue, Mondialisation.ca, 2018


Pour en savoir plus lire l’article :

L’expulsion de diplomates russes est de mauvaise augure

…/… Un passage de l’article du professeur Sakwa rappelle de façon glaçante ce que l’histoire nous dit sur ce que l’avenir peut nous réserver :

« La seule question est de savoir si cette confrontation va se dissiper, comme elle l’a fait pour Agadir en 1911, ou si c’est une crise à combustion lente qui peut exploser à retardement comme celle de Sarajevo… Est-ce que ce sera un nouveau cas comme l’explosion du Maine en 1898, où l’hystérie de la population avait mené à une guerre contre l’Espagne pour qu’ensuite, il soit découvert que les stocks de munitions du navire avaient explosé par accident ; ou un incident du Golfe du Tonkin en 1964, qui était également un false flag mais qui a provoqué l’escalade de la Guerre du Vietnam ? L’Occident est peut-être en train de « s’unir » contre la Russie comme l’a écrit le Times le 16 mars dernier, mais dans quel but ? » …/…

Sur le sujet:

L’UE soutient le Royaume-Uni dans ses accusations d’attaque à l’arme neurotoxique contre la Russie (Chris Mardsen)

La réaction de la Russie aux insultes de l’Occident est un suicide politique (Peter Koenig )

Plan US d’un faux attentat chimique en Syrie pour justifier un bombardement… La Russie prévient qu’elle réagira (Federico Pieraccini )

Et si la Russie n’avait rien à voir avec la tentative d’assassinat sur Sergueï et Ioulia Skripal ? ( Pierre Van Grunderbeek)

Israël commence discrètement à s’entraîner en vue d’une éventuelle guerre avec la Russie? (Darius Shahtahmasebi )

 

18 commentaires

  • jules vallés jules vallés

    Et, si c’était Chavez, ou alors Saddam Hussein, hein??

  • KromoZom Y KromoZom Y

    Elle est ressuscitée ! » Dernier acte du drame de ‘Novichok’ révélé : « La Résurrection des Skripal » (Moon of Alabama)

    Il semble que le conte de fée ‘Novichok’ que nous joue le gouvernement britannique nous offre une fin heureuse – la résurrection étonnante et mystérieuse des victimes d’un « grade militaire » « cinq à huit fois plus meurtrier que le gaz VX » « agent neurotoxique » « d’un type développé par » Hollywood.
    Joyeuses Pâques !

    L’état de Yulia Skripal, qui a été empoisonnée avec un agent neurotoxique à Salisbury avec son père, s’améliore rapidement, selon les médecins.

    La fondation NHS de Salisbury a déclaré jeudi que cette femme de 33 ans n’était plus dans un état critique, décrivant son état médical comme étant stable.

    Christine Blanshard, directrice médicale de l’hôpital du district de Salisbury, a déclaré : « Je suis heureuse de pouvoir constater une amélioration de l’état de Yulia Skripal. Elle a bien réagi au traitement, mais continue de recevoir des soins cliniques spécialisés 24 heures sur 24″.

    https://reseauinternational.net/elle-est-ressuscitee-dernier-acte-du-drame-de-novichok-revele-la-resurrection-des-skripal-moon-of-alabama/

  • nomdemon

    Finalement, heureusement que Poutine a été réélu car il sait garder ses nerfs. Avec un autre président, peut-être que les choses auraient déjà tournées différemment.

    • Medvedev se serait couché depuis longtemps, puisqu’il est une ‘taupe’ de la City
      Heureusement que Poutine premier ministre de la Russie a l’époque tenait malgré tout les rennes, sinon il aurai remis le travailde sape de Boris Eltsine sur le metier.

  • Flo500

    C’est étrange en effet que les gaz chimiques intéressent à ce point les gouvernements occidentaux.
    A croire que ce sont eux qui les fabriquent et les transmettent à leurs divers exécuteurs.

    Gaz, virus d’un genre ou d’un autre, grippe, rougeole… pour moi cela ne fait guère de doute qu’ils sont répandus par différents intermédiaires locaux, sur ordre de services secrets occidentaux.

  • Balou

    Moscou précise le nombre conséquent de diplomates UK qui doivent quitter la Russie

    Un nombre conséquent. Après l’expulsion de 23 diplomates britanniques à la mi-mars, Moscou a exigé hier de Londres qu’il réduise son personnel diplomatique au même niveau que celui de la mission diplomatique russe au Royaume-Uni. Le chiffre des concernés vient d’être précisé.

    https://fr.sputniknews.com/international/201803311035739837-moscou-diplomates-britanniques-expulsion/

    ROSBEEFS GO HOME..https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • Ceux qui tirent les ficelles (la tribu des maranes planqués qui contrôlent la mane) sont en train visiblement de perdre pied et se prennent visiblement pour Néron!

  • KromoZom Y KromoZom Y

    ✓Que viens faire ma France dans cette affaire ?

    Le ministère russe des Affaires étrangères a dressé une liste de 14 questions concernant l’affaire Skripal dont certaines visent à savoir pourquoi les autorités britanniques ont décidé d’associer la France à l’enquête.

    https://fr.sputniknews.com/international/201803311035742720-londres-skripal-paris-moscou/

  • L’affaire Skripal est la réponse du Royaume-Uni aux efforts énergiques déployés par la Russie pour mettre en échec une exploitation politique de fausses attaques chimiques en Syrie aussi bien sur le terrain opérationnel et informationnel qu’au niveau de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques dont le siège est à La Haye.

    https://strategika51.wordpress.com/2018/03/31/laffaire-skripal-est-directement-liee-a-lechec-dattaques-chimiques-sous-faux-drapeaux-en-syrie/

  • Je sais cela date un peu mais c’est pour rappeler que ce sont les gens qui sont importants dans certaines affaires et que les charlots sont partout.

    Le préfet Ange Mancini , coordonnateur national du renseignement, se fait voler son téléphone portable a la terrasse d’un restaurant.

    http://www.opex360.com/2011/09/02/le-coordonnateur-national-du-renseignement-sest-fait-voler-son-telephone-portable/

  • L’agent Novitchok évoqué dans une série de propagande britannique 3 mois avant l’affaire Skripal https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    http://www.fawkes-news.com/2018/03/programmation-predictive-de-laffaire.html

    • Mauvais titre : programmation prédictive, programmation préparatoire est plus juste.
      Ce ne sont pas des voyants ….

    • KromoZom Y KromoZom Y

      C’est aussi pour cela que dans le questionnaire Russe, on a systématiquement entre parenthèses (selon la terminologie britannique) derrière le nom novitchok.
      En plus d’être mauvais, ils n’ont même pas d’imagination.

  • Les 10 question posées par le ministère des affaires étrangères de Russie à la France.

    Le 31 mars 18h30
    Questions du Parti russe à la France sur le Royaume-Uni fabriqué contre la Russie « The Case of the Violins »

    618-31-03-2018

    Le 31 mars, l’ambassade de la Fédération de Russie à Paris a envoyé une note au ministère français des Affaires étrangères avec une liste de questions à poser aux Français sur le «tour des Skrypals» inventé de toutes pièces contre la Russie:

    1. Sur quelle base la France a-t-elle participé à la coopération technique dans l’enquête britannique sur l’incident de Salisbury?

    2. La France a-t-elle envoyé une notification officielle à l’OIAC sur le lien avec la coopération technique dans l’enquête sur l’incident de Salisbury?

    3. Quelles preuves ont été transférées à la France par le Royaume-Uni dans le cadre de la coopération technique?

    4. Les spécialistes français ont-ils participé à l’échantillonnage du biomatériau de Sergei et de Yulia Skripaly?

    5. L’étude des biomatériaux français par Sergey et Yulia Skripaly a-t-elle été menée par des spécialistes français? Si oui, dans quel laboratoire?

    6. Sur la base de quels signes les experts français ont-ils conclu qu’une substance vénéneuse combattante telle que « Newbie » (selon la terminologie britannique) ou ses analogues a été utilisée?

    7. Quelle expertise la France a-t-elle dans le domaine de l’étude des agents de guerre de ce type ou de ses analogues?

    8. Sur la base de quels signes (marqueurs) les spécialistes français ont-ils établi le « caractère russe » de l’origine de la substance utilisée à Salisbury?

    9. La France a-t-elle des échantillons de contrôle de l’agent de poison combattant « Rookie » (selon la terminologie britannique) ou de ses analogues?

    10. Des échantillons d’un agent de guerre chimique de ce type ou de ses analogues ont-ils été mis au point en France, si oui, à quelles fins?

    https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=auto&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.mid.ru%2Fru%2Fforeign_policy%2Fnews%2F-%2Fasset_publisher%2FcKNonkJE02Bw%2Fcontent%2Fid%2F3150139

    Le lien originel pour les russophones :)
    http://www.mid.ru/ru/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/3150139