« Le général Leclerc lance la contre-attaque à l’empire Amazon » L’édito de Charles SANNAT…

Un gros morceau auquel s’attaque Leclerc..

Le général Leclerc de la grande distribution lancera sa contre-attaque à Amazon à Paris le 26 mars et la deuxième DB rentrera dans la capitale avec fracas pour écraser l’ennemi.

À la place des chars, de beaux camions de livraison pour le lancement par le groupe Leclerc de son service de livraison alimentaire à domicile.

Comme le rapporte cette dépêche de l’agence Reuters :

« Le rachat l’an dernier par le géant américain de la vente en ligne de la chaîne de distribution alimentaire haut de gamme Whole Foods a conduit à spéculer sur des visées identiques d’Amazon dans le secteur européen de la distribution alimentaire ou de la grande distribution.

“On va relever le défi. On va commencer sur Paris avec la livraison à domicile”, a déclaré mardi le PDG Michel-Édouard Leclerc sur France Info.

“Amazon (…) c’est d’abord les rois de la logistique, les rois de l’informatique et des algorithmes (…) Moi, j’ai un rapport de confiance avec le consommateur (…) Je crois que (c’est) la politique commerciale qui va l’emporter.”

À voir, car dans ce combat de titans, le groupe américain Amazon a pris une sacrée longueur d’avance mais voir Leclerc, qui a détrôné le groupe Carrefour comme numéro 1 de la distribution alimentaire en France, va être très instructif pour l’avenir du commerce dans notre pays en particulier et pour toutes les grandes enseignes en général étant donné que le problème posé par la toute-puissance d’Amazon est mondial !

Leclerc chez moi

« Son nouveau service à domicile, “Leclerc chez Moi”, sera d’abord lancé dans le nord de Paris puis, à compter du 15 mai, dans le sud de la capitale. Revendiquant des tarifs inférieurs de 15 % à 20 % à la concurrence, il compte générer le chiffre d’affaires d’un grand hypermarché dès la première année »…

Voilà pour la grande idée de principe. Pourtant, au jeu de la vente en ligne, presque tous les grands distributeurs historiques subissent de plein fouet la révolution Amazon, avec pour explication qu’Amazon à aujourd’hui le plus grand catalogue d’articles jamais vu et disponibles presque à tous moments, avec un service « prime » de livraison gratuite à condition de souscrire une option de 49 euros par an… appuyé par un service vidéo. Enfin, bref, l’offre Amazon est tout simplement ébouriffante, et il est peu probable que “Leclerc chez Moi” soit en mesure de rivaliser avec le géant américain, surtout qu’en plus se pose un autre problème et de taille pour Leclerc, qui est un groupement avec des « franchisés » : si la vente en ligne se développe, qu’adviendra-t-il des magasins Leclerc qui sont la propriété d’investisseurs indépendants ?

Cela veut dire que comme pour de très nombreuses entreprises, le réseau de vente des magasins sera concurrencé directement par les services de vente en ligne de la même enseigne.

Pour toutes les entreprises construites sur ce modèle économique, c’est la quadrature du cercle et la quasi-impossibilité de migrer vers de la vente en ligne efficace. C’est là que réside la principale faiblesse du groupe Leclerc.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT pour Insolentiae

A lire aussi:

 

 

7 commentaires