Sélection Culture…

La culture vivrière pour c’est pour l’estomac. La culture générale, forme l’esprit, permet de comprendre et aiguise le sens de l’analyse. Et, selon les articles du « passé », si vous assemblez les pièces du puzzle, le présent vous apparaîtra plus clair.

Pixabay

1862 : exécution de 38 guerriers sioux

Au terme d’une insurrection indienne de grande ampleur, Abraham Lincoln condamne à mort 38 Indiens sioux. Il s’agit de la plus grande exécution publique sur le sol américain.

Le 26 décembre 1862, près de 6 000 personnes se pressent sur la place du village de Mankato, (Minnesota). Un échafaud carré a été dressé quelques jours plutôt, chaque côté supportant une barre à 6 mètres de haut depuis laquelle pendent dix cordes. Quarante cordes en tout ont été installées. Deux seules resteront vides.

…/…

Nationalisme intégral : reportage dans le Japon de 1932

La grande reporter Andrée Viollis est au Japon au printemps 1932, au moment où le Premier ministre est assassiné. Elle décrit l’atmosphère nationaliste et militariste qui règne à Tokyo.

Début 1932, le Japon est au cœur d’une période de grande tension. Le pays mène une politique colonialiste et expansionniste qui a abouti en 1931 à l’invasion de la Mandchourie, une province chinoise, déclenchant un conflit armé entre les deux pays. L’archipel nippon subit en outre les effets de la crise économique de 1929 et de nombreuses grèves ont éclaté à divers degrés dans l’industrie.
…/…

Joseph Kessel dans l’Amérique de la crise

En 1933, l’écrivain et grand reporter Joseph Kessel est à New York. Il tire de son voyage une série de reportages sur la difficile vie des Américains dans un pays dévasté par la crise de 1929.

En 1933, New York fascine déjà les Français. Cité gigantesque et ultra-moderne, la « ville debout », selon l’expression de Louis-Ferdinand Céline, symbolise pour eux toute la grandeur et la misère de l’Amérique de l’entre-deux-guerres.
…/…

Edmée Chandon, première Française astronome

En 1912, Edmée Chandon entre à l’Observatoire de Paris comme aide astronome. C’est la première femme à y obtenir un poste officiel. La presse s’en réjouit.

En mars 1912, de nombreux journaux publient la nouvelle : une femme vient d’être nommée à l’Observatoire de Paris.
…/….

Vie et mort de John Dillinger, ennemi public n°1

Braquages de banque sanglants, attaques de commissariat, évasions… En 1934, John Dillinger devient l’homme le plus recherché des États-Unis.

Avec la fin de la Prohibition et le mafioso Al Capone sous les verrous, l’Amérique pensait en avoir fini avec les gangsters. C’était sans compter John Dillinger qui, en septembre 1933, attaque à la mitrailleuse la plus grande banque d’Indianapolis et s’enfuit avec 100 000 dollars.

…/…

Le « Coup d’Agadir » en 1911

1911: L’envoi de troupes françaises au Maroc afin de soutenir le sultan Moulay Abd al-Hafid qui fait face à une révolte, est considéré par l’Allemagne comme une provocation. Le 1er juillet 1911, un navire de guerre allemand mouille dans la baie d’Agadir. Par ce geste, l’Allemagne entend mettre un frein à l’expansion des intérêts français au Maroc.
…/…

Méditations sur le foie gras

Ou quand l’écrivain et journaliste Timothée Trimm dénonçait, en 1868, le gavage des oies, « un supplice qui rappelle les horreurs de la torture ».

« Une maison de Périgueux m’a envoyé, le mois dernier, un superbe pâté de foie gras ». Ce régal quelque peu coupable pousse, en 1868, l’écrivain et journaliste Timothée Trimm, l’un des fondateurs du Petit Journal, à prendre sa plume (d’oie) pour livrer ses « méditations sur le foie gras ». Et d’abord pour rétablir l’oie elle-même, « pas plus sotte que d’autres volatiles auxquels on a fait une réputation de clairvoyance et d’esprit » :

…/…

Révolution à la plage : les baigneurs se dévêtissent

Au cours des années 1920, l’afflux massif de vacanciers et leur propension à se dénuder sans gêne provoquent le dégoût de nombre de commentateurs.

Au sortir de la Première Guerre mondiale, au cours des fameuses Années folles, les mœurs et usages évoluent radicalement par rapport au siècle précédent. Après les horreurs de la guerre, les Français ont envie de faire la fête, de profiter pleinement de la vie, et les codes traditionnels s’en trouvent bouleversés. C’est à cette époque que se développe le tourisme balnéaire.
…/…

Source Retro-News

15 commentaires

  • JBL1960 JBL1960

    Sur ton premier lien 1862 = exécution de 38 guerriers Sioux, en complément, on m’a offert ce livre « Enterre mon cœur » de Dee Brown, qui existe en PDF ► https://tiocece-10ce8.firebaseapp.com/20/Enterre-mon-coeur-%C3%A0-Wounded-Knee-Une-histoire-am%C3%A9ricaine-(1860-1890).pdf et qui contient de magnifiques et rares photos de Chefs Natifs.

    Et dans ce billet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/31/paroles-de-chefs-des-nations-originelles/
    Il y a un PDF source Indian Country Today Media Network des grandes figures des Chefs Natifs.

  • ROSSEL

    Puisque le sujet concerne la Culture, je me permet de signaler que devant les pressions, Gallimard renonce à rééditer les pamphlets de L.F Céline. Je n’apprécie guère le style de cet écrivain mais, que l’on soit amateur ou pas, il s’agit d’un auteur majeur de la littérature française du XXème siècle.
    JMLP, lui, avait prévu de publier ses mémoire chez Robert Laffont. Voilà qui promettait de faire remuer et était potentiellement vendeur. Pourtant, là encore, l’éditeur a fait machine arrière devant les menaces proférées par certains de ses écrivains stars, dont en particulier Amélie Nothomb, de s’adresser à la concurrence. Je n’imagine même pas le sort des vitrines des librairies qui oseraient mettre ces livres en devanture.
    MAIS QUE FONT LES CHARLIES ?

    • Voltigeur Voltigeur

      Ils « charlisent » dans leur coin en broutant sans ruminer, les bavassages de la « bien pensance ». La libre expression est en voie de disparition, dans le silence feutré des bergeries lobotomisées.

  • Rocthem

    C’est ce qu’on appelle de la mauvaise culture, que des événements dramatiques ou presque, rien à se mettre sous la dent pour évoluer… Qui disait « fermez vos livres d’histoire, il n’y a qu’un seul mot dedans : imbéciles » ?

    • ROSSEL

      Qui décide de la « bonne » et de la « mauvaise » culture ? De tels arguments spécieux sont ceux des nouveaux inquisiteurs qui sévissent en toute bonne conscience.

    • Voltigeur Voltigeur

      C’est de la culture générale, pas du bisounours, sinon j’aurais posté un article de nos amis Positivr.fr. Mais pour apprécier, encore faut il avoir un cerveau et avoir les synapses connectés aux neurones.. ;)

    • jp31 jp31

      Qui disait ?? Bah l’imbécile ..

      Lettre à la République
      À tous ces racistes, à la tolérance hypocrite
      Qui ont bâti leur nation sur le sang
      Maintenant s’érigent en donneurs de leçons
      Pilleurs de richesses, tueurs d’Africains
      Colonisateurs, tortionnaires d’Algériens
      Ce passé colonial, c’est le vôtre
      C’est vous qui avez choisi de lier votre histoire à la nôtre
      Et maintenant vous devez assumer
      L’odeur du sang vous poursuit, même si vous vous parfumez
      Nous, les Arabes et les Noirs, on n’est pas là par hasard
      Toute arrivée a son départ
      Vous avez souhaité l’immigration
      Grâce à elle, vous vous êtes gavés, jusqu’à l’indigestion
      Je crois que la France n’a jamais fait la charité
      Les immigrés, ce n’est que la main d’œuvre bon marché
      Gardez pour vous votre illusion républicaine
      De la douce France bafouée par l’immigration africaine
      Demandez aux tirailleurs sénégalais et aux harkis
      Qui a profité de qui ?
      La République n’est innocente que dans vos songes
      Et vous n’avez les mains blanches que dans vos mensonges
      Nous, les Arabes et les Noirs, on ne naît pas là par hasard
      Toute arrivée a son départ
      Mais pensiez-vous qu’avec le temps
      Les négros muteraient et finiraient par devenir blancs ?
      Mais la nature humaine a balayé vos projets
      On ne s’intègre pas dans le rejet
      On ne s’intègre pas dans des ghettos français
      Parqués entre immigrés, faut être sensé
      Comment pointer du doigt le repli communautaire
      Que vous avez initié depuis les bidonvilles de Nanterre ?
      Pyromanes et pompiers, votre mémoire est sélective
      Vous n’êtes pas venus en paix, votre histoire est agressive
      Ici on est mieux que là-bas, on le sait
      Parce que décoloniser, pour vous, c’est déstabiliser
      Et plus j’observe l’histoire, moins je me sens redevable
      Je sais ce que c’est que d’être noir depuis l’époque du cartable
      Bien que je ne sois pas ingrat, je n’ai pas envie de vous dire merci
      Parce qu’au fond, tout ce que j’ai, ici, je l’ai conquis
      J’ai grandi à Orly, dans les favelas de France
      J’ai fleuri dans les maquis, je suis en guerre depuis mon enfance
      Narcotrafic, braquage, violence, crime
      Que font mes frères si ce n’est des sous comme dans Clearstream ?
      Qui peut leur faire la leçon ? Vous ?
      Abuseurs de biens sociaux, détourneurs de fonds
      De vrais voyous en costard, bande d’hypocrites
      Est-ce que les Français ont les dirigeants qu’ils méritent ?
      Au cœur des débats, des débats sans cœur
      Toujours les mêmes qu’on pointe du doigt dans votre France des rancœurs
      En pleine crise économique, il faut un coupable
      Et c’est en direction des musulmans que tous vos coups partent
      Je n’ai pas peur de l’écrire, la France est islamophobe
      D’ailleurs plus personne ne s’en cache dans la France des xénophobes
      Vous nous traitez comme des moins que rien, sur vos chaînes publiques
      Et vous attendez de nous qu’on s’écrie « Vive la République »
      Mon respect se fait violer au pays dit des Droits de l’homme
      Difficile de se sentir français sans le syndrome de Stockholm
      Parce que moi je suis noir, musulman, banlieusard et fier de l’être
      Quand tu me vois, tu mets un visage sur ce que l’autre France déteste
      Ce sont les mêmes hypocrites qui nous parlent de diversité
      Qui expriment leur racisme sous couvert de laïcité
      Rêvent d’un Français unique, avec une seule identité
      S’acharnent à discriminer les mêmes minorités
      Face aux mêmes électeurs, les mêmes peurs sont agitées
      On oppose les communautés pour cacher la précarité
      Que personne ne s’étonne si demain ça finit par péter
      Comment aimer un pays qui refuse de nous respecter ?
      Loin des artistes transparents, j’écris ce texte comme un miroir
      Que la France s’y regarde si elle veut s’y voir
      Elle verra s’envoler l’illusion qu’elle se fait d’elle-même
      Je ne suis pas en manque d’affection, comprend que je n’attends plus qu’elle m’aime.

      Euh 2012 , déja !

      BiZzz

      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Sérieux Volti t’a pas de bol, tous ces connards qui critiquent, qui critiquent, sans avoir la moindre idée de ce que c’est que de tenir un blog comme les moutons, je te jure moi je suis bien content de pas avoir trop de coms, mais bon on a aussi des lourds. C’est la jungle d’internet, dites les lapins pourquoi vous vous sortez pas les doigts du cul pour monter votre blog ??, même un abruti est capable d’en monter un sur overblog, hum ???? Comme ça au moins ça ferait avancer le truc, et on pourrait admirer votre prose et vos analyses sans faille ? Et puis vous aurez la joie de modérer de commentaires divers & variés ; )))). On n’est jamais mieux servi que par soi même… La critique est facile, être constructif est déjà plus difficile.

    Folamour,

    • Lol, ton argumentaire est digne de ta personnalité.
      Franchement, tu t’offusques des réactions et tu viens déblatérer tes « verbes »… T’as une glace pour ça! ^^
      J’avoue c’est facile et surtout médiocre, on s’adapte à vous. Sifflote!
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • Autant a ton service jadis ! c’est surtout médiocre de critiquer voltigeur qui est maintenant tout seule pour s’occuper de ce blog, et qui fait ce qu’elle peut pour tenir à jour ce site sur lequel vous passer votre temps a déblatérer.