Pendant que la SNCF touchait le fond, la ministre Florence Parly y gagnait 52.000 euros mensuels…

Les sacrifices pour soi-disant aider l’économie du pays, c’est pour les sans dents, les salaires somptuaires, c’est pour les cadres censés travailler pour le bien du pays. Il n’y a pas de mal à être bien payé, pour un travail à responsabilité mais là, il y a une distorsion entre, les difficultés de l’entreprise publique et, la rémunération de cette cadre, à présent ministre. Que doit-on penser de ces dérives budgétaires, alors que la faillite guette la SNCF et par extension le pays déjà plus qu’endetté ?

Sur les six premiers mois de 2017, la ministre des Armées, Florence Parly, a touché 80% de sa rémunération annuelle prévue auprès de son employeur, la SNCF. Ses émoluments la placent au premier rang des ministres les mieux rémunérés.

La dette de la SNCF s’élève aujourd’hui à 42 milliards d’euros… et pourrait atteindre les 63 milliards en 2026. Cela n’empêche pas l’entreprise ferroviaire de payer grassement ses cadres dirigeants. Sur les six premiers mois de 2017, la discrète ministre des Armées, Florence Parly, a en effet reçu pas moins de 52.569 euros net mensuels, soit 315.418 euros, de la part de l’entreprise publique, dont elle était directrice générale chargée de SNCF Voyageurs, la branche dédiée aux trajets de longue distance. L’équivalent de 35 Smic. C’est ce qu’il ressort de la déclaration d’intérêts de la ministre, transmise en plein creux du mois d’août, après l’immense majorité de ses collègues, et publiée ces derniers jours sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Son poste dans l’entreprise publique lui avait déjà rapporté des sommes rondelettes en 2016 : 365.961 euros, soit 30.496 euros net mensuels. Grâce à de sympathiques revenus complémentaires, obtenus via une présence aux conseils d’administration de plusieurs sociétés, comme
Ingenico, Altran, Zodiac Aerospace ou BPI France – pour un total de
139.119 euros en 2016 -, plus quelques milliers d’euros de
dividendes perçus de ces sociétés, Florence Parly apparaît comme la ministre la mieux rémunérée du gouvernement en 2016 et en 2017. Elle a en effet touché au total 505.080 euros net en 2016, soit 42.090 euros net mensuels, et 413.257 euros net de janvier à juin 2017, soit 68.876 euros net mensuels. Nicolas Hulot, qui n’a pas renseigné ses revenus de 2017, est relégué à la seconde place de ce hit-parade en 2016, avec « seulement » 412.289 euros, soit 34.357 euros net mensuels.

…/…

Lire l’article complet

Auteur Etienne Girard pour Marianne

Lire aussi:

« Triste époque »… Quand Édouard Philippe dénonçait la transparence

Muriel Pénicaud, la ministre sociale tendance stock-options

Quand Valls, qui soutient le budget de Macron, lui rétorquait que supprimer l’ISF « serait une faute »

 

4 commentaires

  • Tout simplement écœurant ! Tant pour elle que pour les autres d’ailleurs. Que font-ils avec tant de fric ? Franchement indécent.
    Sauf si la plus grande part était reversée à des œuvres caritatives…
    D’autant plus qu’il arrive un moment où ces gens sont complètement déconnectés de la réalité, ce qui leur permet de pondre des lois complètement absurdes et qui ne pourraient s’appliquer qu’à leur niveau. Or ils se dispensent généralement de ces lois, réservées aux moins que rien…

    • gnafron

      sauf que les « oeuvres caritatives », c’est la caution morale de la ploutocratie . . .

      on « aime » tellement nos pauvres que faudrait pas qu’ils disparaissent https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

    • Salutation,
      ce n’est pas valls qui a dit, (à propos de pepy) le fameux: « Je décide, il exécute »!?
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif
      La SNCF est comme l’éducation nationale, une caste.
      Soit, la sncf est assimilé fonctionnaire, un peu comme la MSA (mutuelle sociale agricole) jadis.
      Observez le résultat.
      C’est magique les constats de faits (ils ont du sang sur les mains).
      ^^
      Ps: la SNCF a déjà une lourde histoire (Suge), avec des cas de jurisprudence, mais apparemment le service recrutement est toujours le même… Bon, le clientélisme n’est pas un délit, mais la discrimination en est un.
      C’est le principe de la marge entre droit privé et droit public.
      Pour résumer: « kaamelott »

  • jeff579

    Notre Armées à plusieurs années de retard, une ancienne directrice générale chargée de SNCF Voyageurs n’est certainement pas la candidate idéale pour que nos militaires soient en avance sur leur temps.