Il n’est plus indiqué « yaourt » sur les Paniers de Yoplait ! Et l’arnaque ne s’arrête pas là !

Nous sommes tous consommateurs, aussi à la lecture de cet article, il faudrait vérifier si ce qui est dit continue d’être vrai pour tous les produits cités. Nous avions déjà parlé ICI en 2014 et ICI en mars de cette année. Gonfler les poches des actionnaires des grands groupes de l’agro-alimentaire ? Ils sont plus enclins à augmenter leurs marges, en jouant sur le poids et l’emballage, qu’à focaliser sur la qualité de ce qu’ils vendent. Faites les bons choix, prenez peu mais de qualité, c’est plus une question de bon sens que d’argent, car leurs petites « arnaques » marcketing, finissent par coûter beaucoup plus cher. Lisez les étiquettes. Si vous avez remarqué d’autres arnaques, partagez ..

Aucun fruit dans cette spécialité, mais des arômes de synthèse, reproduisant le goût des fruits. Pourtant! « Plein de bons fruits » est noté sur l’emballage. Quant au mot yaourt absent, je pense que dans l’inconscient collectif, c’est ce à quoi le produit fait penser, alors que ça n’en est pas, je pense que l’arnaque n’est pas là..

Les arnaques, les mensonges et les publicités mensongères se font de plus en plus fréquentes. Pour ces industriels véreux, l’argent passe avant la santé des consommateurs… 

En cherchant sur l’emballage, il n’est plus indiqué « yaourt » sur les Paniers de Yoplait. A l’intérieur, le produit n’a rien à voir avec du yaourt et mérite juste l’appellation de : « spécialité laitière à l’arôme artificiel de fruit », écrite en caractère minuscule.

Sur les forums, les consommateurs sont unanimes et s’accordent à dire que le produit s’est dégradé en terme de qualité et il n’est pas le seul d’ailleurs. Les Princes et la Danette font partie du lot.

En effet, la nouvelle recette de Mars appelée Cœur fondant, introduite en 2007 soi-disant « afin de s’adapter aux nouvelles demandes des consommateurs », affiche une perte de 16 % de son poids avec un prix de vente aux consommateurs inchangé.

Un autre exemple frappant, les pizzas de supermarché qui étaient autrefois faites avec du fromage et qui sont maintenant recouvertes de « préparation fromagère ». Imaginez « mama » avec toutes les éprouvettes dans la cuisine.

Les Princes nouvelle génération n’échappent pas à ces évolutions horribles. Ils s’émiettent, ne nourrissent pas, ressemblent à du polystyrène expansé et sont beaucoup plus sucrés. Leurs poids a baissé et les ingrédients qui entrent dans la recette ont changé. Avant l’été 2008, le célèbre paquet de Prince LU pesait 330 g.

À la rentrée, suivante, il ne pesait plus que 300 g, au même prix bien sur !

Le chocolat forme à peine un petit rond à l’intérieur dont le diamètre s’approche de celui d’une pièce de 2 euros.

Sur le paquet, il n’est d’ailleurs plus écrit « Prince au chocolat »… mais au « goût chocolat ».

Jouons un peu avec la taille

Danone a adopté une stratégie assez rusée pour ses crèmes dessert. Lorsque vendus par quatre, les pots de crème vanille ou chocolat pèsent 125 g.

Par contre, vendus par douze ou par seize, ils ne pèsent plus que 115 g. « Réduire les portions, c’est réduire l’impact en termede calories », explique Danone. Une arnaque que nous devons accepter car elle fait du bien pour notre santé. Danone nous évite de manger trop de cochonnerie. Des cochonneries fabriquées par ses soins !

Le pot de Jockey de 1 kg ne pèse plus que 850 g, les 4 petits pots de 100 g ne pèsent plus que 90 g.

Les nouvelles crèmes Mont-Blanc soi-disant avec « encore plus de saveur » sont devenues immangeables. Ne reste que du sucre, du colorant et de la farine pour épaissir.

Poisson pané : Sans le poisson ?

Jadis, en ouvrant le paquet on voyait nettement des sortes de lamelles comme dans du vrai poisson. Aujourd’hui seules des raclures de poisson sont agglomérées pour faire ce genre d’aliment.

Les « croquettes » rectangulaires d’autrefois sont remplacées par le format « bâtonnet » permettant de mettre beaucoup plus de panure… et moins de poisson.

Autres « astuces = arnaques » de l’industrie agro-alimentaire

  • Les barres de céréales style Grany flottent dans leur emballage qui, lui, est resté identique.
  • Beaucoup de fromages qui portent le label fromage de chèvre sont en fait fabriqués à partir de lait de vache aromatisé au chèvre.
  • Pour la plupart des marques, l’eau minérale est passée de 1,5 l à 1,25 l, l’eau Saint-Amand est passée à 1 l, la Badoit à 0,75 l.
  • Le sucre en poudre vendu au kilo depuis des décennies est aujourd’hui conditionné dans des sachets en plastique avec un bouchon pour verser le sucre… mais il n’y a plus que 750 g dedans.
  • Il n’y a plus que 16 dosettes de café au lieu de 18 dans les paquets L’Or intense de Carte Noire… mais l’apparence du paquet et le prix sont restés inchangés

Nestlé et les consommateurs dyslexiques

Vous connaissez la dyslexie, un problème qui se répand dans la population où les gens confondent et échangent des lettres. Il faut croire qu’un as du marketing de Nestlé a eu l’idée d’exploiter cette faille.

La tablette Nestlé Noir Dessert passe en 2013 de 250 g à 205 g, un véritable « trompe-l’œil ». Une économie sur le chocolat, et surtout on vous pousse à en acheter deux, dans la mesure ou les recettes traditionnelles sont faites pour 250 g de chocolat !

Le chocolatier Côte d’Or a fait fort aussi avec les plaquettes de chocolat Noir Orange 70 % de cacao. Un changement a eu lieu en 2014 : l’image (avec l’orange) était toujours la même. Mais le « 70 % » avait disparu. Il faut pratiquement une loupe pour s’apercevoir, dans la liste des ingrédients, qu’il y a juste 56 % de cacao.

Les emballages : des économies qui coûtent cher à l’environnement

Sous prétexte de « garder la fraîcheur » de vos biscuits, la plupart sont désormais rangés par deux sous film plastique.

Sachant que ces sachets sont eux-mêmes dans une barquette en plastique, elle-même dans une boîte en carton, elle-même emballée dans un film plastique… vous remplissez votre poubelle pour huit malheureux biscuits.

Les pots de rillettes Bordeaux Chesnel sont, avec leur fond plusieurs étages, leur double fond, leur couvercle multidimensionnel et leur épaisse couche de gras blanc (saindoux).  On achète un pot qui semble avoir la même taille mais en fait la quantité de rillettes a fondu.

Un lecteur repenti « balance »

« J’ai assumé des responsabilités au niveau direction générale d’une grande marque de produits pour la maison et ces pratiques sont courantes.

Exemple, un produit pour laver la vaisselle à la main se compose essentiellement d’eau, d’un agent nettoyant à base de détergent ou de teepol (le produit actif, qui est le plus cher dans la formule), d’un colorant et d’un parfum associé (le colorant jaune sera associé au citron par exemple, le vert à une senteur pin…).

Pour lancer un nouveau produit, le fabricant va doser largement l’agent qui lave et dégraisse vraiment. Les consommateurs vont trouver génial ce produit qui dégraisse bien. Une fois fidélisé, le fabricant économise sur la formule en diminuant progressivement le détergent.

Les plus vicieux vont jusqu’à introduire un agent moussant qui ne coûte quasiment rien, mais donne à la ménagère l’impression que son produit « marche«  toujours !

Autre truc : autrefois, les flacons ménagers étaient ronds et contenaient un litre. On les aplatit et réduit à 75 cl. Il y a plus de place sur l’étiquette visible (le facing) pour vanter la qualité du nouveau produit ! Plus efficace encore, le flacon de forme« goutte d’eau«  qui donne l’impression visuelle qu’il y a plus de produit dedans, à cause de l’effet loupe. Signalons enfin les paquets de mouchoir carrés, qu’on nous a vendus en nous expliquant que le nouveau format « entrait mieux dans la poche« .Moins encombrant, certes, mais avec 9 mouchoirs au lieu de 12 auparavant, et une taille plus petite qui oblige à les jeter plus vite. »

Source : http://cuisine-et-sante.net/ relayé par Aider-Son-Prochain

Remèdes de Grand-Mère

ASTUCE-ECONOMISER

32 commentaires

  • SANTE

    Les petites structures pratiquent aussi ce système. Je m’en suis aperçu lors de mes commandes ou quand j’ allais à la boucherie par exemple.
    La triche est moins importante mais elle existe.
    Je parle pas du poids du pain qui devrait être contrôlé à chaque fois.

  • SANTE

    Les pâtissiers et boulangers artisanaux trichent sur la qualité des produits. Beaucoup utilisent des péparations achetées chez DGF ou Métro sans parler des produits à précuire.
    Les marchés regorgent de revendeurs.
    Il est de plus en plus difficile de faire le tri.

    • logic

      achetez des matières premières bio en biocoop ou amap…. tout le reste c’est du business et de l’arnaque, quand ce n’est pas du poison a long terme….

  • kalon kalon

    – Mayonnaise et autres sauces en flacon plastique avec bouchon-versoir: au moins 20 % de la quantité reste collée sur les parois et dans le fond du flacon et fini à la poubelle !
    – Crème fraiche sous pression: un an après le début de son emploi, elle est toujours fraîche ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
    – Fruits et légumes: souvent impossible d’en connaître l’origine !
    – Bio : ce mot n’est pas protégé, ils peuvent appeler n’importe quoi « bio » !
    – Pain « cuit sur place » : il n’est que réchauffé sur place

  • blackh

    Là aussi, c’est facile : il suffit de ne pas acheter tous ces produits qui, pour pas mal d’entre eux, sont mauvais pour la santé, déjà à la base. S’il n’y a pas d’acheteur, il n’y a pas de vendeur !

    Pour les produits d’entretien, par exemple : utiliser bicarbonate de soude, vinaigre blanc…

    Nestlé pille l’eau par convois ininterrompus de camions-citerne, pour la revendre.

  • Paul75

    Pour éviter de se faire rouler dans la farine, ne retenez que le prix au kilo des produits (ce prix au kg, ou au litre, est obligatoirement affiché à côté du prix du produit). N’acheter pas de liquide dans des conditionnements autres que 1,5 litres, un litre, 0,75 litre, pour les eaux, vins, alcools, etc…. N’achetez pas si le prix se termine par un(des) chiffre 9 : exemple, fringue venant de Chine ou du Bengladesh, vendu là-bas 2 ou 3€ que vous retrouvez à 49,90€ voire un cynique « 49,99€ seulement au lieu de 100 » ! Etc…etc …

  • blackh

    Tout le monde maintenant veut du tout-prêt sans se fatiguer.

    Pour un yaourt aux fruits, c’est quand même facile de prendre un yaourt nature (beaucoup moins cher) et d’y ajouter compote, confiture ou des morceaux de fruits !

  • Donc c’est l’ouverture officielle a l’intégration de produits chimiques a tout va.

  • suzanna

    Les seuls produits laitiers que je mange depuis 17ans maintenant sont les fromages, mais j’en connais qui ont leur réfrégirateur remplit de toutes ces merde appelées yoghourt, je pige pas comment ils peuvent manger ça, au ptit dej, en dessert et même au goûter.

  • aroundtheworld

    Autre cas que j’ai remarqué : les bandages MERCUROCHROME

    Avant on trouvé des boites avec : 1m de bande a découper.
    Maintenant c’est : 10 x 10cm

    L’objectif est assez clair : pour en perdre en peu a chaque fois et surement de passer à 8 puis 6 morceaux par boite.

    • suzanna

      Autre arnaque pharmaceutique, j’utilisais des sparadrap extensibles de la marque bien connue Urgo, plus moyens d’en avoir, ils ont tout remplacé par la marque de merde Curafix du labo Lohmann-Rauscher (Shalom https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif), et leur colle de merde j’en suis alergique, ça m’a brulé la peau pendant 5 jours.

  • Je rajouterai à la liste de conseils forts appétissant:
    -les poissons du pacifique et atlantique nord.
    -les gros de mers en général (les carnassiers notamment, bourrés de toxines.
    -les crevettes, bulots, etc…. Qui mange le fond de m**** , hélas.

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    • Bref, je me nourri essentiellement de truites et de boites de thon et sardines provenance hémisphère Sud (Fukushima)

    • suzanna

      On peut même pas se fier à la provenance, quand on voit que les grandes surfaces, passent par des chalutiers algérien ou marocain sous pavillon équatorien, pêchant dans des zones maritimes du Mexique, ça frise le délire, on saura jamais vraiment d’où vient le poisson, surtout quand c’est des espèces vivant dans plusieurs zones, ils peuvent venir donc de n’importe où, et connaissant les grandes surfaces et leurs arnaques sur les produits Israéliens marqués Maroc ou Espagne, aucun doute à avoir sur leur malhonnêteté.

  • Denis Griesmar

    Si le mot « yaourt » disparaît de beaucoup de produits lactés, c’est que le yaourt figure dans l’indice des prix,
    et qu’une augmentation de son prix est plus visible que cette d’un « produit lacté ».

    • logic

      c’est surtout que les industriels se foutent que tu digère le produit, d’une part, et d’autre part, pour faire du yaourt il faut de la température, et comme il n’y a pas de petites économies…..

      après avoir enlevé les fruits, ils ont enlevé le yaourt, bientôt il mettront un colorant blanc dans de l’eau avec un goût de fruits et de yaourt pour que les moutons se régalent!

      A force de se foutre de sa santé et donc de la qualité de son alimentation, le mouton finira par avaler directement du poison…

  • logic

    produits laitier non fermenté = poison pour l’humain au dela de 3ans d’age (il n’y a plus les enzymes pour le digérer)

    lait et dérivés industriels non bio = antibiotique permanent dans votre organisme = immunité deficiente a long terme

  • yannouch37

    « La nature permet l’autonomie gratuite. Et ça, pour le capital, c’est inacceptable. » Anatole.

    Section KKK – kefirs et kombucha
    Imaginez ces 3 médiatisés…

    Le laitage kefir de lait est un aliment qui n’a plus les propriétés chimiques du lait suite à la fermentation lactique. Certains intolérants au lactose ainsi que d’autres, intolérants à la caséine peuvent d’ailleurs en consommer.
    Les premiers fromages ont été faits vraisemblablement à base de kefir http://www.nicrunicuit.com/archives/2014/03/11/29404724.html . On peut faire aussi des yaourts +ou- liquide selon le lait et la quantité de petit lait qu’on y laisse, crèmes fraîches, fromages blancs, bière de lait même (un breton en commercialisait), préparations culinaires en tout genre…
    https://www.decitre.fr/livres/kefir-de-fruits-et-de-lait-9782803452958.html

    Le kefir d’eau (de fruits) et la kombucha sont en gros des sodas diététiques et, ancestraux aussi…
    en page 4,
    http://vetropack.inettools.ch/upload/dokumente/vetrotime_2003_01_fr.pdf

    Un des groupes francophone FB de partage (des ferments et expériences) : https://www.facebook.com/groups/632709663592879/

    Pendant ce temps Danone vend du kefir de lait dans les Auchan de Pologne. Une franco polonaise que j’ai rencontré me dit « ah oui oui c’est très connu chez nous, et surtout les lendemains de cuite » du coup elle ne savait pas que cela se prépare en un tournemain chez soi pour le prix du lait et nous on se tape bifidus et actimel…

    Les magasins bios en vendent mais ils sont moins d’être mis en tête de gondole…

    En France jusque dans les années 60 les grains de kefir de lait étaient en vente en pharmacie. Depuis le codex alimentarius, ce sont des ferments lyophilisés qui ne se reproduisent pas et qui sont bien moins intéressants. Ils ne contiennent que 6 souches de variété de bactéries et levures pour le kl alors que les grains : 20 environ. https://nicrunicuit.com/actu/le-kefir-etudie-par-la-science/

  • Liloup

    L’exemple de Yoplait est un bien mauvais exemple.
    « Il n’est pas indiqué « yaourts », et alors ? C’est nous qui appelons ça « yaourts ».
    Cela fait un bail que je n’en achète plus, mais pourquoi ne contiendraient-ils pas de fruits ?
    12 à 14 % de fruits sont indiqués selon la nature du fruit. Il me semble que ce sont des vrais fruits, même si déshydratés ou reconstitués. On peut peut-être leur reprocher d’être trop sucrés…

  • Liloup

    En partie à cause des emballages _ extérieur plastifié et sachets individuels- qui deviennent pratiquement systématiques, je n’achète plus que très rarement des biscuits… Lorsque l’envie m’en prend, j’en fabrique.
    Je ne trouve pas normal que des produits étiquetés « bio » soient suremballés avec des bouts de plastiques qui finissent par envahir la poubelle.
    Pareil pour le thé en sachets, ce qui donne parfois la préférence à des marques non bio. Les pesticides étant de plus en plus utilisés pour le bio, la différence se joue dans l’emballage… Et pour le thé, personne n’ira rien vérifier…

    Avec le fameux exemple des lasagnes pour lequel on a menti aux consommateurs, notamment sur le nature du produit et sur l’origine, chacun devrait savoir qu’on ne peut faire réellement confiance à la traçabilité prétendue, et les produits étant conçus industriellement , le seul but étant le profit, ils ne vont pas faire de chichis pour des produits à deux balles…
    C’est à l’acheteur d’être vigilent…

    • VolD

      Merci, ca m’a toujours révolté d’avoir des biscuits estampillés bio+fair trade achetés dans les nouveaux supermarchés (bio c bon, les nouveaux robinson etc etc,) ayant exactement les meme standing d’emballage que les marques standard..
      Le greenwashing s’accomode très bien avec la grande distrib, dont les chaines précitées font partie, n’en doutez point (et n’y allez plus). Preferez leur les amap, et concernant les gourmandises bio, laissez tomber l’utopie et faites vous un vrai vice de temps en temps. Responsables et décontract’ < (°v°)>

  • BetsBook

    Faut pas acheter les trucs trafiqués. Moi, je n’en n’achète jamais. J’achète des pâtes, je mets de l’huile d’olive ou de la crème fraîche dedans, un peu de jambon, et c’est parti ! Pour laver ma vaisselle, j’utilise de la lessive liquide que je dilue dans de l’eau dans une ancienne bouteille de détergent. Mon sac de courses est moins lourd et je dois faire des économies. Enfin, je pense. En tous les cas, ce système me convient bien.

  • Natacha91

    Je n’ai pas lu les autres commentaires, désolée mais je suis « choquée » par la phrase « Vous connaissez la dyslexie, un problème qui se répand dans la population où les gens confondent et échangent des lettres. » Je sais cela n’a rien à voir avec le sujet très intéressant mais, en tant qu’enseignante et maman d’enfants ayant des dys, je pense que vous devriez davantage vous renseigner sur la dyslexie qui n’est pas quelque chose qui s’attrape comme un virus ou une bactérie, tel que le sous entend cette phrase. Il ne s’agit pas non plus d’une simple confusion ou d’un mélange des lettres, c’est un peu plus complexe que cela. Quant aux statistiques… Ils seraient bon de les voir en vrai, il y a peut-être davantage de diagnostics en 2017 qu’en 1980 mais il serait plus judicieux de ne pas confondre plus de dyslexiques versus plus de diagnostics.

  • homeboy68

    J’aimerai lever une autre usurpation de produit : les bac de glace de type « sorbet ».
    dans le dico, le mot « sorbet » signifie « glace à l’eau sans lait ».
    Et quand vous regardez sur les étiquettes de ces bacs de glace, vous vous rendrez compte qu’ils contiennent des produits laitiers alors qu’il y est écrit en GROS sur le couvercle SORBET

    Signé
    un intolérant au lactose