Une boulangerie anarchiste et anticapitaliste casse les codes en offrant son pain

Est-ce réellement de l’anarchisme et de l’anticapitalisme? ou simplement de la générosité pure et simple? Car le concept de baguette suspendue n’est pas nouveau, cela existe également pour les cafés, et cela mériterait bien évidemment de se populariser, quant à offrir le pain invendu, l’idée est simplement géniale, tant de gaspillage en moins…

D’ailleurs, début 2014, 90 boulangeries dans 55 villes avaient adopté de système de baguette suspendue, et combien aujourd’hui?

DSC03004-1024x599Crédits photos : V. Wartner / Sony DSC

Cette boulangerie basée à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, casse les codes et ça, ça nous plait. Une boulangerie biologique qui se base sur le principe du partage et de la gratuité, remporte en franc succès.

La boulangerie « La Conquête du pain » a lancé le concept de la baguette suspendue. Basé sur l’économie du partage, le principe en est des plus simples. Un client paie deux baguettes : l’une d’elles est mise dans un panier en attendant qu’une personne dans le besoin vienne la récupérer.

Le Co-gérant de la boulangerie, Pierre Pawin, précise que 10 baguettes sont suspendue par jour. «Certains clients donnent systématiquement une baguette, d’autres lorsqu’il leur reste de la monnaie»

Offrir du pain à un inconnu est un concept qui plait beaucoup à ses clients les plus fidèles.

Pierre Pawin précise aussi qu’ «il n’est pas rare qu’en fin de journée, certaines baguettes n’aient pas trouvé preneur, car ce n’est pas facile pour les gens en difficulté d’accepter d’être aidés». Dans ce cas-là, le boulanger donne les baguettes suspendues aux personnes ou aux associations qui viennent tous les soirs récupérer les invendus du jour. En plus de cette action solidaire, le gérant propose aussi des tarifs sociaux à ses clients les plus dans le besoin.
Cette boulangerie bio et autogérée plait et fonctionne comme cela depuis 2012. Lancée par cinq militants d’âges et de milieux différents, elle reflète leur idéal sociétal. Les sandwichs prennent les noms des plus grands révoltés, allant de Marx à Louise Michel. De quoi donner envie de croquer dans l’un d’entre eux pour réveiller son âme humaniste!
Une très belle initiative à suivre de près… Source: Lareleveetlapeste.fr

 

2 commentaires

  • Philippe30

    C’est une solidarité entre personnes qui savent et comprennent que la vie est difficile et que la précarité peux arriver très rapidement.

    C’est une bonne initiative mais on peux se poser la question concernant les personnes très riches , que font elle à part prendre encore plus d’argent à ceux qui en ont peu , toucher des dividendes et des baisses d’impositions ?

    Cette réflexion me conduit à ne pas comprendre ou à très bien comprendre les politiques menées envers les riches afin par un discours bien rodée qui exprime que ce sont ceux qui sont riches qui permettent la création de richesses.

    L’actualité des Caraïbes montrent le contraire.

    Ce décalage entre le fait que certains ne puissent acheter une baguette de pain et d’autres qui évoquent des millions m’insupporte autant que l’orientation politique vers la capital et la richesse et contre la majorité qui boucle difficilement les fins de mois.

    Philippe

  • Excellent !!

    surtout le nom des sandwichs … j’espère qu’il y en a un qui s’appelle Guevara