Manuel Macron a lancé sont mouvement politique « En marche » (vers le nouvel ordre mondial?)

Officiellement, il s’est défendu d’entretenir des « ambitions élyséennes », mais gageons que ce n’est au final qu’une simple question de temps, car comme cela a déjà été expliqué, si les français ne veulent plus de Hollande ni de Sarkozy en tant que candidats aux présidentielles, ni même de certains « vieux » qui devraient être à la retraite depuis longtemps au lie de faire des promesses qu’ils ne tiendront jamais, un nouveau visage encensé, connu, jeune et présentable risquerait de récolter des voix, beaucoup de voix…. Et pourquoi ne pas changer? De toute façon lui ou un autre…

gCyecNkwBH3cnMLe1_RPa0spJxY

Les règles d’élections sont maintenant changées, les petits candidats sont écartés des chances de victoires, même si celles-ci étaient minimes, alors peu de doutes sur Macron et ses chances de remporter une victoire, peu de doutes non plus sur une éventuelle candidature de cet ex-banquier qui ne fait pas partie de la « France d’en bas », comme le prouve son appartenance au Think tank « En temps réel ».

N’oubliez pas qu’il n’y a pas de hasard, qu’ils ne font jamais rien sans savoir exactement dans quel sens souffle le vent, et qu’il y a toujours un revers à la médaille. Ce mouvement, c’est ce qu’a fait Macron au gouvernement avec plus de pouvoir, très très dangereux…

Emmanuel Macron a lancé officiellement mercredi son mouvement politique avec l’intention proclamée de travailler avec des gens de gauche comme de droite pour faire sauter les « blocages » de la société française.


Le ministre de l’Economie a saisi l’occasion de « rencontres citoyennes » organisées dans sa ville natale d’Amiens pour porter « En Marche ! » sur les fonts baptismaux.
« J’ai mis du temps, j’ai réfléchi, j’ai consulté, j’ai associé beaucoup de gens et j’ai décidé qu’on allait créer un mouvement politique, un mouvement politique nouveau qui ne sera pas à droite, qui ne sera pas à gauche », a-t-il dit.
« Je suis d’un gouvernement de gauche et je l’assume totalement avec les valeurs auxquelles je crois et ce qui me caractérise. Mais je veux travailler avec des gens qui se sentent aujourd’hui à droite, aussi », a indiqué celui qui s’est attiré à plusieurs reprises les foudres de responsables socialistes par ses prises de position.
Pour autant, l’ancien banquier de 38 ans lancé en politique par François Hollande s’est défendu d’entretenir des ambitions élyséennes au moment où la cote du chef de l’Etat est au plus bas.
« Ce n’est pas un mouvement pour avoir un énième candidat de plus à la présidentielle, ce n’est pas ma priorité aujourd’hui. Ma priorité c’est la situation du pays », a-t-il assuré.
Espérant parvenir ainsi à « construire quelque chose d’autre », à « essayer d’avancer » face aux « blocages de la société », Emmanuel Macron a précisé que son mouvement accepterait les adhésions multiples et pourrait donc intégrer des adhérents de l’ensemble des partis républicains.
L’évènement était fermé à la presse mais il a été retransmis en direct sur internet.

Source: Boursorama

Reconnaissons au moins une chose, sa franchise, il veut s’attaquer à la situation du pays et faire sauter tous les blocages de la société, ces blocages, ce sont ceux du TAFTA, ceux qui gênent les très grands patrons, la finance, les multinationales, ces blocages, ce sont ceux qui usqu’à présent nous ont protégé!

9 commentaires