Et pourquoi ne pas vivre « autour » d’un arbre?

C’est l’idée du jour trouvée sur le Huffingtonpost, vivre non pas à proximité des arbres, ni même dans une cabane réfugiée dans ceux-ci (exemple ici) mais autour de l’arbre. C’est le projet un peu fou de cet architecte du Kazakhstan Aibek Almassov, qui propose un nouveau concept écolo qui risque de ne pas être très avantageux au niveau du ménage: créer une maison écologique construite autour de l’arbre du nom de Treehouse.

La demeure est imaginée entièrement vitrée proposant ainsi une vue à 360 degrés, avec des panneaux solaires transparents intégrés aux vitres pour générer l’électricité, et un système de récupération des eaux de pluie sur le toit. L’un des seuls soucis représenté par ce type de construction, l’intimité inexistante qui pousse l’architecte à orienter son idée sur l’ouverture de l’édifice au public, plutôt qu’à en faire un véritable logement. Quant à la construction de cette structure, elle pourrait commencer en 2017 selon Aibek Almassov.

dwsqIl y a de l’idée, et si le concept est un tant soit peu intéressant et qu’il permet de s’éloigner de la « folie urbaine » comme l’explique son concepteur, des questions se posent… Est-ce réellement aussi écologique que cela? Quels risques à long terme dont avec la croissance de l’arbre et des branches?

Qu’en est-il du ménage car un arbre, cela peut aussi perdre ses feuilles… Les besoins de l’arbre en question sont-ils pris en compte? Et si celui-ci tombe malade ou meurt, que devient la maison? Et dernière question, quid de la surface habitable qui ne semble pas des plus grandes?

555555 here+comes+the+sun Interior Night+View-1 static1.squarespace.comLe concept est intéressant, mais pas certain qu’il soit réellement une réponse écologique à l’heure actuelle, ni que ce type d’habitation soit véritablement une solution, peut être juste un petit délire architectural sans avenir.

Mais l’idée méritait tout de même d’être soulignée, quoi de mieux que de vivre au milieu des arbres, à défaut de vivre autour. Et y’a-t-il réellement besoin de ce genre de concept pour profiter réellement des arbres, pas besoin de débourser autant pour faire de la sylvothérapie…

C’est une expérience que nous avons tous faite : se trouver dehors, respirer l’air pur, se sentir bien (ou mieux). Aux beaux jours, les occasions de sortir et de découvrir la campagne ou les parcs des villes nous amènent à réfléchir sur le sens de l’harmonie que l’on peut ressentir avec la nature, sur ce lien entre le sentiment de paix et la couleur verte.

Le contact direct avec les arbres peut également être l’occasion de tester le bien-être que l’on peut en retirer : c’est une réelle thérapie, s’appuyant sur ce postulat et puisant ses racines, c’est le cas de le dire, dans les anciens rites des prêtres celtes qui entraient en ‘empathie’ avec les arbres lors de contacts physiques.

DÉCOUVREZ : Jardinothérapie : cultiver la terre pour cultiver son estime de soi

La sylvothérapie (du latin silva qui signifie bois, forêt) ou ‘tree hugging‘ (littéralement « embrasser les arbres ») repose sur l’idée, corroborée par des tests scientifiques, que la proximité physique ou mieux encore, que le contact avec les arbres peut apporter de meilleures sensations de bien-être psycho-physique, grâce à l’énergie transmise à notre organisme par ces grandes plantes. Selon certaines études, il suffit de s’adosser à un arbre, en appuyant notre main droite sur notre estomac et notre main gauche sur le dos pendant au moins 20 secondes pour ‘capturer’ les vertus bénéfiques de l’arbre choisi.

Les enfants seraient particulièrement sensibles à la proximité des arbres, d’où des répercussions positives sur leur fonctionnement cognitif et sur leur capacité à jouer de manière créative lorsqu’ils se retrouvent dans des espaces naturels. Il semblerait que les petits souffrant de déficit d’attention se calment et augmentent leur seuil de concertation au contact des arbres.

Article en intégralité sur Toutvert.fr

21 commentaires