Mobilisation à Genève contre le meurtre de Berta Cáceres…

Notre vie de « sans dents » se résume à une lutte quotidienne pour tenter de maintenir le peu de droits qu’il nous reste. La dernière mobilisation contre le projet de destruction du droit du travail en est un exemple récent! n’oublions pas qu’il a été un temps question, du 49.3 pour faire passer ce projet en force, engageant la responsabilité du gouvernement qui, soit dit en passant, n’est plus à une trahison près. Nos autres priorités sont TAFTA, les banksters, Linky, le gaz de schiste, le nucléaire, les OGM, les océans, les forêts, les pesticides tueurs d’abeilles entre autres pollution avérées, les vaccins, l’air et l’eau… Mais qui sont derrière ces fumeux projets?? Les multi/trans/nationales, ces entités axées avant tout sur le profit immédiat, n’ont aucun état d’âme, la nationalité importe peu en regard de leur crimes et malfaisance tant environnementale, qu’en vertu du droit humain élémentaire de liberté et de santé publique. Ces sulfureuses sociétés, qui ont des coffres forts à la place du cœur, en arrivent à s’arroger le droit de vie et de mort sur les gêneurs.. Sachez ce qui se passe ailleurs, il se pourrait bien que des « accidents » arrivent aux empêcheurs d’esclavagiser, de polluer, de déposséder n’importe quel citoyen, pourvu qu’il y ait du profit sans impôt à la clef, avec la complicité de ces « chers » zélus, dont le train de vie et privilèges ne sont plus à démontrer.. Je vous ai donné l’info sur la mort de la militante Berta Cacéres, ça c’est passé loin de chez nous, mais demain?

Berta Cacéres

L’assassinat brutal de Berta Cáceres dans sa maison à Esperanza, au Honduras , le 2 Mars, a suscité une protestation sans précédent contre l’ impunité des entreprises et une demande pour un accès effectif à la justice à travers le monde. Cette demande mondiale est le contexte essentiel des délibérations du United Conseil des droits des nation (UNHRC) le 11 Mars sur le rapport présenté par le Groupe à composition non limitée intergouvernementale de travail (OEIGWG) sur les sociétés transnationales (STN) . Dans ce contexte, la Campagne mondiale pour Démonter Corporate Power et arrêter l’ impunité et pour la souveraineté des peuples est présent et actif à Genève, appelant à une mobilisation et une conférence de presse le jeudi 10 Mars (12.30 pm) à la Place des Nations, et d’ intervenir à la 31e session ordinaire UNHRC mercredi 9 et vendredi 11 Mars.

La Résistance contre la dépossession des moyens de subsistance des personnes, commises par les sociétés transnationales a maintenant fait une autre victime: la vie de la « chef » hondurienne indigène Berta Caceres, dont l’ organisation, COPINH a initié, une résistance au barrage au projet Agua Zarca et ce, depuis plusieurs années. Ce projet est financé par une gamme d’institutions financières internationales – sociétés financières européennes, le géant allemand Voith Siemens, FMO (PaysBas Development Finance Company), le Finnfund (Fonds finlandais pour la coopération industrielle), et l’American BCIE (Banque centrale américaine pour intégration économique). Il est d’une importance cruciale d’ exposer la gravité de ce dernier crime d’ entreprise, qui a eu lieu juste une semaine avant la présentation du rapport du OEIGWG sur les sociétés transnationales à l’UNHRC. Le OEIGWG, mandaté en Juin 2014, poursuit efficacement son travail pour établir un instrument international contraignant, pour contraindre les sociétés transnationales et autres entreprises en matière de droits de l’ homme.

Dans ce contexte , il est également très important de demander et d’encourager une protection immédiate et sûre pour le retour à la maison pour Gustavo Castro, un activiste mexicain qui était avec Berta et témoin au moment de son assassinat. Il a été blessé et a été empêché de quitter le Honduras il est toujours détenu aujourd’hui sans raison. L’assassinat de Berta Cáceres n’est pas un évènement isolé , mais fait partie de la violation systématique des droits de l’ homme qui a lieu sur une base quotidienne dans le processus systémique de la protection des intérêts des sociétés transnationales. Au cours des dernières années , il a été consolidé un réseau dense de mécanismes qui vont jusqu’à l’architecture et l’ impunité des sociétés transnationales et assure leurs bénéfices, les plaçant  au- dessus des droits humains et les droits des peuples. le régime du commerce et de l’ investissement fait partie de ce cadre, qui ne serait pas possible sans la complicité des Etats, à la fois des pays d’origine qui sont le siège des STN et un grand nombre de pays qui reçoivent les investissements des entreprises. Outre les exonérations fiscales, les STN exigent d’abaisser le coût du travail et les normes environnementales, comme c’est le cas avec l’accord fait par Chevron avec YPF en relation avec le champ pétrolifère Vaca Muerta en Agentina.

Nous sommes également confrontés une vraie capture de la démocratie  par ses entreprises, pour lesquelles, la lutte de Berta et COPINH est une menace croissante. Ceci est la raison pour laquelle elle a été assassinée. Pour réduire l’ impunité des entreprises, il existe un besoin urgent pour une ONU, instrument prévoyant la création d’une Cour mondiale pour les sociétés transnationales et droits de l’homme juridiquement contraignant. Pour faire face à la suprématie de ces entreprises, nous réaffirmons et nous organisons pour établir la souveraineté des peuples.

contact:

Alberto Villareal, Redes-FOEI: comercioredes@gmail.com (+41 7 942 94275)

Raffaele Morgantini, CETIM: contact@cetim.ch (+ 41-796606514 )

Mónica Vargas, TNI: m.vargas@tni.org (+ 34 au 662.026.497 )

Plus d’ informations: http://www.stopcorporateimpunity.org

Sur la 31e session ordinaire du Conseil des droits (29 Février à 24 Mars 2016)

Communiqué du CETIM
Traduction Google,  arrangement Volti

  

3 commentaires

  • Les monsanto et co sont des entreprises qui pratiquent un forme de terrorisme. Appliquons les même principes.

  • JBL1960

    C’est bien qu’on ait des informations sur ce sujet, car le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y a un vrai black-out. Ayant relayé l’info transmise par la voix du Jaguar dès l’annonce de son assassinat par ce billet ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/03/06/lassassinat-de-berta-caceres/ J’ai été contacté par mail, par La voix du Jaguar mais également par Grahame Russel qui a fait une suite et qui suit l’affaire de près. Tout de suite les autorités ont voulu faire croire à un crime crapuleux ; Comme d’hab on a envie de dire. Aussi, c’est bien de relayé l’info car on constate tout de même que ça bouge, non ? C’est pourquoi les Zozos aux manettes essaient par tous les moyens de nous limiter l’accès à l’Internet. Et c’est à nous d’être ; D’où nous sommes, des passeurs d’idées et des lanceurs d’alerte… Plus on sera nombreux et plus y auront du mal à nous contrôler, tous, même s’ils y mettent du cœur à vouloir nous museler.