Fukushima: tristes touristes dans une zone de non-droit….

Alors que la durée de vie des centrales, va être prolongée à coup de millions au mépris total de et nous allons devoir nous inquiéter, pour notre sécurité. Nos dirigeants, pensant sans doute que ça n’arrive qu’aux autres. Des guides font visiter la zone interdite de Fukushima, zone où plus aucune vie n’est possible à cause de la contamination radioactive. Seuls survivants de la zone, un troupeau contaminé qui se nourri d’herbe, tout aussi contaminée. Leur propriétaire n’ayant pas voulu abattre son troupeau, malgré l’injonction du gouvernement japonais. Triste témoignage. Nous avons en France 59 centrales et 58 réacteurs, dont les nombreux « incidents » n’ont jamais été un danger pour la population! C’est ce que nous serine les chargés de la sécurité de l’ASN, tellement efficaces qu’ils ont passé sous silence, l’emballement durant plusieurs minutes du réacteur de la centrale de Fessenheim, en 2014. Nous avons eu le Tchernobyl ukrainien et son nuage sélectif, qui s’arrêtait à la frontière. Dans ce pays en totale déliquescence où on décore (en toute discrétion), les coupeurs de têtes. Où l’argent se fait rare pour les citoyens, je serais tentée d’emprunter la phrase choc de Charles Sannat, « préparez vous, il est déjà trop tard »
photos_of_fukushima_11

«A part Tchernobyl, il n’y a pas d’autre lieu au monde que Fukushima pour voir l’horreur d’un accident nucléaire», se désole Shinichi Niitsuma, reconverti en guide touristique dans la zone sinistrée du nord-est du Japon.

Alors que les Japonais s’apprêtent à commémorer le drame survenu il y a 5 ans sur la côte Pacifique de l’archipel, nombreux sont ceux qui désirent observer de leurs yeux ces lieux de mémoire que sont devenus le littoral ravagé par le tsunami et les environs de la centrale saccagée Fukushima Daiichi.

«Je veux que les visiteurs voient cette ville fantôme, témoignage du désespoir», confie M. Niitsuma en parcourant la rue principale de Namie, une cité portuaire désertée où les ex-résidents sont seulement autorisés à revenir durant quelques heures diurnes.

Maisons éventrées, école élémentaire à l’abandon où les pendules se sont arrêtées à 15H38, quand la déferlante est arrivée, le 11 mars 2011, moins d’une heure après le puissant séisme de magnitude 9 à l’origine de ce raz-de-marée meurtrier qui a emporté quelque 18.500 vies.

«Il ne s’agit pas de monuments à la mémoire d’un passé, ce sont des lieux et des objets qui incarnent notre désespoir actuel. Ce ne sont pas de simples vestiges, ce sont des marques vivantes de notre chagrin», dit, peiné, M. Niitsuma.

Dans le gymnase est toujours tendue une bannière de cérémonie de remise de diplômes. Par les fenêtres brisées se devine le squelette de la centrale de Fukushima.

M. Niitsuma, 70 ans, est l’un des 10 guides bénévoles locaux qui organisent ces tournées auxquelles participent quelque 2.000 visiteurs par an, jusque dans des localités soumises à des restrictions d’accès.

– ‘Un voyage nécessaire’ –

Sont cependant évités les lieux où la radioactivité est jugée trop élevée.

Akiko Onuki, ex-enseignante de 61 ans, a survécu au tsunami. «Nous devons nous assurer qu’il n’y ait plus de drame comme Fukushima», dit-elle. «Je n’admets pas du tout la posture des médias qui présentent Fukushima comme une région rétablie, car de nombreuses personnes sont oubliées dans l’histoire. On a beau dire, personne ne pourra jamais revenir dans les villes de Futaba ou Okuma».

Chika Kanezawa, une participante à la tournée, se dit «choquée» par ces scènes de désolation. «Les TV et des journaux expliquent que la reconstruction progresse et que la vie revient à la normale, mais la réalité c’est que rien n’a changé ici», déplore cette femme de 42 ans, salariée d’une entreprise d’équipements médicaux.

Les visites médiatiques dans les décombres ne font pas forcément plaisir à tous. «Dégagez!», a hurlé aux journalistes de l’AFP une personne croisée sur une aire de repos, loin cependant de représenter la majorité de ses concitoyens.

En route, les «touristes» font une escale chez un éleveur qui a refusé les injonctions du gouvernement d’abattre son bétail.

Les quelque 300 bovins de Masami Yoshizawa survivent en broutant de l’herbe contaminée.

Pour lui, ce sont des «témoins survivants» du sinistre atomique, maintenus en vie pour protester contre la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), gérante de la centrale nucléaire dévastée, et le gouvernement. «Je veux dire aux gens partout dans le monde, ce qui m’est arrivé peut aussi leur arriver demain», dit M. Yoshizawa.

«Ce n’est pas un voyage joyeux, mais c’est un voyage nécessaire», confie Tom Bridges, un professeur d’anglais qui dit partager l’amertume et la colère des victimes rencontrées durant cette visite d’une journée. «Les autres régions dévastées ont la possibilité d’être reconstruites et de reprendre vie, mais c’est impossible ici à cause des radiations et de la contamination», constate-t-il.

Le guide Niitsuma, originaire de Soma, une ville côtière à environ 35 kilomètres au nord de la centrale accidentée de Fukushima, se sent hanté par le regret de ne pas avoir été assez impliqué dans le mouvement anti-nucléaire avant la catastrophe, même s’il était contre la construction des réacteurs.

«J’aurais dû agir plus activement», se morfond-il. «C’est en partie pour expier que je travaille comme guide».

Source 20Minutes/Planète

Voir aussi:

Des avocats gazés lors d’une manifestation visés par une plainte de policiers
Deux avocats, qui ont porté plainte pour « violences policières » en marge d’une manifestation contre la réforme de l’aide juridictionnelle, sont convoqués ce lundi par l’IGPN…

Une poétesse écrit un post privé sur la masturbation, Facebook supprime son compte
CENSURE La poétésse espagnole Luna Miguel a simplement posté la couverture, tout ce qu’il y a de plus soft, de son prochain livre qui parle de la masturbation féminine…

Compteurs Linky et Gazpar: Les communes rebelles sont-elles victimes d’intimidation?
ENQUETE Information ou pression ? Certains élus s’inquiètent des courriers et courriels reçus les invitant à ne pas interdire l’installation des compteurs dits « intelligents »…
…/…
« Se tenir à moins de deux mètres d’un compteur »

Mais cette analyse ne dit pas un mot de la déclaration de Pierre Le Ruz, le président du Criirem. En juin 2015, il affirmait que le gouvernement avait fait « une présentation très malhonnête de [son] expertise ». Il confirmait le risque sanitaire – cancers, électrosensibilité – à long terme, expliquant qu’il « faut se tenir à moins de deux mètres d’un compteur pour éviter les ondes dangereuses », une règle particulièrement difficile à observer en habitat collectif.

L’analyse juridique n’évoque pas non plus l’étude de Lerch 2015, qui « confirme le rôle des radiofréquences dans la promotion de tumeurs chez la souris » et ce, même quand les rongeurs sont soumis « à des niveaux inférieurs aux normes d’exposition du public en vigueur », explique l’association Priartem…./…

Le nouveau compteur électrique Linky menace-t-il votre santé, votre liberté et votre sécurité?

5 commentaires