Paiement mobile : Lydia, l’appli qui veut vous faire oublier le cash

Chaque jour, nous nous avançons un peu plus vers une société « sans cash », et tous les moyens sont bons pour nous faire « oublier » l’argent liquide. La dernière innovation s’appelle Lydia, un nom bien séduisant cachant pourtant un avenir bien sombre, celui dans lequel l’argent sera totalement dématérialisé, et donc contrôlable par des banquiers d’un simple clic. Le problème ne vient pas du fait que les banquiers pourront aisément bloquer l’argent suivant leur bon vouloir, mais qu’ils pourront se servir au passage à chaque transaction, même si celle-ci n’est que de quelques centimes, alors qu’avec l’argent liquide, ils n’arrivent pas à braquer le moindre centime… Quand aux économies sous le matelas, elles disparaîtront à tout jamais.

Lydia

Payer ses courses, mais aussi ses amis ou n’importe qui sans cash, sans carte bancaire, juste avec son mobile? Ca existe. L’application Lydia est en train de décoller dans les échanges entre particuliers. sic…

Il y a des lieux où, par nécessité, il s’est imposé : « Le paiement mobile a d’abord décollé en Afrique, parce que là, il n’y avait ni banques, ni carte bancaire, ni smartphone et que se balader avec du cash sur soi est dangereux : il s’est donc révélé utile. »

 

 

Les transactions financières au Kenya se font maintenant par envoi de SMS : lancé il y huit ans, ce système est utilisé par 85% des gens. »

Ailleurs, c’est plus difficile, regrette l’entrepreneur Cyril Chiche : « En France, 60% des transactions se font toujours en cash ou en chèque.

 »

Nous aimons les cartes, mais elles ont leurs limites : les commerçants doivent payer la machine et un abonnement pour les accepter, et donc, 1,5 million de petits entrepreneurs, comme les taxis, s’y refusent. Et il est quasiment impossible de payer ses petits achats en carte à cause des commissions minimales. »

C’est là que Lydia intervient :

 

L’idée de Lydia, c’est que n’importe qui peut accepter un paiement en carte bancaire, qu’il soit professionnel ou particulier. » sic…

 

Tupperware, c’est 200 millions de ventes annuelles en France, qui montent de 10% par an en moyenne. L’argument pour convaincre ces vendeurs à domicile et leurs client(e)s est évident : avec Lydia, pas besoin d’un lecteur de cartes de crédit, n’importe qui peut régler avec son smartphone. C’est gratuit pour les particuliers. Et pour les professionnels, Lydia prélève une commission de 0,5 à 1,5% sur les ventes, soit bien moins que ce réclament les banques ou Paypal aux petites entreprises.

Comment ça marche ?

Le fonctionnement du système est très simple : « Si vous êtes un professionnel, votre inscription prend 3 minutes. Vous rentrez votre numéro IBan sur le site, ça suffit pour les transferts. Quand vous devez encaisser une vente, il suffit que l’acheteur charge l’appli Lydia, puis entre son numéro de carte bancaire. Pour payer, il entre le prix sur l’application, puis son numéro confidentiel et Lydia génère un QR Code. Le vendeur scanne ce code avec son téléphone s’il est à coté de vous, ou il entre votre numéro de téléphone sur son application s’il est à distance. Et c’est tout », explique Cyril Chiche.

 

 

Article en intégralité sur Tempsreel.nouvelobs.com 

 

 

 

 

 

11 commentaires

  • Youlrish

    Je possède un vieux 3310, c’est mon mobile, alors ils peuvent toujours se gratter pour que j’installe leur « prostituer » dessus, je continu d’avoir la poche du jean qui tinte quand je marche et ça me convient très bien ainsi.

  • Michele

    franchement si les banquiers m’obligent à prendre une de ces saloperie de smartphone je leur colle un procès dessus pour mise en danger de la vie d’autrui à cause des ondes électromagnétiques (je n’ai pas de mobile), et si ça ne marche pas, je leur enfonce le mobile dans le fondement, allumé avec le wifi en marche , accessoires et boite inclus!!!!!

    • suzanna

      Avec les agences qui disparaissent, vous aurez du mal à trouver leur orifice pour y placer votre téléphone http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      Pour les ondes, elles ne sont officiellement pas dangereuses, là encore, bonne chance.

  • Arnaud M

    C’est pas con ça, on nous viole que de 0.5% à chaque transaction, ça fait pas bien mal, mais à la fin de la journée avec toutes les transactions qu’on a fait on se l’est fait mettre bien profond quand même…

  • Hal Bundy

    Bonjour,

    Payer en liquide, c’est préserver sa vie privée. Les banques veulent connaitre tout de nous, pour générer des profils et ainsi mieux nous exploiter.

    A+

    HAL

  • payment mobile ne passera pas par moi:
    Je ne paye que et uniquement en cash peut importe la somme.