31 décembre : les vœux médiocres d’un président médiocre

Vous n’avez pas vu son discours? Pas grave, il était la huitième raison de ne plus regarder la télévision, les 7 premières étant toutes autant justifiées. Car ce discours au final n’était réellement pas à la hauteur d’un président, tout juste à la hauteur d’un Flamby qui de présidentiel n’a plus grand chose d’ailleurs… Et certains médias n’ont pas été tendre avec Hollande, à l’image du titre de l’article, mais il ne mérite pas vraiment de compliments pour le coup. Réitérer des promesses foireuses sur l’emploi, rien que cela, alors que son premier sinistre a forcé l’adoption de la loi Macron, c’est réellement un manque de respect pour les français, pas la moindre once d’honnêteté dans le propos!

Quand au reste, c’est un pur exercice de xyloglossie,vulgairement appelée « langue de bois ». Offrir aux français encore un minimum crédules ce qu’ils veulent bien entendre, sauf que les français s’informent de plus en plus, et que de moins en moins tombent dans le panneau, en espérant que cela se généralise…

ob_ef0362_cvx0w94wiaa8mdj-1

Les vœux de nouvel an d’un Président sont, en général, sans aucun intérêt. Quand ils émanent d’un homme médiocre, ils sont en général à l’image de l’homme qui les prononce.

Les vœux énoncés par François Hollande ont été sans intérêt, conformément à la tradition. François Hollande étant un homme médiocre ses vœux ont été médiocres. Ils ont même été davantage que médiocre : inquiétants.

Parler ainsi a eu un relent de pétainisme : un discours de pseudo père de la nation s’adressant à des enfants apeurés

Entendre François Hollande dire à la population française « je vous protégerai » implique une certaine audace et une inconscience rare : ce que l’année 2015 a montré, cela a été, surtout, l’incapacité du gouvernement à prendre les mesures requises pour assurer la sécurité du pays. Parler ainsi a eu aussi un relent de pétainisme : une population digne a besoin d’aller de l’avant avec courage et détermination, et elle doit attendre de celui qui la dirige un discours appelant au courage et à la détermination, pas un discours de pseudo père de la nation s’adressant à des enfants apeurés.

Voir François Hollande une fois de plus ne pas nommer l’ennemi qui a frappé le pays et se contenter de parler de « fanatisme », sans en dire davantage révèle chez lui une peur et un esprit de soumission qui contredit le projet visant à déchoir de leur nationalité les terroristes de nationalité française passés à l’action. Si François Hollande entend « protéger » les Français, ce n’est apparemment pas du terrorisme islamique. Il a dit vouloir continuer à intensifier les bombardements contre « Daesh » en Syrie et en Irak : utiliser un acronyme arabe pour ne pas avoir à utiliser les mots Etat islamique n’est pas très digne, et parler comme si « Daesh » était présent seulement en Syrie et en Irak, et non, désormais dans plus de quinze pays, relève de l’aveuglement ou de la volonté de faire prendre à ceux qui l’écoutent des vessies pour des lanternes.

François Hollande a promis de s’attaquer au chômage. Chez lui, les promesses sont décidément inusables. Les promesses de 2012 sont restées identiques en 2013, 2014, et 2015

Pour le reste, François Hollande a promis de s’attaquer au chômage.

Chez lui, les promesses sont décidément inusables, et il leur est plus fidèle qu’aux femmes qui se sont succédé dans sa vie : les promesses de 2012 sont restées identiques en 2013, 2014, et 2015. Elles pourront servir encore, je le pense, en fin d’année 2016. Rien, en effet, dans ce qu’a annoncé François Hollande n’est à même de relancer la croissance et la création d’emploi. Des « aides » au retour à l’emploi, à la formation et aux petites entreprises ont été promises en quelques phrases : ce qui signifie que la redistribution va se poursuivre et s’accentuer, et que l’Etat va continuer à ponctionner revenus et profits, faire transiter ce qui est ponctionné par des bureaucraties parasitaires, et reverser ce qui reste, sans doute en monnaie de singe. Ceux qui recevront la monnaie de singe seront censés dire merci.

Fier de l’accord sur l’environnement, qui est un accord vide (je l’ai déjà dit), et tout heureux de tenir là un bon prétexte à impôts et dépenses supplémentaires, François Hollande a promis une politique de « grands travaux » permettant de contribuer à réduire le « réchauffement climatique » : dès lors qu’il n’y a pas de réchauffement sinon dans la tête et les écrits d’imposteurs dignes du prix Lyssenko, il n’y a rien à réduire, ce qui veut dire que les « grands travaux » seront menés pour rien et existeront quand même.

Article en intégralité sur Dreuz.info

 

10 commentaires