Joyeux Noël les eurocrates! Bonus de fin d’année et augmentation de salaire pour tous!

sans-abris_Noël_SolidaritéTout le monde n’a pas eu le droit à un joyeux Noël européen….

Les 55.000 eurocrates vont passer un bon Noël: ils vont en effet empocher une prime pouvant atteindre plusieurs milliers d’euros, assortie d’une augmentation de salaire de 2,4% applicable dès le premier janvier de l’année prochaine, qui coûtera près de 100 millions aux contribuables européens, rapporte The Times.

Le bonus se rapporte en fait à un rattrapage de cette augmentation, qui aurait dû être appliquée sur les 6 derniers mois de cette année. Cette hausse des salaires intervient à la suite d’un gel de 2 ½ ans, et elle inaugure le retour des augmentations annuelles à partir de 2017.

La revalorisation de salaire portera la rémunération annuelle de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission Européenne, à 314.000 euros. A celle-ci s’ajoute une indemnité de résidence de l’ordre (qui vise à compenser le fait qu’il doive résider à Bruxelles) de 48.000 euros.

Les statistiques montrent qu’entre 2000 et 2010, les effectifs des institutions de l’UE se sont développés de plus de 62%, alors qu’au cours de cette période, l’UE ne s’est elle-même accrue que de 53%, si l’on rapporte son passage de 15 à 28 Etats membres en pourcentage. Le personnel du Parlement européen a continué de s’étoffer en dépit du fait que le nombre de députés européens s’est réduit de 766 à 751 l’année dernière, et que les institutions de l’UE se sont engagées à réduire leurs effectifs de 5% sur les deux prochaines années. Dans le même temps, le nombre de fonctionnaires des institutions nationales a eu tendance à baisser dans les différents pays membres de l’UE.

Source et fin de l’article sur Express.be

 

7 commentaires

  • Thierry92 Thierry92

    A qui la faute? Sinon a ceux qui ne sont pas descendus dans la rue pour virer les coupables?

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    Il est grand temps que notre civilisation malfaisante et inique s’éteigne en espérant que la suivante ne commettra pas les mêmes erreurs, dans quelques milliers d’années quand la terre aura repris son souffle, que les arbres auront repoussés, que les océans seront dépollués et l’atmosphère redevenu respirable …

    M.G.

  • cogitologue

    le peuple s’en fout, il veut de la neige pour Noël…

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      Tu as bien raison, cela me fais penser que j’aurais dû ajouter à mon commentaire :
      Civilisation égocentrique et nombriliste …

      M.G.

    • Le veilleur

      cogitologue hélas comme le montre la photo tout le monde ne souhaite pas dormir sous la neige. Tant que les moutons auront un toit et de quoi manger ils ne bougeront pas.

      Contrairement à certains, nos politiques ont retenu la leçon de leur histoire, il faut juste laisser au peuple de quoi manger car le jour où il n’aura plus ce minimum vital se sera la révolution.

      Les Romains avait compris bien avant nous que la prospérité et les divertissements apportaient calme et obéissance, ainsi ils pouvaient régner sans craindre une rébellion.

      Mais dans notre cas, à force d’assécher les populations en niant que la misère devient de plus en plus importante et visible, nos politiques pourraient un jour se heurter à un retournement de situation inattendu et incontrôlable de la part des peuples Européen.

      A leur place je « veillerais » à ne pas trop tirer sur la ficelle pour ne pas risquer le courroux des peuples et un homme qui n’a rien, n’a rien à perdre.

      « Donnez leur du pain et des jeux »

      http://cybercommunication.over-blog.com/article-donnez-leur-du-pain-et-des-jeux-64802111.html

  • Tout à fait Le Veilleur ! Jusque-là, aucun de nous n’est descendu dans la rue. Pas évident, ça demande un peu d’organisation, ou au moins un nombre suffisant de gens mécontents, qui décident au même moment, et en un même point, de se retrouver dehors.
    Donc ce n’est pas toujours une question de m’en foutisme.
    Mais je dois dire aussi que, bien que fréquentant peu de monde, je suis surprise de la désinformation de mon voisinage. On croit savoir, certes, mais on ne s’appesantit pas sur les sujets. On ne cherche pas les pièges, les arnaques. On ne voit pas plus loin que le bout de son nez. « On verra bien » !