Le Danemark snobe l’Union européenne….

Interdit de penserTout comme nous français en 2005, les danois on dit NON à l’union européenne, dont on connaît le fiasco complet, et qui n’a pas eu la faveur des médias français, (des fois que ça nous donne des idées). Qui peut être ravis du chômage, de la destruction de nos industries, de nos services publics, de la politique agricole qui ne profite qu’aux grosses exploitations, des OGM, de la migration incontrôlée et incontrôlable, de cette monnaie commune qui nous a tous appauvrit etc… Vous pouvez continuer la liste inter-minable de ce qu’a promis l’Europe sans rien donner, bien au contraire. Nous n’avons pas plus la paix, que de travail, et encore moins de sécurité, les « décideurs non élus » se gavent d’émoluments somptuaires sur le dos des européens qui impuissants, voient leurs nations disparaître. Les danois ont donc dit NON!! et plusieurs fois, et leur gouvernants qui ne sont pas des traîtres comme les notre les écoute. Quant à nous! il nous manque la paire d’attributs, qui pourraît montrer notre virilité et virer tous ces parasites que nous entretenons, pour leur plus grand confort, avec notre misérable servitude. Comme ça a l’air de convenir, continuons à élire nos maîtres qui, l’euphorie de la victoire passée, ne sauront que nous piétiner.. Méritons nous autre chose??

Un référendum s’est tenu le jeudi 3 décembre au Danemark.

Un référendum s’est tenu le jeudi 3 décembre au Danemark (1). Il a vu la nette victoire du « non » et des eurosceptiques. Au-delà du résultat, ce référendum soulève de multiples interrogations. La première concerne le faible retentissement médiatique de ce référendum en France.

Assurément, nous sommes en campagne électorale et le traumatisme des attentats du 13 novembre ne s’est pas effacé. Mais, ce quasi-silence des médias interpelle. La seconde interrogation porte sur le sens qu’il convient de donner à ce référendum. On voit bien que, dans les rares commentaires à son sujet, on parle de « questions techniques ». Techniques, les questions l’étaient assurément. Mais il faut être bien naïf, ou de bien mauvaise fois, pour ne pas se rendre compte que, derrière cette dimension « technique » la véritable question portait sur le processus d’intégration européenne et que la réponse apportée par les électeurs danois fut politique.

L’étonnant silence de la presse française

On est frappé par la rareté des commentaires dans les médias français. Un simple test le prouve. Une demande de recherche sur Google actualités ne produit que 170 résultats, dont certains ne concernent pas les médias français. Dans une liste d’environ 150 références des médias français (2), on trouve une très large part d’articles qui ne sont que des reprises, soit in extenso soit partielle, de l’article qui a été publié le 3 décembre au soir par l’AFP. La différence avec la presse anglo-saxonne ici saute aux yeux. Les commentaires sur ce référendum ont été nombreux (3).

Certes, ce n’est pas la première fois que la presse française se comporte de manière plus que désinvolte vis-à-vis d’événements survenant dans un « petit » pays. A cet égard, il est intéressant de lire les commentaires dans les journaux belges (Le Soir ou La Libre Belgique) ou dans les quotidiens suisses francophones. Ils sont souvent de meilleures qualités que ce que l’on peut lire dans une presse française qui se révèle à la fois partiale et surfaite. Mais, l’arrogance manifeste de la presse française vis-à-vis d’un « petit pays » n’est sans doute pas la cause première de ce silence.Ce relatif silence de la presse française traduit, et trahit, une gêne devant le résultat. Les danois, peuple européen, ont déjà beaucoup voté sur la question de l’Europe. On compte en effet sept référendums depuis celui de 1972 où ils ont décidé d’associer leur destin avec ce qui s’appelait alors le « Marché commun ». Le 3 décembre, les électeurs danois ont rejeté par 53% des suffrages contre 47% de « oui », une proposition de plus grande intégration dans le cadre de l’Union européenne. Ils l’ont rejeté de manière très claire, ce qui a été reconnu par le gouvernement danois. Ils l’ont rejeté aussi dans une alliance entre l’extrême-gauche (et la gauche dite « radicale ») et le parti populiste et souverainiste danois le DPP.

On constate une nouvelle fois que, quand peuvent se retrouver sur un terrain commun, des souverainistes de gauche et de droite, ces derniers ont une large majorité. Ceci avait déjà été constaté en France lors du référendum de 2005 sur le projet de traité constitutionnel européen. Et ceci gêne sans doute autant, voire plus, les éditorialistes à gages de notre presse nationale que le simple résultat. Cela pourrait donner des idées au bon peuple de France. Voici donc une autre raison de ce silence relatif, et il faut le dire bien intéressé. Ce référendum porte en lui une critique de l’européisme. C’est pourquoi il convient de faire silence dessus. Ah, elle est belle la presse libre en France; elle est belle mais elle est surtout silencieuse quand il convient à ses propriétaires…

Une question technique?

Dans les rares articles que les journaux, ou les autres médias français, consacrent aux résultats de ce référendum, on pointe avant tout la nature « technique » de la question posée: fallait-il remettre en cause les clauses dites « d’opting-out » négociées par le Danemark avec l’Union européenne pour permettre une meilleure coopération policière entre ce pays et les instances policières européennes (Europol pour les nommer). Mais, si l’énoncé de la question était assurément technique, il faut beaucoup d’aveuglement, bien de la cécité volontaire, pour ne pas voir que la réponse apportée par les danois fut avant tout politique.

Il convient ici de rappeler que ce référendum a connu une forte participation. Près de 72% des électeurs danois se sont déplacés pour voter, ce qui constitue un record dans des référendums portant sur l’Europe. C’est bien la preuve que les danois ont compris que, derrière une apparence technique, la question était bien avant tout politique. D’ailleurs, cette dimension politique ressortait bien de la campagne qui se déroula avant ce référendum. Les questions de la suspension des accords de Schengen, de l’intégration européenne, des coopérations multiples, furent en réalité largement débattues.

…/…

Lire la suite

Auteur Jacques Sapir pour Sputnik.news

Sources:

(1)Milne R., « Danish referendum rejects further EU integration », The Financial Time, 3 décembre 2015.

(2)Dont le commentaire de Sputnik, « Les danois disent ‘non’ à plus d’Europe ».

(3)Orange R., « Denmark delivers snub to Brussels with ‘no’ in EU rules referendum », in The Telegraph, 3 décembre 2015.

(4)Jean-Jacques Mevel in Le Figaro, le 29 janvier 2015, Jean-Claude Juncker: « la Grèce doit respecter l’Europe ». Ses déclarations sont largement reprises dans l’hebdomadaire Politis, consultable en ligne: http://www.politis.fr/Juncker-dit-non-a-la-Grece-et,29890.html

(5)Evans-Pritchards A., « European ‘alliance of national liberation fronts’ emerges to avenge Greek defeat », The Telegraph, 29 juillet 2015.

Si vous avez des doutes sur qui tire les ficelles…..

Les USA souhaitent faire de l’Ukraine un membre de l’UE à tout prix

7 commentaires

  • engel

    La presse.., quelle presse, ce ramassis de traîtres collabos de la pire espèce?

    Faut pas qu’ils s’inquiètent de trop, le grand soir s’approche pour eux aussi.
    …En comparaison, les purges de 1945 risquent d’être du lait de bébé!

    Normal, c’est le minimum pour une presstitué que d’être tondu en place publique(humour noir bien sûr http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif )

  • Ah oui alors ! Silence stupéfiant des merdias ! Bravo aux Danois, ils ont bien raison de ne pas rentrer dans le rang. Et eux au moins, on respecte leur vote ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Thierry92 Thierry92

    Silence également des moutons.

  • vico

    un danois htXXtps://www.youtube.com/watch?v=LpgKn2frShs

    Lars Ulrich : le batteur Metallica http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Zugzwang

    « Dans une liste d’environ 150 références des médias français (2), on trouve une très large part d’articles qui ne sont que des reprises, soit in extenso soit partielle, de l’article qui a été publié le 3 décembre au soir par l’AFP ».

    Cela est vrai pour la grande majorité des sujets traités par les médias français. Dans la mesure où les journalistes de terrain se font très rares, ceux d’investigation sont devenus quasi-inexistants, il est difficile d’avoir plus d’infos que l’AFP. Quand bien même un journaliste aurait des infos supplémentaires par rapport aux infos officielles, il serait immédiatement mis sur la sellette. Plusieurs dizaines de journalistes ayant osé ouvrir leur gueule ont ainsi perdu leur poste cette année en France (39ème pays en terme de liberté de la presse, derrière certains pays où les journalistes se suicident pour dénoncer la dictature en place chez eux).

    La dernière fois que j’ai dénoncé ce fait, c’était il y quelques mois, quand la Russie avait approché quelques véhicules militaire des frontières de l’Ukraine. Tous les journaux ont relayé le même article AFP, seul le titre changeait d’un journal à l’autre, mais il contenait toujours littéralement l’expression « guerre totale » (Moteur de recherche -> « Ukraine guerre totale » pour contrôle).

  • Référendum danois : le silence des journaux, par Jacques Sapir

    Le référendum qui s’est tenu au Danemark le jeudi 3 décembre, et qui a vu la victoire du « non » et des eurosceptiques, continue de soulever des interrogations multiples. La première concerne le faible retentissement médiatique de ce référendum. Assurément, nous sommes en campagne électorale en France. Mais, ce quasi-silence des médias est un objet d’étude à lui tout seul. La seconde interrogation porte sur le sens qu’il convient de donner à ce référendum. On voit bien que, dans les rares commentaires à son sujet on parle de « questions techniques ». Techniques, elles l’étaient assurément. Mais il faut être bien naïf, ou bien de mauvaise fois, pour ne pas se rendre compte que, derrière cette dimension « technique » la véritable question portait sur le processus d’intégration européenne. (…)

    https://www.les-crises.fr/referendum-danois-le-silence-des-journaux-par-jacques-sapir/

    Akasha.

    • L’article pointe du doigt qu’il n’y a guère que l’AFP pour informer les français ce qui est assez significatif de la mainmise sur l’information. Mais je vois que pour cette info, il n’y a que Jacques Sapir pratiquement qui en parle, c’est son seul article qui est relayé sur tout les sites de information alternative, c’est un peu dommage.

      Akasha.