Des tas de rentiers d’État: tous payés à ne rien foutre!

Des milliers de hauts fonctionnaires ou de membres de la société civile sont des emplois fictifs, grassement payés à ne rien faire en remerciement de bons et loyaux flying-euros_2547547bservices par les leaders politiques de droite et de gauche. Ce n’est pas un scoop, mais mis bout à bout, c’est un remède à l’amour… de la politique. Voici les premières pages de la dernière enquête du journaliste Yvan Stefanovitch sur le sujet.

(…)

Une année d’enquête dans les palais parisiens de la République nous a conduits dans un monde merveilleux, légal, mais tout à fait scandaleux. Celui des “hauts fonctionnaires absolument débordés” que nous appellerons également ici avec un zeste d’ironie “fonctionnaires hauts absolument débordés”. Haut fonctionnaire publique territoriale, Zoé Shepard avait fait partie de cette espèce à Bordeaux. Elle avait décrit ce monde, où il faut faire semblant de travailler, dans son ouvrage ‘Absolument dé-bor-dée ou le paradoxe du fonctionnaire’.

Dans la capitale, la petite troupe des hauts fonctionnaires d’État absolument débordés recrute bien sûr dans la caste incontournable des énarques titulaires d’un emploi à vie à la sortie de leur école. En “deuxième choix” parmi l’autre catégorie des énarques, ceux recrutés au tour extérieur au sein des fonctionnaires ayant une dizaine d’années d’ancienneté. Et enfin et surtout parmi les personnels les plus privilégiés

. Nommés de manière discrétionnaire par le président de la République, une prérogative essentielle du monarque républicain sous la Ve République, ils ont deux origines. Pour reprendre les expressions consacrées, ils sont désignés soit “au tour extérieur” soit “à la discrétion du gouvernement”, sans la moindre justification ou condition. Pour être appelé par le prince et faire partie des hauts fonctionnaires nommés au “tour extérieur”, il n’y a également aucune obligation de diplôme ou de statut, mais une seule exigence : être âgé de quarante-cinq ans au moins. Le “tour extérieur” se différencie des désignations “à la discrétion du gouvernement”. Selon la loi, ce “tour extérieur” n’a rien à voir avec une nomination politique contrairement aux désignations d’ambassadeurs et de préfets qui sont assumés en tant que tel. Ce qui est une aimable plaisanterie d’une hypocrisie rare…

La petite troupe de fonctionnaires hauts absolument débordés nage comme un poisson dans l’eau parmi les ambassadeurs, les préfets en mission de service public, les généraux de gendarmerie, certains chefs de service à Bercy, les inspecteurs généraux des finances, de l’éducation nationale, des affaires sociales, les conseillers d’État, de la Cour des comptes et les contrôleurs généraux des finances. Nous en avons même retrouvé des représentants au sein d’une assemblée consultative de la République, le Conseil économique social et environnemental (Cese). Une institution de la République qui ne sert à rien, sinon à rétribuer discrètement des syndicalistes et des élus naufragés du suffrage universel ou sans mandat. Le Cese sert d’alternative à la haute fonction publique lorsque celle-ci ne peut accueillir un personnage à remercier ou à dédommager.

Sur un effectif total d’environ 2 000 personnes au sein des plus grandes institutions de contrôle et d’inspection de la République, la petite troupe des fonctionnaires hauts et assimilés absolument débordés en regroupe environ le quart. Ce qui représente près de 1 000 emplois pratiquement fictifs, rémunérés mensuellement pour la plupart entre 7 000 et 20 000 euros net. Une fourchette qui s’élève ainsi jusqu’aux plus hauts salaires de la fonction publique à l’exception des présidents des administrations et agences de l’État, dont le salaire mensuel flirte avec les 30 000 euros net, selon la loi. Une enquête systématique à base d’entretiens et de statistiques officielles nous a permis d’identifier plusieurs personnalités publiques et politiques parmi ces fonctionnaires hauts absolument débordés. Divisée en trois catégories, cette sorte de tribu témoigne d’un système beaucoup plus essentiel, organisé et sophistiqué qu’un simple réseau de recasés de la République, à base de victimes du suffrage universel et de proches ou amis de l’Élysée.

La première catégorie regroupe ceux qui font ou ont fait semblant de travailler en assurant une sorte de service vraiment minimum : l’ex-Premier ministre Édouard Balladur ; les écrivains Régis Debray et Érik Orsenna ; l’ancienne ministre de la Culture Christine Albanel ; l’ex-conseiller en communication de Michel Rocard Pierre Zémor ; l’ancien ministre de la Défense François Léotard ; l’avocat Arno Klarsfeld ; la fille d’un très proche ami de François Mitterrand Paule Dayan ; l’ex-secrétaire d’État UMP à la Jeunesse Jeannette Bougrab ; le conseiller d’État Jean-Baptiste de Froment ; l’ex-président du Conseil général de l’Essonne, Jérôme Guedj ; le bras droit de Martine Aubry, Pierre de Saintignon ; l’ancien conseiller de François Hollande Aquilino Morelle ; l’ex-conseiller général PS de l’Oise Bertrand Brassens ; l’ancien conseiller de François Hollande Aquilino Morelle ; le député Jean-Yves Le Drian battu aux législatives de 1993 ; les anciennes ministres Dominique Voynet et Dominique Bertinotti…

La deuxième catégorie n’est ou n’était jamais à son bureau et ne produit aucun document, assurée qu’on ne lui demandera aucune explication en raison de ses protections politiques. En font ou faisaient partie Marie-France Garaud (ancienne conseillère de Jacques Chirac), Jean Germain (sénateur maire de Tours), le magistrat Dominique Barella, l’ex-député UMP de Guyane, Léon Bertrand, et sa suppléante, Juliana Rimane…

“La deuxième catégorie n’est ou n’était jamais à son bureau et ne produit aucun document, assurée qu’on ne lui demandera aucune explication en raison de ses protections politiques”

La troisième catégorie rassemble des hauts fonctionnaires qui ne peuvent pas accomplir la moindre mission parce qu’on ne leur donne tout simplement rien à faire ! Pour deux raisons principales : soit le service en sureffectif n’a pas de mission à leur confier soit le service n’ose pas donner de travail à un ancien Premier ministre ou ministre ou encore à un haut fonctionnaire trop marqué politiquement. Dans cette catégorie, les hauts fonctionnaires se métamorphosent de temps à autre en parlementaires ou patrons d’exécutifs locaux et vice versa… On y retrouve, ou retrouvait, l’éminence grise de Bertrand Delanoë, Bernard Gaudillère ; le président d’un petit parti politique François Asselineau ; le Premier ministre Michel Rocard ; l’ex-ministre de la Santé Jean-François Mattéi ; l’ancien ministre et commissaire européen Michel Barnier ; l’ex-présidente de Ni putes Ni soumises et secrétaire d’État Fadela Amara ; le député François Hollande ; l’ancien ministre et actuel commissaire européen Pierre Moscovici ; l’infirmière Isabelle Deleu ; l’ancienne ministre Brigitte Girardin ; l’ex-chef de cabinet à Matignon de Jean-Marc Ayrault et conseiller général de Seine-et-Marne Jean-Pierre Guérin…

Majoritaires dans ces trois catégories, les fonctionnaires hauts absolument débordés ont fait des efforts incessants pour être élus ou réélus tout en pantouflant de temps à autre dans le privé. Ils ne seraient jamais arrivés à leur fin sans une procédure complètement dérogatoire au droit du travail français. En effet, le statut du fonctionnaire français leur permet de mener plusieurs carrières de front : dans la fonction publique, au parlement, comme élu local et par moments dans le privé. L’ancien Premier ministre, Édouard Balladur, a été le meilleur dans le genre puisqu’il a tout mené de front. Tout cela est rendu possible par la réglementation sur le détachement ou la disponibilité pour convenances personnelles des membres de la fonction publique. En fait, ces deux positions administratives profitent surtout aux hauts fonctionnaires. Le détachement de longue durée dans une administration, un ministère, une entreprise publique ou comme parlementaire (sans limitation de temps) leur permet de quitter leur emploi d’origine pour une durée de cinq ans, renouvelable une fois au maximum. En préservant leurs droits à la retraite et à l’avancement. La disponibilité pour convenances personnelles offre aux hauts fonctionnaires la possibilité de pantoufler dans le privé de cinq à dix ans au maximum. Dans ce cas de figure, ils perdent leurs droits à l’avancement et à la retraite.

Le meilleur exemple d’un fonctionnaire absolument débordé reste celui du futur président de la République François Hollande. Comme notre livre le raconte, François Hollande est depuis juin 1980 magistrat à la Cour des comptes. Pendant 26 années sur ces 35 ans, il était détaché comme directeur de cabinet de deux ministres, puis comme parlementaire, en disponibilité dans un cabinet d’avocats (six mois) et aujourd’hui à nouveau détaché comme président de la République. Durant les neuf ans, où François Hollande était censé travailler à plein-temps à la Cour (de 1980 à 1983, de 1985 à 1986 et de 1993 à 1996, il a multiplié les activités politiques. Le jeune auditeur, puis conseiller référendaire de 2e classe à la Cour, a été chargé de mission officieux de François Mitterrand à l’Élysée de 1980 à 1983 et s’est présenté en Corrèze à plusieurs élections municipales ou législatives.

Comme il l’a reconnu lui-même à la télévision en 1989, puis devant témoins en 1985 et 1986, il était un conseiller très intermittent à la Cour des comptes. En réalité, il y était si absolument débordé qu’on ne lui donnait aucune mission ! Ce jeune magistrat s’investissait en politique à un point tel que cela lui aurait interdit d’avoir une profession pour en vivre… Conclusion : sans être absolument débordé à la Cour des comptes, François Hollande n’aurait pas été une des étoiles montantes du PS au milieu des années 1990.

Dans une lettre envoyée, le 9 décembre 2014, à l’hebdomadaire ‘Marianne’, Sylvie Hubac, directrice de cabinet du président de la République, François Hollande, écrit : “En sa qualité de membre de la Cour des comptes, François Hollande bénéficiera d’une pension civile de l’État pour laquelle lui-même comme ses employeurs ont cotisé jusqu’en mai 2012. […] Cette retraite correspondra au grade de conseiller référendaire 1re classe atteint par François Hollande en 1993, sans avancement de grade depuis cette date. Elle devrait être de 3 473 euros net mensuels lorsqu’il en demandera la liquidation”. Curieux de donner une retraite à un haut fonctionnaire qui n’a jamais travaillé en tant que tel. Dans la même missive, son auteur précise que François Hollande percevra également 11 813 euros net mensuels pour ses retraites de parlementaire, d’élu local et d’ancien président de la République. Dernier avantage du haut fonctionnaire absolument débordé : au terme de son quinquennat en 2017, François Hollande pourrait revenir travailler à la Cour des comptes. En effet, le président de la République a annoncé officiellement qu’il ne siégerait pas au Conseil constitutionnel qui doit, selon lui, observer des règles de neutralité politique notamment de la part de ses membres.

Ces hauts fonctionnaires absolument débordés ont des frères siamois au Conseil économique social et environnemental (Cese), place d’Iéna à Paris. L’assiduité des membres de cette assemblée et la qualité de leur travail relèvent tout bonnement d’une sorte de sabotage organisé dans la plus grande opacité. En effet, le Cese ainsi que ses 26 petits frères de province (13 l’an prochain), les Ceser (Conseil économique social et environnemental régional) sont un monde merveilleux pour leurs 2 482 membres, pas pour le contribuable. Ces institutions consultatives de la société civile, qui ont mission de conseiller le gouvernement et le parlement, coûtent au total en moyenne 100 millions d’euros par an. 40 millions d’euros pour le Cese au palais d’Iéna à Paris et 60 millions d’euros pour les Ceser.

Les rapports au vitriol de la Cour des comptes sur ces machines à gaspiller les compétences et l’argent du contribuable s’accumulent. Mais pas question, à gauche comme à droite, de supprimer ces institutions de bienfaisance où l’État, les syndicats et les associations recasent amis dans le besoin, proches à récompenser ou adversaires à écarter… Nommés pour un maximum de 10 ans par le président de la République, les organisations syndicales, patronales, agricoles, mutualistes, familiales et environnementales, les conseillers de ces assemblées produisent à un train de sénateur des rapports (appelés des “avis”) que ni les sénateurs ni les députés, pas plus que le gouvernement ne lisent. Des documents qui présentent deux défauts mortifères : ils sont consensuels par principe et rédigés avec des moyens techniques et humains dérisoires, les conseillers rapporteurs n’ayant même pas de bureaux pour travailler.

Plus de la moitié des 233 conseillers de la place d’Iéna à Paris font reverser directement leur indemnité mensuelle de 3 000 euros net au syndicat ou à l’organisation qui les a mandatés. Même chose pour une bonne partie des 2 249 membres des Ceser dont les indemnités sont d’environ 800 euros net en moyenne par mois. Tout cela est curieusement légal et finance notamment des syndicats et associations agréés par l’État en fonction de critères plutôt flous. Résultat de ces petits arrangements tout à fait légaux, un quart environ des conseillers à Paris et en province fabriquent leur assiduité qui repose uniquement sur la signature d’un cahier d’émargement. Rien de plus simple que de signer avant de prendre la poudre d’escampette avec la complicité passive de tous les dirigeants de ces assemblées. Ces conseillers, étant donné leurs multiples responsabilités dans le monde du paritarisme syndical ou associatif, ne peuvent matériellement pas être très présents. Or, les organismes syndicaux et associatifs comptent beaucoup sur leur rémunération pour se financer. S’ils sont sanctionnés pour leurs absences, ces conseillers sont certains de voir leur mandat non renouvelé au Cese ou dans les Ceser. Ce qui pour eux se traduit par la perspective d’une retraite nettement moins intéressante. L’horreur…

Article en intégralité sur Lenouveleconomiste.fr

 

36 commentaires

  • bonjour

    ne pas oublier les daltonnes (valérie, jacques, et nicolas… et bientôt françois )……

    mais c’est tout à fait logique ……avec le nombre d’imbéciles heureux qui les soutiennent en mettant un petit bout de papier dans une caisse……

    bon… c’est pour rire

  • Dubitatif

    sans oublier les C* à Bruxelles qui sont payés à pondre
    des directives style « ceintures de sécurité pour les pirogues qui conduisent les enfants à l’école
     » dans un coin éloigné de notre chère fraaaaance…

    sans oublier les retraites qu’ils touchent A VIE avec notre fric
    ou encore, quand ils s’achètent des appart, maisons
    avec le fric de représentation des zélus !
    et que personne ne leur reprend quand on le découvre, ni ne font de la prison pour ce détournement de NOTRE fric
    blablabla SANS ROGNON sans dent CA CONTINUERA

  • geronimo87

    Bonjour à tous.
    C’est marrant ça.
    Yvan Stefanovitch ne sait même pas que Jean GERMAIN, l’ancien maire de Tours s’est suicidé!!!
    Oula l’enquête…
    Hug

    • engel

      Hug,

      Toi avoir brouillard dans tête ce matin.

      Dixit: « Le meilleur exemple d’un fonctionnaire absolument débordé reste celui du FUTUR président de la République François Hollande. Comme notre livre le raconte, François Hollande… »

      Je te laisse deviner pourquoi ce qualificatif : « futur ».

    • confucius

      Bjr@geronimo87,

      Ahhh !!! Ce Yvan Stefanovitch n’a même pas le respect des morts qui en ont bien profité.
      Non content de mettre les vivants sous les projecteurs, il déterre même les morts.
      Quand même ! Gonflé.
      Au fait, la mort/décès/suicide absout-elle les fautes ?

  • pierre_t

    Ils ont honte de rien ces « journalistes », ils vivent sur le dos des français et donnent des leçons ?
    Le Nouvel Economiste 227 477 euros de subvention http://www.observatoiredesgaspillages.com/2014/05/montants-des-aides-a-la-presse-2013/

  • Afin de Nous débarrasser de tous ces parasites qui Nous mentent, Nous trompent, Nous exploitent, et Nous spolient, Nous devons prendre le pouvoir.

    Pour prendre le pouvoir, Nous devons maitriser Notre Constitution, et donc, l’écrire Nous même.

    Pour obtenir la Convocation d’une Assemblée Constituante représentative de Notre population, Nous devons utiliser le Tirage au Sort.

    Et pour obtenir cette convocation, sans sombrer dans la Guerre Civile, Nous n’avons que La Grève du Vote.

    CQFD

    http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=9260

    Nous devons prendre le pouvoir.

    NOUS, PAR NOUS, POUR NOUS !

    • engel

      Oui…
      Mais tu crois vraiment qu’ils vont te laisser faire?

      Pour en arriver là, tu seras obligé de maître « hors circuit » bien du monde avant.

      C’est pas ton idée qui est fausse, c’est juste sa réalisation qui est irréalisable sans le recours à la contrainte et donc à la force.

      ….si non excellente idée.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • En attendant, et en préférant s’abstenir également du recours à la Force, comment démontrer leur illégitimité ?

        En obtenant plus de 50 % d’abstentions aux prochaines élections régionales, et en assumant la responsabilité avec La Grève du Vote dont la seule exigence est la Convocation d’une Assemblée Constituante issue d’un Tirage au Sort.

        Nous sommes le peuple.

        C’est à Nous de Nous assumer, et d’assumer tous les Pouvoirs.

        NOUS, PAR NOUS, POUR NOUS !

        SOYONS NOMBREUX DEVANT NOS BUREAUX DE VOTE !

        Virons les Tous ! Le Diable reconnaitra les siens…

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      • Thierry92 Thierry92

        La gréve du vote, couplée avec une gréve générale,
        La ré information va être facile car depuis ce matin les panneaux électoraux sont posés devant les bureaux de vote.
        Préparation d’affichette et de tracts a coller sur tous les panneaux.

      • Pourquoi ne pas relancer l’idée des imprimantes juste avec des titres de journaux et même l’introduction, avec le lien qu’ils puissent vérifier par eux-même? Rien que celui-làhttp://www.mondafrique.com/le-qatar-preterait-ses-rafales-a-letat-islamique/

      • Si Nous devons inonder les individus de documents imprimés concernant les articles de journaux avec des liens qu’ils ne peuvent pas cliquer, Nous allons les noyer sous une telle avalanche, qu’ils ne liront rien.

        Internet est là pour cela.

        Nous pouvons et devons mettre en route Nos imprimantes pour ne diffuser que le seul Message pouvant faire l’unanimité (ou tout du moins de dégager une large majorité) quelque soit notre approche politique.

        http://www.le-message.org/?lang=fr

        En attendant que Nous ne mettions à disposition les supports d’informations déjà évoqués par ailleurs.

        Un peu de patience, cela arrive…

        NOUS AVANCONS !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      • suzanna

        Et comme le peuple est complètement à l’ouest niveau réalité du monde, c’est effectivement impossible à réaliser, le gouvernement nous enverra direct dans un hopital psychiatrique, car nous sommes tous fou, c’est une évidence. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

      • confucius

        Bonjour@Fenrir,

        Tout neuf après une bonne nuit.
        Une petite question très concrète, ça représente quel pourcentage d’électeurs, ceux qui ont connaissance de cette possibilité ?
        En plus des lecteurs du blog ?
        50% des électeurs français ?
        Depuis avant-hier, 50% des français seraient devenus intelligents ?
        En « tractant » sur les marchés, j’ai vu toutes sortes de partis, mais pas un tractant pour cette « option ».
        À moins, « qu’ils » se sauvent dès mon arrivée ?
        Ceci expliquerait cela….

      • Bonjour Confucius,

        Si pour l’instant, tu n’as vu personne le faire, c’est que Nous ne sommes que bien peu à avoir compris l’escroquerie du système électif.

        Que jusqu’à présent, Nous étions dispersés, et avec bien peu de solutions à proposer qui ne Nous entraineraient pas dans une Guerre Civile.

        Nous sommes en cours de validation de supports de communication (affiches, tracts,…) et ce sera à chaque Citoyennes et Citoyens de commencer à refuser de se contenter de n’être que des Zélectrices et des Zélecteurs.

        Si tu veux voir des individus diffuser des tracts sur les marchés appelant à la Grève du Vote POUR la Convocation d’une Assemblée Constituante issue d’un Tirage au Sort, tu les imprimes, tu y vas, et tu prends un miroir dans lequel tu verras un individu qui veut vivre libre…

        Bien à toi, Citoyenhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • Le veilleur

    Le très coûteux statut des fonctionnaires est inadapté et 70% des Français souhaitent le réformer. D’autres pays ont déjà fait ces réformes pourquoi pas nous.

    http://www.ndf.fr/nos-breves/26-09-2015/les-francais-pour-la-reforme-du-statut-des-fonctionnaires#.Vkw5UaTlupo

    656 fonctionnaires gagnent plus que le chef de l’État et ces membres de la caste se reproduisent entre eux.

    Alors que les salariés du privé sont mis au pain sec et à l’eau, le gouvernement a fait un cadeau fiscal aux hauts fonctionnaires comme le moyen « de garantir l’équilibre et la justice de notre système de retraites ». De qui se moque-ton ? Sociologiquement, les hauts fonctionnaires constituent une caste endogamique qui s’auto-reproduit.

    http://www.contrepoints.org/2014/10/16/184723-ces-hauts-fonctionnaires-qui-vivent-a-nos-crochets

    « Un mal purement gaulois ! » de Yvan Stefanovitch

    Aujourd’hui, tous les gouvernements de gauche ou de droite demandent aux Français de se serrer la ceinture pour essayer de faire baisser la terrible dette de l’Etat : plus de mille milliards d’euros. Plus précisément, les hauts fonctionnaires, qui pilotent la réforme de l’Etat depuis cinq ans, ont imposé un alignement des retraites des 6,5 millions de fonctionnaires sur celles des salariés du privé.

    http://www.linternaute.com/actualite/interviews/07/yvan-stefanovitch/3-impossible-reforme.shtml

    • Dubitatif

      le veilleur bonjour, C rare mais pour une fois pas d’ac
      avec toi au sujet de la réforme

      il suffit simplement de VIRER CES POSTES DES 656 rentiers.

      la constitution fut pondue par des mecs INTELLIGENTS soucieux
      du bien public, et des FRANCS. A l’époque de DE GAULLE.

      or avec tous ces salopards de NOTRE EPOQUE je n’ai AB SO LU MENT PAS CONFIANCE. ON SAIT CE QU’ON A AVEC LA CONSTI ACTUELLE MAIS TU SAIS PAS CE QUE SERA Leur nouvelle consti.

      LA CONSTITUTION ACTUELLE EST PARFAITE SE SONT EUX QUI LA
      DETOURNENT

      • Bonjour Dubitatif,

        Je t’invite à la lire la Constitution, et tu verras qu’elle est fort loin d’être parfaite.

        Dès l’origine en 58, elle avait des défauts, mais était adaptée à son époque.

        Depuis, les oligarques des deux bords et du centre, n’ont cessés de la modifier par petites touches afin de la mettre totalement à leur service.

        C’est à Nous d’écrire Notre Constitution.

        Et pas seulement de la ratifier par un référendum, et/ou de subir la LEUR sans même qu' »ILS » se donnent la peine de Nous demander Notre avis.

      • Dubitatif

        bonjour Fenrir
        simple on fait un copié/collé de la consti ORIGINALE
        soit de 57 ou 58

        ainsi ça suprime toutes les nouvelles autres lois

        ET en effet, référendum PAS CONSULTATIFS mais EFFECTIFS
        pour certains sujet qu’on soumet au peuple.

  • Dubitatif

    des rentiers à qui ont doit selon dernier bilan
    129 morts et plus de 350 blessés. Une centaine de personnes hospitalisées sont toujours dans un état critique.

    voilà ce qui arrive quand on fait ami avec des infréquentables

    http://reflets.info/attentats-de-paris-la-conjuration-des-imbeciles/

    QUAND ALLONS NOUS DEMANDER SA DESTITUTION ?
    QU’EST CE QU’ON ATTEND ? DES NOUVEAUX MORTS AVEC LE GAZ dont ces fadas nous font la promesse ?

  • engel

    C’est connu archi-connu.
    Mais tout le monde s’en foutait tant que la croissance nous honorer de sa présence.
    Les gueux se réjouissaient des quelques cacahuètes que leurs maîtres leurs redistribuaient.
    Oui mais voilà, c’est fini. …Plouf la croissance, à plus croissance.
    Alors là, bonjours l’énorme frustration.
    ..Et le besoin de justice sociale!

    C’est pas très glorieux, mais c’est ainsi. :(

    Ceci dit, je constate:
    -1°) Qu’un nom d’un « sauveur » appairait dans ce texte.
    -2°) Que c’est toujours les mêmes noyaux de noms qu’on retrouvent partout depuis 40ans !
    -3°) Qu’il n’y a aucune, mais aucune différence de moralité entre droite et gauche; C’est d’autant plus inadmissible pour cette gauche dégoulinant de moraline perpétuelle.
    -4°) Que des syndicalistes se retrouvent à ces places de » bourgeois », eux qui incarnent la lutte!
    5°)… et bien d’autres choses.

    Alors, si vous pensez que tout ce beau monde va lâcher leurs privilèges, et ceci sous prétexte que vous n’êtes pas content d’eux.
    ..En attendant, va falloir que les gueux réapprennent à sucer des cailloux.

    Mais t’inquiètes pas toi le gueux. Toi aussi tu auras ton paradis, car tu le mérites bien. …Faut juste que tu sois patient et sage jusqu’à ta mort.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    Allez en attendant, je vais faire un petit sitting et signer quelques pétitions biens utiles.
    Et si je suis en forme ce WE, je marcherai peut-être à la manif des « pas contents » ou des « plus jamais ça ».

    …Paix et amour mes frères.