Pour le schiste, ça sent réellement le gaz, et pourtant la France choisi la voie royale…

Le gaz de schiste est une aberration environnementale qui pollue le sol et les nappes phréatiques (voir ici), qui contribue fortement à l’activité sismique (info ici), qui a un impact plus que certain sur la santé des personnes se trouvant à proximité, qui pollue d’autres continents (voir ici), et qui fait perdre plus d’argent qu’il n’en fait gagner (plus ici), tout un ensemble d’informations que vous pourrez retrouver aisément sur le blog en effectuant une petite recherche. Bref, le gaz de schiste, cela s’apparente plus à une arnaque financière de grande envergure à l’impact catastrophique qu’autre chose (ben oui…), et malgré tout, Ségolène Royale qui n’a de vert que les années passées (avec un homme à tête de chou?), vient d’autoriser avec son comparse financier extrêmement dangereux Macron (voir ici) trois permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures sur le territoire français, dont un dans la Marne, et en a prolongé deux autres.

1345724330_Recherche-de-Gaz-de-Schiste-yy-Ferrare_grand

Les trois premiers permis, signés par les ministres de l’Ecologie et de l’Economie le 21 septembre et publiés au journal officiel ce mardi 29 septembre, sont dits de Champfolie (Seine-et-Marne), Herbsheim (Bas-Rhin) et Estheria (Marne). Deux prolongations, dites de Bleue Lorraine (Moselle) et de Juan de Nova (Terres australes et antarctiques françaises) ont également été signées.
Dans la Marne, c’est l’entreprise suédoise Lundin International, qui a obtenu le permis « Esthéria » sur la commune de Vert-Toulon. La société est déjà bien implantée dans l’exploitation de pétrole en Champagne-Ardenne. Une exploitation totale qui représentait tout de même, en 2008, 20 % de la production française avec 177 408 tonnes de pétrole, soit 1 185 600 barils sortis des exploitations champardennaises.

Article en intégralité sur France3-regions.francetvinfo.fr

Supeeeeerbe retournement de veste de la part de Ségolène, un niveau olympique dans cette pratique de la part de la ministre de l’écologie! Car en Avril, elle affirmait quand-même que le gaz de schiste n’était plus d’actualité, et qu’il fallait plutôt regarder du côté de la géothermie.

Et bien sûr, cela se confirme, une simple confirmation, la bulle va finir par éclater, ce qui n’empêche pas la France d’accepter de nouveau forages sous la pression des USA qui ont déjà tenté tout et n’importe quoi pour imposer ce type d’exploitation sur le territoire français jusqu’à tenter de braquer le pays.

« Chez les pétroliers, la bombe du surendettement menace d’exploser », c’est le titre assez calme de cet article passionnant des Echos qui peut se traduire par un véritable « sauve qui peut » pour en donner la réelle teneur.

De quoi s’agit-il? Tout simplement d’une des prochaines crises bancaires possibles à savoir les « subprimes pétroliers ».

Et oui, toutes les banques américaines se sont ruées pour financer la nouvelle « ruée vers l’or noir des gaz de schiste américains » qui en plus d’être un enfer environnemental vont s’avérer très rapprochement être un enfer financier.

Pour 50% des entreprises, c’est au moins 8 fois plus de dettes que de rentrées d’argent…

« Avec la révolution du gaz de schiste, des dizaines de sociétés indépendantes sont nées aux Etats-Unis. Mais la moitié d’entre elles est aujourd’hui dans une situation de surendettement », c’est-à-dire qu’elles affichent 8 fois plus de dettes que de rentrées d’argent, explique un analyste basé à Houston ».

Ou encore…

« Des faillites sont à prévoir. Mais les banques n’y ont pas intérêt. « Elles vont encourager leurs clients à céder des actifs ou à se faire racheter par un fonds d’investissement », explique Alexandre Andlauer, analyste chez Alphavalue. Plusieurs producteurs s’y sont déjà résolus : W&T Offshore vient de vendre un gisement de pétrole texan pour 370 millions de dollars, moitié moins que ce qu’il en espérait l’an dernier. L’argent servira à payer ses dettes. L’entreprise a également contracté un nouvel emprunt de 300 millions pour rembourser… un emprunt précédent. Enfermée dans un cercle infernal, elle a vu sa capitalisation boursière fondre des trois quarts sur un an ».

La cause de ce marasme c’est évidemment la chute brutale des cours, encouragée vivement par l’Arabie Saoudite et les membres de l’OPEP bien heureux de saccager l’industrie du gaz de schiste américaine mais pas uniquement. Une grosse entreprise comme Exxon est actuellement en train de racheter massivement les petits producteurs sauvant ainsi les banques tout en mettant la main sur des puits existant à prix bradés.

Une entreprise d’extraction de gaz de schiste est structurellement déficitaire. C’est la fin du mirage et d’une bulle!!

« Avec ce durcissement bancaire, les entreprises « n’auront même plus l’argent nécessaire pour stabiliser leur niveau de production », poursuit Alexandre Andlauer. Car contrairement aux grandes compagnies pétrolières, les producteurs de gaz et de pétrole de schiste doivent forer des puits en permanence. Ils affichent donc un besoin constant de capital. Le désengagement des banques devrait ainsi avoir un effet direct sur l’offre de pétrole. « C’est la fameuse réaction que tout le monde attendait depuis un an suite à la baisse des prix », conclut Alexandre Andlauer, qui anticipe « beaucoup de casse » au cours des deux prochains trimestres ».

Les producteurs doivent forer des puits en permanence. Ils affichent donc un besoin constant de capital. Voilà tout le drame de ce mirage des gaz de schiste résumé en une seule phrase. Sans financement toute cette industrie est morte et les financements se tarissent à très grande vitesse. D’ailleurs la production américaine est orientée à la baisse… ce qui est un phénomène nouveau depuis fort longtemps.

Alors qu’une grande partie de la croissance et du faux dynamisme US peut s’expliquer par le boom des gaz de schiste et une énergie redevenue abondante et pas chère, cette parenthèse qui ne pouvait qu’être de courte durée semble vouloir se refermer finalement assez vite.

La question est quels sont les dégâts qui resteront une fois que la mer se sera retirée ?…

Charles SANNAT

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/021364087721-chez-les-petroliers-la-bombe-du-surendettement-menace-dexploser-1160434.php?6RvOcf6Og7DL3tBb.99

Source: Insolentiae

 

17 commentaires