Agriculteurs à Bruxelles: « On pourrait atteindre les 7000 manifestants »

L’idéal aurait été que tous les travailleurs et l’ensemble des européens en colère se réunissent également à Bruxelles, car comme le dit l’adage: « mieux vaut s’adresser à Dieu qu’à ses saints », et au niveau décisions, c’est Bruxelles vers qui il faut se tourner!

tracteursPlus de 1.000 tracteurs quitteront les campagnes pour la ville, afin de rejoindre cette fois la capitale européenne. (Crédits : Reuters)

Le cortège parti de la gare du nord lundi vers 11h15 pour rejoindre les agriculteurs stationnés au rond-point Schuman, devant les institutions européennes à Bruxelles, était composé de 4.800 personnes à pied et de 385 tracteurs, a indiqué la porte-parole de la police de Bruxelles Ilse Van de Keere. Les précédentes estimations étaient comprises entre 2.000 et 3.000 participants. Deux policiers ont été blessés durant de la manifestation. L’un deux a été hospitalisé pour une blessure à la jambe. Le second a été soigné sur place. Il n’y a pas eu d’arrestation.

Les policiers n’ont pas eu connaissance de manifestant blessé. Ilse Van de Keere signale des incidents au rond-point Schuman, où des agriculteurs ont tenté de briser des barrages policiers avec des tracteurs dès 11h00. L’autopompe a été utilisée pour les repousser. Des projectiles ont également été lancés vers les forces de l’ordre, notamment des oeufs. Ilse Van de Keere renvoie vers les organisateurs pour une évaluation du nombre total de manifestants. Elle estime cependant qu’avec 4.800 personnes à pied dans le cortège et 1.455 tracteurs dénombrés en tout dans la capitale, le nombre de manifestants doit au moins atteindre les 7.000 personnes.

Le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur, passé rue Belliard, estime que « la manifestation se déroule globalement dans le calme. On sent un peu de nervosité de la part des agriculteurs français. La police est intervenue dans le bas de la rue Belliard, à hauteur de la place Jean Rey. Mais tout est très vite rentré dans l’ordre ». Avant d’arriver au rond-point Schuman, le cortège à pied a dû slalomer entre les centaines de tracteurs garés sur la rue Belliard. Les manifestants ont allumé plusieurs feux sur cette artère.

« Un signal fort »
Peu avant le départ du cortège des manifestants, les ministres belges de l’Agriculture, Willy Borsus au niveau fédéral, René Collin pour la Région wallonne et Joke Schauvliege pour la Flandre, ont pris la parole.

« L’Europe n’a pas pris la mesure de ce qui arrivait, avec l’embargo russe et la disparition des quotas. Il faut une régulation et des solutions à court terme », a estimé le ministre wallon de l’Agriculture.

« Les négociations au niveau européen s’annoncent difficiles. L’agriculture européenne est contestée dans sa réalité. Si certains pays comme la Belgique, la France et d’autres souhaitent une réforme des balises, d’autres pays sont moins favroables. Il faut réfléchir à une solution et à un encadrement du marché. Il faut répondre immédiatement aux problèmes de trésorerie », a déclaré pour sa part le ministre libéral Willy Borsus à l’agence Belga. M. Borsus dit partager la plupart des avis du monde agricole européen, notamment lorsqu’il dénonce la volatilité des prix « plus fréquente et plus profonde ». « Il faut revoir notre modèle européen pour que les prix soient rémunérateurs », a-t-il conclu.

La Fédération wallonne des agriculteurs (FWA), membre de la Copa, a souligné que pour la première fois, les organisations syndicales belges soutenaient, d’une seule voix, leurs ministres dans leur démarche.

Source+vidéo sur 7sur7.be

 

5 commentaires