Gaz de schiste: Avis défavorable pour dix nouveaux forages de pétrole en Essonne

Le pire, c’est que la société souhaitant exploiter le gaz de schiste explique ne pas comprendre les motifs…Peut-être devrait-elle s’informer sur les conséquences environnementales, sismiques et médicales de ce type d’exploitation qui fait perdre plus d’argent qu’il n’en rapporte… En tout cas, il y a de l’espoir en lisant cela!

« La mobilisation a payé. » Le collectif Non au gaz de schiste 91 n’en revient presque pas. Ses membres gasland-gaz-de-schisteviennent de découvrir que le commissaire-enquêteur avait émis un avis défavorable sur « la demande d’autorisation d’ouverture de travaux d’exploitation de mines d’hydrocarbures liquides présentée par la société Vermilion ».

Le rapport d’Henri Bernard vient d’être mis en ligne sur le site de la préfecture. Il ne présage en rien de la décision que le préfet n’a pas encore prise pour laisser Vermilion créer 10 nouveaux forages sur les concessions déjà existantes à Vert-le-Grand et à La Croix-Blanche, à Leudeville.

« Mais c’est déjà une très bonne nouvelle, se félicite Philippe Pascot, porte-parole du collectif. Car cela signifie que le commissaire-enquêteur a pris en compte nos arguments. » Et a suivi l’opinion publique : sur 184 observations écrites dans les registres, 133 personnes (dont des élus, des associations…) se sont opposées au projet, et seulement trois se sont prononcées en faveur, et encore « sous réserves ».

Préparer le terrain au gaz de schiste ?

Le collectif se sent surtout conforté dans sa certitude que l’entreprise canadienne préparerait en fait le terrain pour extraire du gaz de schiste en cas d’évolution de la législation. « Les estimations (augmentation de la production et rentabilité du projet) non justifiées, laissent un doute sur les objectifs de Vermilion », écrit le commissaire enquêteur. Et ce, continue-t-il, « malgré son engagement à ne réaliser ni maintenant ni plus tard, l’exploration ou l’exploitation du pétrole ou du gaz de schiste par fracturation hydraulique ou toute autre technique sur ses concessions […] en Essonne. »

Des arguments que la société pétrolière « respecte » mais ne comprend pas. « Nous sommes très déçus de cet avis défavorable, reconnaît Jean-Pascal Simard, directeur des relations publiques pour Vermilion France.

Article en intégralité sur Le Parisien

12 commentaires