30 médecins, philosophes et personnalités engagées, rappellent au laboratoire SERVIER et à la profession médicale leurs obligations légales et morales

Leurs obligations morales? Peut-être devraient-ils alors se mettre à soutenir certains médecins considérés comme étant dissidents et indésirables  par ce qu’ils souhaitent soigner et non remplir les caisses! On ne va pas encore citer le Docteur Nicole Delépine même si cela démange fortement, son service ayant été fermé dans un grand silence alors qu’elle obtenait des résultats plus que bons sur les enfants touchés par le cancer. Peut-être devraient-ils regarder un peu plus vers les méthodes qui fonctionnent comme celle du Docteur Beljanski pour soigner le cancer, et non vers celles imposées au nom du fric. Ils devraient également soutenir un peu plus le professeur Joyeux qui dénonce les vaccins depuis longtemps déjà, pourquoi imposer aux enfants (comme aux autres) des vaccins multiples inutiles et dangereux? La médecine s’apparente plus à une grand réseau de prostitution qu’autre chose, et s’il est bien que certains réagissent, n’est-il pas trop tard? Ou vain de croire que cela peut changer un jour?

Manifeste2

Source : Anne Crignon, pour L’Obs, le 26 août 2015.

La pneumologue à l’origine de l’affaire du Mediator rappelle au corps médical le comportement inacceptable de Servier, resté leur interlocuteur “comme si de rien n’était”.

Le manifeste des Trente : c’est le nom du site que lance ce soir, mercredi 26 août, le docteur Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest à l’origine de l’affaire Mediator. Trente médecins, philosophes et autorités morales se joignent à elle pour “rappeler au laboratoire Servier et à la profession médicale leurs obligations légales et morales”.

Des leaders d’opinion comme André Grimadi, ancien chef du service de diabétologie à la Pitié-Salpêtrière ou le généticien Axel Kahn ; d’autres comme Christian Lehmann, médecin-bloggeur estimé, Michel Serres le philosophe, Roland Gori le psychanalyste ou Didier Sicard, spécialiste d’éthique médicale.

 Il y a aussi Eric Giacometti, auteur de polars avec Eric Ravenne, mais qui avant de quitter la presse fut l’un des rares journalistes français à enquêter dans l’ombre de l’industrie pharmaceutique et rendre publiques dans “Le Parisien”, des années avant “l’affaire”, d’effrayantes informations sur la maison Servier. Quant à Dominique Dupagne, généraliste et fondateur du très fréquentable site d’informations de santé indépendant Atoute.org, il est pour l’occasion “Monsieur web” parmi les trente mousquetaires d’Irène Frachon.

Les signataires en appellent à Hippocrate. Non à l’habituel Primum non nocere (Avant tout, ne pas nuire) mais au serment suivant, inscrit au fronton du manifeste : “J’interviendrai pour protéger les personnes si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité.” Ils incitent les partenaires de Servier, autrement dit les médecins et les sociétés savantes, à s’interroger sur le bien fondé de leurs collaborations.

Contre la “propagande” de Servier

Annette Beaumanoir, l’une des Trente, explique :

Pour avoir dirigé pendant 25 ans un service hospitalier j’ai pu mesurer l’impact de la  ’propagande’ (c’est le mot qui convient)  exercée sur le personnel  médical par les firmes pharmaceutiques.”

Elle poursuit :

Cette pratique commerciale, souvent déguisée en participation à l’éducation des médecins, obéit à des techniques publicitaires éprouvées dont l’influence sur leurs décisions thérapeutiques échappe à certains médecins, qui collaborent (j’en ai été rarement mais trop souvent) sans s’en rendre compte des procédés qu’ils condamnent.

J’approuve donc les termes du manifeste que j’ai signé en m’adressant mentalement à des  collègues et  amis dont je connais la probité et que je me désole de voir inconsciemment écornée par un manque de sévérité vis-à-vis de Servier.”

Les malades du Mediator sont depuis cinq ans traités avec une désinvolture sidérante, sur fond de ce que le docteur Frachon appelle “un déni du crime”.Ils sont maltraités par le fabricant dans leur démarche indemnitaire tandis que lui, comme avant l’affaire, demeure un sponsor majeur. Régulièrement, la presse reçoit des communiqués vantant la signature de partenariats avec des chercheurs étrangers. Un non-averti prendrait presque l’industriel pour un humaniste.

C’est au début de l’été, faisant suite à une nouvelle dérobade, que le docteur Frachon a eu l’idée de lancer ce manifeste. Servier a en effet refusé d’indemniser une patiente pourtant identifiée par le collège d’experts adossé à l’Oniam, comme ayant subi plusieurs opérations du cœur pour une valvulopatie au Mediator. Cette femme est irrémédiablement handicapée, essoufflée à vie. Le fabricant invoque “le manque de temps” pour examiner son dossier. L’ONIAM, organisme d’état chargé d’indemniser les victimes,  devrait, c’est  le principe, être ensuite remboursé par Servier. Et  voici qu’il  se heurte à son tour à une machine de guerre.  Pour le docteur Frachon, c’est la goutte d’eau.

Les victimes, leurs familles, leurs médecins-traitant, leurs défenseurs, des journalistes aussi, observent que la justice dans l’affaire Mediator est un fiasco. Les Trente dénoncent une “guérilla juridique qui désespère les malades dont certains sont mourants”. Faire traîner une procédure est facile quand on est riche à milliards et qu’on peut s’offrir les meilleurs avocats du moment, comme maître Temime, qui multiplient les actes de procédure pour asphyxier l’instruction. Ces juristes-là savent pousser légalement jusqu’à l’absurde les moyens existant pour gagner du temps. Les avocats de Servier ont si bien travaillé que la justice est bloquée.

Article complet sur Les-crises.fr

Ce n’est pas comme si le problème était inconnu, cela fait des années que les scandales se multiplient sans que rien ne soit fait…

https://www.youtube.com/watch?v=0npfcNpaT8E

Un commentaire

  • Trollzilla Trollzilla

    À part rendre leurs diplômes lorsqu’ils ne sont pas complètements formatés pro-BigPharma, je ne sais quelle option il reste à ceux qui ont donner plus de dix ans de leur vie bien souvent, pour se réorienter dignement étant donné qu’en France nous nous trouvons au-delà du lobbying concernant cette machine inhumaine qu’est devenue « la santé »…
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif