Moustique tigre: une inquiétante invasion

fotolia_88984595_72dpi

À la faveur de la mondialisation et du changement climatique, des moustiques vecteurs de maladies autrefois cantonnées aux Tropiques colonisent l’Europe. Les chercheurs tentent de mieux comprendre les mécanismes d’invasion de ces insectes.

S’ils ont toujours été perçus comme une nuisance essentiellement estivale et nocturne, les moustiques sont devenus une réelle menace pour la santé en France métropolitaine : après la dengue et le chikungunya, c’est désormais la fièvre zika que l’on redoute de voir débarquer par l’intermédiaire du moustique tigre. « Aedes albopictus, ou moustique tigre, est originaire d’Asie, explique Frédéric Simard, directeur du laboratoire Mivegec1 (Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique évolution et contrôle). Il a entamé une invasion mondiale dans les années 80 et a successivement colonisé l’Amérique du Nord, du Sud, l’Europe et l’Afrique. Sa capacité de dispersion à une si grande échelle provient de ses œufs, capables de résister longtemps à la dessiccation . Une fois pondus, ils peuvent survivre jusqu’à six mois dans l’attente d’une mise en eau. »

Moyen de transport privilégié de cet insecte : les équipements destinés à l’exportation – notamment les pneus dans lesquels les femelles pondent. A destination, le moustique actif en journée continue sa propagation en pénétrant dans les véhicules des touristes, notamment.

Une colonisation qui s’accélère

L’équipe de Frédéric Simard travaille justement à modéliser la progression  du tigre en France métropilitaine où depuis 2003, il s’est invité aux côtés des deux principaux genres de moustiques autochtones : les culex et, dans une moindre mesure, les anophèles. Les chercheurs étudient ainsi les paramètres physiologiques et génétiques qui favorisent la diffusion de ce moustique : sa durée de vie, sa fécondité, l’influence de la température ou du microbiote du moustique… Leurs travaux, publiés en mai dans PLoS ONE, montrent que la colonisation s’accélère. « Aedes albopictus a été découvert pour la première fois en Europe en Albanie, à la fin des années 70, raconte Frédéric Simard. Il a atteint l’Italie dans les années 90 avant d’arriver en France en 2004. S’il a mis plus de cinq ans pour aller de Menton à Montpellier, on le retrouve à présent dans vingt départements. » Il semble même que le moustique commence à s’implanter en Ile de France où, après que des adultes y ont été ponctuellement reperés en 2014, ce sont des larves qui viennent d’être découvertes dans la capitale.

Location and collection year of traps.Green, yellow, blue, red, orange are the traps collected in 2006, 2007, 2008, 2009, 2010 respectively.