Dossier spécial Grèce

Mise à jour: Ajout des exigences de l’UE

Mise à jour 2: La Grèce en défaut, situation similaire à la Somalie et le Soudan

La Grèce, encore et toujours au centre de l’actualité tant les événements sont graves. Et chaque jour apporte son lot d’actualités sur le sujet, mais bien sur, comme l’a expliqué le capitaine de pédalo aux commandes du Titanic: il n’y a pas à s’inquiéter! Et je me répète, s’il le dit, c’est qu’il faut justement faire le contraire.

Avant toute chose, autant dire les choses en toute franchise, pour les ministres de la zone euro, nous sommes des cons, nous ne sommes pas aptes à comprendre la situation grecque, ce qui est assez normal puisque nous ne sommes pas censés être informés des enjeux géopolitiques, de l’arnaque financière de l’EU et des manipulations de la part des États-Unis dans le domaine. Mais je vous rassure, les grecs eux aussi sont des cons, et du coup, ils ne sont pas considérés comme étant aptes à voter pour un référendum de cette importance.

ob_851019_15-06-21-fmi-grece

Les ministres des Finances de la zone euro: ‘La proposition grecque est trop complexe à comprendre pour les gens ordinaires’

Au moins 14 des 18 autres pays de la zone euro sont prêts à faire sortir la Grèce de la zone euro si le pays ne remplit pas ses obligations de rembourser ses dettes au FMI mardi, rappelle le Times de Londres. sic…

Les ministres, l’un après l’autre, ont attaqué l’idée de la tenue d’un référendum, s’interrogeant sur la  ‘capacité des gens ordinaires’ en Grèce à comprendre des propositions ‘complexes’. +La proposition sur la table est tellement technique à expliquer qu’un citoyen normal, quelqu’un qui n’est pas comme nous aurait du mal à se former une opinion+, a dit l’un des officiel de l’UE. »

Puis ils lui ont indiqué qu’ils allaient émettre un communiqué sans la Grèce, et qu’ils se réuniraient ensuite sans Varoufakis. Ce dernier a donc été prié de quitter la pièce, sans autre forme de procès.

Article complet sur Express.be

Et au final, ils ont décidé de duscuter entre eux sur la meilleure manière de continuer le braquage. Pour rappel, depuis le début de la crise grecque telle que nous la connaissons, toutes les aides ont été distribuées pour sauver les banques, et uniquement les banques, mais ces prêts, il faut bien les rembourser, ce qu’ont fait jusqu’à présent le gouvernement et les grecs eux-même. Et pourquoi pas les banques? C’est ça l’arnaque, et c’est ça l’Union Européenne!

Et si le gouvernement grec à tenté de continuer le bras de fer, l’UE a dit non, bien fait pour ta gu**le! » Donc, ce soir, la Grèce fera officiellement « défaut », c’est à dire qu’elle ne paiera plus pour les banques, et malgré cela, il n’est pas question de faire sortir la Grèce de la zone euro, car cela signifierait un éclatement de cette zone euro et lui ferait perdre ce qui lui reste de crédibilité (c’est à dire pas grand chose), et cela pourrait mener à un effondrement de la monnaie unique.

La Grèce a proposé mardi à ses créanciers de conclure avec le Mécanisme européen de stabilité (MES) un accord sur deux ans permettant de couvrir ses besoins financiers tout en restructurant sa dette. Elle avait aussi soumis au FMI une nouvelle proposition réclamant un délai dans le remboursement d’1,6 milliard. L’Eurogroupe, les 19 ministres des Finances de la zone euro, se réunissait ce mardi soir et a refusé toute extension du programme d’aide. C’est ce mardi soir à minuit que vient à terme le délai de remboursement d’une dette grecque envers le FMI. Le pays perdra à ce moment-là l’accès à 16 milliards euros d’aides en tout genre (prêts, bénéfices sur les obligations détenues par la BCE, fonds pour les aides). sic…

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a néanmoins confié ce mardi à des parlementaires européens que, si les citoyens grecs rejetaient dimanche via ce référendum les propositions de ses créanciers, la Grèce ne se retrouvera pas dans l’obligation de quitter la zone euro pour autant.

Côté grec, Yanis Varoufakis a encore exprimé ce mardi l’espoir de parvenir à un accord dans la dernière ligne droite avec les créanciers sur le versement d’une aide. « Je l’espère« , a-t-il sobrement déclaré au sujet de la possibilité d’un accord de dernière minute.

Article complet sur Rtbf.be

Et s’il y a eu un bankrun avant que l’annonce soit faite de la fermeture des banques jusqu’au lendemain du référendum, les fortunés, quand à eux, fuient le pays, elle est pas belle la solidarité? Là, il y a des peines de prison qui se perdent…

Grèce : les milliardaires fuient le fisc de Tsipras

En cinq ans, les Grecs plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 80%, contre 15 à 20% pour les plus aisés. Comble de l’ironie, les plus riches échappent souvent à l’impôt. L’enquête de Julien Duperray, de France 2. 

Jusqu’à présent, les grandes fortunes grecques, notamment les armateurs, prospéraient en Grèce, exonérations d’impôt à l’appui. Mais l’arrivée de la gauche au pouvoir a fait fuir bon nombre d’entre eux : 35 millions d’euros de capitaux auraient déjà fui le pays depuis le début de l’année.

« Dans les marinas d’Athènes, des centaines de yachts attendent leurs riches propriétaires, qui arrivent tous les week-ends dans leurs berlines rutilantes », relate Julien Duperray, journaliste de France 2 sur place ce mardi 2 juin. Parmi eux, un couple s’apprête à « rejoindre des amis sur l’île de Syros », dans les Cyclades. Sur son bateau de 30 mètres doté de huit cabines, l’épouse « préfère ne pas en dire plus » devant les caméras. Depuis l’arrivée de la gauche radicale d’Alexis Tsipras à la tête du gouvernement, les très riches évitent de se faire remarquer.

Article complet+vidéo sur Francetvinfo.fr

Enfin, certains souhaitent aider le Grèce à payer l’échéance au FMI avec un système de crowfunding:

Un Anglais a lancé un plan de financement participatif sur IndieGogo pour sauver la Grèce. En quelques heures, près de 5000 personnes ont déjà versé plus de 70 000 euros. Et les compteurs progressent de plus en plus vite

Si l’on donne 3 euros, on recevra une carte postale à l’effigie du premier ministre grec Alexis Tsipras. En versant 6 euros, c’est une salade d’olives et de la feta. Dix euros donnent droit à une bouteille d’ouzo. Si l’on aide les Grecs en donnant 160 euros, quelqu’un vous enverra un panier de nourriture grecque. Et si l’on donne un million d’euros, on ne recevra pas grand-chose de plus que ce qui a été évoqué plus haut, mais «beaucoup de gratitude de la part des citoyens européens et plus particulièrement des Grecs».

La page «Greek Bailout Fund» sur IndieGogo a été lancée dans la nuit de dimanche à lundi. L’objectif, rassembler le montant que la Grèce doit verser au Fonds monétaire international (1,6 milliard d’euros) d’ici à sept jours grâce au financement participatif.

«1,6 milliard, c’est vrai que ça semble beaucoup. Mais c’est seulement 3 euros de la part de chaque Européen», écrit Thom Feeney, un jeune Britannique de 29 ans à l’origine de la proposition. On ne sait rien de lui à part qu’il travaille dans un magasin de chaussures à Londres. Il n’a pas répondu aux courriers du Temps.

Source et article complet: Le blog à Lupus

Le souci, aider ainsi la Grèce n’est-ce pas tenter de la maintenir dans la zone euro et donc la garder en esclavage face à la finance qui en aucun cas ne se soucie des populations?

Un conseil: retirez votre argent des banques et placez-le en sécurité chez-vous, il sera moins en danger que dans ces agences qui ont maintenant la possibilité d’en braquer une partie en cas de besoin.

 

Une mise à jour intéressante car si nous parlons beaucoup de la Grèce, nous ne sommes pas pour autant informés des exigences de l’UE, donc, les voici:

Voici publiée par Médiapart, la liste des exigences de l’UE.  Alors, lisez-là bien celle-là. Apprenez-la par cœur pour ne pas pouvoir dire avec regrets que vous ne saviez pas lorsque notre heure, en France, aura sonné  !

Comprenez-bien ce qui est demandé, car c’est un programme général (aménageable selon les cas)  pour mettre les mauvais élèves de l’Europe du Sud au pas : Eux ( les grecs, italiens, espagnols, portugais)  et NOUS.

Le texte rendu public la Commission européenne met fin à la para-littérature, comme il met fin aussi aux arguments des partisans du « oui à tout », lesquels affirmaient jusqu’ici qu’il n’y avait pas de texte des institutions, selon des sources gouvernementales.

Comme il est mentionné, dans le texte d’aujourd’hui et celui du 25 juin, posé comme un ultimatum, les institutions exigent, entre autres:
– l’imposition d’une TVA à 23% sur la restauration collective
– l’abolition de la baisse de la TVA dans les îles
– l’application d’une avance d’impôt de 100% sur les sociétés et les travailleurs indépendants
– l’abolition des réductions pour les agriculteurs (pétrole, impôt sur le revenu)
– que soient baissées de 900 millions € (0,5% du PIB) les dépenses de l’aide sociale (subventions, etc.).
– la limitation immédiate des pré-retraites
– l’abolition progressive de la retraite complémentaire.
– l’application complète de la loi de mémorandum 3863/2010 sur la sécurité sociale
– l’application de la clause de déficit zéro et que le financement des caisses complémentaires soit réalisé uniquement par des fonds particuliers
– l’abolition de toutes les participations en faveur de tiers qui financent les caisses de sécurité sociale, qui a pour conséquence une baisse de leurs recettes de plus de 700 millions €
– l’augmentation des prélèvements pour soins de santé sur les pensions de 4% à 6%
– le gel des retraites jusqu’en 2021
– une législation sur les licenciements collectifs et la non-réintroduction des conventions collectives, si les institutions ne le permettent pas
-la diminution à 1500€ du montant des dépôts non saisissable
– l’augmentation du taux en vigueur pour le règlement des dettes
– la réduction des salaires dans le secteur public
– la mise en œuvre complète des boîtes à outils de l’OCDE (lait, pain, pâtisseries, dimanches, …)
– (des coupes écrasantes dans les pharmacies grecques) Un coup important contre les médicaments grecs
– la poursuite de la privatisation du secteur de l’électricité.
-la vente des actions de l’OTE(Compagnie du téléphone) détenues par l’État
– la non-application d’une taxe spéciale de 12% sur les bénéfices supérieurs de 500.000 pour l’exercice 2014
– le non-retour des cotisations sociales patronales au niveau de l’année 2014
Tout ceci constitue un ensemble de propositions qui s’inscrivent dans la conception du Fonds monétaire international, qui ont été posées comme ultimatum à la Grèce, ce qui ressort aussi de l’Eurogroupe, rapporte Mégaro Maximou* qui ajoute: la seule différence concerne la TVA sur les hôtels dont le taux, dans le texte actuel posté sur le site Web de la Commission européenne, est passé de 13% à 23% pour le 25 Juin

link to blogs.mediapart.fr

Merci à Stéphanie, commentaire des http://www.les-crises.fr

—————————————————————————————————

POUR CEUX QUI COMPRENNENT  A LA FOIS L’ANGLAIS ET LES GRAPHIQUES ÉCONOMIQUES

Qu’importe la Grèce examinons le carnage mondial :

http://www.zerohedge.com/news/2015-06-29/greece-mattered-surveying-carnage

Source: Les Brindherbes

Officiellement, ils en seraient là, officiellement, car passé le niveau économique, comparer la Grèce au Soudan et à la Somalie, à moins de vouloir faire peur…

Le FMI a confirmé qu’Athènes ne lui a pas remboursé le prêt de 1,5 milliard d’euros qu’elle lui devait. La Grèce devient le premier pays développé à se trouver dans cette situation de défaut de paiement.

Peu de pays ont osé défier le Fonds Monétaire International (FMI). La Grèce, emmenée par son premier ministre Alexis Tsipras et son ministre des Finances Yanis Varoufakis, s’apprête à le faire. Les deux protagonistes de la tragédie grecque dont l’épilogue se joue en ce moment sous nos yeux ont en effet annoncé qu’ils refusent de rembourser les 1,5 milliard d’euros que la Grèce doit rembourser ce soir au plus tard à l’institution de Washington.

Ce mardi depuis minuit, le pays est donc en défaut de paiement auprès du FMI. Certains utilisent un euphémisme et évoquent «un arriéré de paiement» mais il s’agit simplement d’une subtilité linguistique.

Deux pays sont actuellement en arriéré de paiement depuis plusieurs décennies, il s’agit du Soudan et de la Somalie. De fait, le Zimbabwe a récemment régularisé sa situation. Le pays avait suspendu un remboursement de prêt en 2001 qu’il avait fini par rembourser en février dernier. En avril, Harare a ensuite pu contracter un nouveau prêt de 112 millions d’euros, dans le cadre d’un nouveau programme, auprès de l’institution. Mais la Grèce serait le premier pays développé à se trouver dans cette situation. Le FMI se dit également prêt à réévaluer le montant de la dette du pays si ces conditions sont remplies.

Article complet sur Le Figaro

Et ce n’est pas le seul pays à ne plus être en mesure de payer ses créanciers cette semaine, Porto Rico est dans la même situation, et va également faire défaut:

Le prochain domino qui va tomber: Porto Rico risque aussi de ne pas payer sa dette

État libre associé aux États-Unis, la petite île de Porto Rico est aujourd’hui au bord du précipice avec une dette estimée à 72 milliards de dollars pour une population de 3,6 millions d’habitants. Son gouverneur parle d’une «spirale de la mort».
C’est une situation qui offre un écho inquiétant à la situation grecque. Cité par le New York Times, le gouverneur de l’île de Porto Rico, située dans les Caraïbes avec un statut d’état «libre associé aux États-Unis», a estimé dimanche que la dette de son territoire n’était «pas payable». «Il n’y a pas d’autres possibilités. J’adorerais avoir une option plus simple, avoue Alejandro García Padilla. Ce n’est plus de la politique, c’est des mathématiques». Aujourd’hui, la dette de Porto Rico s’élève à 72 milliards de dollars et l’île se rapproche dangereusement d’un défaut de paiement. Le gouvernement devrait engager un nouveau bras de fer avec ses créanciers dès cette semaine et les appelle à se «partager les sacrifices».

17 commentaires

  • Enki13

    sur bfm ils ont montrait une manifestation pour le oui sous la pluie en direct.
    et le gars sur place de bfm s’est fait interrompre par quelqu’un qui disait non…
    et paf , coupure du direct d’athénes…
    après nom , ils ont arrondie les angles sur le plateau.

  • Enki13

    Ohé ohé du bateau… Hollande (with usa) est aux commandes! :

    http://www.youtube.com/watch?v=kIq0uj78ykA

  • verisheep

    Les ministres des Finances de la zone euro: ‘La proposition grecque est trop complexe à comprendre pour les gens ordinaires’
    « la proposition sur la table est tellement technique à expliquer qu’un citoyen normal, quelqu’un qui n’est pas comme nous aurait du mal à se former une opinion« …
    Trop technocratique donc pour que le bas peuple (« quelqu’un qui n’est pas comme nous ») s’en mêle, après tout nous ne sommes que des veaux.
    Fermez-là, vous êtes trop con pour comprendre!

    On va se laisser insulter et humilier encore longtemps par ces ordures?

    • Enki13

      la guillotine ,
      ils vont dire que s’est daech qui l’a inventer.

    • Zugzwang

      C’est la fameuse courroie démocratique entre le peuple et ses dirigeants qui a disparu. Les dirigeant dirigent, le peuple n’est plus informé, ni consulté, ni écouté… Démocratie.

      Nous sommes aussi trop idiots pour comprendre la question des OGM (pour laquelle on ne nous a posé la question, trop compliquée), les questions du TAFTA (pour laquelle on ne nous a posé la question, trop compliquée) et tous les autres sujets dont on ne nous parle pas et pour lesquels on ne nous pose pas de question.

      On est tellement idiot que ces dirigeants qui nous insultent pense qu’on est même pas en mesure d’avoir une explication. Car certes la question est compliquée, certes certains ne s’y intéresse pas, certes certains ne comprennent pas (pas tous mais certains, c’est vrai) mais notre idiotie est telle que ces gens ne prennent même pas la peine de nous informer sur la question.

      En fait, la seule question qu’on vous pose, tous les 5 ans est celle-ci : « Qui souhaitez-vous comme nouveau maître pour ce quinquennat ? (les votes blancs et ceux qui ne sont pas d’accord avec les 2 candidats, ne vous déplacez pas, vos votes n’ont pas de pouvoir décisionnel d’ailleurs jusqu’à maintenant, on ne les comptabilisait même pas). »

      C’est tout sauf de la démocratie.

    • Planete bleu Planete bleu

      Il prenne vraiment les gens pour des idiots, sa été pareil pour le référendum de 2005. Quelqu’un a t’il trouvé les questions exacts qui vont être posé lors de ce référendum? Pour qu’on se rende compte par nous même

      29 mai 2005, le « non » français : référendum pour une Constitution européenne

      http://www.franceinter.fr/emission-affaires-sensibles-29-mai-2005-le-non-francais-referendum-pour-une-constitution-europeenne

  • Norbert

    Oui,oui le suspense continu.

    Tout est dans la technique.

    LA GRECE N’EXCLUT PAS LA SUSPENSION DU REFERENDUM

    http://www.romandie.com/news/La-Grece-nexclut-pas-de-suspendre-le-referendum/607958.rom

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif A mon avis le crowfunding Turc sera bien plus efficace http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif; …pff ces Turc toujours à se mêler de ce qui ne les regarde pas : http://www.alterinfo.net/notes/Crise-grecque-Ankara-propose-son-aide-a-Athenes_b7968593.html …pff les turcs vous ne pouvez pas toucher votre cul là ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • BA

    Mercredi 1er juillet 2015 :

    La Grèce se déclare en défaut de paiement vis-à-vis du FMI.

    Athènes devra donc désormais se passer de l’argent de ses créanciers publics puisque le volet européen du plan de sauvetage a par ailleurs expiré mardi. La Grèce ne devra plus sa survie financière qu’à l’aide d’urgence ELA fournie à ses banques par la Banque centrale européenne.

    Cet incident de paiement constitue un sérieux revers pour la crédibilité du FMI, qui n’avait plus enregistré de défaut de paiement depuis 2001 avec le Zimbabwe et qui a accordé à la Grèce le plus grand prêt de son histoire.

    Rappel :

    Depuis 1918, il y a eu 67 créations d’union monétaire. Et à chaque fois, l’union monétaire a fini par éclater.

    67 tentatives … et au final 67 explosions.

    L’économiste danois Jens Nordvig a répertorié qu’entre 1918 et 2012 quelque 67 unions monétaires ont volé en éclat. Toutes les tentatives d’États indépendants de constituer une monnaie commune unique ont fini par échouer. On ne connaît pas de contre-exemple.

    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/06/29/31007-20150629ARTFIG00142-referendum-grec-vie-et-mort-des-unions-monetaires.php

  • baron william baron william

    tout est fait pour embrouiller un probleme simple

    les pseudo dirigeants de l europe coulent sciemment le navire avec ce pretexte de remboursement de fausse monnaie

    ils veulent la guerre civile et avec la russie pour nettoyer le petit peuple

    aux gens de reagir vite et de changer toutes les institutions qui detruisenr l economie reelle en la remplacant par des avoirs financiers possedes par les actionnaires de banques privees

    il reste que tres peu de temps pour arreter le carnage et sauver le monde

  • Le Gaulois libre

    La nomenklatura des eurocrates crétins, ignorants et corrompus devrait se souvenir de ce que les Grecs ont été capables dans leur illustre passé historique.

    Exemple : La Bataille des Thermopyles

  • Michele DRAYE

    Quant on pense à ce qu’ils vivent actuellement
    il est inutile de leur faire un dessin pour qu’ils comprennent ce qui risque de leur tomber dessus:

    «On n’avait pas vu ça en Grèce depuis l’Occupation»

    « Menacés par la famine, comme pendant la Seconde Guerre mondiale, les Grecs ont l’impression de replonger dans la dictature. Economique, cette fois.

    Tous les jours, la même scène : à midi, une foule silencieuse se presse devant les grilles de la mairie d’Athènes, à deux pas de la place Omonia. Combien sont-ils ? Une centaine ? Bien plus encore ? «Le soir, ils sont deux à trois fois plus nombreux», soupire Xanthi, une jeune femme rousse, chargée par la mairie «de gérer la foule». L’ambiance est tendue quand les grilles s’ouvrent enfin, et qu’une longue cohorte se forme jusqu’au stand où l’on distribue un Coca-Cola light et une sorte de purée de patates dans une gamelle en plastique »

    La suite:

    http://lesmoutonsenrages.fr/2012/03/08/%C2%ABon-n%E2%80%99avait-pas-vu-ca-en-grece-depuis-l%E2%80%99occupation%C2%BB/

  • SURICATE

    Je prends le risque d’en choquer plus d’un mais là j’en ai plus qu’assez de n’entendre parler QUE DE LA GRECE et DES GRECS !
    Referundum, pas referundum, oui et non et total ou NOUS EMBROUILLE avec la GRECE pour VOILER ce qui va nous tomber sur la « goule » à l’identique DEMAIN ! Goule ? en charentais= « gueule »!

    Alors les Grecs je m’en balance ! ils ont su vivre plus que très au-dessus de leurs moyens pendant longtemps. Retraites, salaires, mirobolants, presque pas d’impôts etc…

    ET ?

    Et qu’ils SE DEMMERDENT !