Suivant un rapport de Greenpeace, nous ingérerions jusqu’à 36 pesticides/jour

Est-ce réellement une découverte? Notre alimentation qui est censée nous maintenir en vie est également ce qui nous mènera à la tombe! Jusqu’à 36 pesticides d’ingurgités/jour, et même en tentant de manger bio, ce qui à l’heure actuelle est difficilement possible, nous serions concernés par d’autres formes de pollution, que cela soit au niveau radioactivité (n’oubliez pas “la France contaminée“), les restes médicamenteux, les rejets des usines du pays, etc… Le véritable bio a disparu avec l’arrivée des temps modernes.

noname-640x640

D’après Greenpeace, des cocktails de pesticides continuent de contaminer les vergers européens. La pomme figure parmi les fruits les plus chargés en résidus toxiques.

Des cocktails de pesticides continuent à être utilisés par les producteurs de pommes dans de nombreux pays européens, en particulier par les agriculteurs fournissant la grande distribution, affirme mardi Greenpeace dans un rapport.

L’ONG a analysé 85 échantillons – 36 dans l’eau, 49 dans le sol -, prélevés dans les vergers de 12 pays européens parmi les plus gros producteurs de pommes, en ciblant ceux fournissant la grande distribution.

Fardeau toxique

En moyenne, 75% des échantillons (78% pour le sol, 72% pour l’eau) « contenaient des résidus d’au moins un » des 53 pesticides identifiés.

« Au moins 70% des pesticides identifiés présentent une toxicité globale élevée pour la santé humaine et la faune sauvage », affirme Greenpeace, dénonçant ce « fardeau toxique » imposé par « la production industrielle ».

Les sols français contaminés

Le nombre de pesticides le plus élevé dans les sols a été détecté en Italie, en Belgique et en France.

Concernant l’eau, les pesticides sont les plus nombreux en Pologne, en Slovaquie et en Italie, selon le rapport.

Les pesticides les plus fréquemment retrouvés dans les sols sont le boscalid, « un fongicide présent dans 38% des échantillons », et le DDT (26% des échantillons).

Concernant les échantillon d’eau, les pesticides les plus fréquemment identifiés sont le boscalid (dans 40% des prélèvements) et le chlorantraniliprole, un insecticide lui aussi retrouvé dans 40% des échantillons.

Source et article en intégralité sur Hyeres.maville.com

[youtube width=”640″ height=”460″]https://www.youtube.com/watch?v=0st80KOytgI[/youtube]

 

18 Commentaires

  1. Suivant un rapport de Greenpeace […]

    Ok, pas la peine d’aller plus loin, on a compris que c’était trèèèèèèèès objectif…

    • Lorsque GROS sera malade, encore plus gros, il changera d’avis sur l’objectivité, trop tard, comme certains agriculteurs, que j’ai connu !!

  2. Mangez des pommes, qu’ils disaient à une époque …

    Heureusement aujourd’hui on a Ségolène qui va nous ripoliner tout ça !

    Sinon, pour l’eau de boisson, filtrez l’eau de pluie ou de source, mais dans tous les cas évitez de boire celle du robinet. Vous éviterez notamment d’ingurgiter du fluor, de l’aluminium, des nitrates, des pesticides, du chlore, du plomb, du radon, de l’arsenic … et vous vous protégerez de toute contamination intentionnelle ou non de l’eau du réseau.

    du poison dans l’eau du robinet

    filtre à eau écologique par gravite

    M.G.

    • Avec le filtrage par osmose inverse (1/10000e de micron) le problème ne se pose plus, avec l’eau du robinet, l’eau de pluie, l’eau de mer…
      Pour maxi 500 euros l’appareil complet et 100% automatique (consommation < 5 euros/an) peut débiter 280 litres par jour (et même beaucoup plus selon les modèles). « Pas assez cher pour toi, mon fils. »

      • L’osmose inverse, efficace mais dépendant d’une énergie que l’on ne maîtrise pas.

        Personnellement, je trouve plus judicieux d’investir directement dans un système totalement autonome qui permettra de filtrer l’eau même en cas de coupure électrique et que l’on pourra également utiliser dans des lieux isolés sans énergie électrique.

        Aujourd’hui, il faut viser l’autonomie (ce n’est que mon humble avis)

        M.G.

        • L’énergie nécessaire c’est quelques watts en 12v quand le système pompe l’eau et le met dans la réserve. Il ne pompe l’eau que quand on en tire au robinet et un peu pour nettoyer la membrane quand il détecte qu’il doit le faire.

          L’autonomie s’atteint très facilement avec une minuscule batterie, ou une dynamo sur un vélo. Il suffira de pédaler un peu pour remplir la réserve en cas de coupure ou disparition du courant électrique. Pédaler, c’est bon pour le moral…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

          Le filtrage à 0,2 microns est loin d’être suffisant pour éliminer tous les produits cités. Même à 1/10000e de micron l’osmose inverse ne prétend pas tous les éliminer :
          http://www.pureprofrance.fr/57-polluants-elimines-membrane

          • Impossible d’éliminer à fond pesticides, médicaments, etc…

          • D’accord avec toi, 0,2 microns ne filtre pas tout et pas à 100% mais ce système de filtration par gravité est suffisant pour rendre l’eau potable et de qualité supérieure à l’eau du réseau.
            Merci pour le lien. Effectivement, pour ceux qui ont un peu de moyens, il existe des osmoseurs en 12/24v.
            M.G.

  3. Le site :
    http://blog.greenpeace.fr/news/pesticides-ces-pommes-qui-laissent-un-gout-amer
    http://www.greenpeace.org/france/PageFiles/573642/Rapport%20Pommes_FR%20V3_BD.pdf

    Mesures dans les sols et l’eau, pas dans la nourriture, valeurs moins du mg/Kg mais très significatives, car fortes après dilution, qui se retrouvent partout et certainement plus dans les aliments traités.

    Les ravages du roundup glyphosate mortel poison :
    http://www.youtube.com/watch?v=bbjP2_UHis0

    Mangez bio !!

  4. En + ils sont très FORT ,36 Pesticides hahahaah,pas un de +,pas un de moins.. SUPER,ils ont oublier le 37 èm Greenpeace hahahah.
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

Les commentaires sont clos.