Amazon Dash : le cauchemar commercial bientôt en Europe ?…

Toujours plus d’innovations pour consommer toujours plus. Où s’arrêtera cette folie? Un cauchemar, venant comme toujours des USA. Et n’oubliez pas TAFTA

marques-amazon-dash-france-00-ban

Sur votre lave vaisselle, un bouton de la marque de votre détergent préféré. Sur votre lave linge, un autre pour votre savon habituel. Idem pour votre paquet de couches, de papier toilette ou d’eau minérale. Magique : en pressant ce bouton, une commande automatique est envoyée par les airs, et Amazon vous livre les produits, sans que vous n’ayez rien eu d’autre à faire. Rêve du consommateur pressé ? Ou cauchemar du consumérisme sans limite ? C’est en tout cas le nouveau service que déploie actuellement la célèbre firme logistique sur Internet, pour l’instant aux États-Unis.

« Amazon Dash » – consommer n’a jamais été aussi simple

Amazon a conçu une véritable révolution commerciale. Les boutons Amazon Dash sont aujourd’hui disponibles d’après le site pour 271 produits. Apposez-le où vous souhaitez grâce à son adhésif repositionnable, et, via votre application sur smartphone, vous pouvez le configurer pour que chaque pression passe commande du produit que vous souhaitez. Chaque commande passée par le bouton est inscrite sur votre téléphone, où vous devez la confirmer dans la demi-heure.

Précaution bienvenue : même si vous pressez plusieurs fois le bouton, celui-ci ne peut effectuer une nouvelle commande tant que la précédente n’a pas été approuvée et livrée. Votre nourrisson précoce ou votre chat prodige ne pourront donc pas commander frénétiquement – respectivement… – leurs bonbons ou leur litière préférés.

Une fois la première commande validée, vous pouvez choisir d’automatiser le fait que la pression équivaut à la commande automatisée.

Donc, avec Dash – un trait, en français, comme dans courir d’un trait, mais aussi « foncez », voire « précipitez-vous » -, comme le met en avant Amazon, l’idée c’est de « simplement presser et ne jamais être à court ». Amazon promet de livrer les produits favoris de la maison, pour que « vous puissiez sauter le trajet de dernière minute au magasin. » Pressez le bouton et vous êtes livré dans les deux jours, indique la porte-parole de la société, Kinley Pearsall.

Slogan existentiel proposé « ne laissez pas le fait d’être à court vous gâcher la journée »

On imagine les armées de drones livrant sur votre pas de porte en urgence votre marque absolument indispensable de mousse à raser ou, comme dans la vidéo ci-dessous (en anglais) de capsule café, sans laquelle « votre journée serait gâchée »… Ouf, merci Amazon Dash !

https://www.youtube.com/watch?v=NMacTuHPWFI

Ce n’est pas une blague

Le fait que l’annonce ait été faite aux États-Unis la veille du 1er avril aurait pu laisser penser à une blague. Non, l’offre est tout à fait sérieuse, même si elle est actuellement réservée aux « membres premium » d’Amazon, et sur invitation, et aux seuls habitants des États-Unis.

Toutefois, la soif commerciale d’Amazon, qui se positionne comme fournisseur sur Internet d’une gamme de produits de plus en plus large, est bien connue. A n’en pas douter, ce premier test est annonciateur d’une stratégie de déploiement ambitieuse, tablant sur l’ubiquité des smartphones et des accès wifi (dont les boutons Dash ont besoin).

Le shopping sous son plus mauvais jour

La vidéo d’Amazon paraît presque être une anti-publicité pour son service. Même sans comprendre les paroles, si l’anglais n’est pas votre fort, ce qu’on y voit met en scène le consumérisme moderne sous son pire jour : une consommation de produits standardisés en masse, à un rythme frénétique, et selon un cycle semble-t-il infini, et qu’il ne faudrait surtout pas ralentir. A l’opposé direct de la consommation de produits locaux, aux emballages réduits, consommés et appréciés en quantité adéquate.

Exemple de marques concernées par Amazon Dash aux Etats-Unis : de grandes marques de consommation courante, ce qui tend à limiter le consommateur à ces marques.

Et on n’a pas tout vu. Amazon travaillerait d’après le Wall Street Journal avec des fabricants pour développer des machines – lave-linge, machine à expresso, distributeur de nourriture pour animal domestique, etc. – qui anticiperaient vos besoins en produits pertinents et les commanderaient pour vous avant même d’en venir à bout. Kinley Pearsall, la porte-parole, indique ainsi au journal que « le véritable but à long terme c’est que vous n’ayez jamais à vous préoccuper de presser ce bouton ».

Tel Mickey dans cette scène de Fantasia où les balais se multiplient à l’infini et versent toujours plus d’eau dans le château que Mickey devait nettoyer, serons-nous aussi un jour noyés sous les hordes de coursiers, drones et autres camions de livraison d’Amazon nous livrant des montagnes de bouteilles de liquide vaisselle ou de rouleau d’essuie-tout ?

Auteur Stephen Boucher pour ConsoGlobe

Voir:

Comment les Français mangeront-ils en 2020 ?

Palmarès – le top 50 des marques écologiques

25 conseils pour réduire la consommation d’essence

Dossier Isolation écologique

 

22 commentaires