Rejets de plutonium dans la Loire : Ségolène Royal ouvre une enquête administrative…

Le Plutonium avec une demi vie de 24.000 ans, est un des éléments radioactifs le plus dangereux. Il est produit dans le cœur des réacteurs nucléaires, et entre dans la composition du MOX.  25 ans après, on se décide à rechercher les responsables? (mais pas coupables?!). Comme le dit l’ex-directeur général d’EDF « C’est quand même pas grand-chose »

france-zones-risque-centrale-nucléaire

Mercredi 6 mai, Ségolène Royal a annoncé avoir « diligenté une enquête des inspections compétentes (conseil général de l’économie et conseil général de l’environnement et du développement durable) » pour « faire toute la lumière sur les circonstances [des rejets de plutonium dans la Loire en 1980] et sur l’information dont ont bénéficié, alors, les autorités de contrôle ». De même, la ministre de l’Ecologie annonce avoir saisi les dirigeants d’EDF, actuels et de l’époque, au sujet de ces rejets radioactifs.

Cette enquête administrative fait suite à un reportage diffusé lundi 4 mai au cours duquel Marcel Boiteux, directeur général d’EDF de 1967 à 1987, expliquait que l’entreprise publique avait rejeté dans la Loire des effluents contenant du plutonium lors de l’accident survenu en 1980. Si l’accident (la fusion partielle du cœur du réacteur graphite-gaz numéro 2) classé au niveau de l’échelle internationale des événements nucléaires (Ines) graduée de 0 à 7 est connu de longue date, les rejets de plutonium ne l’étaient pas. « C’est quand même pas grand-chose », estime l’ancien dirigeant d’EDF, expliquant qu’« en cas d’accident il se passe des choses illégales ».

Vers des poursuites judiciaires ?

A la suite de cette diffusion, le député écologiste Denis Baupin avait posé une question écrite à la ministre. « L’État était-il informé de ces accidents ? A-t-il autorisé des rejets radioactifs dans la Loire et tu l’information, alors même que les populations avoisinantes auraient au contraire dû bénéficier d’une évacuation ?« , demande l’élu, qui « souhaite connaître les suites, notamment juridiques, que Mme la Ministre entend donner à ces très graves infractions révélées tardivement »……

[…]

Lire la suite

Auteur Philippe Collet pour Actu-Environnement

Voir aussi:

Tchernobyl : un feu de forêt fait craindre une remise en suspension d’éléments…- 29/04/2015

Transport de matières radioactives : l’information du public en question  – 14/08/2014

Fukushima : des sédiments contaminés sur des distances relativement grandes – 11/08/2014

Mesure de la radioactivité dans l’environnement : l’ASN suspend l’agrément de l’Andra – 02/07/2014

Le plutonium découvert dans la Seine n’entraîne pas de risque sanitaire, estiment… – 19/06/2014

Toutes les infos sur le plutonium

24 commentaires