Propagande climatique : Pauvre CO2 !…

Pro ou anti réchauffement climatique? Voici ce que nous dit Istvan Marko.

imgscan_contrepoints_2013_2149Coup de gueule d’Istvan Marko, le directeur scientifique de « Climat : 15 vérités qui dérangent », à propos des affirmations sur le réchauffement climatique sans cesse répétées par les fanatiques du GIEC. Professeur de chimie organique, il sait de quoi il parle.

Non, non, non et non !! Je le répète et le répéterai sans cesse : le CO2 n’est ni un poison, ni un polluant ! Il ne l’a jamais été et il ne le sera jamais !

Malgré les nombreuses campagnes de désinformation, menées par des ONG environnementalistes sans scrupule, qui n’hésitent pas à endoctriner nos jeunes têtes blondes dès le début de leurs études, en dépit des accusations médiatiques injustes relayées par certains journalistes trop occupés pour vérifier leurs sources les plus fondamentales ou déjà acquis à « la cause », et nonobstant sa condamnation par certains politiciens dogmatiques et aux connaissances scientifiques hésitantes, le CO2 est et reste ce qu’il a toujours été : l’une des molécules les plus importantes de la vie !

Pas de CO2 et pas de vie sur Terre telle que nous la connaissons.

Le CO2, c’est avant tout « la nourriture » des plantes. C’est leur aliment de base. La photosynthèse, cette merveilleuse transformation que les plantes ont appris à maîtriser, utilise la lumière du soleil et le CO2 pour fabriquer sucres, cellulose et amidon et donner vie à nos végétaux. Pas de CO2, pas de plantes et donc pas d’herbivores, ni de carnivores, ni … d’humains. Le CO2 est vraiment source de vie ! Nous savons aujourd’hui que nos végétaux sont affamés en CO2. De nombreux scientifiques ont montré que la quantité de CO2 dans l’air était plus importante auparavant et que nos plantes souffrent d’un manque chronique de gaz carbonique. Elles ont faim. Tous ceux qui cultivent dans une serre botanique industrielle savent très bien que la quantité de CO2 à l’intérieur de la serre est environ trois fois plus élevée (1100 à 1200 ppmv) que celle présente dans l’atmosphère que nous respirons (un peu moins de 400 ppmv en 2015). Dans ces conditions, les végétaux poussent plus vite, sont plus robustes, apprécient une température plus élevée et consomment moins d’eau.

Cette dernière propriété explique aussi pourquoi, depuis plus de 30 ans, on observe un verdissement de la planète de plus de 20%. Oui, vous lisez bien ! Il y a 20% de verdure en plus sur Terre aujourd’hui qu’il n’y en avait il y a trente ans. Malgré la déforestation continue — qui n’est une réalité qu’en certains endroits de la planète — et l’action des hommes, les plantes poussent plus vite et en plus grand nombre car elles ont enfin davantage de nourriture. L’un des résultats les plus visibles (par satellite) de ces conditions favorables à la croissance des plantes est le recul de certains déserts, dont celui du Sahel. L’autre est l’augmentation constante de la production mondiale de céréales pour lesquelles une hausse du taux de CO2 atmosphérique est un formidable bonus. Une belle gifle pour ceux qui veulent diminuer la quantité de CO2 présent dans l’atmosphère. La Nature nous donne un tout autre message : encore du CO2 ! Plus de CO2 !

Pour vivre, la plupart des animaux, en ce compris les humains, ont besoin d’oxygène. Celui-ci est produit notamment par les arbres et les végétaux, mais en quantités relativement faibles. La majorité de l’oxygène que nous respirons provient du phytoplancton. Ces minuscules organismes marins utilisent la lumière du soleil et le CO2 atmosphérique pour se nourrir. Ils rejettent en même temps d’importantes quantités d’oxygène. Plus de 75% de l’oxygène présent dans l’atmosphère provient de ce phytoplancton et donc, du CO2 qu’ils utilisent ! Pas de CO2, pas de phytoplancton et donc pas assez d’oxygène pour vivre ! A l’inverse de ce que l’on tente d’imprimer dans nos esprits depuis des lustres, les forêts ne sont pas les « poumons » de la Terre, à peine quelques petites alvéoles pulmonaires. Les vrais poumons, ce sont les phytoplanctons !

Malgré toutes ces qualités vitales à notre survie, le CO2 est devenu la bête noire des climatologues alarmistes du GIEC (Groupement Intergouvernemental pour l’Etude du Climat) et des ONG environnementalistes qui accusent le CO2 produit par l’Homme (uniquement celui-là, bien sûr) d’être responsable de l’augmentation de la « température moyenne » de notre globe depuis le début de l’ère industrielle. Le CO2 est un gaz à « effet de serre » dont la puissance phénoménale de réchauffement est égale à … 1 ! La vapeur d’eau est 10 fois plus puissante et certains fréons plus de 10.000 fois !    …./….

Article complet sur Sott

23 commentaires

  • Pierre L

    Explication scientifique de l’imposture climatique. A voir absolument.

    Incidemment, dans cette vidéo, Vincent Courtillot montre que le champ magnétique terrestre dépend, lui aussi, de l’activité solaire.

    J’ai déjà écrit dans un post assez ancien, que le seul fait que les pôles magnétiques terrestres se déplacent, démontre que ce champ n’est pas produit par la Terre. Nous en avons désormais la preuve scientifique vers 20:30. En fait, tout ce qui nous concerne vient du Soleil :
    http://www.youtube.com/watch?v=dPpMdr9VqUY

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif Ah enfin il était temps de rétablir la vérité sur ce pauvre CO2 http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  • Darkos

    En gros le mec nous dit que on est en train de bousculer un équilibre qui a des millions d’années en 200 ans mais que c’est pas grave, c’est pas la faute au CO2. A ba alors continuons comme ça c’est sur!

    Une étude qui vient de sortir et qui s’étale sur 20 ans:
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/les-insectes-grignotent-le-puits-de-carbone-forestier,56086
    Elle dit que la capture du CO2 par les plantes est en réalité bien en dessous de ce qu’on esperait, les plantes se développent plus vite mais moins bien, et les insectes ont besoin de manger plus de feuilles pour avoir la même qualité de nutrition, au final c’est pas une solution.

    Après oui le C02 est nécessaire à la vie on est tous d’accord là dessus. Le changement climatique que nous vivons n’est pas dangereux pour la vie en général mais pour notre espèce et il est surtout beaucoup plus brutales que ce à quoi la terre est habituée..

    • morpheus morpheus

      Non, le « mec » ne dit pas ça du tout.
      Tu n’as même pas regardé la conférence, alors ça sert a quoi d’étaler tes idées préconçues sur un sujet auquel tu ne connais visiblement pas grand chose?

      • Darkos

        D’accord, d’accord .. Mr Marko essaye de dédouaner le CO2 dans la part des gaz à effet de serre et? En gros il veut dire qu’il n’y a pas que le CO2 et que le CO2 est nécessaire à la vie. Mais il propose quoi en échange, continuer sur notre lancée?

        Quand on lit le reste de son article, on parle de quoi? De gouvernance mondiale et d’un énième complot mondial entre scientifiques, politiques et financiers… vous savez quoi? je baille déjà…

        Il me semble que dans le GIEC il y a des milliers de scientifiques et que les modèles qu’ils font tourné et les expériences qu’ils mesurent vont plutôt dans le sens de leur théorie. Alors lisez une partie de ce site assez bien fait http://leclimatchange.fr/les-elements-scientifiques/

        PS: si vous avez le lien sur la conférence ça m’intéresse, et si vous pouviez éviter de dire que je ne connais pas grand chose (en tout cas visiblement) sur ce sujet ce serait agréable, je n’ai aucun doute sur votre appartenance au club des plus grand érudits sur le sujet du réchauffement climatique; mais j’en doute, car les gens intelligents sont le plus souvent humble et vous semblez manquez de cette qualité « visiblement ».

        Enfin le lien de la conférence m’intéresse toujours.

  • Graine de piaf

    Tant qu’il y aura soit des gogos, soit des gens mal ou peu informés, pour gober tout ce qui est diffusé par les médias à la solde des autorités, non seulement françaises, mais mondiales, nous ne serons pas à l’abri de ces sornettes en tous genres !
    D’où l’intérêt de diffuser les informations le plus possible. Je sais que nous sommes rarement écoutés et encore moins crus, mais s’il n’y avait qu’une seule personne qui prenne conscience de cela, ce serait déjà une avancée… un petit pas après un petit pas et on arrive au sommet de la montagne la plus haute !

  • Bardamu

    Istvan Marko … la belle affaire !

    Pour ceux que ça intéresse vraiment, voici une critique de son bouquin :

    http://arxiv.org/pdf/1404.1783v1.pdf

    Bref, je pense encore une fois que les ME devraient arrêter de faire les poubelles des sites libéraux !

  • Un blaireau, tout diplômé fut-il, sort un avis allant à l’encontre d’un fait entre temps établi comme un évidence et c’est encore une fois tous les climatosceptiques qui s’excitent autour de leur vérité…
    A pleurer

  • bobby3

    CO2 ou pas, il y’a un autre problème qui nous attends : l’épuisement des ressources (et pas que le pétrole, non, je parle de TOUTES les ressources minérales de la planète).

    Alors ne gaspillons pas sous prétexte que certains remettent en doute le « dogme CO2 ».

    • Quand le dernier arbre aura été abattu – Quand la dernière rivière aura été empoisonnée – Quand le dernier poisson aura été péché – Alors on saura que l’argent ne se mange pas. c’est pas de moi… c’est de Geronimo…

  • Hector

    Vrai ou pas, est-ce vraiment un problème ?

    Le méchant homme détruit l’environnement, il pollue tout, il ravage la faune, il exploite ses semblables et ne se bat même pas pour essayer d’améliorer les choses ou de s’améliorer lui-même…

    Alors pourquoi s’inquiéter ?

    On va provoquer une catastrophe planétaire ? Tant mieux, ce sera peut-être l’occasion d’évoluer…
    On va se détruire ? Tant pis, on avait qu’à être moins cons…

    Pourquoi vouloir sauver les meubles ? Pour que ceux qui provoquent puissent s’enrichir pendant un peu plus longtemps ? Pour que ceux qui subissent puissent continuer à subir ? Un grand changement implique de grandes souffrances, mais aussi de grandes opportunités.

    Changement climatique ou non, danger ou chance, c’est pas en pissant dans de la sciure que je vais changer le monde, et de toutes façons, qui peut affirmer qu’empêcher le changement climatique rendra le monde meilleur que si on le laisse venir ?

  • Selon Ugo Bardi, seul un Seneca cliff pourrait nous « sauver ». Je mets « sauver » entre guillemets parce qu’évidemment ce serait un scénario à la Titanic: pas assez de canots de sauvetage pour tout le monde.

    http://cassandralegacy.blogspot.be/2015/04/climate-change-can-seneca-collapse-save.html

    Il y explique notamment que même si nous suivons une courbe descendante classique (symétrique) de pic de production des fossiles, nous en brûlerons encore beaucoup trop.

    But, once the economic system starts unraveling, a series of destructive feedbacks accelerates the decline. This is the « Seneca collapse » that generates an asymmetric production curve (the « Seneca cliff »).

    A Seneca shaped production curve would considerably reduce the amount of fossil carbon that can be burned in the future. Tentatively, if the collapse were to start within the next 10 years and it were to cut off more than half of the potential coal production, then, we could remain within the safe limit. Hubbert can’t save the ecosystem, but Seneca could (maybe).

    But, even if that came to pass, a Seneca collapse is a major disaster in itself for humankind, so there is little to rejoice at the thought that it could save us from runaway climate change.

    Cela étant j’ai écrit à Istvan Marko:

    Je reviens à l’émission Pour ou contre du 22 septembre dernier où vous êtes intervenu contre le déréglement climatique.

    Les arguments développés par vous-même et Monsieur Godefridi me semblent beaucoup plus pertinents que ceux de la partie « adverse ».

    Je vous écris pour vous poser une question, suite aux dires de Monsieur Godefridi selon lesquels la science du climat n’est pas une science achevée.

    Puis-je faire la comparaison suivante:

    « vouloir prédire le climat? c’est comme si les médecins se targuaient de prédire la date de ma propre mort. »

    Je veux évidemment montrer par là qu’il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu qu’il est impossible de tout prendre en compte.

    Cette comparaison est-elle exagérée?

    Et voici sa réponse:

    Effectivement, votre comparaison est tout à fait valable. A l’heure d’aujourd’hui, aucun climatologue sérieux ne s’aviserait à pronostiquer le climat qu’il fera d’ici 100, 200 ou même 1000 ans. Nous ne connaissons pas assez le système climatique que pour pouvoir faire une prédiction qui ait une quelconque valeur.

    Et à Drieu Godefridi, j’ai écrit ceci:

    Tiens tiens, voici encore quelque chose que le GIEC ne semblait pas avoir prévu… Plus chaud ou plus froid finalement? Comme vous l’avez très bien dit lors de ce débat Pour ou contre, climate science is not settled!

    Without the AMOC to carry heat away from the tropics and redistribute it, Mann said parts of the Northern Hemisphere could become cooler:

    http://www.climatecentral.org/news/climate-change-jamming-critical-heat-conveyor-18810

    Nous ne savons pas. Nous ne savons pas comment le climat de notre planète va évoluer. Plusieurs fois des événements, que nous n’avions pas prévus, se sont produits. Bien sûr ces événements, nous « savons » les expliquer après coup, mais nous avons été incapables de les prévoir.

    Scepticisme vs. humilité.

    Lien vers le débat en question:
    http://www.youtube.com/watch?v=abGUnYSYiOI

    François Gervais n’est pas mal non plus:
    http://www.youtube.com/watch?v=L-a89S_OvYQ