15 commentaires

  • Norbert

    REVELATION SUR LE FINANCEMENT DES SYNDICATS FRANCAIS:
    4 000 000 000 euros avec seulement 3% provenant des syndiques,
    corruption a tous les etages…..
    Rapport enterre pour 25 ans.

    http://www.youtube.com/watch?v=58eEcsLR_SY&feature=youtu.be

    • samlours94

      Au départ, le syndicalisme se suffisait des cotisations de ses adhérents, car ça permettait de faire face aux conflits sociaux.
      Puis le patronat et ses affidés ont vite compris qu’il fallait stopper cet auto financement et ont donc corrompu ceux d’en haut, d’où les subventions et autres cadeaux qu’on a pu remarquer au fil des décennies.En même temps, en faisant ça, ils avaient le contrôle sur les salariés et une quasi tranquillité sur le plan social.
      C’est ainsi que nous avons maintenant des « syndicalistes » qui, en haut lieu sont de parfaits complices du système tandis que la base , elle, se bat pour réellement aider les salariés.
      Comme pour tout ce qui touche au pouvoir, les mandats syndicaux au plus haut niveau devraient être limités dans le temps et sous le contrôle quasi continu de la base!
      L’ennui ? C’est du taf quoi qu’on en dise et la majeure partie des gens, syndiqués y compris, ne veulent pas se salir les mains.
      Regardez dans une entreprise … je peux vous assurer que ça ne se bat pas au portillon pour prendre un mandat syndical.
      Nous sommes dans une véritable impasse car sans syndicat en face, le patronat va nous en foutre plein la gueule et tôt ou tard il y aurait de graves mouvements totalement anarchiques car ça mettrait en jeu des gens qui n’auraient aucune base sensée pour se battre.
      La solution ? Se reprendre tous en mains et imposer le contrôle par les syndiqués de leurs organisations syndicales, ce qui n’est pas le cas actuellement, quel que soit le syndicat. Car allez expliquer comment par exemple 90% des syndiqués CFDT regrettent la position de leurs « représentants » au plus haut lieu sur les retraites pour ne parler que de ça…Et malgré tout, c’est bel et bien ce syndicat qui a signé les pires reculs sociaux depuis 40 ans !
      Maintenant…regardez ce que deviennent les anciens chefs , secrétaires généraux de ce syndicat et vous aurez la réponse …

      • Norbert

        Samlours94,

        je suis totalement d’accord.
        Les Francais doivent reprendre tous les pouvoirs qui ont ete abandonnes aux politiques et autres.

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif Et pour être encre plus précis, je dirais même qu’Hollandouille est parti aux toilettes se taper une hôtesse. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    Et que c’est toute la France que ces abrutis mènent au CRASH ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Le crash du PS … ça va encore être la faute des Russes LOL

  • lalumiere

    Certains anciens minsitres feraient mieux de s’écraser.

  • Dieselitoto

    C’est évident ! tout cette façon de pensée est inscrite en filigrane dans les logos : PS = Poutine Suspect…. UMP = Un Méchant Poutine
    :)

  • BA

    Dans un texte formidable, l’internaute Denis Monod-Broca compare les dirigeants européens à un pilote d’avion.

    Quant aux populations européennes, Denis Monod-Broca les compare aux passagers de l’avion :

    Parabole.

    L’Europe voulait damer le pion aux États-Unis. Les États-Unis d’Europe devaient devenir la première puissance du monde. Mais, imbibés de mimétisme, nous vivons une époque bipolaire, et aux moments d’exaltation succèdent les moments de déprime. L’Europe se révélait surtout une vaste machine technocratique soumise à l’influence de lobbys tout puissants. De dépit on se mit à réclamer sur tous les tons une « autre Europe ».
    Puis il y eut la réunification de l’Allemagne et, au nom d’une exaltante mais fantasmée « réunification européenne », l’Europe s’agrandit de douze nouveaux membres. Mais il fallut vite déchanter. Le revers de cette si glorifiée réunification était l’impossibilité désormais reconnue, à 28, et aussi disparates, de créer un véritable état fédéral européen.
    Toujours cette même alternance exaltation-dépression. La bipolarité est un mal tenace.
    Entretemps il y avait eu l’euro, et ses pères s’étaient à nouveau exaltés, se voyant une fois encore en fiers « nation builders », en héroïques géants de l’histoire. Mais, nouvelle déprime, car, en 2007-2008, l’euro ne protégea pas la zone euro. Bien au contraire, il l’enfonce depuis dans les déficits et les dettes, et surtout il accentue dramatiquement les déséquilibres entre riches et pauvres. Qu’à cela ne tienne ! « Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour défendre l’euro » affirma le président de la BCE, ajoutant : « whatever it takes », « quoi qu’il en coûte ». Il arrive ainsi, aux gens bipolaires, s’ils ne peuvent atteindre le meilleur, de viser le pire.
    Nous sommes désormais dans un avion dont le pilote, l’oligarchie bruxelloise, enfermé seul dans le cockpit, désinhibé par la prise régulière de fortes doses de MES, FESF, MEFS, LTRO, taux zéro, etc., dirige l’avion vers la montagne. Le verrou et le blindage de la porte sont solides : aux peuples qui sonnent pour entrer et reprendre les commandes, il est répondu, d’une formule sans appel, qu’« il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ».
    Les succès des partis Mouvement Cinq Etoiles, Syriza, Podemos, FN, Ukip et autres sont autant de coups de pioche inutiles contre la porte blindée du poste de pilotage. Les cris des passagers se font de plus en plus forts, en vain. Les populations souffrent des mesures d’austérité de plus en plus inhumaines qu’elles subissent, et qui ne servent à rien. Elles sont effrayées, s’attendent au pire, voient la montagne se rapprocher à toute vitesse. Mais, arcbouté sur ses commandes, le pilote ne peut plus reculer. Coups et cris deviennent assourdissants. Mais il n’ose pas, ce serait reconnaître sa folie, et puis c’est trop tard.
    Ne pouvant réaliser son rêve, il aura au moins provoqué une catastrophe qui restera dans l’histoire…

    Denis Monod-Broca

  • alioch

    Valls est enfermé dans le cockpit, Hollande est partiaux toilettes (ou ailleurs), c’est toute la France qui va au crash.

  • alioch

    Valls est enfermé dans le cockpit, Hollande est parti aux toilettes (ou ailleurs), c’est toute la France qui va au crash.