Officiel : la censure de Google sur ordre de l’Etat peut commencer !

C’est officiel, donc nous pouvons dès à présent dire au revoir à nombre de sites, en espérant que le blog des moutons enragés ne soit pas concerné (excusez-moi du peu…), au pire, il y a toujours moyen de biaiser en changeant certains paramètres

CENSURE

Le Gouvernement a fait publier au Journal Officiel le décret qui autorise ses services de police à demander à Google et d’autres moteurs de recherche ou annuaires le déréférencement de sites accusés de faire l’apologie du terrorisme. Les sites devront être supprimés des index dans les 48 heures, sans possibilités de recours.

Un mois après le décret autorisant le blocage administratif des sites sur ordre du ministère de l’intérieur, le Gouvernement a fait publier jeudi au Journal Officiel le décret « relatif au déréférencement des sites provoquant à des actes de terrorisme ou en faisant l’apologie et des sites diffusant des images et représentations de mineurs à caractère pornographique« .

Le texte permet à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) de notifier aux moteurs de recherche les sites accusés de relayer la propagande de terroristes, afin qu’ils soient déréférencés sur le champ, sans qu’un juge ne vérifier l’illégalité des sites en cause. Google et ses concurrents auront 48 heures pour prendre « toute mesure utile destinée à faire cesser le référencement de ces adresses« , et devront le faire en respectant scrupuleusement « la confidentialité des données qui leur sont ainsi confiées« . Pas question, donc, de publier les ordres de censure.

Le décret prévoit que l’OLCTIC ait l’obligation de vérifier « au moins chaque trimestre que les adresses électroniques notifiées ont toujours un contenu présentant un caractère illicite« , et de notifier les moteurs de recherche et annuaires de tout retrait d’un site de la liste, pour que son référencement soit rétabli. Les policiers rattachés au ministère de l’intérieur se trouvent donc investis d’une mission para-judiciaire, au mépris des règles démocratiques de séparation des pouvoirs.

Comme pour le blocage des sites, une personnalité issue de la CNIL aura la possibilité de contrôler la liste des sites censurés, pour repérer d’éventuels abus. En revanche, alors que le blocage s’accompagne d’une redirection vers un site du ministère de l’intérieur qui fait explique le blocage et indique des voies de recours, rien n’est prévu pour s’opposer au déréférencement, à l’effet dévastateur. Les internautes n’ont plus même la connaissance du fait que le site existe.

Article complet sur Numerama.com

 

12 commentaires

  • stereo

    Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, le bulletin de vote ne sera jamais censuré !

  • « déréférencement des sites provoquant à des actes de terrorisme ou en faisant l’apologie et des sites diffusant des images et représentations de mineurs à caractère pornographique« »

    Les moutons enragés ne sont concernés par aucune de ces restrictions donc je ne vois pas de raison de s’inquiéter. Lorsqu’ils étendront la censure aux sites antisionistes, c’est une autre histoire et encore votre site n’est pas axé uniquement sur cette thématique.

    • Nez

      Quand il y a quelques jours quelques personnes ont voulu traiter de terroristes tous ceux qui n étaient pas Charlie, quels sites seraient concernés? … le votre et celui des moutons sûrement …
      Cela n a pas été plus loin car il y a eu une grande réaction sur les réseaux sociaux …. mais le but est justement que les réseaux sociaux les plus lus soient deréférencés …. À la prochaine opération sous faux drapeau … nous ne pourrons plus faire circuler l’information …. puisqu’elle serait relayée par des sites terroristes …. réfléchissez y !
      De plus l’opération Charlie a été une répétition pour savoir où sont les réseaux et par où ils passent …. donc à chacun d’en créer d’autres, de revenir aux bons vieux courriels …. aux télécopies et même à la poste …. plus nous sommes nombreux à relayer l’information moins malgré la loi de sécurisation militaire elle ne pourra passer.
      Regardez justement ce qui s’est passé pour Charlie. Aujourd’hui certains articles sont introuvables ayant été retirés par le site lui même, qui s’est autocensuré pour subsister. Plusieurs vidéos ne sont plus visibles sur les sites les plus lus par les français … et donc un français lamda peu habitué des réseaux sociaux a du mal à trouver les preuves de l’aberration de la version officielle.
      Préparons nous à avoir des solutions alternatives, c’est le principal.

  • engel

    Grave, très grave.
    Mais Google est-il d’accord pour déréférencer?

    • boco

      c’est de l’humour ?

      • engel

        Pas si sûr.
        Google est à la botte de la NSA et pas celle d’un petit gouvernement de subalterne.

        Et puis, le chantage à l’imposition, ou au redressement judiciaire « made in french » c’est plutôt gros flop à répétition avec ces entités supranationales.

        Mais Boco, je pense sincèrement que tu connais mieux le sujet que moi. Alors n’hésite pas à me corriger.

        Merci et bonne journée ensoleillée.

      • boco

        Merci, journée super ensoleillée dans les monts de provence à couper du bois pour la fin de l’hiver ! C’est superbe le printemps qui arrive !
        A toi aussi bonne fin de journée.
        Quand à gogol pour l’instant j’ai oublié ;-)

  • Maverick Maverick

    Il n’y a pas que Gogol, comme moteur de recherche … Et ça ne va pas arranger leurs affaires; déjà que depuis les révélations de Snowden, on voit le trafic des moteurs comme DuckDuckGo qui décolle, qui voudrait sérieusement utiliser un moteur de recherche qui ne recherche pas ? Sans parler de méta-moteurs du genre « WebFerret » (Windows), on va bientôt voir apparaître ou se banaliser des trucs du genre « The Djihad Bay », et autres moteurs de recherche spécialisés.

    Les chiens aboient, et la caravane passe …